Skip to navigation – Site map
Recherches

L’objectivité en trompe-l’œil

La couverture du débat autour du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale par Le Figaro
Maria Holubowicz

Abstracts

Le Figaro’s framing of the creation of France’s Ministry of Immigration, Integration, National Identity, and Mutually Supportive Development (MIIIN) in 2007, under president Nicolas Sarkozy, shows that this right-leaning newspaper uses different types of journalistic artifacts to objectify coverage of this event and give the impression of encouraging debate about it by applying a strategy based on the appearance of non-engagement of today's general press.

Top of page

Full text

1Le ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire (MIIIN), créé sous la présidence de Nicolas Sarkozy par le décret du 18 mai 2007, qui a suscité de nombreuses réactions au sein de la société civile, a curieusement occupé peu de place dans la presse généraliste française. Ce débat a été plutôt couvert par les médias moins centraux du point de vue de la fonction de forum public que la presse s’arroge traditionnellement dans les sociétés démocratiques. La presse nationale d’information générale (Le Monde, Libération, Le Figaro) s’est généralement limitée à un traitement factuel de la création du ministère et des réactions à cette création.

2Ce traitement pour le moins prudent des questions gravitant autour d’identité nationale est dû aux impératifs du principe d’objectivité. Érigé au rang d’une norme journalistique dans l’univers de la presse de moins en moins politisée, ce principe aurait pu être mis à mal par des prises de position dans un débat. Et le débat suscité par la politisation à outrance de la notion d’identité nationale était particulièrement sensible.

3Une telle objectivation concernant le débat en question serait encore plus marquée dans le cas du Figaro, dont la ligne éditoriale proche du pouvoir en place ne le prédestinait pas à devenir un contradicteur principal du gouvernement. Certes, depuis sa naissance comme feuille satirique et littéraire en 1826, devenu depuis l’organe de « la bourgeoisie », « sans excès », « sans lignes strictes » (Kaciaf, 2010 : 59), Le Figaro n’a jamais été astreint à défendre la ligne politique d’un parti. Il est cependant presque de notoriété publique que, depuis l’époque Hersant jusqu’à aujourd’hui, ce journal a dû, plus d’une fois, se plier aux desiderata de ses propriétaires successifs peu regardants envers l’un des principes de base de la presse démocratique, celui selon lequel le propriétaire du journal ne se mêle pas des choix rédactionnels (Blandin, 2007).

Le cadrage des nouvelles comme forme de l’engagement journalistique

  • 1 Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un séminaire du Groupe de recherche sur les enjeux de la (...)

4L’étude de la couverture que Le Figaro a réservée au MIIIN entre janvier 2007 et avril 20091 semble d’abord confirmer notre première remarque en indiquant que la création du ministère a été abordée par le journal sur le mode essentiellement factuel. Notre hypothèse met en évidence une objectivité en trompe-l’œil, car en fin de compte, le mode de traitement que le journal réserve à cette question favorise plutôt l’édulcoration du débat à propos du MIIIN.

5Certes, dans son traitement du sujet, Le Figaro semble respecter la première condition majeure de cet artefact journalistique qu’est l’objectivité et qui consiste en l’adoption de postures spécifiques dans l’écriture, à savoir l’objectivation du langage, l’utilisation du ton neutre et le bannissement de tout jugement de valeur dans ses propos. En tout cas, cette posture consistant en l’objectivation du langage paraît bien respectée dans les articles de notre corpus relevant du genre informatif, tels que des papiers factuels ou des comptes rendus. Par contre, ce n’est pas le cas en ce qui concerne la seconde grande condition de l’objectivité journalistique, qui consiste à présenter d’une manière équilibrée des points de vue opposés (Bernier, 2004 : 307-313).

6Ce constat nous permet donc de formuler l’hypothèse que dans son traitement du débat lié à la création du MIIIN, Le Figaro utilise les postures de l’objectivité journalistique pour accroître la crédibilité de ses propos qui, pourtant, recèlent une vision très partisane du sujet.

7Pour mener notre démonstration, nous n’allons pas nous appuyer sur la notion d’objectivité. Car celle-ci, faisant partie intégrante de l’idéologie professionnelle dont les origines remontent à l’époque de la professionnalisation des journalistes (Schudson, 1978), nous amène d’emblée sur le terrain de l’éthique, fait croire en de bonnes intentions et en l’intégrité journalistique sous prétexte que certaines exigences formelles ont été respectées dans la relation des événements, alors que ce n’est manifestement pas le cas dans le corpus étudié.

8Les notions d’engagement et de distanciation ainsi que celle de polémique, qui est l’une des expressions par excellence de la parole engagée, semblent mieux servir notre propos.

9Cependant, il ne s’agit pas tant d’un engagement individuel des journalistes qui défendraient telle ou autre cause dans leurs articles. D’ailleurs, ce type d’engagement serait en constant déclin dans la presse française, pour les journalistes politiques notamment, dont l’autonomie par rapport au champ politique est inversement proportionnelle à leur autonomie au sein de leurs rédactions respectives (Saitta, 2010). Il serait plutôt question d’un engagement collectif d’un titre qui transparaît à travers les contenus qu’il propose à ses lecteurs.

10Compris comme politique, l’engagement des journaux français ne cesse de se déliter depuis le début des années 1980 comme conséquence du désenchantement croissant des citoyens à l’égard de la politique. Entraînant la dévaluation de l’information politique aux yeux des lecteurs, ce processus a conduit au bouleversement de la hiérarchie traditionnelle des genres au sein des rédactions. Ainsi les rubriques « Politique » et « International », longtemps considérées comme les plus prestigieuses, ont-elles perdu en attrait et, par conséquent, en autonomie et en espace qui leur était dévolu dans les journaux d’information politique et générale (ibid.).

11Le désengagement partisan qui a gagné l’ensemble de la presse généraliste grand public ainsi que la remise en cause de la place de la politique comme sujet journalistique central peuvent expliquer la portion de plus en plus congrue qui est accordée à la polémique.

12En résumant la définition proposée par Galia Yanoshevsky, Annik Dubied et Benoît Grevisse (2003) définissent la polémique journalistique comme suit :

Tout discours journalistique affirmant une opinion (voire des opinions) en l’affrontant à d’autre(s) discours, mais aussi tout discours polémique tenu dans l’espace médiatique, et auquel le journaliste est confronté sans s’y impliquer directement en tant que protagoniste (lorsqu’il est « intermédiaire », « médiateur », ou encore « interprète »). (s.p.).

13Cette définition, qui fait la distinction entre différents degrés d’engagement du journaliste dans une polémique médiatique, peut être complétée par celle proposée par Michael Palmer (2003), qui met l’accent sur l’importance de la sélection des propos et de la mise en forme dans l’expression d’une opinion :

Bref, la polémique, c’est souvent l’art d’arranger selon les circonstances du jour, selon le contexte de l’Actualité, les informations nouvelles mais sciemment choisies, pour afficher une opinion inspirée par une conviction profonde, qu’elle soit positive ou négative, assumée ou contestée, appliquée à ceux que l’on tient pour « responsables » (de leurs dires, comme de leurs actes) (s.p.).

14La couverture par Le Figaro de la création du MIIIN semblerait être, au premier abord, un parfait exemple du non-engagement et de l’évitement de la polémique. Comment l’expliquer alors que le sujet est, justement, hautement polémique ? S’agit-il vraiment d’un refus de clamer haut et fort sa position par le journal aux idées pourtant connues dans le débat extrêmement sensible ou plutôt d’une prise de position claire, quoique dissimulée non pas dans l’argumentation, réduite à la portion congrue, mais dans la sélection, la structuration et la mise en scène des propos ?

15Au-delà de la mauvaise réputation de la polémique dans la pratique journalistique qu’attestent les études citées ci-dessus (Dubied et Grevisse, op. cit.), c’est la perspective constructiviste qui permet d’enrichir notre explication. Selon celle-ci, les événements ne sont que des faits construits, conséquence des pratiques spécifiques des professionnels des médias exerçant au sein de différents organismes et institutions (et en relation avec eux) ainsi que des routines journalistiques érigées en normes et non pas un miroir fidèle de la réalité (Neveu et Quéré, 1996 ; Padioleau, 1976 ; Tuchman, 1978).

16Dans l’analyse de notre corpus, nous nous appuyons sur la méthodologie développée par le courant de la framing analyse théorisée par le sociologue américain Erving Goffman dans son étude de l’expérience individuelle (1991/1974). Très présente dans les travaux anglo-saxons sur les médias, entre autres parce qu’elle met en évidence le caractère construit des informations journalistiques, la théorie du cadrage semble beaucoup moins mise à contribution dans l’étude des médias en France. En tout cas, peu d’auteurs y font explicitement référence. Si c’est le cas, c’est pour citer les travaux américains qui adoptent cette méthodologie, comme le fait, par exemple, Érik Neveu dans son article consacré à la revue des études et des problématiques de recherche à propos de la couverture médiatique des mouvements sociaux (1999). Or, le mérite de cette approche, comme le remarque Stephen D. Reese (2001), est de tenir compte des relations entre les pratiques médiatiques, la culture, les publics et les producteurs, ce qui permet en même temps d’éviter de fractionner l’étude des communications en différents composants de la chaîne communicationnelle.

  • 2 Les cadres [sont] les modèles persistants et routinier de la connaissance, de l’interprétation et d (...)

17Selon le sociologue étatsunien Todd Gitlin qui, dans son ouvrage The Whole World is Watching: Mass media in the making and unmaking of the left (1980 : 7), est l’un des premiers à utiliser la notion de cadre conceptualisée par Goffman pour l’étude des nouvelles journalistiques, « frames are […] a persistent patterns of cognition, interpretation, and presentation, selection, emphasis and exclusion by which symbol-handlers routinely organizes discourse »2 (cité d’après Palczewski, 2011 : 32).

18William Gamson, un autre sociologue américain, spécialiste des mouvements sociaux, en définissant ces schémas qui servent à agencer l’information journalistique, met quant à lui l’accent sur leur caractère implicite, qui va de soi.

19Les cadres informationnels (news frames) sont presque entièrement implicites. Ils n’apparaissent ni pour les journalistes ni pour le public comme une construction sociale, mais plutôt comme les attributs premiers des événements que les reporters ne font que refléter. Ils font apparaître le monde comme naturel. Ils déterminent ce qui est choisi, ce qui est écarté, ce qui est accentué. Bref, les nouvelles présentent un monde empaqueté (Gamson, 1988 : 78).

20Selon William Gamson et André Modigliani (1989 : 3), l’orientation du cadrage dans le discours médiatique peut être définie principalement grâce aux cinq éléments suivants : les métaphores, les exemples, les accroches, les descriptions et les éléments visuels. James W. Tankard (2001) y ajoute d’autres éléments, qui relèvent davantage de la construction et de l’habillage du texte, à savoir les titres, les sous-titres, les photos, les légendes, les citations, les chapeaux, les logos, les données statistiques, les schémas, l’agencement des paragraphes et les conclusions.

21À notre avis, ces différents éléments peuvent ou non être pris en considération en fonction de l’hypothèse de départ. En ce qui concerne notre étude, menée selon une démarche inductive, nous avons retenu, comme éléments essentiels de différenciation, la longueur des articles, leur genre ainsi que la rubrique dans laquelle ils s’insèrent. C’est ensuite seulement que nous sommes « entrée dans le texte » pour examiner les articles du point de vue de l’angle qu’ils adoptaient, afin de voir quel sens s’en dégageait principalement. Nous nous en tenons donc principalement à l’analyse textuelle dont les resultats seront commentés en prenant en compte les conditions de production dans le champ journalistique. (Voir la conclusion).

Le MIIIN dans Le Figaro

22Pour appréhender la place qu’a réservée le journal Le Figaro à la création polémique du MIIIN, nous avons analysé 83 articles publiés sur tous les supports du groupe Le Figaro dans la période du 1er janvier 2007 au 26 avril 2009, présents sur la base de données Factiva et comportant l’expression « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale ». La longueur moyenne d’un article est de 668 mots, donc qui dépasse légèrement deux feuillets et demi ; 8 articles ne dépassent pas un feuillet (250 mots), 22 articles n’en dépassent pas deux et la grande majorité des articles (68 sur 83) ne dépassent pas trois feuillets (750 mots).

23Le premier article mentionnant les termes « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale » a été publié dans Le Figaro le 9 mars 2007. De 544 mots, intitulé « Nicolas Sarkozy détaille ses “solutions” pour la France », c’est un compte rendu de l’intervention télévisée de Sarkozy de la veille, dans laquelle le candidat de la droite aux élections présidentielles détaille son programme et où le projet de la création du ministère en question est à peine mentionné. Quant au dernier article de notre corpus publié dans la période étudiée, il porte la date du 14 janvier 2009. En effet, le débat sur l’immigration a été réactivé à l’occasion du remaniement ministériel. Intitulé « Hortefeux a le sentiment du devoir accompli à l’Immigration », comportant 191 mots, il constitue aussi un compte rendu, cette fois-ci de la dernière conférence de presse de Brice Hortefeux durant laquelle le ministre « a dressé le bilan de vingt mois de réformes », comme le résume Le Figaro en soulignant « qu’en peu de temps un ministère qui suscitait la polémique était accepté dans le paysage gouvernemental : “Nous avons gagné la bataille des idées, s’est-il réjoui” » (voir Tableau 1).

Tableau 1. Les caractéristiques du corpus étudié, 1er janvier 2007 – 26 avril 2009

Tableau 1. Les caractéristiques du corpus étudié, 1er janvier 2007 – 26 avril 2009

Le nombre de mots des articles est donné d’après Factiva.

24Le sujet de la création du ministère n’est véritablement couvert par la rédaction que pendant trois mois : en mars, avril et mai 2007, à partir de l’annonce de cette création par Sarkozy le 8 mars 2007. C’est au mois de mars 2007 que le nombre d’articles publiés avec la mention du ministère est de loin le plus important, car il est de 42. Il est de 16 en avril 2007 et de 14 en mai de la même année pour tendre vers zéro jusqu’à la fin de la période étudiée, à savoir le mois de mars 2009 (voir graphique 1).

Graphique 1. MIIIN, nombre d’articles publiés par mois dans les titres du Figaro entre janvier 2007 et avril 2009

Graphique 1. MIIIN, nombre d’articles publiés par mois dans les titres du Figaro entre janvier 2007 et avril 2009
  • 3 Le support de publication des articles n’étant pas précisé sur Factiva si l’on effectue la recherch (...)

25L’approche du corpus par l’étude du genre dominant des articles, de leur longueur et de la rubrique où ils se trouvent laisse penser que la création du MIIIN a été abordée sur le mode essentiellement factuel. L’étude de l’insertion de ces articles dans des rubriques montre en effet que plus de la moitié de ces articles (53) a été publiée dans la rubrique « France » ; la rubrique « France Politique » se trouve en deuxième position avec 11 articles, alors que les rubriques « Débats & Opinions », « Opinion » et « Débats »3 ne totalisent que 8 articles.

Graphique 2. Répartition des articles par rubriques

Graphique 2. Répartition des articles par rubriques

26De plus, ce n’est que dans le quart des articles de notre corpus (soit 21, voir figure 4) que le MIIIN constitue le thème principal ou sert de point de départ pour discourir à propos des notions que la création du ministère implique fortement, telles que l’identité nationale, la nation, l’immigration et l’intégration, dans les articles publiés dans les rubriques « Débats » ou « Opinion ».

Graphique 3. Nombre d’articles en fonction de la plance du thème MIIIN

Graphique 3. Nombre d’articles en fonction de la plance du thème MIIIN

27Un tiers exactement (sept) des articles où le MIIIN peut être considéré comme l’un des thèmes principaux de l’article sont centrés sur l’expression de l’opposition à l’idée de la création du ministère. Seulement deux d’entre eux, dont une longue interview avec François Bayrou du 28 mars 2007, dans lequel le président du Modem, parmi d’autres thèmes abordés, justifie son opposition à la création du MIIIN, peuvent être rangés dans la catégorie « Débat ». Si, dans l’interview de Bayrou, l’on ne comptabilise que le nombre de mots dans le passage relatif à la position du chef du Modem, on obtient le résultat de 1 788 mots pour les articles de la catégorie « Débat » qui donnent la parole aux opposants à la création du MIIIN, alors que trois papiers de la même catégorie qui expriment l’idée favorable à la proposition de Sarkozy (voir tableau 3) totalisent 2 202 mots. Il y a aussi deux analyses qui peuvent être considérées comme impartiales. Il s’agit, d’une part, de l’article « Pour lutter contre le nationalisme, affirmons la nation — Défense du modèle intégrationniste à la française » d’André Grjebine, directeur de recherche à Sciences Po et membre du CERI publié le 21 mars 2007 et, d’autre part, d’une analyse d’Éric Dupin, également un enseignant à Sciences Po, intitulé « L’“identité nationale”, une thématique codée qui profite à Sarkozy, mais pas à Le Pen » et publié le 30 mars 2007. D’ailleurs, toutes les analyses et opinions sur le sujet, dont le seul éditorial du Figaro relatif à la création du MIIIN, ont été publiées dans la seconde moitié du mois de mars 2007, ce qui permet d’affirmer que si l’on peut parler de l’existence d’un débat sur la question dans ce journal, ce débat a été plutôt limité et très fortement circonscrit dans le temps.

28Quant aux cinq articles restants qui se font la voix de l’opposition à la création du ministère, ils ne contiennent en tout que 644 mots et peuvent être rangés dans la catégorie des brèves (voir figure 5).

Tableau 2. Articles qui « couvrent » différentes expressions d’opposition à la création du MIIIN

Tableau 2. Articles qui « couvrent » différentes expressions d’opposition à la création du MIIIN

29Douze articles présentent l’idée de la création du ministère sous un jour plutôt favorable. Parmi ces papiers, on en trouve trois qui se placent clairement du côté du commentaire, avec un éditorial d’Yves Thréard qui présente le fait d’associer les mots immigration et identité comme « une louable ambition », une longue chronique d’Ivan Rioufol selon qui « Sarkozy a raison de mettre l’identité au centre des débats » et une tribune libre rédigée par Maxime Tandonnet, conseiller pour l’immigration au cabinet de Sarkozy en 2005-2006, selon qui la proposition de Sarkozy peut être placée dans la continuité de l’action du gouvernement depuis 2003. Quant aux autres papiers qui présentent plutôt la vision gouvernementale de la création du MIIIN, il s’agit de six articles, de deux comptes rendus et d’une brève, qui représentent ensemble 4 749 mots.

Tableau 3. Articles qui évoquent d’une manière favorable la création du MIIIN

Tableau 3. Articles qui évoquent d’une manière favorable la création du MIIIN

30Si l’on tient compte du seul nombre d’articles présentant la vision du gouvernement et la vision des opposants à la création du MIIIN, la couverture des pour et des contre ne paraît donc pas extrêmement déséquilibrée avec 12 articles pour et 7 articles contre.

31Cependant, ce déséquilibre est plus présent dans la longueur des articles en question (6 951 mots pour, 2 432 mots contre) ainsi que dans la nature de ces articles. Comme nous l’avons déjà signalé ci-dessus, mis à part les papiers de commentaire (tribune libre, chronique, éditorial), la couverture en faveur de la création du MIIIN s’exprime majoritairement dans des articles de 527 mots en moyenne, alors que la couverture qui relate les actions et les propos des opposants n’est relatée que dans cinq brèves de 128,8 mots chacune en moyenne.

32Il semblerait donc que les artefacts d’objectivité et de traitement équitable de la question dans Le Figaro ne fassent que dissimuler une couverture faisant la promotion de l’idée de Sarkozy de la création du MIIIN et qui tend à minimiser le débat que l’annonce de cette création a suscité dans la société civile, même si l’existence de ce débat ainsi que de plusieurs voix divergentes est mentionnée à plusieurs reprises.

L’art de l’élision

33Il s’avère que la minimisation du débat à propos de la création du MIIIN s’exprime dans Le Figaro non seulement par le petit nombre global d’articles publiés sur le sujet dans la période étudiée, mais aussi par différents procédés discursifs.

La mise en avant du soutien de l’opinion à la création du MIIIN

34D’abord, on met en avant le soutien des Français à la politique du gouvernement en matière d’immigration et à la proposition du candidat Sarkozy de créer le MIIIN, et ce, en publiant des résultats de sondages.

35Ainsi l’article intitulé « Sarkozy veut défendre “l’identité de la France” » publié le 15 mars 2007 suggère-t-il que l’annonce même de la création du ministère aurait déjà eu un effet favorable sur l’opinion en permettant à Sarkozy de devancer désormais ses concurrents dans la course à la présidentielle.

36En se saisissant à bras-le-corps du sujet de l’immigration et de l’identité nationale, Sarkozy considère qu’il a déjà créé un effet. Son entourage évoque le dernier sondage CSA pour Le Parisien et I Télé qui le met à 27 % au premier tour, devant Ségolène Royal (26 %) et François Bayrou (21 %).

  • 4 L’article intitulé « Seriez-vous choqué par la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Ide (...)
  • 5 Voir « Politoscope : l’“identité nationale” approuvée », publié le 16 mars 2007.

37Le lendemain, on rapporte qu’environ 70 % des lecteurs du figaro.fr ne seraient pas choqués par la création d’un tel ministère4 et qu’« une majorité de Français est favorable à la création d’un “ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale” et approuve les arguments avancés par Nicolas Sarkozy pour justifier sa proposition, selon le dixième baromètre réalisé par OpinionWay pour Le Figaro et LCI »5.

38Mais ce soutien de l’opinion au candidat Sarkozy et à ses propositions, notamment en matière d’immigration, est aussi suggéré d’une autre manière. Par exemple, le compte rendu d’une réunion de Sarkozy tenue à Besançon le 13 mars 2007 fait part du nombre élevé des participants à cette rencontre en suggérant en même temps que l’appellation du nouveau ministère reçoit l’approbation de la majorité des Français.

  • 6 L’article « Identité nationale : Sarkozy persiste et signe », publié le 14 mars 2007.

39Et si la notion de « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale » n’a pas été testée, on se dit convaincu, au QG du candidat, que « les deux tiers des Français approuvent sa démarche sur ces sujets »6.

La mise en valeur du bilan du ministre Hortefeux

40Le débat suscité par la proposition même de la création du MIIIN est aussi éludé par une mise en valeur par Le Figaro du bilan de Hortefeux à la tête du ministère, notamment lors de son départ en janvier 2009. Dans l’article « Hortefeux a le sentiment du devoir accompli à l’Immigration » (14 janvier 2009), la mention des objectifs atteints chiffrés s’accompagne de la constatation d’une victoire idéologique dans le débat autour du ministère.

Hier, lors de sa dernière conférence de presse au MIIIN, Hortefeux a dressé le bilan de vingt mois de réformes. Avec, avant tout, le sentiment d’avoir accompli sa mission, conformément aux objectifs que lui avait fixés le président de la République. Hortefeux assume sans complexe le chiffre de 30 000 reconduites à la frontière, qui dépasse même le quota fixé au début de l’année 2008. Il s’est félicité aussi que ses services aient démantelé « cent filières » d’immigration illégale.

41Mais surtout, il a martelé qu’en peu de temps, un ministère qui suscitait la polémique était accepté dans le paysage gouvernemental : « Nous avons gagné la bataille des idées », s’est-il réjoui.

La minimisation de l’opposition de l’opinion publique à la création du MIIIN

42Cependant, ce qui frappe peut-être le plus à la lecture attentive des articles du corpus, c’est que la couverture de l’opposition de l’opinion publique à la création du ministère est réduite à une portion congrue. Cette minimisation consiste d’abord à parler le moins possible des actions entreprises par différents acteurs sociaux pour protester contre la création du ministère. Ces actions sont à peine mentionnées sous forme de brèves. L’exemple du lancement et de la publication d’une pétition pour demander le changement d’intitulé du ministère, événement couvert par Le Figaro le 23 juin 2007 par une brève de 79 mots à peine, est éloquent à cet égard.

Pétition contre le ministère de l’Immigration OPPOSITION. Quelque 200 universitaires et intellectuels français et étrangers demandent le changement d’intitulé du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, dans une pétition publiée hier par Libération. Les signataires estiment que la création de ce ministère inscrit « l’immigration comme “problème” » pour la France et les Français dans leur « être même ». Le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, a exclu que le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale soit rebaptisé.

43Qui plus est, c’est aussi la place accordée aux articles traitant de l’opposition au ministère ainsi que leur structuration même qui contribuent à minimiser, voire à contourner ce débat. Par exemple, une autre des cinq brèves de notre corpus du Figaro qui couvrent la voix et les actions de cette opposition, annonce, certes, la démission de huit chercheurs de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI), mais cet événement est littéralement noyé dans des propos qui visent à relativiser sa portée. Il n’est annoncé ni dans le titre ni même dans l’attaque de cette brève, qui ne compte que 169 mots du texte et qui se termine par la constatation relative au soutien de la majorité des Français à la création du ministère.

44Quant au titre de la brève en question, il met en avant la volonté supposée de dialogue de Hortefeux à l’encontre des opposants, alors que l’attaque est constituée d’une citation des propos de Valérie Pécresse qui tend d’emblée à minimiser l’objet du débat.

LE FIGARO — FrancePolitique

Hortefeux va recevoir les chercheurs du CNHI (22 mai 2007)

Marie-Christine TABET

IMMIGRATION

« Quand on parle d’identité nationale, on parle de citoyenneté et de valeurs républicaines, de rien d’autre », a déclaré hier matin le ministre à l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, pour clore la polémique sur l’intitulé du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Huit chercheurs, emmenés par Patrick Weil, historien de l’immigration, ont en effet démissionné de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) pour protester contre le rapprochement des thèmes « immigration » et « identité nationale ». « C’est inédit dans le monde, explique Patrick Weil, on n’a jamais vu un gouvernement vouloir définir l’identité nationale ». Hier, Brice Hortefeux, le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale, s’est dit prêt à rencontrer ces chercheurs. Ses conseillers confiaient que leur ministre recevrait les universitaires en début de semaine prochaine pour « faire de la pédagogie ». « Mais les enquêtes d’opinion montrent que 72 % des Français, dont des partisans de gauche, approuvent la création de ce ministère », relativise un proche de Brice Hortefeux.

Quelques jours auparavant, le 19 mai 2007, l’annonce de la démission des universitaires de la veille est traitée dans une brève encore plus brève (70 mots au total) et qui est de surcroît noyée parmi d’autres brèves traitant des faits divers. En voici les titres de cette rivière de brèves parmi lesquelles la nouvelle sur la démission de huit universitaires n’est qu’un tout petit ruisseau parmi d’autres.

« Affaire Crémel : Gateau renvoyé aux assises » JUSTICE

« Des universitaires opposés à Nicolas Sarkozy » DÉMISSIONS.

« La police enquête sur le “France Poker Tour” » JEUX.

« Greenpeace dénonce une pollution de l’eau » ÉCOLOGIE.

Enfin, un autre exemple du même type montre encore une fois comment, dans un article, on élude la question qui paraît être une question de fond au profit de quelque chose qui s’apparente à une anecdote, donc d’importance secondaire du point de vue de l’intérêt du débat public. Ainsi, la brève du Figaro du 5 avril 2007 se focalise dès son titre sur l’incident provoqué par la formulation des propos tenus par Ségolène Royal lors de sa visite au Salon de l’agriculture plutôt que sur l’objet même de ces propos, à savoir la dénonciation de l’amalgame entre l’identité française et l’immigration contenu dans le nom du MIIIN.

Royal-Sarkozy, qui ment ?

Ségolène Royal a-t-elle « traité d’ignoble » Nicolas Sarkozy comme l’assure le candidat UMP ? La candidate socialiste, qui le nie, l’a accusé mardi d’être un « menteur ». Qu’en est-il des propos exacts de Ségolène Royal ? C’est en visitant le Salon de l’agriculture le samedi 10 mars qu’elle avait commenté la proposition de créer un « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale », lancée le jeudi précédent par le ministre de l’Intérieur. « Je trouve assez ignoble de faire cet amalgame entre l’identité française et les travailleurs immigrés, étrangers, qui viennent ici pour contribuer à la croissance économique. Je pense que c’est une confusion malheureuse. Jamais les travailleurs immigrés n’ont menacé l’identité française », avait-elle déclaré. N.B.

Conclusion

45Comme le montre l’analyse ci-dessus, le cadrage spécifique que le journal Le Figaro adopte pour traiter la question de la création et de l’existence du MIIIN met nettement en exergue la vision gouvernementale et minimise le propos ainsi que les actions des opposants. En même temps, en servant essentiellement de support à la communication gouvernementale au sujet du MIIIN, le journal donne l’impression d’instaurer un débat, car la parole des opposants n’est pas totalement absente. Cela nous amène à constater que la méthodologie issue de la théorie du framing non seulement met en évidence les procédés qui permettent aux médias d’attirer l’attention sur une telle ou telle nouvelle, mais aussi permet d’expliquer comment les médias procèdent pour banaliser une nouvelle tout en observant les principes de la sacro-sainte objectivité journalistique.

46Cependant, ce mode de cadrage ne veut pas obligatoirement dire qu’il s’agit d’une stratégie préméditée par la rédaction du journal pour faire peser la balance du côté du gouvernement dans le débat autour du ministère de l’Immigration. Ce faisant, Le Figaro ne fait qu’assumer entièrement sa ligne éditoriale, celle d’un journal qui s’adresse principalement aux lecteurs du centre droit, mais qui lorgne aussi du côté des lecteurs de la droite dure. Ce cadrage semble également être la parfaite illustration d’une stratégie des apparences du non-engagement du journal. Cette stratégie s’inscrit, d’une part, dans la tendance de fond du journalisme qui consiste à éviter ou à cantonner dans des espaces bien délimités toute polémique trop prononcée (Dubied et Grevisse, op. cit. ; Charon, 2003). D’autre part, elle maintient l’illusion de l’objectivité et de la mise à distance du sujet. Mais cette minimisation de l’importance du caractère polémique de la création du MIIIN peut aussi être considérée comme une manière implicite de discréditer la partie adverse, qui prétend le contraire, aux yeux de l’opinion publique. En effet, comme le précise Yanoshevsky, toute polémique journalistique est à visée manipulatrice envers un tiers auquel elle s’adresse, en fin de compte (2003). Et Nicolas Kaciaf rappelle que l’expression des préférences partisanes se manifeste à travers les normes d’écriture et les logiques rédactionnelles adoptées par un tel ou autre journal (op. cit. : 69).

  • 7 « Media discourse, we argue, provides many of the essential tools. Note that this model of the rela (...)

47En ce qui concerne la question de l’influence d’un tel traitement du débat par un grand journal d’opinion de droite sur la mobilisation de l’opinion publique, c’est un autre sujet qui dépasse le cadre de la présente étude de cas. Nous pouvons cependant rappeler ici les propos de Gamson et Modigliani qui, dans leur étude sur la couverture par les médias de la question nucléaire et la formation de l’opinion publique aux États-Unis, constatent que même si le discours des médias n’infléchit pas forcément l’opinion publique, il est fort à parier que les schémas narratifs que les médias nous livrent « clé en main » sont utilisés assez souvent par leurs publics, car ils permettent à peu de frais de donner du sens au monde qui nous entoure7. Et si Reese présente l’activité de framing comme un exercice de pouvoir, c’est justement parce que selon lui, le cadrage influence notre compréhension du monde politique (op. cit. : 3).

48Pour finir, il se peut que le débat sur l’identité nationale qui a ressurgi à l’occasion de la création du MIIIN n’ait pas été suffisamment porté par différents acteurs sociaux pour trouver un écho prolongé et fort dans les médias. En effet, il est avéré que ceux-ci fonctionnent le plus souvent comme une caisse de résonance qui amplifie les débats existants plutôt qu’ils n’en créent de nouveaux. Comme l’a montré la sociologue Gaye Tuchman (op. cit.), les médias mainstream, en se faisant prioritairement l’écho de la parole des institutions bien établies, soutiennent avant tout l’ordre existant et légitiment le statu quo au détriment du changement porté le plus souvent par des acteurs moins centraux dans la configuration du pouvoir en présence.

Top of page

Bibliography

BERNIER, Marc-François (2004), Éthique et déontologie du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval.

BLANDIN, Claire (2007), Le Figaro. Deux siècles d’histoire, Paris, Armand Colin.

CHARON, Jean-Marie (2003), « La place du journaliste dans la conduite du débat démocratique », dossier « La polémique journalistique », Recherches en communication, 20 : 155-172.

DUBIED, Annik et Benoît GREVISSE (2003), « Trêve de polémique ou contrôle des opinions », présentation du dossier « La polémique journalistique », Recherches en communication, 20 : 7-18. [En ligne]. http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/rec/article/view/4471/4201. Page consultée le 12 septembre 2016.

GAMSON, William A. (1988), « Le legs de Goffman », Politix, 1(3-4) : 71-80.

GAMSON, William et André MODIGLIANI (1989), « Media discourse and public opinion on nuclear power: A constructionist approach », American Journal of Sociology, 95 : 1-37.

GITLIN, Todd (1980), The Whole World is Watching: Mass Media in the Making and Unmaking of the Left, Berkeley, University of California Press.

GOFFMAN, Erving, (1991/1974), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

JOHNSON-CARTEE, Karen S. (2005), News Narratives and News Framing. Constructing Political Reality, New York, Rowman & Littlefield Publishers.

KACIAF, Nicolas (2010), « Engagement journalistique et bipolarisation de l’espace partisan. Le cas des services Politique de la presse française (1968-1981) », dans Sandrine LEVÊQUE et Denis RUELLAN (dir.), Journalistes engagés, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 55-71.

NEVEU, Érik (1999), « Médias, mouvements sociaux, espaces publics », Réseaux, 17(98) : 17-85.

NEVEU, Érik et Louis QUÉRÉ (1996), « Présentation » du dossier « Le temps de l’événement », Réseaux, 75 : 7-21.

PADIOLEAU, Jean G. (1976), « Systèmes d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, 3 : 256-282.

PALCZEWSKI, Marek (2011), « Koncepcja framingu i jej zastosowanie w badaniach newsow w Wiadomosciach TVP i Faktach TVN », Studia Medioznawcze, 1(44) : 31-40.

PALMER, Michael (2003), « La polémique dans le désordre (XVIIIe-XXIe siècles) », dossier « La polémique journalistique », Recherches en communication, 20 : 37-52. http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/rec/article/view/4491/4221. Page consultée le 12 septembre 2016.

REESE, Stephen D. (2001), « Framing public life. A bridging model for media research. Prologue », dans Stephen REESE, Oscar GANDY et August GRANT (dir.), Framing Public Life: Perspectives on Media and Our Understanding of the Social World, Mahwah (N.J.), Lawrence Erlbaum, p. 7-31.

SAITTA, Eugénie (2010), « Les transformations des rapports entre journalisme et politique. Une comparaison France/Italie depuis les années 1980 », dans Sandrine LEVÊQUE et Denis RUELLAN (dir.), Journalistes engagés, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 31-53.

SCHUDSON, Michael (1978), Discovering the News. A Social History of American Newspapers, New York, Basic Books.

TANKARD, James W. (2001), « The empirical approach to the study of media framing », dans Stephen REESE, Oscar GANDY et August GRANT (dir.), Framing Public Life: Perspectives on Media and Our Understanding of the Social World, Mahwah (N.J.), Lawrence Erlbaum, p. 95-106.

TUCHMAN, Gaye (1978), Making News. A Study in the Construction of Reality, New York, The Free Press.

YANOSHEVSKY, Galia (2003), « La polémique journalistique et l’impartialité du tiers », dossier « La polémique journalistique », Recherches en communication, 20 : 53-63. http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/rec/article/view/4501/4231. Page consultée le 12 septembre 2016.

Top of page

Notes

1 Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un séminaire du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (Gresec) portant sur les pratiques journalistiques.

2 Les cadres [sont] les modèles persistants et routinier de la connaissance, de l’interprétation et de la présentation, de la sélection, d’une mise en relief et de l’exclusion à travers lesquels ceux qui manipulent les symboles organisent leurs discours (traduction de l’auteure).

3 Le support de publication des articles n’étant pas précisé sur Factiva si l’on effectue la recherche sur tous les supports du groupe en même temps.

4 L’article intitulé « Seriez-vous choqué par la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale ? », publié le 16 mars 2007.

5 Voir « Politoscope : l’“identité nationale” approuvée », publié le 16 mars 2007.

6 L’article « Identité nationale : Sarkozy persiste et signe », publié le 14 mars 2007.

7 « Media discourse, we argue, provides many of the essential tools. Note that this model of the relationship of media discourse and public opinion does not argue that media discourse causes public opinion to change. But if packages and their elements are essential tools, then it makes a considerable difference that some are more readily available than others. Making sense of the world requires an effort, and those tools that are developed, spotlighted, and made readily accessible have a higher probability of being used » (Gamson et Modigliani, 1989 : 10).

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1. Les caractéristiques du corpus étudié, 1er janvier 2007 – 26 avril 2009
Caption Le nombre de mots des articles est donné d’après Factiva.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7215/img-1.png
File image/png, 87k
Title Graphique 1. MIIIN, nombre d’articles publiés par mois dans les titres du Figaro entre janvier 2007 et avril 2009
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7215/img-2.png
File image/png, 54k
Title Graphique 2. Répartition des articles par rubriques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7215/img-3.png
File image/png, 103k
Title Graphique 3. Nombre d’articles en fonction de la plance du thème MIIIN
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7215/img-4.png
File image/png, 38k
Title Tableau 2. Articles qui « couvrent » différentes expressions d’opposition à la création du MIIIN
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7215/img-5.png
File image/png, 219k
Title Tableau 3. Articles qui évoquent d’une manière favorable la création du MIIIN
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7215/img-6.png
File image/png, 299k
Top of page

References

Electronic reference

Maria Holubowicz, « L’objectivité en trompe-l’œil », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 10 July 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://communication.revues.org/7215 ; DOI : 10.4000/communication.7215

Top of page

About the author

Maria Holubowicz

Maria Holubowicz est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et chercheure au Gresec (Groupe de recherche sur les enjeux de la communication), Université Grenoble Alpes. Courriel : maria.holubowicz@univ-grenoble-alpes.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org