Navigation – Plan du site
Lectures

Béatrice VACHER et Isabelle LE BIS (2014), L’histoire sans fin des technologies de l’écrit. Traité de bricolage réfléchi pour épris de curiosité

Paris, Presses des Mines, Coll. « Les carnets de Lilith »
Gilles Rouet
Référence(s) :

Béatrice VACHER et Isabelle LE BIS (2014), L’histoire sans fin des technologies de l’écrit. Traité de bricolage réfléchi pour épris de curiosité, Paris, Presses des Mines, Coll. « Les carnets de Lilith »

Texte intégral

1Le dictionnaire Larousse définit le « bricolage » comme une « activité manuelle non professionnelle », mais aussi comme un « travail peu sérieux, grossier », un « rafistolage ». Même si ce petit livre décrit des situations sérieuses, essentiellement dans un contexte professionnel, il propose des éléments d’analyse pour des comportements, des choix, mais aussi des frustrations, voire de l’anxiété, qui caractérisent des situations banales, quotidiennes. Ici, l’utilisation du terme bricolage n’a pas seulement pour objectif de rendre le titre moins scientifique, mais bien de participer à une réflexion théorique sur les évolutions de nos usages.

2Deuxième ouvrage des « Carnets de Lilith » (L’étude de l’invisibilité de l’individu au travail à travers l’histoire), L’histoire sans fin des technologies de l’écrit explore les rapports entre usagers et technologies, à partir d’une démarche pédagogique (la mobilisation de nombreux exemples) et de références théoriques multiples.

3Si le premier ouvrage de la série (Vive la technologie ? Traité de bricolage réfléchi pour épris de liberté) abordait cette thématique de manière générale, ce volume décrit le « bricolage », individuel ou collectif, qui s’apparente à une adaptation raisonnable d’un possible avec les technologies, d’une part, et qui procède d’une relativisation de la toute-puissance des technologies, quand il s’agit de classer, d’ordonner, de ranger, d’autre part.

4Ce livre est intelligent et intelligible, drôle et efficace. Il est bien légitime de vouloir, au moins dans le cadre professionnel, être rationnel, efficace, efficient, et d’avoir confiance, plus ou moins, voire une quasi-foi, dans les possibilités des technologies. Les discours technocentrés peuvent amener chacun à perdre de vue que lui seul, avec d’autres et dans une logique de partage et de dialogue, d’essais et d’erreurs, pourra régler des problèmes ou mener à bien des projets.

5Les quelques pages d’introduction exposent un problème ancien : comment ranger de manière à pouvoir retrouver, à plusieurs, des éléments dont nous pourrions avoir besoin ? Aucune technologie, imposant de facto un ordre, ne peut vraiment répondre à la place des utilisateurs à cette question et ce livre, structuré en trois chapitres, tente d’apporter des éléments pour prouver qu’en fin de compte, même avec le numérique, il s’agit toujours de « petits arrangements », de bricolage.

6Et même, la situation pourrait bien être pire. En effet, le premier chapitre montre que ranger des livres dans une bibliothèque ou bien recenser des documents dans une entreprise nécessite un « plan de classement » (p. 17), qu’il serait illusoire de croire parfait ou automatique. Par ailleurs, la technologie peut même favoriser « la dispersion, voire la perte » des documents (p. 13). Il suffit d’avoir déjà tenté une expérience de tentatives de rangement de fichiers sauvegardés dans un disque dur ou sur un espace cloud, pour suivre les auteurs. Cependant, ce n’est peut-être pas la technologie en elle-même qui est en cause, mais bien la manière dont elle est envisagée. Même sans être aussi radical qu’Evgeny Morozov (2014), il est fondamental d’adopter une posture aussi critique envers les solutions technologiques actuelles qu’envers, par exemple, la classification de Dewey. D’ailleurs, comment utiliser réellement un outil dans sa critique ?

7Alors, oui, il est certainement possible, dans plusieurs circonstances, de se « contenter d’un rangement minimum pour [se] débrouiller du reste en discutant » (p. 21) et de relativiser l’outil. Les exemples proposés illustrent très bien cette démarche : d’Arpanet et de la cybernétique jusqu’à l’incomplétude de Gödel et aux travaux d’Yves Clot, l’interprétation humaine est centrale et le conflit entre « abstraction et concret » a bien une « longue histoire » (p. 28) ! Cette impossibilité de l’ordre parfait a un énorme mérite : elle permet de faire dialoguer les individus.

8Il y a certainement aussi, dans cette propension à croire en « un ordre universel et automatique » (p. 24) (ou à en rêver), une dimension culturelle, très rapidement abordée à la fin de chaque chapitre (avec des « clins d’œil » [p. 33]).

9Le deuxième chapitre aborde le thème à partir d’une autre entrée : la technologie permet-elle de simplifier ou de contrôler ? L’exemple de l’opposition entre le droit coutumier et le droit écrit ainsi que celui de la simplification de l’orthographe sont bien trouvés. Alors que les instituteurs sous la monarchie de Juillet devaient prouver leurs compétences orthographiques en 1833 pour avoir le droit d’exercer, leurs successeurs deviendront les gardiens d’un nouveau temple, l’orthographe, progressivement « marqueur social » (p. 40), en s’opposant alors aux simplifications. L’histoire de l’orthographe dans ses rapports avec les technologies est d’ailleurs une autre piste d’approfondissement des thèmes de ce livre.

10Cependant, si la technologie peut fabriquer du contrôle, et c’est aussi le cas dans l’exemple des outils de gestion, il est possible de « naviguer entre l’objectivité des normes et la subjectivité de la situation » (p. 49), en acceptant le caractère incomplet de toute procédure, le droit à l’erreur et le « bricolage des normes institutionnelles » (idem.). Les auteurs proposent ainsi de développer la « litote organisationnelle […], capacité à tirer parti du quotidien pour élaborer et faire vivre les grands principes » (idem.), suivant en particulier les travaux de Michel Berry (1983).

11« Tout ne s’écrit pas, tout ne peut pas s’automatiser » (p. 50-51). Non seulement il faut accepter de renoncer à cette utopie, mais en plus il faut avoir recours aux « incontournables » bricolages et « ajustements quotidiens » (p. 51). Là aussi, il s’agit, en adoptant une telle posture, de favoriser le dialogue.

12Le dernier chapitre aborde la thématique de la conservation, du partage et de l’oubli. Les outils numériques transforment, avec leur appropriation au quotidien, nos manières de travailler, en particulier en ce qui concerne l’écrit, l’éditorialisation.

13Les généticiens des textes, en particulier, ne peuvent plus utiliser les mêmes outils d’analyse désormais, car les archives de demain ne pourront certainement pas conserver les traces de toutes les rédactions successives des textes directement écrits sur ordinateur, même si, en théorie, cela est possible. Pour les prochains spécialistes qui voudront analyser la gestation d’un texte, il sera difficile de trouver des sources permettant d’analyser, par exemple, Michel Houellebecq comme on l’a fait pour Émile Zola.

14Autre exemple : les archives ont des pratiques de discrimination et justifient bien évidemment la conservation non exhaustive pour garder l’important, l’essentiel, l’officiel, faute de place et de ressources. Ce phénomène, qui n’est pas nouveau, n’est pas non plus évoqué et c’est dommage, car il est nécessaire de s’interroger sur les archives avec le numérique, ses fonctions, ses fonctionnements, et cela va dans le sens des thèses défendues.

15Les auteurs développent en particulier le problème des abréviations utilisées dans les copies de documents, des erreurs générées et des usages qui évoluent, ce qui finit par rendre inintelligibles les copies, par engendrer une perte de sens ou une création de contresens. Est également abordé le problème des plateformes de travail collaboratif dont le contrôle hiérarchique automatisé annule en grande partie l’intérêt pour les équipes.

16Karl Weick est mobilisé avec pertinence pour revenir sur l’importance du collectif et du sens, une thématique très étudiée actuellement : la création de sens s’appuie sur des échanges, des partages, des relations dans des situations particulières. Voilà bien le fil conducteur de ce livre : les exemples analysés illustrent l’importance des « tâches prosaïques et surtout de la reconnaissance mutuelle associée » (p. 85). Alors, oublions l’utopie numérique et revenons au bricolage, au quotidien, chez soi comme au travail.

17Il est effectivement essentiel d’accepter de vivre « dans un monde imparfait » (p. 19) : c’est la thèse majeure de ce livre dont les exemples et les références, souvent rapides, sont pertinemment choisis, ce qui ne peut qu’inviter à la réflexion et au partage.

Haut de page

Bibliographie

BERRY, Michel (1983), Une technologie invisible ? L’impact des instruments de gestion sur l’évolution des systèmes humains, Centre de Recherche en Gestion de l’École Polytechnique, Paris (texte intégral sur HAL, archives ouvertes).

MOROZOV, Evgeny (2014), Pour tout résoudre, cliquez ici : l’aberration du solutionnisme technologique, Paris, FYP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Rouet, « Béatrice VACHER et Isabelle LE BIS (2014), L’histoire sans fin des technologies de l’écrit. Traité de bricolage réfléchi pour épris de curiosité », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7188

Haut de page

Auteur

Gilles Rouet

Gilles Rouet est professeur en sciences de gestion, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Chaire Jean Monnet ad personam « Identités et cultures en Europe » et professeur en relations internationales, Université Matej Bel, Banska Bystrica, Slovaquie, membre du Laboratoire de recherche en management Larequoi ISM-UVSQ. Courriel : gilles.rouet@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org