Skip to navigation – Site map
Lectures

Andrzej ZUCZKOWKI, Ramona BONGELLI, Ilaria RICCIONI et Carla CANESTRARI (dir.) (2014), Communicating Certainty and Uncertainty in Medical, Supportive and Scientific Context

Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, Coll. « Dialogue studies »
Daniel Raichvarg
Bibliographical reference

Andrzej ZUCZKOWKI, Ramona BONGELLI, Ilaria RICCIONI et Carla CANESTRARI (dir.) (2014), Communicating Certainty and Uncertainty in Medical, Supportive and Scientific Context, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, Coll. « Dialogue studies »

Full text

1La certitude et, plus encore, l’incertitude font désormais partie des priorités médiatiques, sociales, politiques et… personnelles. Ici, il sera question d’un vaccin et de l’autisme, là de l’oxyde de titane dans les bonbons ou d’un moustique et d’un virus. Partout du changement climatique et de gaz à effet de serre (ah les vaches !). Rappelons que la plus connue des expressions contemporaines de ces questions, le principe de précaution, a été édictée dans le cadre de la déclaration de Rio en 1992 dans le domaine de l’environnement. Mais rappelons aussi que le principe d’incertitude a été proposé pour la première fois par le physicien allemand Werner Heisenberg en 1927 — et qu’Albert Einstein lui-même, d’ailleurs, y trouvait à redire, tant il était perturbé dans ses propres représentations scientifiques, voire imaginaires du monde. De 1927 à 1992 et… maintenant. Il existe des interrogations provenant du monde scientifique expérimental. Ce sont souvent, sinon au mieux, des points de vue certes éclairés par des concepts parfaitement maîtrisés sur un point, mais qui proviennent d’acteurs sociaux à la fois juges et partis : comment les producteurs de certitudes pourraient-ils penser les incertitudes des autres, même s’ils ont eux-mêmes conscience de leurs incertitudes ? Les recherches en sciences humaines et sociales se devaient de s’emparer de ce duo. L’ouvrage soumis à la lecture est issu d’un colloque international qui s’est tenu en 2012 à l’Université de Macerata (Italie) : « La communication de la certitude et de l’incertitude — aspects linguistiques, psychologiques, philosophiques », et les quatre organisateurs sont aussi les responsables de la publication. Le colloque embrassait large, très large : discours oral, discours écrit, conversations informelles, médias, littérature, conversations psychothérapeutiques… Sans qu’il soit besoin de connaître le programme des communications, la difficulté a donc été, on s’en doute, de trouver des catégories pour en réunir certaines en un épais volume. Trois axes ont été choisis : theoretical and general models, medical and supportive interactions, scientific writing and academic communication. L’objectif lié à la publication des résultats de recherche est probablement atteint, en ce qui a trait au sous-titre du colloque : « aspects linguistiques, psychologiques et philosophiques ». Mais les approches sont associées à des champs qui réduisent la question communicationnelle à quelques objets d’investigation — marqueurs et locuteurs —, qui ne permettent pas d’en embrasser toutes les figures. On le comprend aisément, par exemple, au patchwork des terrains et des méthodes à l’œuvre dans la dernière session : 60 articles pris au hasard dans la revue Spektrum der Wissenschaft (1993-2012) côtoient trois Romanian Academic meetings et quatre articles issus de Brain (1997-2012). Tout cela est un ensemble de recherches conduites avec des habitudes, des méthodes et des concepts qui tournent à l’évidence, et les coordonnateurs ont donc sans doute fait avec ce qu’ils avaient en magasin. Mais si l’ouvrage peut s’adresser, comme cela est revendiqué, à des érudits concernés par des interrogations à la fois théoriques et pratiques, notamment dans le domaine de la santé, le risque est de produire un intérêt rigidifié autour de problématiques qui ne résolvent qu’en partie les soucis qu’incertitude et certitude posent à la communication. L’interdisciplinarité revendiquée n’est pas de celle qui permet de les remettre en question du point de vue des interventions sociales.

  • 1 « Confidence and psychosis: A neuro-computational account of contingency learning disruption by NMD (...)

2Le bulletin de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) du 25 juin 2015 faisait écho d’une recherche présentée dans Molecular Psychiatry1 : « Ne pas savoir faire face à l’incertitude : porte d’entrée de la psychose ? ». Diable, l’heure est grave. À moins que, là encore, nous ne soyons en situation d’incertitude... On pourrait presque en être certain !

Top of page

Notes

1 « Confidence and psychosis: A neuro-computational account of contingency learning disruption by NMDA blockade », 9 juin 2015

Top of page

References

Electronic reference

Daniel Raichvarg, « Andrzej ZUCZKOWKI, Ramona BONGELLI, Ilaria RICCIONI et Carla CANESTRARI (dir.) (2014), Communicating Certainty and Uncertainty in Medical, Supportive and Scientific Context », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://communication.revues.org/7196

Top of page

About the author

Daniel Raichvarg

Daniel Raichvarg est professeur émérite en sciences de l’information et de la communication, Université de Bourgogne Franche-Comté et membre du Laboratoire Communications, Médiations, Organisations, Savoirs (CIMEOS). Courriel : Daniel.Raichvarg@u-bourgogne.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org