Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard WALLON (dir.) (2016), Banlieues vues d’ailleurs

Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »
Ali Khardouche
Référence(s) :

Bernard WALLON (dir.) (2016), Banlieues vues d’ailleurs, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »

Texte intégral

1La revue Hermès édite depuis plusieurs saisons de petits ouvrages en format poche reprenant des articles déjà publiés au sein de la revue. Dans le détail, ici, le livre regroupe une introduction resituant le projet de l’ouvrage et lui donnant du sens, pas moins de 12 contributions, dont 2 originales et donc jamais publiées, une bibliographie sélective ainsi qu’une présentation des auteurs. Certes, comme nous l’avons mentionné, la plupart des articles ont déjà été publiés, pour la plupart, mais ils peuvent apporter, du moins cela a été le vœu pieu du directeur de Banlieues vues d’ailleurs, une originalité dans l’analyse du traitement des banlieues selon différents angles (terrain, réflexions, littérature) par des Français essayant de comprendre la vision étrangère des banlieues ou bien celle d’étrangers s’intéressant à ce thème passionnant et passionné de la banlieue et y apportant des explications.

2Du moins, cela a été la volonté de l’éditeur au départ. En d’autres termes, l’objet de cet ouvrage est de recenser des papiers dans lesquels des étrangers perçoivent à leur façon la société française par le prisme de la banlieue. Ces auteurs ont une perception différente des médias français qui, la plupart du temps, stigmatisent la banlieue comme un lieu de non-droit, de violence aussi. En effet, dans cet opus, ils analysent ce territoire comme un espace de possibilités esthétiques par la photo où il existe une relative tolérance ou bien dans lequel il est possible de développer la professionnalisation du métier de journaliste (Ana Navarro Pedro, « Bondy Blog  Des Français parlent aux Français ») ou son activité de photographe professionnel (Jean-Michel Simoes, « Clichés, images et photographie »).

3Tous les chapitres ou presque sont écrits dans une langue accessible au plus grand nombre. Certes, les auteurs font référence à des paradigmes communicationnels et politistes, mais ils ne perdent pas le lecteur dans des dédales de références permettant de marquer une quelconque autorité (Jeanneret, 1997) légitimiste, voire mondaine (Bourdieu, 1984). D’ailleurs, le chapitre de Christina Horvath, « Écrire la banlieue dans les années 2000-2015 », qui se base sur une enquête complète au sujet de l’essor de la littérature en banlieue, pointe du doigt sa non-reconnaissance puisqu’elle n’a pas trouvé sa place du fait que l’intelligentsia universitaire l’a fortement et injustement sous-estimée. La banlieue vue d’ailleurs est caractérisée par un potentiel humain méconnu et méprisé. C’est paradoxal puisque les avant-dernières universités parisiennes construites près de la banlieue (VincennesSaint-Denis, Villetaneuse) ont été édifiées au cœur des cités pour mieux se rapprocher d’elles. C’est d’ailleurs en banlieue parisienne et plus exactement à Mantes-la-Jolie, à une trentaine de kilomètres à l’est de la capitale française, que sera filmée une scène mémorable où Pierre Bourdieu parle justement aux jeunes de la seconde génération pour leur démontrer toute l’importance de la résistance aux préjugés et surtout de la prise en main contre les rapports de domination existants et la doxa persistante (Carles, 2000).

4Les auteurs ne décrivent pas seulement les terrains qu’ils ont visités. En effet, certains chapitres sont de fines analyses, notamment le chapitre d’Alec G. Hargreaves, « Banlieues, islam : une médiatisation qui dérange » ou encore les deux chapitres qui suivent, axés sur la vision américaine de la banlieue ou du renouvellement urbain (« Outer Cities, visions américaines de la banlieue française » de Tyler Sotall et « Le renouvellement urbain français vu des États-Unis » de Clément Boisseuil). Ils nous montrent à quel point la vision de la banlieue est fausse, car elle est phagocytée par des préjugés et des analyses grossières des médias.

5Notre principale critique est que cet ouvrage, bien qu’il soit articulé autour de la vision des banlieues par les étrangers (comprenez de ceux qui n’habitent pas en France), est composé de différentes publications ayant à l’origine répondu à des attentes différentes. Cela donne un patchwork en quelque sorte. Le lecteur a du mal à appréhender dans cet ouvrage l’axe ontologique de l’orientation scientifique pour mieux comprendre la banlieue, et donc vers quoi elle peut tendre. De plus, les auteurs terminent l’ouvrage par trois chapitres axés sur les affaires ou la réussite économique de la banlieue. Le point de vue est positif et c’est compréhensible. Mais, là encore, les articles sont dépareillés. Et l’on a du mal à bien repérer le fil rouge de l’ouvrage entre un chapitre sur les coopérations internationales avec une vision comparatiste entre la France et le Canada, un autre sur les politiques urbaines italiennes comme miroir et enfin les deux derniers chapitres.

6Nous comprenons que le minimum que l’on peut demander à un étudiant de premier cycle universitaire en sciences humaines et sociales est effectivement d’objectiver et de « prendre les objets comme des choses », comme l’écrivait Gaston Bachelard. Mais cela n’est pas suffisant pour mieux comprendre les questions relatives aux banlieues. Nous pensons aussi que l’orientation de certains auteurs donneurs de leçon s’explique du fait que les Français ne peuvent pas objectiver cet objet, les banlieues, comme objet scientifique car cela concerne leur propre banlieue et parce qu’ils en font partie ; cela est relativement limité. D’ailleurs, le chapitre de Marc Berthiaume, « Le rôle des coopérations internationales : l’exemple de la France et du Canada », met en exergue cet aller-retour entre la France et le Canada pour ne plus « avoir la tête dans le guidon » et aboutir à se renouveler et à repenser l’approche méthodologique. En fait, cela nous fait penser aux travaux de Hogarth cherchant à dépasser une tendance à l’empirisme logique et à adopter une approche culturaliste. Et cela montre bien que l’on comprend mieux un objet quand on s’immerge à l’intérieur, quand on en fait partie intégrante. Cela a donné l’interactionnisme sociologique pour la méthodologie sociologique et aussi l’émergence des cultural studies comme nouvelle discipline universitaire.

7Enfin, la dimension géographique n’est pas claire. Du moins, il n’y a pas de différences marquées entre les particularités régionales des banlieues des grandes villes et celles des petites villes. Cette sous-thématique n’a même pas été effleurée par les auteurs. C’est dommage. Rappelons que l’entreprise Toyota ne s’est pas installée dans une banlieue, mais en province (par rapport à la région parisienne) et surtout dans une grande conurbation qui a créé depuis longtemps un continuum économique qui est différent de la cassure Paris/banlieue parisienne à plusieurs égards et surtout sur un plan économique. Cette étude de cas a cependant le mérite de montrer qu’en banlieue, la réussite d’un projet industriel peut entraîner des réussites économiques et sociales. Il faudrait, cependant affiner ces propos sur un plan quantitatif. Par exemple, les taux d’activité des jeunes peuvent être rapprochés des dernières études économiques du ministère français de l’Économie (DARES, 2013) en termes de taux d’activité par rapport au diplôme.

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD, Gaston (1938), La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris, Vrin.

BOURDIEU, Pierre (1984), L’homo-academicus, Paris, Editions de Minuit

CARLES, Pierre (2001), La sociologie est un sport de combat, Paris, CP Production et VP Films, 2 h 25.

DARES ANALYSES (2013), Évolution récente de l’insertion des jeunes sur le marché du travail selon le niveau de diplôme, Paris, Édition de la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.

HOGARTH, Richard (1970/1957), La culture du pauvre : étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, traduit de l’anglais par Françoise et Jean-Claude GARCIAS et Jean-Claude PASSERON, Paris, Minuit, Coll. « Sens commun ».

JEANNERET, Yves (1997), « Usages de l’usage, figure de la médiatisation », Communication et langage, 151 : 3-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ali Khardouche, « Bernard WALLON (dir.) (2016), Banlieues vues d’ailleurs », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7193

Haut de page

Auteur

Ali Khardouche

Ali Khardouche est enseignant associé et chercheur associé à UFR Santé, médecine et biologie humaine, Sorbonne Paris 13 à Bobigny et chercheur associé au Centre d’études du développement international et des mouvements économiques et sociaux (Cedimes), Réseau Académique International Francophone. Courriel : khardouch@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org