Navigation – Plan du site
Lectures

Spel COLLECTIF SOCIOLOGIE POLITIQUE DES ÉLECTIONS (2014), Les sens du vote. Une enquête sociologique (France 2011-2014)

Rennes, Presses universitaires de Rennes
Louis Moreau de Bellaing
Référence(s) :

Spel COLLECTIF SOCIOLOGIE POLITIQUE DES ÉLECTIONS (2014), Les sens du vote. Une enquête sociologique (France 2011-2014), Rennes, Presses universitaires de Rennes

Texte intégral

1En huit chapitres plus une introduction, un groupe d’auteurs-chercheurs issus des sciences politiques et de la sociologie politique récuse la seule enquête par sondages auprès des électeurs et électrices, sondages peu susceptibles d’éclairer les raisons sociales du vote et de comprendre les mécanismes des choix électoraux. Ces spécialistes ont voulu, par des entretiens approfondis auprès d’un petit groupe d’électeurs et d’électrices — jeunes de classes populaires scolarisés en lycée professionnel, « bourgeois » des beaux quartiers, professeurs, entrepreneurs salariés des petites classes moyennes, cadres de l’industrie de luxe et de la finance —, témoigner des perceptions du politique dans les campagnes électorales, et des élections par des Français ordinaires. Leur hypothèse est qu’il y a une diversité de sens du vote dans les démocraties contemporaines.

2Rappelons pour mémoire que le vote est un acte politique (au sens du politique) résultant d’un choix et d’une décision par chaque individu. Ce choix et cette décision sont ceux d’un nom connoté par des références au social, au culturel, au politique, à l’économique et à la politique. Ils consistent à donner à la politique, sur le plan du législatif et de l’exécutif actuels, des personnes qui, chaque session, sont soit maintenues (redonnées) par réélection, soit renouvelées par élection. Il s’agit, en France, d’élections présidentielle (au suffrage universel), législative, régionale, européenne. Les élections sénatoriales relèvent d’un autre système électoral. Les élections se font à la présidence, à l’Assemblée nationale, aux conseils régionaux, au Parlement européen. Des référendums peuvent, sur une question précise, modifier, renforcer, remplacer la Constitution française et la Constitution européenne.

3Le vote comme choix et décision à l’égard d’un nom ou comme réponse à une question est légalisé politiquement (au sens de la politique) par la loi électorale, légitimé politiquement (au sens du politique) par les individus sociaux électeurs et électrices, un par un. Étant entendu que les individus sociaux ont mis dans leurs liens et rapports sociaux des contenus substantiels ou abstraits, ce qu’on appelle culture au sens anthropologique du terme, c’est-à-dire les mœurs et des manières qui interviennent dans le choix et la décision de l’électeur et de l’électrice. Si le mécanisme du vote est grosso modo toujours le même, le bulletin dans une urne (en France) ou l’appui sur un bouton (aux États-Unis), la signification ainsi que le sens du choix et de la décision de l’électeur et de l’électrice demeurent marqués non seulement par sa position sociale dans son rapport au politique et à la politique, mais aussi par sa position par rapport à l’économique et à la politique.

4Dans cet ouvrage n’est pas pris en compte le problème de l’abstention qui concerne au plus près les sens du vote puisque s’abstenir ne peut individuellement être séparé par l’individu du sens qu’il donne au fait qu’il ne vote pas (son abstention). Une étude particulièrement solide a été réalisée sur ce point avant le présent ouvrage et sur le même modèle, par Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen (2007). Je ne peux le commenter ici, mais le lectorat de la présente recension pourra le consulter utilement.

5Dans l’introduction intitulée « Mais que font les électeurs ? », Eric Agrikollansky et Brigitte Le Grignou font valoir que les résultats de l’enquête confirment un degré d’attention très inégal de la part des électeurs et électrices. Cette attention est souvent superficielle ou à éclipses. La critique du politique se donne à voir dans toute son ambivalence. La méfiance et les défiances à l’égard des professionnels de la politique et des jeux de la campagne électorale se modulent et s’amenuisent, les électeurs et électrices voulant y croire, mais ne voulant pas paraître dupes. Ils remarquent également qu’une majorité des électeurs et électrices restent stables dans leurs choix. Cependant, un nombre non négligeable de personnes font preuve de volatilité électorale. À cela plusieurs raisons possibles : le déploiement de la propagande électorale et la fabrication des opinions ne sont ni directs ni obligés ; électeurs et électrices n’appréhendent pas tous et toutes les élections à travers des jugements politiques. On peut faire plaisir à ses proches ou, au contraire, s’éloigner d’eux. On peut vouloir correspondre aux normes institutionnelles du présent ; l’électeur ou l’électrice peut vouloir échapper à la césure entre vote rationnel, informé et vote sans raison visible. Enfin, peut-être la raison la plus importante, l’identification des effets de contexte renvoie à des interactions non seulement avec les proches, mais aussi avec des groupes primaires (voisins, amis, groupes de discussion, etc.). Il y a des « styles de groupe » et des « styles de sociabilité ». Ceux et celles qui parlent ensemble votent ensemble, mais pas nécessairement pour la même personne ou en donnant la même réponse lors d’un référendum. La socialité entre jeunes lycéens de classes populaires ou celle entre membres des classes supérieures est conditionnée par des règles informelles dans les discussions sur les sujets légitimes et sur les sujets illégitimes. Dans les groupes de grande bourgeoisie, parler politique n’est pas considéré comme illégitime, mais comme malséant, gênant ou médiocre.

6Dans le chapitre 2, Lorenzo Barrault-Stella et Clémentine Berjaud étudient des jeunes de classes populaires dans leurs rapports aux élections présidentielles et législatives de 2012. Ils notent que les déterminations sociales et les contextes d’existence sont fondamentaux pour expliquer, chez ces jeunes, la manière dont les jeunes des classes populaires abordent le vote ou le non-vote. La tendance des jeunes est à présenter des rapports distants avec la politique dite légitime, c’est-à-dire avec celle juridiquement et légalement légitimée. Les auteurs ne parlent pas de la relation que ces jeunes peuvent faire entre le politique et la politique, ni du degré de légitimité ou d’illégitimité de cette relation considérée du point de vue du politique, notamment dans ce qu’on pourrait appeler le degré de légitimation sociale et politique (au sens du politique). Une jeune fille déclare qu’à la télévision, lorsqu’il s’agit de la politique et des élections (de 2012), elle zappe assez rapidement. Mais elle ajoute qu’elle discute ensuite avec ses parents. Que se disent-ils entre eux, entre eux et elle ? On ne le sait pas. En revanche, les auteurs remarquent que l’expression d’une distance au politique et la manifestation d’une capacité à opiner, à voter, à se mobiliser peuvent se mêler et se rendre complémentaires. Les auteurs notent que les formes de mise à distance par rapport à la politique légitime, c’est-à-dire légale, renvoient à l’autonomie de la culture des électeurs par rapport aux normes dominantes. Mais s’agit-il seulement d’autonomie ? Je pose seulement la question. De futures recherches sans doute y répondront.

7Dans le chapitre 2, Thibaud Boncourt et Kevin Geay analysent les formes de relâchement politique des catégories supérieures. Ils contestent toute homogénéité des fractions de la classe bourgeoise en ce qui concerne le rapport au politique et à la politique. Ils notent que la compétence politique des « bourgeois » du point de vue de l’information est fluctuante. Mais, dans la démonstration à partir d’entretiens, ils insistent sur le fait que ce sont les hommes politiques qui intéressent les individus de ces catégories supérieures plutôt que le politique ou la politique. Pour celles et ceux qui appartiennent soit à des catégories d’intellectuels, soit à des catégories économiques, il semble que certaines personnes occupent des positions intermédiaires entre les deux catégories. De nouvelles recherches pourront préciser, en l’occurrence, le rapport entre les comportements politiques et les capitaux détenus par les individus.

8Le chapitre 3, rédigé par Eric Agrikollansky, Julien Fretel, Brigitte Le Grignou, Sabine Rozier et Anne-France Taiclet, porte sur les trajectoires sociales et les itinéraires électoraux. Les auteurs ont surtout pris en compte les significations que les individus confèrent à leur position sociale, les glissements qui caractérisent les trajectoires, notamment les trajectoires politiques qui y sont parfois associées. L’analyse biographique et personnelle des trajectoires (au sens de Pierre Bourdieu) ainsi que le « social en mouvement » invitent à ne pas se limiter à une application synchronique de la position sociale réduite à quelques indications (sexe, âge, profession, etc.). Les histoires de vie doivent servir à expliciter les choix électoraux. La dynamique temporelle est à retenir. Des préférences se collent sur le suivi des trajectoires. Des traces de socialisation politique (au sens du politique) ancienne se maintiennent ou se transforment. Les identifications politiques peuvent agir sur les situations sociales, autrement dit les itinéraires de politisation peuvent agir sur les trajectoires sociales. Le poids des déterminations sociales classiques ne se réduit pas à l’effet mécanique d’une position sur une identification possible. La volatilité reflète fréquemment les divers aléas des trajectoires sociales. Sarah, 29 ans, cadre dans un service marketing d’une société de communication, dit : « Je change souvent d’avis. » Elle vote à droite, mais hésite, aux présidentielles de 2012, à donner son vote à François Hollande ou à Nicolas Sarkozy. En fait, Sarah vote nul au premier tour, Hollande au second tour, pour barrer la route à Marine Le Pen, et s’abstient aux législatives. « Je me sens devenir de droite », confie-t-elle à l’enquêteur.

9L’espace de socialisation politique d’Evelyne, 54 ans, secrétaire dans un organisme public, est celui de son entourage professionnel. En 2007, elle a voté, semble-t-il, pour Sarkozy. Sous l’influence de cet entourage, elle votera Hollande au premier tour en 2012, mais s’abstiendra au deuxième tour, ne voulant ni de l’un ni de l’autre (Hollande et Sarkozy).

10Patrick, chef d’entreprise depuis plus de 30 ans, né dans une famille pauvre, hésite entre Sarkozy et Hollande, avant de choisir Sarkozy. « Je ne vais pas laisser faiblir mon cœur, je vais voter pour le meilleur », dit-il.

11Les cas cités montrent que la stabilité du vote n’est pas acquise. L’histoire biographique marque d’une sorte de « désordre » (hésitation) l’expérience de la mobilité sociale.

12Fils de parents socialiste et communiste de la classe ouvrière, Julien fait des études de gestion, puis devient directeur dans une banque privée. Très à gauche, il se convertit peu à peu à la droite. Sa trajectoire sociale personnelle lui fait découvrir que « le capitalisme est un système qui a permis le développement du bonheur ».

13Léa, 52 ans, architecte, de droite dans sa jeunesse (giscardienne), bascule vers la gauche. Elle vote d’abord avec les écologistes, puis s’engage dans son rôle de gauche, social et citoyen, d’architecte.

14Danièle, 56 ans, pneumologue, fille d’un ouvrier devenu ingénieur, est d’abord de gauche en 1968. En 1974, elle bascule à droite et devient giscardienne sous l’influence de son mari médecin et de sa belle-famille.

15Un cas fait apparaître à la fois une conversion à la gauche et une rémanence vers les convictions de droite familiales. Votant à gauche, Pascal défend l’idée de « responsabilité et d’autonomie individuelle ». Il est gestionnaire de grandes fortunes privées.

16En ce qui concerne les effets sociaux des identifications politiques, on peut retenir que l’encastrement social des comportements politiques se manifeste sur plusieurs plans, notamment familial et professionnel. Cela n’exclut pas des déplacements significatifs pour la personne concernée. Ces déplacements socialement encastrés sont médiatisés par des proches ou viennent traduire des formes de réappropriation du vote comme expression d’investissements plus ou moins durables dans les rapports sociaux. Chloé, chef de salle dans un café-restaurant, oscille d’une campagne à l’autre (2007 et 2012) entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, se protège, par la procuration donnée à sa mère en 2012, d’un vote de droite et se réclame finalement du Parti socialiste. Destinée par ses études à travailler dans le domaine culturel où elle ne trouve pas d’emploi, elle accepte, après de petits boulots, d’entrer dans le domaine de la restauration. Fille de fonctionnaires situés à gauche, Chloé semble refléter également, par ses hésitations vers la droite ou vers la gauche, ses rapprochements et ses éloignements par rapport à sa famille.

17Quant aux épreuves sociales et à leur action sur les identifications politiques, l’exemple de Paul, 37 ans, cadre supérieur dans une société commerciale, victime d’un licenciement collectif avec indemnité diminuée, se re-saisissant en participant à une action syndicale et obtenant, à son départ, une indemnité substantielle conforme à son droit, montre que l’épreuve qu’il a vécue n’est nullement attribuée par lui au système capitaliste dans lequel il vit, mais à une défaillance des dirigeants de sa société. Elle ne modifie en rien ses choix politiques à droite.

18Au chapitre 4, Clémentine Berjaud et Daniel Gaxie qualifient de « campagne des élections » la manière dont les citoyens suivent les campagnes électorales. Les auteurs montrent que les attitudes à l’égard des campagnes électorales se révèlent complexes et dispersées. Croire que ceux et celles qui ne les suivent pas ne sont pas affectés par elles, c’est oublier que les personnes qui les suivent ne le sont pas non plus, puisqu’elles ont souvent des opinions politiques structurées bien avant le temps des élections (opinions qu’elles entretiennent). En fait, ce qui semble se produire, c’est un rapport indéterminé, ambivalent à la campagne électorale, mêlant un suivi intermittent et relatif à une distance méfiante fondée sur un « regard oblique ». Le temps de la décision électorale n’est pas toujours celui de la campagne.

19Les auteurs du chapitre 3, à l’exception de Sabine Rozier, se réunissent, au chapitre 5, pour analyser ce qu’ils appellent les incertitudes des choix électoraux. Au vu des entretiens menés, les manières diversifiées de décider n’ont pas toutes un sens politique. La multiplicité des rationalités est à l’œuvre dans les décisions électorales. Confrontés à l’intériorité sociale et à l’image de soi, les votes reflètent l’insertion de l’électorat dans des milieux sociaux diversement politisés. L’influence des proches et celle des interactions ordinaires jouent un rôle à la fois dans la mobilité et dans le renforcement des convictions qui surviennent au cours des campagnes électorales. Les électeurs et les électrices désirent parler de politique pour discuter avec leurs proches du sens du vote et de l’identité qu’ils donnent à voir en votant comme ils le font. Les principaux ressorts du vote sont la discussion avec les proches et les habitudes reflétant l’histoire longue de la socialisation et de l’insertion dans des milieux sociaux spécifiques.

20Dans le chapitre 6, « Jauger, juger la politique », Daniel Gaxie, Jérôme Heurtaux et Anne France Taiclet, tout en reconnaissant que les citoyens et citoyennes ont recours, pour voter, à des raccourcis d’information, notent que l’abstention s’accroît au fur et à mesure que la distance à l’égard de la politique augmente et que le niveau social s’abaisse. Les appuis cognitifs du jugement politique sont divers, ils sont l’objet d’une mobilisation et d’une articulation contradictoires. Les citoyens et les citoyennes disposent d’un stock inégal d’information et d’évaluation des objets politiques. Les personnes qui se tiennent à distance ont leurs raisons de rester en retrait. Elles ne peuvent compter que sur l’entremise de porte-parole, ce qui redouble leur distance à la politique.

21Le chapitre de Daniel Gaxie (le septième de l’ouvrage) porte sur les adhésions et les pertes d’adhésions appliquées au politique. En fait, il porte surtout sur les pertes d’adhésions par « absence d’illusion », « désintérêt », « dégoût », « écœurement ». Un lycéen, confondant le politique et les hommes ou les femmes politiques, dit : « Les politiques, je comprends pas leurs mots. Ils entourloupent les populations. Ils savent pas résoudre nos problèmes. »

22Un homme âgé de 25 ans, diplômé d’une école de commerce, évoque avec éloges le général de Gaulle, les années 1960. Un cadre intermédiaire plutôt situé à droite, qui confond lui aussi le politique, la politique et les hommes politiques, déclare : « C’est pas les politiques qui mènent le monde, c’est les banques, la finance, à droite et à gauche. » À droite, « on regrette le manque de fermeté pour prendre des mesures impopulaires », à gauche, « on attendait plus de détermination en faveur de la justice sociale contre les inégalités de fond », dit un professeur. Les sentiments sont mêlés. Un architecte, âgé de 56 ans, se plaint du manque d’éthique, du conservatisme et de l’absence d’idées des hommes politiques. Selon lui, « une élection présidentielle doit faire rêver d’une manière raisonnable ». Un étudiant en droit voudrait un vrai projet, un projet de civilisation. Une secrétaire-réceptionniste, âgée de 53 ans, ne croit plus à la politique (ni sans doute au politique). Une surveillante de lycée vote à gauche, parce que la droite « c’est le triomphe de l’argent ». Une étudiante en pharmacie, d’extrême droite, déclare : « Le Pen respecte le nationalisme. » Les actes ne sont pas nécessairement en accord avec les paroles. Le cadre intermédiaire a voté blanc aux présidentielles et aux législatives de 2007 et de 2012, mais il critique vigoureusement la politique municipale de la gauche à Paris. Un certain renouvellement du politique se manifeste autour de quelques candidats, mais s’articule aussi avec les propensions au scepticisme. Une femme de 83 ans, veuve d’un magistrat, vote en 2007 et en 2012 pour François Bayrou. À droite comme à gauche, en 2012, on a de bonnes raisons, disent certains interviewés, de choisir un candidat, mais on ne peut lui accorder qu’une confiance limitée.

23Après les élections se manifestent, pour les uns la déception et un scepticisme modéré, pour les autres une radicalisation critique du côté de la déception.

24Il me semble que la confusion entre le politique (le droit, les droits, les morales et les éthiques, les idéologies, les repères-limites : transmission, autorité, reconnaissance par exemple) et la politique, confusion plus ou moins augmentée par le présidentialisme tel qu’il fonctionne actuellement en France, cela depuis 1962, est le signe d’un déploiement de l’attention des électeurs et des électrices beaucoup plus sur la politique et les hommes politiques (candidats) que sur le politique lui-même. Autrement dit, les électeurs et les électrices s’intéressent plus aux programmes politiques (au sens de la politique) et aux personnalités des candidats qu’au politique lui-même, c’est-à-dire à ce que ni eux-mêmes ni les candidats ne font apparaître explicitement, tout en le produisant et en le vivant au quotidien dans le légitime ou l’illégitime.

25Dans un dernier chapitre non signé, il apparaît que l’ajout d’entretiens approfondis et séquencés dans la période retenue, non seulement restitue quelques-uns des sens du vote d’agents situés socialement et politiquement (aux deux sens du terme politique), mais également permet d’être alerté sur le mouvement des représentations sociales et des pratiques d’électeurs et d’électrices.

26La difficulté de cette enquête, au demeurant passionnante, est que ni chez l’électorat ni chez les enquêteurs et les enquêtrices la distinction entre le politique et la politique n’est suffisamment précise. On peut admettre que le politique, en l’occurrence dans le domaine électoral, contient des repères-limites non déterminants, mais suffisamment cohérents pour être évoqués : le don, le renoncement, la transmission, l’autorité, l’identité, l’égalité, la liberté, la responsabilité, la justice. À noter que la réciprocité ne doit pas y apparaître : il n’y a pas de rendu au vote. Il est évident que ces thèmes ne se manifestent pas dans les questions des enquêteurs et dans les réponses des enquêtés. Le mérite, le grand mérite de l’enquête n’est pas à chercher là ; il s’agirait d’un autre travail. Mais il est de rechercher les thèmes du politique dans l’implicite des réponses des enquêtés et de tenter sans cesse de les expliciter.

Haut de page

Bibliographie

BRACONNIER, Céline et Jean-Yves DORMAGEN (2007), La démocratie de labstention, Paris, Gallimard, Coll. « Livre de poche ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Moreau de Bellaing, « Spel COLLECTIF SOCIOLOGIE POLITIQUE DES ÉLECTIONS (2014), Les sens du vote. Une enquête sociologique (France 2011-2014) », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7183

Haut de page

Auteur

Louis Moreau de Bellaing

Louis Moreau de Bellaing est ancien professeur des Universités, en sociologie, Université de Caen. Courriel : l.moreaudebellaing@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org