Navigation – Plan du site
Articles

Prescrire un itinéraire touristique par la médiation d’un écrit d’écran

Étude de l’architexte d’une application mobile dédiée à la visite d’Albi
Cédric Calvignac et Jan Smolinski

Résumés

Cet article décrit la façon dont la consultation en mobilité d'« écrits d'écran » est susceptible d'affecter les pratiques des mobinautes et de transformer la nature et la forme de leurs déplacements. Il s'intéresse plus spécifiquement aux modifications qu'entraîne l'usage d'une application touristique mobile dans le déroulement d'un parcours de visite. L'application mobile est perçue comme une instance d'organisation, de structuration et d'affichage de l'écrit qui conditionne et encadre l'expérience du visiteur. L'article analyse deux formes de traductions interdépendantes : celle de l'inscription sociotechnique des prescriptions retenues et celle de la réception sélective des informations transmises et de leur valorisation en situation.

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui largement diffusé dans les pays développés, le smartphone a pris une importance grandissante dans nos façons d’appréhender, de lire et d’interpréter l’espace. Recourir à cet équipement mobile permet notamment de mieux s’orienter dans les territoires fréquentés (géolocalisation) et de mobiliser en cours d’action des ressources informationnelles ajustées à la situation (Greenfield, 2010 ; Lavigne, 2012). Cette médiation technique génère par conséquent de nouvelles formes d’associations entre les environnements physique et numérique du mobinaute (Marzloff, 2005 ; Rallet, Aguilera et Guillot, 2009). Elle fait entrer en résonance ce qu’il voit sur et au-delà de son écran et propose ainsi une mise en abyme numérique du territoire parcouru (principe de réalité augmentée).

2Notre contribution décrit la façon dont la consultation en mobilité d’écrits d’écran est susceptible d’influencer les pratiques des mobinautes ainsi que de transformer la nature et la forme de leurs déplacements (Jeanneret et Souchier, 1999). Elle s’intéresse plus spécifiquement aux modifications qu’entraîne l’usage d’une application touristique mobile dans le déroulement d’un parcours de visite (Bordeaux et Renaud, 2012). Ces modifications sont généralement liées à une variation plus ou moins importante des modalités de réception de l’information, modalités elles-mêmes dépendantes de la conjugaison des qualités prescriptives du vecteur employé (technologie, média) et du message qu’il porte (suggestion, argumentaire). Étudier la consultation d’informations en mobilité amène donc à considérer l’importance des efforts de structuration, de cadrage et de configuration nécessaires à la mise en forme d’écrits dont la lecture effective dépend d’un large ensemble de facteurs techniques (système d’exploitation, logiciels, écrans) et environnementaux (contextes d’usage variés et changeants).

3Les écrits d’écran consultés en mobilité s’inscrivent le plus souvent dans des applications pour smartphone pensées pour faciliter leur manipulation. L’application mobile s’apparente alors à un « architexte » qui, « non content de représenter la structure du texte, en [commande] l’exécution et la réalisation » (Souchier, Jeanneret et Le Marec, 2003). En effet, l’application mobile « incarne, borne, et potentialise le geste d’énonciation éditoriale ». Elle vient cadrer la rédaction et la lecture des écrits d’écran (Jeanneret et Souchier, 2005). Il semble dès lors pertinent d’interroger non seulement l’agencement de l’application mobile — sa façon d’organiser et de mettre en forme les contenus —, mais également son agentivité (agency) — sa façon d’infléchir le cours de l’action (Callon, 1986 ; Calvignac et Cochoy, 2015).

  • 1 L’application mobile a été spécialement conçue pour l’enquête et sert uniquement nos objectifs scie (...)

4Suivant ce principe, notre enquête a porté sur la conception et l’utilisation d’une application mobile dédiée à la visite du centre historique d’Albi. Cette application touristique a été tout à la fois objet de création — puisque nous en sommes les concepteurs — et objet d’étude — puisque nous avons pu en observer les premiers usages dans le cadre d’une expérimentation1. Toute l’originalité de notre contribution repose sur notre capacité à embrasser les points de vue distincts des acteurs de l’offre (auteurs/concepteurs) et de la demande (lecteurs/usagers). Notre enquête nous permet en effet de revenir sur les différents arbitrages opérés au cours de la phase de conception de l’application et de les mettre en perspective avec les usages effectivement observés en situation. Ainsi, le travail de recherche engagé permet d’analyser deux formes de traductions interdépendantes : celle de l’inscription sociotechnique des prescriptions retenues (I) et celle de la réception sélective des informations transmises (II).

  • 2 Albi est surnommée la « ville rouge » en référence à la couleur des briques de la cathédrale Sainte (...)

5Baptisée Les clefs de la ville rouge2, notre application mobile propose une découverte originale des lieux fondée sur l’apparition, chemin faisant, d’indices révélant les singularités historiques, architecturales et culturelles de la ville. Elle met en scène différents écrits d’écran visant à réorienter le parcours des visiteurs grâce à la projection de renseignements géolocalisés sur une carte dynamique d’Albi. L’application en question déplace les conventions d’écriture caractéristiques des guides touristiques papier : elle privilégie les formats d’écriture courts et donne toute leur place aux logiques indiciaires de la découverte comme au surgissement ponctuel d’informations situées. Elle fait par là même se déplacer l’attention du lecteur sur des éléments nouveaux et intervient directement sur la définition des itinéraires qu’il emprunte. Ce dispositif entre, par conséquent, dans la catégorie des « technologies d’organisation » (Cooren, 2004, 2006 ; Terssac et Bazet, 2007 ; Hémont et Mayère, 2014 ; Mayère, Bazet et Roux, 2012) puisqu’il offre la possibilité d’une intervention à distance de tiers prescripteurs dont l’objectif est d’orienter le déroulement de l’action conduite (Mallard, 2000).

6Le principal enseignement de notre enquête porte sur l’efficacité toute relative de ces technologies d’organisation administrées à distance auxquelles on prête pourtant d’importantes vertus prescriptives. Notre enquête démontre que la relation entre prescripteurs et usagers souffre de nombreuses interférences et repose sur d’infimes variations du dispositif technique — passées généralement inaperçues — qui peuvent avoir des répercussions tout aussi inattendues que décisives. L’influence des modalités d’affichage et de représentation de l’information est, à ce titre, remarquable tant elle conditionne l’interprétation des contenus diffusés et la définition subséquente des itinéraires suivis.

Matériel et méthode

7Notre démonstration repose sur les résultats d’une expérimentation conduite d’août 2014 à mai 2015 dans la ville d’Albi. Cette expérimentation a d’abord été l’occasion de rendre compte, de façon réflexive, de la phase de conception de l’application et des conditions de réalisation des écrits d’écran associés (I). Afin de documenter cette phase inaugurale, nous avons conservé l’ensemble des courriels échangés avec nos collègues informaticiens responsables de la réalisation technique du dispositif. Nous avons également sauvegardé toutes les versions d’essai de ladite application. Nous disposons donc d’un historique détaillé de l’avancement du projet qui permet de mettre en évidence les apports croisés des différents intervenants concernés. Les données recueillies nous donnent l’occasion de revenir sur une grande part des arbitrages sociotechniques rendus et de les mettre en perspective par rapport aux différentes contraintes temporelles et économiques avec lesquelles il a fallu composer. Ces arbitrages successifs ont, à plusieurs reprises, conduit à déplacer sensiblement — et de façon interdépendante — le cadre de l’enquête (protocole évolutif, ajustements de notre problématique), la forme et les fonctions de l’application et, par suite, les conditions de lecture des touristes observés (Jeanne-Perrier, 2006 ; Cotte, 2007).

  • 3 Nous prenons ainsi en considération la réalité d’un « modèle étagé » d’adoption « où l’utilisation (...)

8Le second objectif de cette expérimentation a été d’observer les variations de pratiques induites par l’usage de l’application conçue (II). Il s’est agi de comparer les parcours de deux groupes de visiteurs distincts : huit couples munis d’un livret touristique papier (groupe contrôle) et huit couples disposant de ce même dispositif papier et d’un smartphone doté de l’application (groupe expérimental). Le protocole d’enquête retenu a été pensé de façon à contrôler ce que l’ajout d’une application pour smartphone dans un écosystème informationnel et technique déjà constitué pouvait induire en matière d’exploration d’un espace donné. Autrement dit, nous avons cherché à déterminer ce qu’apporte l’usage d’une application touristique dans la routine de déplacement de visiteurs qui bénéficient au préalable d’un équipement minimal pour s’orienter dans la ville. De cette manière, nous avons pu nous éloigner d’une situation peu courante de substitution complète de l’équipement touristique — le numérique chassant le papier — pour nous rapprocher de configurations hybrides — plus fréquentes et ordinaires — où le nouvel équipement entre dans le cortège des dispositifs déjà présents3.

  • 4 Les deux modèles de récepteurs GPS utilisés sont le Garmin Oregon 650t et le Garmin Oregon 600t (à (...)

9Pour alimenter notre réflexion sur l’usage de l’application, nous avons mis en place un protocole d’enquête consistant à suivre les 16 couples recrutés au plus près de leurs pérégrinations touristiques sans trop influencer le cours de leur action. Nous avons donc choisi de recueillir les traces de leur activité grâce à l’enregistrement de données de géolocalisation4 (récepteur GPS relevant sa position toutes les 10 secondes) et au relevé de l’historique de navigation de l’application mobile fournie (pour 8 des 16 couples). Les données de géolocalisation nous permettaient de connaître les zones fréquentées par les visiteurs, leur rythme de marche, la fréquence et le lieu des arrêts effectués. L’historique de navigation nous informait quant à lui sur le moment précis d’utilisation de l’application, sur l’ouverture et la fermeture des pages, sur le temps de lecture accordé à chacune d’elles. Enfin, nous avons conduit des entretiens semi-directifs de fin de parcours avec chacun des couples de façon à recueillir leurs impressions et leurs retours d’expérience sur la visite effectuée. L’objectif a donc été de suivre pas à pas, de clic en clic et mot à mot les couples de visiteurs observés (Beaudouin, Cardon et Mallard, 2001), de rendre compte de leurs choix, de décrire la façon dont ils se repèrent tant dans le dédale des ruelles de la ville que dans celui des informations et prescriptions qu’ils consultent (Hatchuel, 1995 ; Mallard, op. cit.).

Représentativité des données produites

10Pour être bien comprises, les données recueillies doivent être replacées dans leur contexte de production. Il faut tout d’abord indiquer qu’elles témoignent de l’adoption d’une application spécifique et uniquement de cette application. D’autres applications mobiles fondées sur des logiques d’exploration différentes (jeu de piste, partage communautaire de l’expérience) et reposant sur des objectifs distincts (faire consommer, publier sur les réseaux sociaux) auraient probablement suscité d’autres effets et conduit à d’autres analyses. La taille et le poids du livret, les commandes de l’application, les modalités de signalement des indices sur la ville, la nature et la forme des contenus édités sont autant de facteurs déterminants pour la prise en main et l’utilisation finales des dispositifs. Nos analyses sont donc à rapporter aux conditions de réalisation restrictives de l’expérimentation décrite. La présentation de cette étude de cas ouvre néanmoins sur des réflexions de portée générale permettant de caractériser le difficile alignement entre un énoncé prescriptif, ses traductions matérielles — texte et architexte confondus — et sa réception souhaitée conforme.

11Soulignons également que dans le cadre de cette enquête, nous avons choisi d’observer des couples. Ce choix se justifie par le fait que la majorité des visiteurs d’Albi explorent le centre historique en couple (Calvignac et al., 2013, 2014). Nous sommes donc partis de la formation touristique la plus répandue pour conduire notre enquête. Cette décision porte en elle le germe de la difficile interprétation des effets de couple. En effet, seuls les entretiens de fin de parcours peuvent éclairer la répartition des tâches au sein du binôme, la distribution genrée des dispositifs papier et numérique, la nature des négociations présidant à l’utilisation des outils et à l’orientation du parcours. Nous nous reposons entièrement sur ces entretiens pour aborder ces différentes thématiques.

12Enfin, ces données doivent également être rapportées aux caractéristiques de la sous-population observée. En effet, l'échantillon retenu pour notre enquête est bien trop modeste pour être représentatif d'une catégorie d'individus donnée et, a fortiori, de la population dans son ensemble. La construction de l’échantillon a plutôt été pensée de façon à rendre pertinente la comparaison des deux groupes de visiteurs étudiés. Il fallait impérativement que les huit couples sans application et les huit couples avec application soient composés d’individus aux profils sociodémographiques comparables. Nous avons donc tout fait pour équilibrer les deux groupes observés. Nous nous sommes montrés particulièrement soucieux de bien répartir les visiteurs en fonction de leur âge (premier principe ordonnateur), de leur niveau d’études (deuxième principe ordonnateur), de la possession ou non d’un smartphone et de l’intensité de son usage.

Tableau 1. Répartition équilibrée des deux sous-populations

Tableau 1. Répartition équilibrée des deux sous-populations

13Les deux groupes constitués accueillent une population plutôt jeune, éduquée et connectée. Les individus observés n’ont donc éprouvé aucune difficulté au contact du smartphone, ils avaient déjà tous eu l’occasion de manipuler cet équipement et ont pu naviguer dans l’arborescence de l’application sans rencontrer de problème. Les résultats avancés dans le présent article sont bien évidemment à mettre en relation avec le profil des visiteurs observés qui sont, pour l’écrasante majorité d’entre eux, des utilisateurs ordinaires du smartphone et des applications mobiles.

14Pour modeste qu’il soit (32 individus, 16 couples), l’échantillon retenu permet de drainer un vaste ensemble de données. Nous disposons en effet d’une moyenne de 858 relevés de position par personne, ce qui permet une comparaison fine des itinéraires empruntés, des temps et vitesses de déplacement, du nombre des arrêts consentis. Les historiques de navigation de l’application et les entretiens semi-directifs permettent d’enrichir cette reproduction fidèle de l’itinéraire par des données empiriques complémentaires décrivant les conditions de consultation des informations transmises (emplacement et temps de lecture) ou les raisons invoquées par les acteurs pour justifier leurs choix d’orientation. Notons enfin que, malgré le faible échantillon des individus observés, il nous a été possible de produire des analyses statistiques significatives. Sans surinterpréter ces premiers résultats, nous pensons qu’ils méritent leur place dans nos développements.

Présentation des deux équipements mobilisés : le livret papier et l’application numérique

  • 5 Nous avons choisi de rédiger par nous-mêmes ces descriptifs pour deux raisons principales : nous so (...)

15Toute l’expérimentation conduite repose sur l’observation de l’usage de deux dispositifs distincts : le livret papier et l’application numérique. Les 16 couples ayant participé à l’enquête ont tous reçu un livret touristique papier élaboré après lecture fine des guides touristiques de la ville et des documents proposés par l’office de tourisme local. Ce livret se présente sous la forme d’un fin classeur plastifié incluant les descriptifs des 10 attractions du centre historique d’Albi les plus citées dans la littérature spécialisée5. Liées les unes aux autres, elles forment un circuit en boucle suivant le sens des aiguilles d’une montre.

Figure 1. Itinéraire conseillé — première de couverture du livret papier

Figure 1. Itinéraire conseillé — première de couverture du livret papier

16Le livret se compose d’une page de garde reproduisant la représentation cartographique de l’itinéraire conseillé (voir figure 1) et de 6 pages de descriptions synthétiques — photographies et courts textes à l’appui — des 10 attractions sélectionnées. Bien que ce soit sous une forme extrêmement condensée, le livret se rapproche des formes éditoriales typiques des guides touristiques vendus dans le commerce. Il en respecte les codes puisqu’il désigne des sites singuliers témoignant de l’histoire de la ville et de son édification au fil des siècles. Sont ainsi mis à l’honneur des lieux uniques appréciés pour leur caractère exceptionnel. Les 10 sites ici retenus ne dérogent pas à cette forme classique de présentation de l’offre touristique.

17La carte de l’itinéraire est accompagnée d’une légende associant un numéro à chaque attraction. Cette numérotation permet non seulement de repérer la localisation des attractions touristiques, mais également d’organiser le chapitrage du livret en classant ces attractions selon leur ordre d’apparition sur l’itinéraire conseillé. Dès lors, le livret peut être saisi en deux temps : un premier temps consacré au feuilletage de l’ensemble du livret et à la lecture rapide de quelques morceaux choisis et un second temps dédié à la lecture plus approfondie d’une entrée spécifique du livret. Il est important d’indiquer ici que la lecture de l’une des entrées proposées peut tout aussi bien précéder, accompagner ou suivre le temps de la découverte effective du lieu décrit. Il n’y a donc pas de congruence absolue entre la lecture du livret et l’observation simultanée de l’attraction présentée.

18Parmi les 16 couples retenus, 8 ont également été munis d’une application mobile dédiée à la visite d’Albi. Cette application, créée par nos soins, se fonde sur un tout autre registre d’énonciation et appelle à un tout autre régime de lecture. Elle cherche à transmettre des clefs de lecture transversales sur la ville. Elle attire l’attention de son usager sur les traits caractéristiques de la ville ou de la région en mettant en exergue des techniques architecturales, des pratiques ancestrales, des particularismes locaux. Ces éléments ne se concentrent pas sur des points singuliers, mais peuvent être observés à plusieurs endroits de la ville. Avec l’application, on cherche donc à aiguiser le regard du visiteur en attirant son attention sur quelques saillances significatives des lieux visités. L’application Les clefs de la ville rouge présente cinq indices distincts : les gacholes (tours de garde locales), les soleilhous (greniers à ciel ouvert où séchait le pastel), les armoiries de la ville, les hôtels particuliers (du type Renaissance italienne) et les encorbellements propres aux édifices du centre ancien. Ces informations sont portées à la connaissance du visiteur de façon à lui rendre une part d’autonomie dans la désignation des chemins à suivre ou des repères visuels à prendre en considération. Si la première manifestation de l’indice est suggérée au visiteur par l’application, les suivantes sont plutôt de l’ordre de l’identification autonome de signes évocateurs et conduisent (ou non) à l’intégration de ces repères visuels à la programmation toujours renouvelée de la visite en cours.

Figure 2. Application Les clefs de la ville rouge — indice « Hôtels Particuliers »

Figure 2. Application Les clefs de la ville rouge — indice « Hôtels Particuliers »

19Les deux supports techniques présentés — livret papier et application mobile — se distinguent tant sur la forme que sur le fond. Quand le livret présente des attractions singulières et uniques, l’application insiste sur les manifestations plurielles et spatialement distribuées des indices révélés. Quand l’usage du livret permet d’espacer les temps de lecture et de découverte, celui de l’application les concentre et donne lieu à un commentaire situé et contextualisé de l’environnement immédiat. Les contours et les contenus du livret et de l’application ont volontairement été rendus dissemblables de façon à accroître les chances de les voir être saisis simultanément ou successivement.

20Dans la section suivante, nous allons revenir sur le processus de conception de l’application, sur les intentions ayant guidé notre écriture, sur les contraintes sociotechniques ayant jalonné nos choix éditoriaux. Cela nous permettra de poursuivre la description de l’application conçue et, par là même, de mieux rendre compte de ses conditions d’usage.

Retour réflexif sur la phase de conception de l’application

21Décrire la phase de conception de l’application revient à « rendre visible le travail de l’écrit » (Denis, 2011 ; Denis et Pontille, 2010, 2012), à mettre en lumière les coulisses de la production du texte et de l’architexte d’un écrit d’écran. Pour rendre cette démarche féconde, il est important de ne rien taire des activités de préparation et de maintenance des dispositifs en vue de contrôler les apports respectifs des acteurs humains et non humains successivement enrôlés dans le projet (Akrich, Callon et Latour, 2006).

22Lors de la phase d’assemblage de l’application, différents architextes sont tout d’abord mis en concurrence. D’abord, les techniques d’édition des écrits d’écran ne sont pas encore arrêtées. Elles vont progressivement s’affiner au fil des apports conjugués d’acteurs entrants. Les contours de l’architexte retenu, la forme finalement prise par l’application, sont le résultat d’agencements sociotechniques successivement renégociés. Ce que cette phase de développement a de remarquable, c’est qu’elle laisse entrevoir une large distribution du travail de production qui dépasse de loin le cercle des seuls porteurs du projet pour s’étendre à un ensemble de contributeurs extérieurs parmi lesquels on retrouve des développeurs informatiques de grandes entreprises (Google, Samsung, Android), mais aussi de simples usagers du service (les participants à l’enquête). L’intégration dans le temps de ces contributions hétérogènes conduit à un durcissement progressif des formes d’encadrement de l’écrit d’écran.

L’effet de contraste comme point de départ

23L’application a d’abord été conçue de façon à se différencier du livret papier. Comme indiqué précédemment, il était nécessaire — pour les besoins de l’expérimentation — de bien distinguer le contenu offert par les deux équipements proposés. C’est l’effet de contraste entre les deux équipements portables qui a donc orienté la première phase du processus de conception. On retrouve là une configuration classique dans le domaine de l’innovation technique et servicielle où les concepteurs cherchent à rendre leur proposition équivalente, sous tout un ensemble de rapports, à celles déjà formulées pour mieux faire ressortir la singularité de leur offre (Cochoy, 2002). Cette stratégie de « mimétisme-différenciation » (Pointet, 1997) ou de « cadrage-débordement » (Callon, 1999) a animé cette première phase de développement. Ainsi, l’application conserve la projection cartographiée de la ville, l’inscription d’un itinéraire touristique conseillé (mimétisme), mais propose une lecture différente du centre historique fondée sur la mise en évidence d’indices, de clefs de lecture transversales (différenciation).

24L’application vient donc compléter le livret papier. Cette complémentarité des deux équipements se joue tant sur le plan architextuel que sur le plan textuel. Sur le plan textuel, la page de présentation de l’application a été travaillée de façon à mieux faire ressortir la singularité de son contenu :

Contrairement aux guides touristiques classiques qui ont pour but de vous présenter une sélection de sites « incontournables », notre application a été conçue de façon à ce que vous ayez une plus grande liberté de parcours et composiez par vous-mêmes votre propre itinéraire. Cette application vous confie les clefs de la ville en vous donnant différentes clefs de lecture relatives à son histoire et à son architecture. Nous mettons à votre disposition 5 grilles de lecture de la Cité épiscopale, cinq indices qui vous permettront de prolonger votre expérience touristique et de lui donner un tour plus personnel. En espérant que cette application vous donne accès à une lecture approfondie de la ville et que, par votre cheminement, vous fassiez vôtre ce patrimoine mondial de l’humanité.

25L’argument central de ce texte introductif est celui de la personnalisation du parcours et de l’autonomie retrouvée dans la sélection des points d’intérêt touristiques. C’est un argument fort sur lequel nous revenons à plusieurs reprises dans le court texte proposé. Les « indices » sont des « clefs » ou des « grilles » de lecture laissant apparaître des motifs ou des modèles (patterns) dont les occurrences multiples donnent une certaine unité au centre historique de la ville.

26Sur le plan architextuel, l’application permet un affichage de l’information géographiquement situé. La lecture de l’écrit d’écran est donc censée entrer en résonance avec l’environnement immédiat du visiteur. L’information apparue à l’écran décrit un élément proximal. C’est une première caractéristique discriminante de l’architexte de l’application. La pertinence de l’information délivrée par l’application est théoriquement supérieure puisqu’elle évoque directement ce qui entoure le visiteur, là où le livret papier décrit les éléments d’une zone plus largement définie. L’indexicalité du contenu éditorial de l’application est davantage maîtrisée, car l’architexte offre le texte à la vue du visiteur à un moment jugé opportun.

Enrichissements successifs de l’architexte : possibilités et contraintes

  • 6 Nous remercions chaleureusement David Panzoli, maître de conférences en informatique à l’Institut n (...)

27Une fois le principe de l’affichage géolocalisé d’informations transversales retenu, nous nous sommes tournés vers un collègue informaticien pour concrétiser notre projet6. Nous avons plus précisément saisi une heureuse occasion qui se présentait sous la forme d’un appel à candidatures :

Dans le cadre de l’UE « Techno Web 2 », les étudiants de 3e année de licence informatique doivent développer une application web au cours d’un projet d’une durée de 36 h. Cette année, nous avons choisi de mettre ce projet au service de l’Université en vous laissant proposer des thèmes d’application. Seule contrainte, il s’agit d’une application web (c’est-à-dire disponible par le biais d’un navigateur web) utilisable sur une tablette tactile ou un smartphone (document interne de l’Institut national universitaire Champollion).

28Une fois notre candidature acceptée, nous avons eu plusieurs moments d’échange avec les deux étudiants responsables de notre projet et la personne qui les encadrait. Différents éléments ont été abordés et l’essentiel de nos discussions a porté sur la production conjointe de l’« architexte » de l’application. Le premier point abordé fut celui de l’habillage du fond d’écran. Quel élément devait apparaître par défaut à l’écran ? Nos souhaits de voir la carte du centre historique habiller l’arrière-plan, de faire systématiquement apparaître un marqueur de géolocalisation actualisé (sous la forme d’un point bleu) et de reproduire l’itinéraire touristique conseillé (tracé rouge) ont été accueillis favorablement par nos interlocuteurs. Ces derniers se sont saisis du plug-in Google Maps pour commencer à façonner notre application : « Le plug-in Google Maps est incorporé dans cette page. Il récupère les coordonnées géographiques du client sur le navigateur Web et les transmet à Google qui s’occupe de renvoyer les images (cartes) en fonction de l’emplacement, du zoom, etc. » (David Panzoli).

29Partant de la trame cartographique de Google, les étudiants ont dû procéder à quelques adaptations. Ils ont d’abord nettoyé la carte source de différentes indications (emplacement des commerces, édifices remarquables et autres institutions) et ont ensuite intégré l’itinéraire touristique conçu par nos soins. Pour définir cet itinéraire, nous avons dû relever différents points de géolocalisation in situ, en référencer les coordonnées et les lier entre elles. Il ne restait alors plus qu’à enrichir le plug-in Google Maps « afin d’inclure (localement à l’appli, rien ne change chez Google) des positions géographiques spécifiques auxquelles sont associés des icônes et des comportements spécifiques » (David Panzoli).

30On constate, au travers de cette description, qu’édifier un architexte requiert — lorsque l’on fait appel à des ressources halogènes — une démarche de déconstruction d’architextes préconfigurés par d’autres. Il s’agit d’abord de se défaire de certaines fonctionnalités qui viendraient perturber la lecture (comme la désignation des commerces alentour) et d’opter pour des représentations cartographiques simplifiées (option carte plutôt que vue satellite). Cela étant dit, parmi les éléments exportés demeurent également des principes architextuels que l’on conserve en l’état et dont on peut difficilement se départir. Ces principes « adhèrent » trop fortement à l’ossature même de l’architexte emprunté (Von Hippel, 1998). Ainsi en est-il de certains éléments de l’« architexte » du plug-in Google Maps, notamment de l’outil de zoom de la carte et du marqueur de géolocalisation indiquant la position de l’usager en temps réel. Nous verrons, dans la suite de notre développement, que ces différents principes architextuels importés ont une importance cruciale dans la future prise en main du dispositif conçu.

31Le deuxième point abordé lors de ces rencontres portait sur l’apparition localisée des indices sur la ville. Notre souhait de voir la présence d’un indice signalée par le surgissement d’une icône à l’écran a également été satisfait. Nos interlocuteurs ont mis en place cinq balises géolocalisées pointant sur les manifestations exemplaires des cinq indices ou clefs de lecture. Ils nous ont même proposé de définir par nous-mêmes la distance autour de la balise à partir de laquelle l’icône devait apparaître à l’écran. Nous avons retenu une distance de 100 mètres autour de la balise pour une raison relativement simple : les 2 indices les plus proches étant distants d’environ 250 mètres à vol d’oiseau, nous devions limiter le champ d’apparition de l’information à 100 mètres pour éviter l’affichage simultané de 2 icônes. L’architexte de l’application est ici au cœur de la stratégie de communication du prescripteur. C’est lui qui décide où et quand le texte est rendu disponible. C’est lui qui intervient sur le lieu précis de la révélation du texte caché. L’architexte offre donc une plus grande latitude au rédacteur qui est en mesure d’organiser la séquence énonciative en fonction des zones fréquentées par le visiteur. En revanche, l’ordre d’affectation des différentes séquences énonciatives reste hors de sa portée puisque c’est le lecteur qui compose le plan de l’écrit en fonction de l’itinéraire qu’il emprunte dans la ville.

32Retenons ici que l’architexte de l’application est élaboré, non pas à partir d’une page blanche ou d’un écran vierge, mais bel et bien à partir d’architextes hétérogènes prévalents. L’édition de l’information transmise passe donc en partie par des « scripts » arrêtés par d’autres à d’autres fins (Akrich, 1993). Si nous avons préféré placer notre focale sur les apports et les contraintes relatifs à l’inclusion du plug-in Google Maps, nous pouvons rapidement évoquer l’influence de l’architexte du système d’exploitation Android dont étaient dotés les deux téléphones Samsung S4 ayant servi à l’expérimentation. Ce système d’exploitation propose un environnement de bureau et une bibliothèque d’applications qui lui est propre et les usagers des deux smartphones pouvaient, à la suite d’une mauvaise manipulation (pression de la commande « Retour en arrière »), sortir momentanément de l’application et rompre ainsi la communication établie. Pour retrouver leur chemin, il leur fallait alors se repérer sur la page d’accueil d’un smartphone qu’ils n’avaient pas configuré à leur main. Nous pouvons également évoquer les qualités et les défauts du type d’application choisi. En effet, le projet étudiant portait sur la réalisation d’une application Web, c’est-à-dire d’une application hébergée sur un serveur et manipulable grâce à un navigateur Web. Ce type d’application conditionne et limite les techniques d’édition à la disposition des concepteurs. Si ses commandes de programmation sont intuitives et que l’intervention sur les éléments graphiques des écrits d’écran est relativement aisée, l’application Web présente l’inconvénient majeur d’être fortement découplée des fonctionnalités internes au smartphone :

L’application Web est beaucoup plus simple à mettre en œuvre et à diffuser. Les fonctionnalités du navigateur (bac à sable) sont à portée de main. L’affichage comme une page Web est simplissime (encore une fois le navigateur prend tout en charge). L’inconvénient majeur de l’application Web est qu’elle ne permet pas d’interaction avec le smartphone (pas de notifications push, de fonctionnement en arrière-plan, etc.) (David Panzoli).

33La technique employée ne permet donc pas de mobiliser toutes les fonctions du smartphone. Elle empêche par exemple de signaler la présence d’un indice par une vibration ou une sonnerie. Or, l’introduction de ces systèmes d’alerte aurait significativement maximisé les chances de voir les visiteurs se pencher sur l’indice affiché à l’écran.

  • 7 Sarah Widmer et Franciso Klauser ont parfaitement montré que la programmation informatique, loin d’ (...)

34Les aléas relatifs à l’utilisation accidentelle des commandes du téléphone, aux limitations inhérentes à l’usage d’applications Web ou encore à l’enracinement des fonctions natives de plug-ins intégrés méritent d’être définis, car ils constituent autant de contraintes du point de vue du développement, de la scénarisation de l’usage et de la rédaction des messages. Il s’agit là de rigidités technologiques avec lesquelles il est nécessaire de composer si l’on souhaite s’épargner le travail fastidieux de rétroingénierie ou de création de l’ensemble des couches logicielles nécessaires à l’affichage souhaité7.

35On observe ici que le plus souvent, ce sont les « collectifs informatiques » — comprenant des interlocuteurs proximaux (intervenants directs du projet) et distants (développeurs du plug-in Google Maps, du système d’exploitation Android) — qui présentent les différentes options architextuelles qui pourraient éventuellement répondre aux demandes des prescripteurs. Ils contribuent de façon décisive à l’institution de la « forme-texte » envisagée, une « forme-texte » qui « circonscrit l’énonciation éditoriale » (Jeanneret et Souchier, 2005). Ils présentent généralement des « formes modèles » déjà éprouvées. On assiste donc à un double effet de collection des techniques d’édition courantes (sous forme de briques logicielles à assembler) et de sélection subséquente des « formes modèles » adaptées aux « formes-textes » à diffuser (ibid.). Une fois que les porteurs de projet, les prescripteurs, les collectifs informatiques se sont entendus sur une première version de l’architexte, une dernière médiation intervient : celle de l’appropriation, du « détournement », du « braconnage » du texte comme de l’architexte par les usagers-lecteurs (Certeau, 1980 ; Akrich, 1998). Dans le cas de l’application Les clefs de la ville rouge, l’intervention des lecteurs est doublement attendue : sous une forme classique de mise à l’épreuve du dispositif, sous une forme plus originale de coédition du fil narratif liant les informations entre elles.

Fil narratif (re)construit par le visiteur

36Les couples de visiteurs équipés de l’application mobile participent activement à l’édition des écrits d’écran qui leur sont proposés. Ils y participent toutefois sans en avoir la pleine maîtrise. En effet, leur itinéraire de lecture est guidé par leur itinéraire de visite. Ce sont donc leurs pas dans la ville qui ordonnent l’apparition des informations qui leur sont adressées. Cela dit, comme les indices apparaissent les uns après les autres sans que les usagers aient préalablement connaissance de leurs emplacements, les mobinautes n’ont absolument pas la main sur la construction éditoriale du contenu proposé. On peut donc dire que l’architexte conçu limite le contrôle éditorial de ses concepteurs (qui ne peuvent prédire le sens de lecture) et de ses lecteurs (qui organisent sans le savoir le contenu éditorial en se déplaçant dans la ville). En revanche, le lecteur redevient maître du cadre énonciatif de l’application au moment où il choisit ou non de cliquer sur l’icône lorsqu’elle apparaît à l’écran. Il décide ainsi s’il souhaite ou non accéder au contenu proposé. Comme l’indique Caroline Angé à propos des écrits d’écran, « le geste acquiert un statut singulier : cliquer c’est lire. Le texte est désormais soumis aux manipulations du lecteur, qui se trouve en position de le faire exister. La configuration de l’écrit (sa structuration) confère au lecteur la maîtrise de ce qu’il fait apparaître, ce par quoi il constitue un texte nouveau à partir de ces assemblages » (2008 : 77). Autrement dit, l’application repose sur « une structure plastique qui permet à ses utilisateurs de s’y aménager une place en éditeur secondaire » (Jeanne-Perrier, 2013 : 270). L’architexte retenu permet donc la double intervention du hasard (les pas du visiteur le mènent ou non à un indice) et de la volonté du lecteur d’intégrer à son espace informationnel un élément supplémentaire. Ici, on comprend combien l’architexte de l’application modifie profondément la lecture, lui donne un relief tout à fait singulier.

Figure 3. Répartition des cinq indices dans l’espace

Figure 3. Répartition des cinq indices dans l’espace

37La figure 3 est une capture d’écran mettant en évidence la répartition géographique des cinq indices. Cette capture d’écran provient d’un écran de contrôle destiné aux seuls expérimentateurs. Les visiteurs n’ont eu accès à cette information dans son entier à aucun moment de l’expérimentation. En effet, ces indices ne sont pas délivrés en début de visite, mais apparaissent chacun à leur tour au moment où les visiteurs s’approchent d’une balise numérique placée au pied d’un édifice-témoin. Avec l’application proposée, nous sommes en présence d’une technologie du type pop-up qui active, au gré des déplacements individuels, une information épousant les traits de l’espace physique exploré. Cela signifie donc que, sur de longues plages de temps, l’écran ne met en scène aucune icône, laissant simplement apparaître l’itinéraire conseillé et le marqueur bleu de géolocalisation.

38L’architexte de l’application s’enrichit de nouvelles modalités d’édition de l’information. Premièrement, l’itinéraire de déplacement précède et conditionne l’itinéraire informationnel. On est donc là dans un rapport inversé aux modalités de lecture traditionnellement attachées aux guides touristiques papier qui reposent sur le principe d’une transmission anticipée de l’information permettant au lecteur d’organiser en amont son parcours dans la ville. Deuxièmement, le lecteur peut choisir de consulter ou non l’information dont la présence est signalée (cliquer c’est lire) ; il a donc la liberté de relever ou d’ignorer les données ainsi transmises. Troisièmement, l’architexte repose sur l’intervention du hasard (celui du tracé du cheminement parcouru) dans la survenue des indices.

  • 8 Extrait d'une lettre adressée par Horace Walpole à Horace Mann alors ambassadeur à Florence.

39La transmission instantanée de l’information, la libre consultation de l’indice et l’intervention du hasard sont les trois soutènements architextuels de l’application. Ces différents choix sont motivés par la volonté des concepteurs de mettre en place une découverte des lieux aux accents « sérendipiens ». En effet, l’application a été conçue et programmée de façon à proposer une approche originale de découverte sérendipienne de la ville. Elle a été pensée de façon à encourager cette forme d’exploration singulière qui revient à « découvrir, par hasard et sagacité, des choses que l’on ne cherchait pas » (Walpole8, 1754). La démarche sérendipienne, que l’on souhaite ici stimuler, revient à tirer le meilleur parti de l’« émergence d’idées incidentes » (Catellin, 2014 : 17) et à « prêter attention à ce qui surprend » pour « en imaginer une interprétation pertinente » (Loty, préface de Catellin, ibid.). L’application a donc pour but de livrer des indices transversaux sur la ville de manière à favoriser l’avènement de raisonnements abductifs (ou indiciaires) dépassant le seul contenu de l’application. Les visiteurs sont ainsi amenés à compulser et à assembler par eux-mêmes des indices relatifs au territoire exploré ; une fois réunis, ces indices donnent une vue d’ensemble, instruite et cohérente, du lieu.

  • 9 La conception de notre application se fonde sur la volonté de réunir les conditions nécessaires à l (...)

40L’application cherche à reproduire au mieux les conditions de découverte relatées dans le conte des trois princes de Serendip. Pour rappel, les trois princes sont sommés par leur père de découvrir les environs de l’île de Ceylan sans autre but que l’observation d’un ailleurs et l’apprentissage de l’altérité. Ils observent, chemin faisant, les paysages traversés comme les particularités insignifiantes de bord de route. Après avoir repéré, au cours de leur périple, différents indices se présentant à eux de façon incidente, ils parviennent à reconstituer l’image d’un chameau borgne, édenté et boiteux qui aurait, selon leurs observations, emprunté ce chemin avant eux. Ils sont même en mesure de préciser que ledit chameau portait sur son dos une femme enceinte, du beurre et du miel (Merton et Barber, 2006 ; Cochoy, 2011a, 2011b ; Catellin, op. cit.). Par un raisonnement abductif, ils recomposent fidèlement le portrait de cet attelage auquel ils emboîtent le pas sans l’avoir jamais vu. L’application Les clefs de la ville rouge traduit à l’échelle d’Albi les conditions de découverte que nous venons d’évoquer. Lorsqu’ils ouvrent l’application, les couples de visiteurs voient apparaître un tracé incrusté en surimpression sur la carte de la ville. Leur positionnement apparaît et s’actualise à mesure qu’ils se déplacent. Ils ont donc sous les yeux un itinéraire conseillé qu’ils peuvent choisir de suivre ou, au contraire, de contourner. Au gré de leurs déplacements, ils peuvent au choix porter leur attention sur l’écran du smartphone ou laisser de côté cet équipement en le rangeant dans un sac ou une poche de leurs vêtements. L’écran du smartphone reste, le plus souvent, vierge de toute information complémentaire. Il laisse toutefois apparaître de temps à autre une icône sur l’écran, symbole d’un indice livré sur la ville. L’icône n’est repérée par l’usager du smartphone qu’à la condition qu’il demeure d’une part attentif (en jetant de temps en temps un œil à l’écran) et d’autre part chanceux (en tombant au moment où l’icône est visible). Le caractère accidentel du repérage de l’indice — central dans la mécanique du conte — est donc conservé. La technologie pop-up (technique de surgissement) crée en effet une incertitude sur la consultation de l’indice. L’architexte de l’application organise l’apparition du texte, mais il le fait de telle sorte que la déprise éditoriale (délégation à la technique, à la sagacité du lecteur et au hasard) constitue la prise, l’élément de captation attentionnelle du dispositif9.

41L’architexte de l’application prend donc une coloration sérendipienne. Ainsi en est-il également du texte de présentation de l’indice qui rappelle avec insistance que l’élément mis en valeur (gachole, soleihou, etc.) peut se retrouver à plusieurs endroits dans la ville. Ce texte enjoint donc au visiteur de rester attentif à l’apparition de ces particularismes locaux en dehors du seul secteur présentement fréquenté.

42Textes et architextes ont donc été pensés ensemble de façon à différencier l’application du livret, à permettre le surgissement ponctuel d’informations géolocalisées et à jouer sur les dispositions sérendipiennes des visiteurs. Ces agencements technico-sémiotiques, s’ils sont cohérents du point de vue des concepteurs, vont-ils toutefois être compris et entrer en résonance avec les aspirations des lecteurs ? La prescription d’usage inscrite dans l’architexte et le texte de l’application sera-t-elle respectée, ignorée ou rejetée par les usagers ?

« Texte » ou « architexte » : où se loge la performativité de l’application ?

43Après avoir décrit l’organisation collective déployée lors de la phase de conception de l’application, il est maintenant temps d’élargir notre observation à une autre forme d’organisation : celle de la tenue d’une conversation nourrie entre prescripteurs et consommateurs, celle de la co-construction du parcours touristique emprunté. Nous allons à présent mesurer la distance qui sépare les effets escomptés — prescriptions d’usage formulées par les concepteurs de l’application — des effets réellement observés sur le terrain. Ce faisant, nous verrons que les différents « attracteurs attentionnels » de l’application connaissent un succès variable (Kessous, Mellet et Zouinar, 2010 ; Kessous, 2012). Texte et architexte de l’application sont largement réinterprétés par les usagers de l’application qui s’approprient le dispositif selon des principes différents et parfois même divergents de ceux pensés pour eux par les prescripteurs (Certeau, op. cit. ; Akrich, 1998).

44Dans cette seconde partie, nous cherchons à savoir où se loge la performativité des écrits d’écran et par quelles médiations textuelles et architextuelles la communication entre prescripteurs et usagers s’établit et porte ses fruits. Commençons par dire que l’usage de l’application mobile a une incidence remarquable sur les constantes de déplacement des visiteurs, sur les conditions d’exploration de l’espace. L’application entraîne notamment une altération notable du rythme de visite et de la fréquence des arrêts consentis. Ce faisant, elle agit sur l’attention informationnelle des visiteurs, une attention dépendante du temps d’exposition à l’information (consultation plus ou moins longue) et de la disponibilité cognitive des individus (concentration et focalisation variables).

Lire en déplacement, lire en se déplaçant

45Les deux équipements confiés aux visiteurs — livret papier et application mobile — permettent de lire des informations en cours de déplacement. Ce sont deux équipements portables qui peuvent être aisément convoqués à différents moments de la visite. Si ces deux dispositifs permettent de lire en déplacement, ils n’ont pas la même propension à favoriser la lecture en se déplaçant. La différence est de taille car, dans un cas, le visiteur provoque un arrêt pour s’informer et réorganiser son parcours (il lit en déplacement) et, dans l’autre, le visiteur poursuit sa route en étant tour à tour attentif à l’équipement et à l’environnement traversé (il lit en se déplaçant). On se doute que l’attention dévolue aux informations consultées n’est pas la même dans ces deux configurations.

  • 10 Les 16 couples de visiteurs ont parcouru la ville dans un intervalle de temps équivalent. Les coupl (...)

46Lorsque l’on se penche sur les constantes de déplacement des deux groupes observés, on se rend compte que les couples avec et sans application ont une progression dans la ville sensiblement différente. Sur un temps de visite équivalent, les couples sans application ont tendance à parcourir de plus grandes distances10. Ils arpentent en moyenne 6,99 kilomètres quand les visiteurs munis de l’application mobile sillonnent en moyenne 6,54 kilomètres.

Tableau 2. Distance parcourue par les deux groupes observés

Tableau 2. Distance parcourue par les deux groupes observés

X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.

47Parmi les couples avec application, 87,5 % parcourent moins de 7 kilomètres, alors que c’est le cas de 50 % des couples sans application. Les visiteurs disposant du seul livret papier se déplacent en moyenne plus vite que leurs homologues équipés de l’application mobile (2,95 km/h contre 2,70 km/h). Cette différence de vitesse de déplacement est plus marquée encore lorsque l’on se penche sur le seul temps effectif de déplacement au cours duquel les « couples livret » se déplacent à 3,77 km/h en moyenne et les « couples application » à 3,29 km/h en moyenne. L’ajout d’une application mobile au dispositif touristique des visiteurs semble donc avoir pour effet de ralentir le rythme d’exécution de la visite. Comment expliquer ce ralentissement ? Une grande part de l’explication tient à la fréquence des arrêts et des piétinements constatés chez les deux groupes de visiteurs. Des arrêts et piétinements qui, nous l’allons voir, ne sont pas sans rapport avec les modalités de consultation des dispositifs informationnels en leur possession.

Arrêts, piétinements et modalités de consultation de l’information

  • 11 Les relevés GPS, aussi précis qu’ils puissent être, perdent parfois la trace des visiteurs sur 1 ou (...)

48Sur la base des données de géolocalisation dont nous disposons, nous pouvons repérer les plages de temps durant lesquelles les visiteurs sont à l’arrêt ou avancent à tâtons. Nous désignons par « arrêt » la succession d’au moins trois relevés de vitesse consécutifs équivalant à 0 km/h. L’arrêt n’est donc considéré comme tel que lorsqu’il intervient dans un intervalle de temps supérieur ou égal à 30 secondes (3 intervalles de 10 secondes)11. La définition du piétinement est quant à elle plus complexe. Elle fait se croiser des données de distribution spatiale (déplacement dans un périmètre restreint) et de vitesse de déplacement (ralentissement de la marche). Le piétinement correspond en effet à une diminution importante de la vitesse de déplacement dans une zone resserrée du parcours. Pour être enregistré sous la mention « piétinement », il faut que le ralentissement envisagé satisfasse à trois critères : 1) la plage temporelle considérée doit être supérieure ou égale à une minute (6 intervalles de 10 secondes) ; 2) les relevés de position doivent tous s’inscrire dans un espace inférieur ou égal à 100 m2 (périmètre restrictif) ; 3) les vitesses de déplacement observées dans ce périmètre et au cours de cette période doivent être, pour deux tiers d’entre elles, inférieures ou égales à 1 km/h.

49Ces deux notions maintenant définies, revenons à la comparaison des parcours des deux sous-populations observées. On constate ici que les couples munis du seul livret s’arrêtent bien plus fréquemment que ceux disposant du livret et de l’application. Quand les premiers s’arrêtent en moyenne 1,49 fois par heure, les seconds s’arrêtent 0,59 fois par heure.

Tableau 3. Fréquence des arrêts chez les deux groupes de visiteurs

Tableau 3. Fréquence des arrêts chez les deux groupes de visiteurs

X² de Pearson = 8,533 ; signification asymptotique bilatérale = 0,03 ; degré de liberté = 1.

50Parmi les couples disposant du seul livret, 62,5 % effectuent au moins un arrêt par heure de visite, alors que c’est le cas de 12,5 % des couples avec application. Il semble à première vue paradoxal de voir les couples avec application parcourir une moins grande distance que leurs homologues équipés du seul livret alors même que leurs arrêts sont moins fréquents. L’observation des arrêts consentis suggère donc que l’usage du seul livret amène à stopper sa progression plus fréquemment (1,36 arrêt/heure) tout en induisant un déplacement plus rapide entre chacun des arrêts effectués (3,77 km/h). À l’inverse, l’usage conjoint du livret et de l’application semble produire une forme de continuité du déplacement dans la ville (0,59 arrêt/heure) et un rythme de marche plus faible (3,29 km/h).

51Ce rythme de marche plus lent est en grande partie imputable à la fréquence des piétinements consentis par les usagers de l’application. En effet, les couples munis du seul livret, s’ils s’arrêtent plus fréquemment, sont moins sujets aux piétinements (2,25 piétinements/heure) que leurs homologues munis du livret et de l’application (2,8 piétinements/heure). Mais plus encore que leur fréquence d’apparition, c’est la durée de ces piétinements qui distingue les deux groupes de visiteurs. On observe ainsi que 87,5 % des couples sans application consacrent moins de 20 % de leur temps de visite à ces piétinements quand 50 % des couples avec application passent de 20 à 40 % de leur temps de visite à piétiner.

Tableau 4. Ratio temps de piétinement/temps total écoulé chez les deux groupes de visiteurs

Tableau 4. Ratio temps de piétinement/temps total écoulé chez les deux groupes de visiteurs

X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.

52L’ajout de l’application mobile aux équipements touristiques des visiteurs favorise une forme de continuité dans leur déplacement. Ce déplacement plus continu connaît de nombreux ralentissements (piétinements) qu’il faut sans doute mettre en rapport avec la lecture du contenu de l’application chemin faisant. Concluons donc provisoirement à une première différence de taille entre les équipements papier et numérique : les premiers induisent des arrêts plus fréquents, les seconds ralentissent le rythme de croisière de leurs usagers.

53L’organisation du parcours touristique est clairement dépendante de la composition de l’« agence véhiculaire » engagée dans la visite (Calvignac et Cochoy, op. cit.). Ce collectif hybride composé d’acteurs humains et non humains est une unité d’analyse pertinente pour saisir les conditions de lecture et de production collective de sens. Les équipements techniques participent de façon significative à l’économie organisationnelle de la visite dans son ensemble, ne serait-ce que par leur propension à faire ralentir ou accélérer le pas, à provoquer des arrêts et piétinements. Ces constantes de déplacement induites par l’usage d’un dispositif ont pour conséquence directe de modifier le degré d’attention des visiteurs.

Points de fixation attentionnelle ou attention diffuse

54Le dispositif papier agit tel un opérateur d’enracinement de la consultation informationnelle. Il est généralement mobilisé en un point fixe et fait office d’« objet-frontière » autour duquel se réunissent et dialoguent les membres du couple (Star et Griesemer, 1989). L’usage du seul livret papier favorise donc la conduite d’un parcours à étapes. Les couples livret s’arrêtent à intervalles réguliers pour réorganiser leur itinéraire et leur programme de visite. La nature même de l’équipement permet aux visiteurs de s’arrimer au support et d’échanger en étant conjointement à son bord. L’architexte du livret papier, le format propre au guide de voyage, entraîne une utilisation concertée.

Question : Quand avez-vous utilisé le livret ?

Marc : Chaque fois qu’on arrivait sur les bâtiments, les choses qui sont décrites, on regarde et après en sortant de là on regarde par où il faut partir, après moi je marche souvent avec le livret à la main mais sans le regarder quoi. C’est si j’avais un doute que je regardais, après un point on regarde comment aller au suivant, on marche, et c’est après si on a un doute que l’on regarde.

Mélanie : En fait, plusieurs fois on s’est posé pour avoir... enfin moi c’était pour avoir les 10 points en tête, mais en fait, j’en retenais deux puis après j’oubliais ce qu’il y avait après donc on se reposait et on relisait bien le document (rires).

55Le livret fait advenir des points de fixation attentionnelle disséminés dans le temps et dans l’espace. L’arrêt de la marche marque la circonscription d’un temps clairement défini comme relevant de la (re)programmation du parcours de visite en cours. À l’inverse, l’application est davantage utilisée au cours de la marche. Au creux de la main d’un des membres du couple (généralement l’homme), son utilisation est individualisée et sa mobilisation plus diffuse. Elle favorise le piétinement de son usager qui, de longues minutes durant, découple son attention sur et au-delà de l’écran consulté.

56On saisit ici combien les équipements mobilisés nous « font visiter » différemment, nous « font nous déplacer » autrement dans le sens où ils induisent des altérations de l’action — certaines apparentes, d’autres imperceptibles — que nous ne maîtrisons qu’imparfaitement (Latour, 2000). L’architexte de l’application entraîne une attention diffuse à l’écrit d’écran, de brefs coups d’œil sur l’écran permettant de vérifier l’emprunt de l’itinéraire choisi. Il entraîne des piétinements plus fréquents et plus durables, ce qui laisse supposer un temps de lecture plus long bénéficiant toutefois d’une attention plus flottante (lecture nomade). Le dispositif en question organise la façon dont les lecteurs vont à l’information, la façon dont les usagers s’emparent des prescriptions formulées. Il reconfigure l’organisation du dialogue noué entre offreurs et demandeurs.

Cadres de lecture et explorations frontalières

57Quittons maintenant les données de vitesse de déplacement pour nous intéresser aux zones fréquentées par les visiteurs. Observe-t-on des différences importantes entre le profil du parcours des visiteurs avec ou sans application ? L’application mobile a-t-elle introduit une variation sensible dans l’exploration du centre historique d’Albi ? A-t-elle embarqué les visiteurs dans une découverte plus aventureuse de la ville ? Là où nous nous attendions à voir les couples munis de l’application s’affranchir davantage de l’itinéraire conseillé (voire adopter une démarche sérendipienne), nous avons fait le constat qu’ils étaient, parmi tous les couples reçus, ceux qui au contraire s’y conformaient avec le plus d’application. Le message délivré n’a donc pas été entendu ou compris comme nous le souhaitions.

58Dans les représentations cartographiques qui suivent sont agrégées les données des huit couples appartenant à chacun des deux groupes. La carte de la ville a été quadrillée grâce à la mise en place d’un carroyage relativement fin. Plus un secteur est fréquenté par une part importante des huit couples, plus la case se grise pour devenir noire lorsque tous les couples ont parcouru le secteur concerné.

Figure 4. Zones fréquentées par les couples

Figure 4. Zones fréquentées par les couples
  • 12 Les détours observés ne sont pas l’œuvre d’un seul et même couple. Plusieurs couples sans applicati (...)

59On constate ici que les couples sans application ont une propension plus grande à sortir de l’itinéraire de temps à autre, à étendre leur visite au sud et à l’ouest du centre historique12. Ce que ne font pas ou peu les utilisateurs de l’application pour smartphone. Au lieu d’étendre leur périmètre de visite, d’improviser sur le thème des indices délivrés, de bifurquer à leur gré, les couples avec application se sont montrés les plus appliqués à suivre l’itinéraire conseillé. Comment expliquer ce comportement ?

60Nous allons voir que l’architexte de l’application n’est pas étranger à l’« application » plus grande avec laquelle les couples équipés d’un smartphone ont suivi le fil rouge de l’itinéraire proposé. Une grande part de l’explication réside en effet dans la configuration/délimitation du cadre de lecture proposé aux visiteurs par les deux dispositifs. De la délimitation des bords extérieurs de la carte de la ville dépend en effet la propension à mener des explorations frontalières, voire des explorations hors des frontières référencées. Or, cette délimitation n’est pas la même sur les supports papier et numérique.

61La carte papier se différencie de la carte numérique par l’existence de frontières, de bords, de limites opérées par la sélection d’un cadre géographique arrêté. Certains usagers du livret ont donc considéré, plus ou moins consciemment, que le cadre de leur exploration s’inscrivait dans le découpage géographique de la surface du plan resserré du centre-ville.

Agnès : Bon, on a quand même fait les choses dans le désordre. Je crois que le document nous permettait surtout de voir si on était dans les clous ou pas... enfin pour éviter de trop s’éloigner, on regardait surtout les bordures du plan, les frontières, le tracé de l’itinéraire beaucoup moins.

Question : En partant du postulat que tout était intéressant dans le périmètre défini par le plan ?

Agnès et Hugo : Oui, c’est ça.

Agnès : Mais je ne pense pas qu’on serait allés en face si ça n’avait pas été marqué par exemple (de l’autre côté du Tarn). C’est que là on s’est dit bon, si c’est représenté c’est que ça doit être bien.

62La lecture du plan papier pose à plat le champ des possibles, elle permet non seulement de mieux se représenter la physionomie d’ensemble du centre historique, mais également de délimiter rapidement ce qui relève du hors-champ. Cela présente un double effet : d’une part ce qui est placé hors cadre est automatiquement disqualifié, d’autre part ce qui est dans le cadre est à considérer, et ce, même si les zones présentes sur le plan ne sont pas spécifiquement mises en valeur. Le parcours des couples sans application laisse clairement entrevoir les conséquences de cette représentation pratique et symbolique de l’espace (cf. carte 1). Les couples sans application ont, pour certains d’entre eux, débordé assez largement de l’itinéraire conseillé, allant même jusqu’à explorer sur de courtes périodes quelques éléments hors cadre (parc Rochegude au sud).

63L’attraction exercée par l’itinéraire conseillé a été sensiblement plus importante chez les usagers du livret et de l’application (cf. carte 2). Les couples avec application ont eu des parcours plus homogènes, plus resserrés autour du fil rouge. La géolocalisation explique en grande partie le suivi plus scrupuleux des itinéraires proposés. Les usagers de l’application bénéficiaient d’une vue dynamique de leur progression. Leur positionnement était non seulement représenté sur la carte, mais il formait également le centre de cette représentation cartographique. La carte représentée sur l’application pouvait être zoomée et dézoomée, ce qui modifiait la perception des rapports d’échelle. Les distances perçues, sensiblement augmentées par l’effet du zoom, ont pu inciter les usagers de ce dispositif à rejoindre plus rapidement l’itinéraire conseillé. Pour plusieurs des couples avec application, la tentation était donc grande de repositionner leur pointeur de géolocalisation sur le fil de découverte proposé.

Joël : Après, l’application nous a permis de repérer quand on sortait du circuit. Cela nous a permis de rattraper le flux touristique.

Valentin : Non, puis le smartphone il te localise à l’instant T alors que le plan t’es obligé de te projeter dans l’espace alors que le smartphone tu marches et si tu t’éloignes du parcours et que tu veux le reprendre et ben t’y retournes assez facilement, enfin l’accès est plus simple. [...] Clairement, c’est un confort de pouvoir être géolocalisé en temps réel. [...] Le « fil rouge », ça donne un repère dans l’espace. Du coup, tu te dis que l’espace historique et à visiter c’est celui-là.

Sophie : Non, puis aussi tu te dis que ce qui est intéressant c’est la ligne rouge... si t’as un attrait pour une ruelle à côté ou un truc comme ça tu peux y aller mais tu sais que c’est un point de repère en fait. C’est un point de repère.

Gilles : En fait la consigne qu’on s’était fixée c’était de ne pas suivre ce que vous aviez forcément indiqué et d’aller vers ce que l’on aurait fait tout seul. Mais sauf que chaque fois t’es tiraillé malgré tout et tu regardes bêtement si tu t’éloignes ou pas de l’itinéraire proposé.

64Le fil rouge, la carte zoomée, le pointeur de géolocalisation... tous ces éléments participent de la propension à accepter la main courante proposée par les prescripteurs. La géolocalisation instantanée et sa représentation dynamique sont de formidables outils de renforcement de la prescription touristique (ou plus généralement marchande). On peut ainsi dire que ces configurations numériques enjoignent aux utilisateurs du smartphone de revenir plus systématiquement à l’itinéraire proposé (qui, zoomé et autocentré, semble plus impératif). Les « promissions » ou « affordances » des architextes des deux dispositifs sont tout à fait différentes (Gibson, 1977 ; Norman, 1993, 2002 ; Latour, op. cit.). Le caractère « synoptique » (ou « oligoptique ») de la carte papier crée une définition des bords et débords de l’exploration touristique plus large et indéfinie que ne le permettent le caractère autocentré de la carte numérique et la réduction du champ que celle-ci opère (Flon et Jeanneret, 2010, 2012 ; Latour et Hermant, 1998).

65Ainsi le gabarit du cadre d’énonciation a-t-il assurément joué un rôle prépondérant. Comme Annette Béguin-Verbrugge le fait très justement remarquer, le cadre (ou la bordure) constitue un repère puissant qui « [structure] le fonctionnement de l'écrit à la fois au plan linguistique et sémiotique » (Béguin-Verbrugge, 2006 : 15). L'auteure parle à son sujet d'un « signe sournois » qui, bien que largement inquestionné, pèse de façon significative sur l'organisation textuelle et iconique du support considéré. Elle en appelle donc à la mise en œuvre d'une véritable « sémiotique des bords », à la juste considération du rôle joué par les éléments « hors-texte » dans la réception des contenus informationnels transmis. Annette Béguin-Verbrugge montre non seulement que le cadre produit du sens mais qu'il le fait aussi généralement à l'insu des lecteurs comme des observateurs. Nous pouvons prolonger cette réflexion en indiquant que les concepteurs eux-mêmes ne maîtrisent qu’imparfaitement les effets induits par l’apposition d’un cadre. Dans le cas présent, aucune attention n’avait été portée au zoom ou au pointeur de géolocalisation. Pourtant, ces deux éléments, directement issus d’emprunts halogènes (plug-in Google Maps), ont véritablement transfiguré l’expérience de visite des couples avec application.

Quand la déictique surpasse la rhétorique

66Nous avons été pris à défaut par des composants de l’application importés, par des effets de cadrage et de représentation qui ont disqualifié, par l’importance de premier plan qu’ils ont prise, les textes rédigés à l’attention des visiteurs. Le message formulé avec attention n’a donc pas atteint sa cible. L’effort rhétorique consenti (perfectionnement des textes) — sans être tout à fait vain — a eu une influence minime sur le déroulement de l’action. Rares sont en effet les couples qui ont saisi le message et qui ont été en mesure de le restituer. Aucun des huit couples avec application n’a véritablement joué le jeu de la découverte sérendipienne. En revanche, d’autres messages ont été perçus sans que nous les ayons préparés, sans que nous ayons même véritablement conscience de leur existence. Ce sont les agencements techniques retenus qui parlaient pour nous (« ventriloquie » : Cooren, 2010a, 2010b) et qui ont donc contribué à un défaut de traduction des enjeux portés par l’application et, par suite, à un défaut d’organisation de la rencontre entre offreurs et demandeurs.

67Dans notre cas, le « contexte graphique » l’a emporté sur le texte explicatif (Després-Lonnet, 2004), les éléments déictiques l’ont emporté sur les éléments rhétoriques (Denis et Pontille, 2010), le « paratexte » l’a emporté sur le texte, les « signes passeurs » ou « signes outils » l’ont emporté sur le sens inscrit dans le texte (Davallon et Jeanneret, 2004 ; Candel, Jeanne-Perrier et Souchier, 2012). Cet état de fait est à mettre directement en rapport avec le contexte d’usage. Dans le temps court de la consultation nomade d’une application, les usagers vont à l’essentiel, s’attachent à utiliser les fonctionnalités les plus reconnaissables. Il n’y a que dans les situations occasionnelles où dispositions, dispositifs et environnements s’alignent que l’application peut ainsi être mobilisée de façon optimale.

68Lorsqu’il intervient, cet alignement est le plus souvent éphémère et ne garantit pas l’instauration d’un dialogue soutenu avec le visiteur. En effet, les couples avec application vont, au cours de leur visite, passer en moyenne un peu moins de quatre minutes à consulter l’application. Cette consultation est généralement effectuée en cours de déplacement alors même que les visiteurs doivent composer avec l’environnement urbain fréquenté. Nous pouvons donc affirmer que le temps et le degré d’attention alloués à l’application restent tout à fait modestes. La plupart des visiteurs se montrent en effet peu disponibles aux multiples « ouvertures attentionnelles » suggérées par les différents outils mobilisés (Auray, 2010 ; Auray et Vétel, 2013 ; Datchary et Licoppe, 2007). Ils prennent garde à ne pas se laisser emporter dans une logique de délégation technique trop avancée qui risquerait d’aboutir à une forme réprouvée d’« accélération » de leurs pratiques (Rosa, 2010) ou de privation de liberté. C’est l’une des raisons pour lesquelles leur regard se porte préférentiellement sur des indications simples d’accès, adaptées à leurs besoins et immédiatement intelligibles.

Alignement des dispositions, dispositifs et environnements d’usage

69Si les huit couples munis de l’application ont utilisé la carte dynamique de la ville, seuls cinq d’entre eux ont ouvert un ou plusieurs indices. Sur ces cinq couples, seulement trois ont ouvert les indices proposés de façon répétée (quatre ou cinq ouvertures), les deux autres se contentant d’ouvrir un ou deux indices. Le plein usage de l’application, entendu comme la consultation de plusieurs indices, a donc rarement été observé. De plus, l’usage intensif du dispositif numérique ne garantit certainement pas l’adhésion à la prescription formulée. Les potentialités d’action peuvent en effet être perçues sans être toutefois converties.

Stéphane : On a vu les armoiries et hop, on passe à autre chose. « Regardez si vous en voyez d’autres au cours de votre visite », ça tu le mets dans une case dans ta tête mais… bon si par hasard tu tombes sur la même tu regardes.

Sophie : Là pour le coup, après avoir découvert l’icône Gacholes, je peux dire que j’en ai vu une mais je n’ai pas forcément fait attention à la présence d’autres gacholes dans la ville, sans doute parce que ça n’a pas suffisamment suscité mon intérêt.

Question : Est-ce que les infos sur le Soleilhou, les Armoiries ou les Gacholes ont éveillé en vous un nouveau regard ? Est-ce que ça vous a amené à faire attention à autre chose ?

Laurence : Non on l’a pris comme une info qu’on nous donnait sur le moment. Mais ça c’est nous, c’est pas que le dispositif est mal fait, c’est que généralement voilà on voit un truc on se dit « Ah, c’est cool, c’est beau », ok il y en a d’autres dans la ville mais on ne va pas pour autant les chercher. On est très fainéants dans notre découverte.

70Nous remarquons ici que l’indice fourni est le plus souvent ramené à sa condition de simple description touristique. Les visiteurs ne perçoivent pas la différence de nature entre les informations du livret et celles de l’application. Elles sont donc toutes placées sur un même plan et consommées sur le site dans un court intervalle de temps. Certains visiteurs se montrent malgré tout plus réceptifs que d’autres à ce type d’informations. L’attention portée aux indices est bien plus grande chez les individus déjà prédisposés à accorder de l’importance à ces informations transverses.

Agnès : Après ces petites informations, on les garde un peu en tête... On y a pensé notamment avec les armoiries, les greniers à ciel ouvert et les gacholes... enfin, j’y ai vraiment pensé au tout début, autour de l’endroit où c’était signalé j’en ai repéré deux ou trois autres. [...] Je retiens mieux les informations revenant sur des détails qui se répètent, les informations du smartphone. [...] C’est plus une question de contenu. [...] Le côté anecdotique se retient plus facilement.

71Ainsi, coorganiser une visite par la prescription d’un mode d’exploration autre n’a rien d’évident, car la coopération active de l’usager est loin d’être toujours garantie dans un contexte de visite où les sollicitations visuelles ne manquent pas. Cela nous amène à envisager avec Dominique Cotte et Marie Després-Lonnet que « tout texte doit être considéré en contexte », qu’un fragment d’information « inséré dans un autre espace, à côté d’autres éléments, pour un autre mode de lecture », sans perdre tout son sens, « s’en trouve plus ou moins profondément modifié » (2004 : 169). La consultation mobile des informations ouvre donc sur une zone d’incertitudes considérable puisque les contextes d’usage de l’application mobile comme du livret papier évoluent sans discontinuer au gré de la physionomie des espaces traversés.

Conclusion

72Dans le présent article, nous nous sommes tout d’abord attachés à rendre compte des conditions de production d’un architexte : celui d’une application mobile fondée sur l’apparition ponctuelle d’indices géolocalisés. Nous avons montré que cette activité était largement distribuée, conjointement opérée par des acteurs humains (collectifs informatiques, chercheurs, usagers) et non humains (système d’exploitation, plug-in Google Maps, pointeur de géolocalisation, option zoom) dont le degré d’implication dans le projet était tout à fait variable. Nous avons rapporté les contraintes relatives aux emprunts architextuels concédés en cours de construction de l’application et avons finalement montré que ces emprunts pouvaient avoir une incidence majeure sur la façon de lire et d’interpréter les informations transmises.

73Reproduire, de façon réflexive, le processus de conception de l’application nous a permis de voir que la transmission fidèle d’un message requerrait une attention constante aux plus infimes variations du contexte d’énonciation, de la représentation graphique des signes transmis, de l’architexte organisant et révélant l’écrit. Devant la multitude des configurations techno-sémiotiques possibles, devant la variété des attributs du texte comme de l’architexte, le prescripteur n’a d’autre choix que d’entrer dans une démarche de rétrocontrôle des effets induits par les choix éditoriaux retenus. Seule cette démarche peut lui permettre, à terme, d’établir une communication maîtrisée avec ses interlocuteurs. En effet, grâce à la mise à l’épreuve répétée du dispositif, le prescripteur se donne la possibilité d’affiner peu à peu son travail d’organisation.

74Notre enquête a également permis de rendre compte de la force performative de l’architexte, de cette « technique d’organisation » qui cadre l’action collective (ici la coproduction d’un itinéraire touristique) en modelant l’écrit au regard des formes et propriétés de l’outil de diffusion. Alors que nous avions soigneusement conçu la composante textuelle de l’application — la tournure de nos phrases, le rythme et la concision de nos descriptions, la force argumentative des injonctions faites au visiteur —, la majorité des usagers, loin de s’attarder aux textes, s’est davantage emparée de la composante déictique et graphique de notre dispositif. Ces éléments architextuels ont concentré l’essentiel de l’attention des visiteurs. Ce sont des « attracteurs attentionnels » immédiatement reconnaissables dont la mobilisation in situ s’avère peu coûteuse. Cela fait d’eux des signes préférentiellement consultés en situation de mobilité où les temps d’exposition informationnelle sont généralement contraints et fugaces. Pour attirer davantage l’attention des mobinautes sur le texte de l’application, il semble nécessaire de passer par une refonte de son architexte. Autrement dit, le texte, prisonnier d’un architexte le réduisant au silence, voit sa réhabilitation passer par la mise en œuvre d’une solution architextuelle plus adaptée. Ici, l’organisation de la conversation engagée entre prescripteurs et consommateurs, guides et touristes, experts et profanes a donc pour centre de gravité les traductions successives de l’architexte de l’application.

Haut de page

Bibliographie

AKRICH, Madeleine (1993), « Les formes de la médiation technique », Réseaux, 60 : 87-98.

AKRICH, Madeleine (1998), « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation », Éducation permanente, 134 : 79-89.

AKRICH, Madeleine, Michel CALLON et Bruno LATOUR (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines.

ANGÉ, Caroline (2008), « Approche des problématiques du texte d’écran. La création du sens et le lecteur », Recherches & travaux, 72 : 71-80.

AURAY, Nicolas (2010), « Les technologies de l’information et le régime exploratoire », dans Pek VAN ANDEL et Danièle BOURSIER (dir.). La sérendipité dans les arts, les sciences et la décision, Paris, Hermann, p. 329-343.

AURAY, Nicolas et Bruno VETEL (2013), « L’exploration comme modalité d’ouverture attentionnelle. Design et régulation d’un jeu freemium », Réseaux, 6(182) : 153-186.

BEAUDOUIN, Valérie (2002), « De la publication à la conversation. Lecture et écriture électroniques », Réseaux, 6(116) : 199-225.

BEAUDOUIN, Valérie, Dominique CARDON et Alexandre MALLARD (2001), « De clic en clic. Créativité et rationalisation dans les usages des intranets d’entreprise », Sociologie du travail, 43 : 309-326.

BÉGUIN-VERBRUGGE, Annette (2006), Images en texte, images du texte. Dispositifs graphiques et communication écrite, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

BORDEAUX, Marie-Christine et Lise RENAUD (2012), « Patrimoine “augmenté” et mobilité. Vers un renouvellement de l’expérience culturelle du territoire », Interfaces numériques, 1(2) : 273-285.

CALLON, Michel (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, 36 : 169-208.

CALLON, Michel (1999), « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la notion de cadrage-débordement », dans Dominique FORAY et Jacques MAIRESSE (dir.), Innovations et performances, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 399-431.

CALVIGNAC, Cédric (2008), « Socio-économie d’une innovation par l’usager. Les réseaux wifi communautaires », Réseaux, 148-149 : 299-334.

CALVIGNAC, Cédric (2010), Qu’offre la demande ? Socio-économie d’une innovation par l’usager. Thèse de doctorat, sous la direction de Franck COCHOY, Toulouse, Université fédérale de Toulouse, CERTOP.

CALVIGNAC, Cédric et al. (2013), « La Cité épiscopale d’Albi. Les effets du classement UNESCO sur les populations locales », rapport de restitution pour le compte des services de la mairie d’Albi, livret de recherche, ISBN 978-2-36170-088-1, mars.

CALVIGNAC, Cédric et al. (2014), « De l’encadrement des itinéraires touristiques. Étude sociologique du parcours des visiteurs d’Albi », rapport de restitution pour le compte de l’Office de Tourisme d’Albi, livret de recherche, ISBN 978-2-36170-089-8, mai.

CALVIGNAC, Cédric et Franck COCHOY (2015), « From “market agencements” to “vehicular agencies”: Insights from the quantitative observation of consumer logistics », Consumption Markets & Culture, 19(1): 133-147.

CANDEL, Étienne, Valérie JEANNE-PERRIER et Emmanuël SOUCHIER (2012), « Petites formes, grands desseins. D’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures », dans Jean DAVALLON (dir.), L’économie des écritures sur le web. 1 : Traces d’usage d’un corpus de sites de tourisme, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 165-201.

CATELLIN, Sylvie (2014), Sérendipité. Du conte au concept, Paris, Seuil, Coll. « Science ouverte ».

CERTEAU, Michel de (1980), L’invention au quotidien. 1. Arts de faire, 2. Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard.

COCHOY, Franck (2002), Une sociologie du packaging, ou l’âne de Buridan face au marché, Paris, Presses universitaires de France.

COCHOY, Franck (2011a), De la curiosité, l’art de la séduction marchande, Paris, Armand Colin, Coll. « Individu et société ».

COCHOY, Franck (2011b), Sociologie d’un « curiositif », Lormont, Le Bord de l’eau, Coll. « Mondes marchands ».

COOREN, François (2004), « Textual agency: How texts do things in organizational settings », Organization, 11(3): 373-393.

COOREN, François (2006), « The organizational world as a plenum of agencies », dans François COOREN, James R. TAYLOR et Elizabeth J. VAN EVERY (dir.), Communication as Organizing: Practical Approaches to Research into the Dynamic of Text and Conversation, Mahwah (N.J.), Lawrence-Erlbaum, p. 81-100.

COOREN, François (2010a), « Ventriloquie, performativité et communication. Ou comment fait-on parler les choses », Réseaux, 5(163) : 33-54.

COOREN, François (2010b), Action and Agency in Dialogue. Passion, Incarnation and Ventriloquism, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company.

COTTE, Dominique (2007), « Espace de travail et logique documentaire », Études de communication, 30, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 13 janvier 2016. [En ligne]. http://edc.revues.org/436.

COTTE, Dominique et Marie DESPRÉS-LONNET (2004), « Le document numérique comme “lego”® ou La dialectique peut-elle casser des briques ? », Information-Interaction-Intelligence, CEPADUES, 4(1) : 159-171

DATCHARY, Caroline et Christian LICOPPE (2007), « La multi-activité et ses appuis : l’exemple de la “présence obstinée” des messages dans l’environnement de travail », @ctivités, 4(1) : 4-29.

DAVALLON, Jean et Yves JEANNERET (2004), « La fausse évidence du lien hypertexte », Communication et langages, 140(1) : 43-54.

DENIS, Jérôme (2011), « Le travail de l’écrit en coulisses de la relation de service », @ctivités, 8(2) : 32-52.

DENIS, Jérôme (2015), Le travail invisible de l’écrit. Enquête dans les coulisses de la société de l’information. Thèse d’habilitation à diriger des recherches, sous la direction de Franck COCHOY, Toulouse, Université de Toulouse.

DENIS, Jérôme et David PONTILLE (2010a), Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro, Paris, Presses des Mines, Coll. « Sciences sociales ».

DENIS, Jérôme et David PONTILLE (2010b), « Performativité de l’écrit et travail de maintenance », Réseaux, 163(5) : 105-130.

DENIS, Jérôme et David PONTILLE (2012), « Travailleurs de l’écrit, matières de l’information », Revue d’anthropologie des connaissances, 6(1) : 1-20.

DESPRÉS-LONNET, Marie (2004), « Écrits d’écran : le fatras sémiotique », Communication et langages, 142(4) : 33-42.

FLON, Émilie et Yves JEANNERET (2010), « La notion de schème organisateur, outil d’analyse sémio-pragmatique des écrits d’écran », RIHM : revue des interactions humaines médiatisées, 11(1) : 3-34.

FLON, Émilie et Yves JEANNERET (2012), « Les modes de présence des lieux et de leurs pratiques dans l’écriture du voyage », dans Jean DAVALLON, Économie des écritures sur le web, Paris, Hermès-Lavoisier.

GIBSON, James J. (1977), « The theory of affordances », dans Robert SHAW et John BRANSFORD (dir.), Perceiving, Acting and Knowing. Toward an Ecological Psychology, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, p. 67-82.

GREENFIELD, Adam (2010), Everyware: The Dawning Age of Ubiquitous Computing, Berkeley, New Riders.

HATCHUEL, Armand (1995), « Les marchés à prescripteurs », dans Anne JACOB et Hélène VERIN, L’inscription sociale du marché, Paris, L’Harmattan.

HÉMONT, Florian et Anne MAYÈRE (2014), « Pour une lecture communicationnelle du travail d’équipement des sous-traitants : le cas du 5S dans l’aéronautique », Études de communication. Langages, information, médiations, 42 : 127-148.

JEANNE-PERRIER, Valérie (2006), « Des outils d’écriture aux pouvoirs exorbitants ? », Réseaux, 3 : 97-131.

JEANNE-PERRIER, Valérie (2013), « Entre gestes sémiotiques et geste professionnelle : Twitter », dans Alexis LEVRIER et Adeline WRONA (dir.), Matière et esprit du journal, du Mercure galant à Twitter, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, p. 263-277.

JEANNERET, Y. (2001), « Les politiques de l’invisible : du mythe de l’intégration à la fabrique de l’évidence », Document numérique, 5(1-2) : 155-180.

JEANNERET, Yves et Emmanuël SOUCHIER (1999), « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, 6 : 97-105.

JEANNERET, Yves et Emmanuël SOUCHIER (2005), « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication et langages, 145(3) : 3-15.

KESSOUS, Emmanuel (2012), L’attention au monde. Sociologie des données personnelles à l’ère du numérique, Paris, Armand Colin.

KESSOUS, Emmanuel, Kevin MELLET et Moustafa ZOUINAR (2010), « L’économie de l’attention. Entre protection des ressources cognitives et extraction de la valeur », Sociologie du travail, 52(3) : 359-373.

LATOUR, Bruno (2000), « La fin des moyens », Réseaux, 18(100) : 39-58.

LATOUR, Bruno et Émilie HERMANT (1998), Paris ville invisible, Paris, La Découverte, Coll. « Les empêcheurs de penser en rond ».

LAVIGNE, Michel (dir.) (2012), numéro thématique « Mobilité numérique. Nouvelles interfaces, nouvelles applications ? », Interfaces numériques, 1(2).

MALLARD, Alexandre (2000), « La presse de consommation et le marché. Enquête sur le tiers consumériste », Sociologie du travail, 42(3) : 391-409.

MARZLOFF, Bruno (2005), Mobilités, trajectoires fluides, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

MAYÈRE, Anne, Isabelle BAZET et Angélique ROUX (2012), « “Zéro papier” et “pense-bêtes” à l’aune de l’informatisation du dossier de soins », Revue d’anthropologie des connaissances, 6(1) : 115-139.

MERTON, Robert K. et Elinor BARBER (2006), The Travels and Adventures of Serendipity, Princeton, Princeton University Press.

NORMAN, Donald A. (1993), « Les artefacts cognitifs », Raisons Pratiques, 4 : 15-34.

NORMAN, Donald A. (2002), The Design of Everyday Things, New York, Basic Books.

POINTET, Jean-Marc (dir.) (1997), numéro thématique « Le produit automobile entre différenciation et mimétisme », Les Cahiers de recherche GIP Mutations industrielles, 72.

RALLET, Alain, Anne AGUILERA et Caroline GUILLOT (2009), « Diffusion des TIC et mobilité : permanence et renouvellement des problématiques de recherche », Flux, 4(78) : 7-16.

ROSA, Hartmut (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, Coll. « Théorie critique ».

SIMONDON, Gilbert (1958), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

SOUCHIER, Emmanuël, Yves JEANNERET et Joëlle LE MAREC (dir.) (2003), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information.

STAR, Susan Leigh et James R. GRIESEMER (1989), « Institutionnal ecology, translations and boundary objects », Social Studies of Sciences, 19(3): 387-420.

TERSSAC, Gilbert de et Isabelle BAZET (2007), « Les TIC-TAC de la rationalisation : un travail d’organisation ? », dans Gilbert de TERSSAC, Isabelle BAZET et Lucien RAPP (dir.), La rationalisation dans les entreprises par les technologies coopératives, Toulouse, Octarès, p. 7-27.

VON HIPPEL, Eric (1998), « Economics of product development by users: The impact of “sticky” local information », Management Science, 44(5) : 629-644.

WIDMER, Sarah et Francisco KLAUSER (2012), « Mobilités surveillées : rôles et responsabilités des développeurs d’applications smartphone », Espace, populations, sociétés, 3 : 63-77.

Haut de page

Notes

1 L’application mobile a été spécialement conçue pour l’enquête et sert uniquement nos objectifs scientifiques. Nous sommes donc dans le cadre de la conception ad hoc d’un outil permettant de produire de la connaissance sur son usage. L’application Les clefs de la ville rouge a seulement été utilisée dans le cadre restreint de l’expérimentation et elle n’a pas vocation à être diffusée plus largement. Ajoutons à cela qu’aucun acteur institutionnel ou économique n’est impliqué dans la réalisation ou l’exploitation de l’application.

2 Albi est surnommée la « ville rouge » en référence à la couleur des briques de la cathédrale Sainte-Cécile ainsi que des monuments et habitations de son centre historique.

3 Nous prenons ainsi en considération la réalité d’un « modèle étagé » d’adoption « où l’utilisation d’un dispositif supplémentaire ne s’accompagne pas de l’abandon des autres » (Beaudouin, 2002). Le choix de surajouter aux dispositifs préexistants un outil supplémentaire (smartphone) entraîne potentiellement une forme de concurrence des tâches (double lecture, double consultation, lecture simultanée sur deux supports) qui pèse sur l’affectation de l’attention des visiteurs. Les entretiens réalisés indiquent généralement que, tôt dans le parcours de visite, chaque membre du binôme prend en charge la lecture de l’un des dispositifs, laissant à son compagnon de route le soin d’adopter le dispositif restant.

4 Les deux modèles de récepteurs GPS utilisés sont le Garmin Oregon 650t et le Garmin Oregon 600t (à la différence du premier, le second n’a pas d’appareil photo intégré). Ces deux modèles permettent de visualiser, d’enregistrer et de reproduire avec une grande précision les itinéraires empruntés. Le logiciel Garmin Base Camp — fourni avec les récepteurs — propose différents outils de mesure et de représentation cartographique. Ce logiciel est doté d’une interface très intuitive qui offre la possibilité d’exporter, en quelques clics, les données recueillies sur différents fonds de carte ou logiciels de traitement statistique.

5 Nous avons choisi de rédiger par nous-mêmes ces descriptifs pour deux raisons principales : nous souhaitions respecter la propriété intellectuelle des publications consultées et nous voulions avoir la pleine maîtrise des informations transmises et éviter tout effet de redondance entre le contenu livré par les dispositifs papier et numérique.

6 Nous remercions chaleureusement David Panzoli, maître de conférences en informatique à l’Institut national universitaire Champollion, pour son investissement sans faille et sa disponibilité. Merci également aux deux étudiants qui ont reçu la mission de réaliser la première version de notre application.

7 Sarah Widmer et Franciso Klauser ont parfaitement montré que la programmation informatique, loin d’être une activité de production libre et autonome, relevait davantage d’une activité distribuée entre différents acteurs qui contraignent fortement le développement informatique. Ils indiquent que leur « étude tend [...] à relativiser le rôle central des développeurs étudiés, en démontrant leurs engagement et limitations au sein d’un vaste réseau d’acteurs. Se présentant tour à tour comme subordonnés aux demandes de leurs clients, dépendants du feedback des utilisateurs, et soumis aux exigences d’Apple, nos interlocuteurs ne se perçoivent pas comme détenteurs d’une autorité absolue ou exclusive, régissant l’élaboration de logiciels pour smartphones. Pour nos interlocuteurs, la complexité de ces réseaux d’acteurs semble aussi avoir pour effet de “diluer” leur responsabilité en matière de régulation et de contrôle du bon usage des informations accumulées et codées » (2012 : 75).

8 Extrait d'une lettre adressée par Horace Walpole à Horace Mann alors ambassadeur à Florence.

9 La conception de notre application se fonde sur la volonté de réunir les conditions nécessaires à l’avènement d’une démarche proprement sérendipienne. Dans cette perspective, nous nous sommes employés à conserver le caractère aléatoire et hasardeux du surgissement informationnel. Nous avons également tout mis en œuvre pour stimuler la sagacité des lecteurs que l’on invitait, par différents moyens, à se saisir des indices visuels perçus et à les employer dans une démarche d’intellection des fondements historiques et culturels de la ville. Cela étant dit, nous n’avons pas été en mesure de conduire à son terme la reproduction pure et parfaite du modèle sérendipien, car les usagers de l’application — à la différence des princes de Serendip — savent que l’indice dont ils se saisissent émane des expérimentateurs. Ils ont donc parfaitement conscience du fait que les indices leur sont destinés et ont fait l’objet d’une réflexion préalable des expérimentateurs. On assiste donc à une inflexion non négligeable de la configuration sérendipienne dans le sens où les indices sont immanquablement ramenés à leur nature prescriptive. Le risque n’est donc pas mince de retomber sur une forme plus classique de gain informationnel accordé à dessein par un tiers prescripteur.

10 Les 16 couples de visiteurs ont parcouru la ville dans un intervalle de temps équivalent. Les couples sans application ont consacré en moyenne 2 heures et 20 minutes à leur visite quand les couples avec application y ont consacré en moyenne 2 heures et 25 minutes.

11 Les relevés GPS, aussi précis qu’ils puissent être, perdent parfois la trace des visiteurs sur 1 ou 2 relevés (soit de 10 à 20 secondes). Pour éviter d’interpréter faussement ces zones d’ombre comme relevant d’arrêts effectifs, nous avons fait le choix de ne relever que les arrêts se prolongeant minimalement sur 30 secondes. Cela permet également de ne considérer que les arrêts prolongés qui permettent davantage aux visiteurs de prendre connaissance des informations alentour et de se réorganiser en conséquence.

12 Les détours observés ne sont pas l’œuvre d’un seul et même couple. Plusieurs couples sans application ont en effet emprunté ces chemins de traverse. Ce qui donne une plus grande portée à notre observation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition équilibrée des deux sous-populations
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-1.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 1. Itinéraire conseillé — première de couverture du livret papier
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-2.png
Fichier image/png, 428k
Titre Figure 2. Application Les clefs de la ville rouge — indice « Hôtels Particuliers »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-3.png
Fichier image/png, 597k
Titre Figure 3. Répartition des cinq indices dans l’espace
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-4.png
Fichier image/png, 181k
Titre Tableau 2. Distance parcourue par les deux groupes observés
Légende X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-5.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 3. Fréquence des arrêts chez les deux groupes de visiteurs
Légende X² de Pearson = 8,533 ; signification asymptotique bilatérale = 0,03 ; degré de liberté = 1.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-6.png
Fichier image/png, 31k
Titre Tableau 4. Ratio temps de piétinement/temps total écoulé chez les deux groupes de visiteurs
Légende X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-7.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 4. Zones fréquentées par les couples
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7317/img-8.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Calvignac et Jan Smolinski, « Prescrire un itinéraire touristique par la médiation d’un écrit d’écran », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 25 juillet 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7317 ; DOI : 10.4000/communication.7317

Haut de page

Auteurs

Cédric Calvignac

Cédric Calvignac est maître de conférences en sociologie, Université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées, et membre du Centre d’Étude et de recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP UMR CNRS 5044). Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet soutenu par le laboratoire d’excellence « Structurations des Mondes Sociaux » (LABEX SMS) portant la référence ANR-11-LABX-0066. Courriel : cedric.calvignac@univ-tlse2.fr

Jan Smolinski

Jan Smolinski est doctorant en sociologie, Université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées, et membre du Centre d’Étude et de recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP UMR CNRS 5044). Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet soutenu par le laboratoire d’excellence « Structurations des Mondes Sociaux » (LABEX SMS) portant la référence ANR-11-LABX-0066. Courriel : jsmolins@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org