Navigation – Plan du site
Hors thème

Le journalisme sous l’emprise de la catastrophe

Marc Lits, Grégoire Lits et Brieuc Lits

Résumés

Les auteurs s’intéressent à la manière dont les médias participent à la configuration de l’histoire. À partir de l’analyse du contenu de deux suppléments à visées rétrospectives et prospectives publiés par le journal quotidien belge Le Soir, ils mettent en évidence quelques pistes de recherche exploratoires relatives à la centralité des référentiels du risque et de la catastrophe dans la sélection des faits historiques importants réalisée par les médias. Ils montrent également comment les questions de la centralité de la science et de l’expertise dans notre rapport au monde semblent aujourd’hui être un prisme central dans la construction médiatique du passé, du présent et du futur.

Haut de page

Texte intégral

1Les médias ont pour fonction essentielle de relater les événements qui adviennent à la surface du globe (ou plus loin), ce qui soulève aussitôt la question de la définition de l’événement et de la médiatisation de l’événement. Nous ne reviendrons pas sur la notion d’événement, déjà souvent discutée, entre autres par Jocelyne Arquembourg (2003, 2011 ; Arquembourg, Lochard et Mercier, 2006), mais nous pouvons nous demander pourquoi certaines séquences de la vie du monde deviennent des media events, pour reprendre la notion construite par Daniel Dayan et Elihu Katz (1996). Pourquoi certains événements ou certains domaines d’activité sont davantage médiatisés que d’autres ? Dans le présent article, nous poursuivrons ces questionnements en nous intéressant principalement à la manière dont les médias choisissent de relater, souvent sous l’angle de la commémoration, certains événements passés, et même, nous le verrons, futurs, considérés comme des balises importantes de l’histoire. Plus précisément, à partir d’un travail empirique exploratoire, portant principalement sur l’analyse du contenu de deux suppléments commémoratifs et prospectifs du journal quotidien belge Le Soir, nous interrogerons l’apparente centralité aujourd’hui des événements du type « catastrophes naturelles » et autres drames liés à l’activité humaine dans ces récits historiques. Nous nous interrogerons finalement sur la manière dont les choix événementiels historiques réalisés par le journal participent à la construction de représentations sociales relatives à la centralité de la technique et du progrès scientifique dans le développement de nos sociétés.

2Dans la première partie de l’article, nous développerons un cadre d’analyse de la fonction mémorielle des médias en discutant la place centrale qu’ils peuvent accorder aujourd’hui aux événements dramatiques dans le dispositif d’information médiatique. Nous allons ensuite proposer, sur base de ce cadre, une analyse empirique exploratoire portant, d’une part, sur des compléments consacrés à des rétrospectives d’événements marquants de ces dernières décennies et, d’autre part, sur des suppléments prospectifs visant à définir les événements qui pourraient se produire dans le futur. Nous proposerons alors, dans la dernière partie, de discuter différentes pistes de recherche relatives à la centralité du risque, du rapport angoissé des publics à la technique ainsi que du rôle des experts dans la société au sein des discours médiatiques portant sur l’histoire.

La fonction mémorielle des médias

3Si l’on regarde les grands événements médiatisés des siècles antérieurs, il y a certes des faits liés à la vie politique, aux guerres et conflits, mais très vite les événements dramatiques occupent une place importante, surtout quand il s’agit de catastrophes de grande ampleur, qui entraînent la mort d’un nombre important de personnes. Le naufrage du Titanic, en 1912, a suscité d’innombrables articles de presse, comme cela avait déjà été le cas, bien avant, pour le tremblement de terre de Lisbonne du 1er novembre 1755, qui avait animé les débats des polémistes et publicistes du temps. Ces catastrophes médiatisées sont d’abord présentes dans les médias d’information, mais elles sont rapidement reprises par la fiction, à travers des livres, des films, des documentaires historiques, preuve de leurs répercussions émotionnelles et de leur rémanence dans la mémoire collective. Mais si les médias s’attardent assez normalement sur des catastrophes qui viennent de survenir, comme des tremblements de terre ou des accidents d’avion, il est plus étonnant de constater que cette tentation, voire cette fascination, pour les événements catastrophiques les inspire aussi quand ils s’essayent à des visions prospectives, dans des formes de prophéties qu’on n’espère pas auto-réalisatrices de notre futur annoncé.

4La fin du siècle précédent (qui coïncidait avec celle du millénaire) a été l’occasion de multiplier les rétrospectives et reconstitutions des événements marquants du passé dans les médias d’actualité. Cela soulève des questions intéressantes sur la réécriture de notre histoire collective par l’instance journalistique, qui contribue ainsi à façonner un imaginaire collectif de notre passé, pour reprendre le terme de Patrick Charaudeau (2007), conditionné par le présent auquel nous faisons face. Ce goût pour les rétrospectives ne semble pas avoir diminué, puisque chaque anniversaire de la mort d’une personnalité ou d’un fait marquant de l’histoire est l’occasion d’articles commémoratifs, voire de dossiers spéciaux. La presse écrite quotidienne et les magazines multiplient ainsi la logique des suppléments et compléments divers, et le centenaire de la guerre de 1914-1918 est aussi l’occasion d’un nouveau déferlement de célébrations médiatiques.

5Les médias auraient, de prime abord, comme fonction sociale principale d’informer leurs usagers à propos des événements présents, c’est-à-dire qui viennent de se produire dans un passé très proche, selon une logique de flux continu. Les avancées technologiques ont encore renforcé ces effets d’accélération en favorisant le surgissement de l’image d’information en direct par Internet et en accréditant une forme de participation immédiate à l’événement. Cela se traduit par une présence des médias d’information sur un nombre croissant de plateformes, y compris dans les médias sociaux et dans les applications de vidéos en direct comme Périscope ou Snapchat. Mais ce flux informatif, tant en télévision qu’en presse écrite, s’inscrit toujours dans le continuum d’une histoire, même dans des situations de crise traitées à chaud. C’est d’ailleurs l’une des fonctions de l’information de construire cette identité narrative définie par Paul Ricœur, sur le plan tant individuel que collectif.

6Sans redéfinir ici des postulats qui constituent le récit médiatique dans sa dimension temporelle (Lits, 1995 : 49-62), nous pouvons rappeler que les médias contribuent à déterminer notre rapport au monde et aux autres, en nous ancrant dans les réalités socio-économico-politiques du moment, mais en organisant aussi le retour d’événements récurrents, que les journalistes appellent des « marronniers ». Du 1er janvier au 11 novembre, entre fête des Mères, Tour de France et rentrée des classes, des embouteillages de l’autoroute du soleil le 1er août à l’ouverture des soldes, l’actualité est rythmée par des événements totalement prévisibles (y compris ceux qui sont non datés, comme les incendies de forêt en juillet ou les inondations en hiver) et traités à l’identique. Notre temps, finalement, est autant cyclique que linéaire, et l’information s’inscrit là dans une logique très semblable à celle du temps mythique construit sur les cycles cosmogoniques et saisonniers.

7On peut encore ajouter une autre dimension temporelle dans ce cycle de l’information, dans la mesure où les médias ne se contentent pas de dire le présent (ou plutôt les événements de la veille, disons donc de la proche actualité), de redire le passé, mais aussi d’annoncer le futur. Les « marronniers » portent sur un futur imminent, mais certains événements plus lointains peuvent aussi être traités, bien en amont, par les rédactions. C’est le cas des événements programmés, qu’ils relèvent du politique (les prochaines élections présidentielles) ou du sportif (les coupes du monde de football ou les Jeux olympiques qui sont commentés huit ou douze ans à l’avance), comme l’analyse Guillaume Erckert (2014). C’est le cas aussi dans des essais de futurologie, quand les célébrations du passé se conjuguent avec une projection des temps à venir.

8Ces constats se conjuguent bien sûr entre eux et semblent se renforcer en ce moment. Mais plus profondément, au-delà des éléments liés à des formes de nostalgie, qui ne sont pas indépendants de stratégies de marketing pour des médias en quête de lecteurs, cette attirance pour les informations du type historique ou prospectif pourrait aussi s’expliquer par le besoin de reconstruction d’identités en crise. Dans notre époque dite postmoderne, caractérisée par la méfiance à l’égard des grands récits de légitimation ou par leur rejet, si l’on suit Jean-François Lyotard (1979), les publics seraient en recherche de références, de racines, et trouveraient celles-ci dans la redécouverte de leur ancrage historique ou dans des projections de ce que pourrait être leur futur. Mais ces explications du type sociologique ne doivent pas faire oublier que les offres de produits médiatiques sont aussi déterminées par des logiques plus commerciales, qui satisfont bien la demande des publics.

9Ce travail de mémoire n’est pas construit à l’aide d’un regard neutre sur notre passé. Il organise une sélection délibérée dans les événements antérieurs, extrêmement marquée par les options idéologiques et rédactionnelles du journal. Les journalistes deviennent des gate keepers du passé, comme ils le sont pour les événements de l’actualité immédiate. Ils trient, en lieu et place des historiens, ce qui va constituer notre histoire commune, et inscrivent ainsi certains sujets et moments dans la mémoire collective. Et quand ils s’essayent à de la futurologie, nous verrons que leurs choix sont aussi révélateurs d’options idéologiques qui ne sont pas neutres.

10Cette identité se construit toujours, rappelle Ricœur dans Le temps raconté, par le biais de mises en récit. Si la fiction organise son rapport au temps grâce aux variations imaginatives qui lui sont permises en raison de sa liberté par rapport au référent, l’histoire peut aussi remodeler le temps « réel », par « l’élaboration d’un tiers-temps — le temps proprement historique —, qui fait médiation entre le temps vécu et le temps cosmique » (Ricœur, 1985 : 181). En effet, l’histoire (comme récit des événements du passé) est toujours une construction de l’histoire (des événements qui se sont réellement produits dans le passé), sous la forme de « représentances ». Tant pour l’histoire que pour la fiction, des effets de lecture vont donc jouer dans un mouvement dialectique, induits par la poétique de l’auteur, orientés par le choix du narrateur, construits par le travail de la lecture même. Et ces effets jouent pour l’histoire, qui subit toujours une certaine fictionnalisation, autant que pour la fiction, liée à une forme d’historicisation. Les projections dans l’avenir sont ainsi très directement liées à des univers fictionnels, même quand elles s’appuient sur des références scientifiques, basées sur une extrapolation de découvertes récentes poussées à leurs limites.

Une histoire sans historiens

11Toutes ces reconstitutions soulèvent évidemment une série de questions délicates. Le premier problème réside dans la confusion entre l’événement et son compte rendu. L’utilisation de fac-similés comme objets d’information historique tend à effacer l’événement au profit de son traitement journalistique, qui devient la référence ultime. L’événement, ce n’est plus le fait qui est arrivé, et qu’il faut éventuellement mettre en perspective, c’est l’article de journal qui acquiert valeur testimoniale. Dès lors, la confrontation des points de vue de différents acteurs qui ont été mêlés au fait en question n’est pas proposée, sauf si l’article de l’époque le faisait. La reprise à l’identique de l’article d’origine fait dès lors foi.

12Cela pose aussi le problème de la fonction historique dans notre société. Celle-ci était jusqu’à présent assumée par des historiens qui nous présentaient une lecture des événements anciens fondée sur des méthodes scientifiques éprouvées (même si elles étaient et restent toujours en évolution et en ajustements). Désormais, le journaliste apparaît comme le gardien du temps, présent mais aussi passé, le gestionnaire du passé comme il est le gate keeper du moment présent. C’est le média qui contribue à sélectionner les hauts faits, comme les plus petits, de notre histoire, qui configure notre histoire, autant sinon davantage que les manuels scolaires ou les livres des historiens. Il ne faut pas dramatiser cet aspect, puisque la presse n’est pas encore notre unique source de connaissance du monde, mais il ne faut pas non plus ignorer les déplacements qui s’opèrent là.

13C’est d’autant plus important que le traitement du passé n’est pas le même d’une institution à l’autre. Les médias ne choisissent pas nécessairement la distance critique, la mise en perspective, et se situent souvent dans une logique de commémoration, qui va aussi se porter sur un certain type d’événements. Les recherches de Katz et Dayan sur les cérémonies télévisuelles semblent indiquer que les événements porteurs d’une émotion partageable collectivement sont privilégiés par les médias. Et le ton révérencieux ou anecdotique qui est choisi pour les commentaires de cérémonies publiques consensuelles se retrouve aussi dans les séquences de commémoration. Il y a donc nécessité, si l’on accepte que les médias jouent un rôle grandissant dans la construction de notre rapport aux événements historiques, de comprendre les modalités de cette représentation journalistique de l’histoire, pour éventuellement modifier la manière de réécrire ainsi l’histoire. Ces options journalistiques sont encore plus discutables quand il s’agit d’interroger l’avenir et de présenter aux publics des modèles de mondes possibles. L’anecdote est très présente, et les scénarios les plus extraordinaires, les plus en rupture avec notre monde actuel seront souvent privilégiés, dans la mesure où des historiens du futur ne peuvent pas servir de garants face aux hypothèses interprétatives données au lecteur.

L’agenda médiatique et la transformation sociale

14Dans leur traitement de l’actualité, les journalistes ne sont évidemment pas inscrits dans des modes de production qui sont immuables. Ceux-ci évoluent pour deux raisons au moins : l’évolution des techniques et des conditions de production, entre autres en ce qui concerne la mise en ligne immédiate des articles ou l’utilisation de logiciels de mise en page, et l’inscription dans une société en mutation permanente avec des systèmes de valeurs qui se transforment, des acteurs sociaux différents (par exemple la montée en puissance des groupes de pression, des organisations non gouvernementales) et des interactions plus fortes avec des publics, notamment grâce aux sections de commentaires des sites Web des journaux ou des médias sociaux.

15Ces évolutions mettent en lumière l’influence qu’il existe entre les agendas médiatique, public et politique. La fonction d’agenda setting des médias ne doit pas être comprise comme unidirectionnelle, mais comme faisant partie d’un processus plus large d’influence entre les différentes sphères. Les publics, dont les capacités critiques augmentent, participent par exemple davantage aux débats autour de controverses liées à des enjeux sociotechniques (les organismes génétiquement modifiés, les nanotechnologies, les énergies renouvelables, le nucléaire…). Il est néanmoins essentiel de rappeler que l’agenda médiatique est un jeu à somme nulle. L’ajout d’un événement à l’agenda ne peut se faire qu’au détriment d’un autre. Le journaliste, dans son rôle de gate keeper, ne dispose que d’un certain nombre de caractères ou de minutes pour présenter les événements jugés dignes de médiatisation. À ce titre, les catastrophes naturelles ou scientifiques peuvent être décrites comme des wild cards (Saritas et Smith, 2011) ou des événements dont la cause peut être d’origine naturelle ou humaine et qui vont se produire de manière inattendue avec des effets dramatiques. Ce caractère inattendu va propulser l’événement en haut de l’agenda médiatique, mais également de celui du public, où les médias sociaux, permettant « l’infomédiation sociale de l’actualité » (Smyrnaios et Rébillard, 2011), agiront alors comme caisse de résonance à l’événement et participeront à ces jeux d’influence croisés.

16En outre, comme la presse écrite fait de plus en plus face à des difficultés économiques, elle est de moins en moins dans une logique de construction de l’opinion publique, inspirée du modèle habermassien, et plutôt dans une logique de relais de l’opinion (ou d’opinions diverses) qu’elle tente de suivre, pour ne pas perdre de lecteurs. Si les publics sont donc plus sensibles aujourd’hui aux enjeux environnementaux, la presse y sera aussi plus attentive, dans une prise en compte des enjeux actuels et des implications pour les générations futures.

17Les débats ne sont donc pas éliminés, mais ils se transforment en controverses, ce nouveau mode de délibération publique (Lemieux, 2007) abondamment relayée dans les médias où se multiplient les rubriques « Polémiques » ou « Débats » qui opposent deux points de vue sur un sujet d’actualité. Et ces controverses feront écho à des événements qui sont soit liés à une actualité chaude, soit entrés dans les sujets à traiter parce qu’ils sont devenus plus présents dans les thématiques qui circulent dans l’espace public. À titre d’exemple, lorsqu’une étude comparative a été commandée à notre équipe de recherche sur les sujets traités dans les journaux télévisés des chaînes publiques et privées en Belgique, en 2001 (Derèze et Lits, 2002), nous avions été frappés, à l’époque, par la montée en puissance des sujets relatifs aux questions d’environnement, de mobilité, au point que nous avions créé une sous-rubrique spécifique pour ces sujets dans le thème « Société » afin de faire voir l’émergence d’une catégorie de sujets qui n’apparaissaient pas dans des enquêtes antérieures. Cela se confirma, quelque temps après, quand le quotidien La Libre Belgique renouvela sa formule et introduisit, en pages deux et trois, donc quasiment en tête de journal, une rubrique « Planète », de niveau équivalent aux rubriques « Économie », « Politique » ou « Sport ».

18Ainsi, les médias prennent en compte de nouvelles réalités sociales et adaptent leur offre d’information aux thématiques qui émergent dans l’espace social. Mais ce qu’ils font pour l’actualité conditionne également le regard qu’ils portent sur des événements antérieurs, sélectionnés en fonction d’intérêts contemporains, et sur les articles prospectifs destinés à évaluer les conséquences sociétales et environnementales des choix politiques actuels. C’est ainsi que certains événements ponctuels, d’importance locale ou internationale, peuvent être l’occasion d’une commémoration. Les anniversaires des grandes tragédies (incendies spectaculaires, catastrophes naturelles...), du décès de personnalités politiques ou du monde du spectacle donnent régulièrement lieu à des séquences anniversaires qui recourent abondamment aux documents d’époque. Ces séquences commémoratives semblent avoir une double fonction : un rôle de remémoration destiné à nourrir une identité collective qui se construit autour de souvenirs partagés en commun ainsi qu’un rôle pédagogique de rappel des grands événements de l’histoire contemporaine, pour inscrire le présent dans sa dimension historique et instruire de plus jeunes générations. Mais le choix des sujets ainsi retraités en dit autant sur notre passé que sur nos intérêts actuels. Et ce choix n’est pas propre aux médias d’information. Quand la revue Communications propose de « nouveaux regards sur 50 ans de recherche », dans son numéro 91 de 2012 intitulé « Passage en revue », les thématiques qu’elle revisite ne sont pas totalement étrangères à des préoccupations actuelles. Dès l’introduction, elle rappelle que « des numéros ont été consacrés à l’“événement” (18, 1972) et à “la notion de crise” (25, 1976), mais également, avec Serge Moscovici, à la “nature de la société” (22, 1974) » (Lapierre, 2012 : 6). Reviennent aussi de manière forte les thématiques de la crise et de la peur ainsi que celles du risque. Les hommages appuyés à Edgar Morin s’expliquent également par son rôle important dans les premières années de la revue, mais ils ne sont peut-être pas étrangers à son retour au premier plan dans les débats publics, après une longue période de mise à l’écart du champ intellectuel français.

125 ans dans le rétroviseur

19Lorsque des journaux décident de fêter l’anniversaire de leur naissance, il est donc intéressant d’observer quels événements ils choisissent de retenir parmi les innombrables faits d’actualité qu’ils ont relatés. Le quotidien belge Le Soir a fêté en 2012 ses 125 années d’existence et a proposé à cette occasion, parmi plusieurs publications à dimension rétrospective, un numéro spécial qui traitait des événements les plus marquants qui avaient surgi durant plus d’un siècle, suivi, le lendemain, d’un numéro d’anticipation qui présentait les développements attendus dans les 125 prochaines années. En 12 pages (dont 4 de publicités), il doit donc réaliser l’exploit de synthétiser les faits marquants, en respectant le rubriquage habituel (politique, société, économie, sports, culture…). Dans les sept événements annoncés en pré-titre, quatre renvoient directement à la Belgique, contre trois sujets autres (la chute de Saïgon, les dimanches sans voiture lors de la crise pétrolière de 1973 et le virus du sida), ce qui témoigne déjà d’un ancrage local assumé. Parmi ces sept sujets, l’un renvoie à un conflit international, un autre à une épidémie, une troisième à la crise énergétique et un quatrième à un fait divers lié à la pédophilie. Les tensions et les angoisses contemporaines apparaissent clairement comme étant à l’origine de ce type de choix : les peurs environnementales (la crise de l’énergie) et sanitaires (les grandes épidémies) sont bien des thématiques centrales aujourd’hui, comme la reconnaissance de la pédophilie.

20Si l’on regarde les rubriques intérieures, elles privilégient également des drames et des catastrophes d’origine naturelle ou liés à l’activité humaine dans les secteurs économiques et techniques. La page « Économie » retient ainsi le krach de 1929, la crise pétrolière de 1973 et la fermeture de l’usine Renault à Vilvorde en 1997. En page « Politique » est évoquée la bombe atomique lancée sur Hiroshima, en page « Société », l’épidémie du sida et la prévention du cancer, en page « Faits divers », la catastrophe minière du Bois du Cazier en 1956 et l’accident nucléaire de Fukushima en 2011.

21Un certain nombre de crises sont prises en compte dans cette rétrospective : la crise de l’énergie avec la peur de l’épuisement des ressources pétrolières, la crise économique (le krach de 1929 est emblématique de cette crainte), la crise sociale avec les fermetures d’usines, la peur du nucléaire de Hiroshima à Fukushima. Seules manquent, dans ce catalogue des peurs sociales, celles qui sont relatives aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les peurs prospectives

22Mais celles-ci ne tarderont pas à émerger. En effet, le lendemain du jour où fut publiée cette rétrospective, le journal a proposé un supplément non plus rétrospectif mais prospectif, dans lequel les journalistes faisaient état des événements marquants des 125 ans à venir. Cet exercice de science-fiction journalistique, conçu également avec une forme de dérision, d’ironie, et sans aucun souci de référence à des avancées technologiques prévisibles telles celles que prévoient les centres de recherche et de prospective, a bien sûr ses limites et ne prétend à aucune validité scientifique, mais il est aussi, sous cette forme très libre, révélateur des grandes interrogations actuelles, projetées dans un futur plus ou moins proche.

23L’exercice doit d’ailleurs être jugé intéressant, dans une logique commémorative qui n’est certainement pas dénuée d’une volonté de marketing promotionnel, puisque le quotidien français Libération se livrera exactement au même exercice quelques mois plus tard pour fêter ses 40 ans d’existence, dans un numéro spécial daté du 30 novembre 2013. Sous le titre générique « Spécial 2053. Pour ses 40 ans, “Libé” imagine l’actu dans 40 ans », le journal annonce clairement la tonalité catastrophiste en titrant : « Le jour où le monde s’est arrêté. Samedi 29 novembre 2053, entre 13 h 13 et 19 h 19, Internet est tombé. Plus de communications, plus d’énergies ou de guidage aérien… Six heures de chaos mondial ».

24Ce ton résolument catastrophiste est présent d’emblée dans l’éditorial du Soir de 2137, puisque le titre introductif « Nous entrons en résistance » appelle tous les lecteurs de l’époque à braver « le nouveau pouvoir de l’Organisation Mondiale du Commerce Fédérant les Entreprises (OMCFE), et à défier ses velléités de contrôler chaque parcelle de notre destinée ». Le monde serait dominé par une sorte de consortium technico-médiatique, piloté par un leader du type nord-coréen qui aurait activé l’arsenal des nouvelles technologies pour devenir un Big Brother planétaire (et même intersidéral) asservissant la totalité des Terriens surveillés par des machines omniprésentes et omnipuissantes.

25Si l’on analyse l’ensemble des 12 pages (présentées dans un format qui se rapproche de celui de nos téléphones actuels), toutes les craintes face à la technologie y sont reprises : la télévision et les médias sont tout-puissants, le clonage est généralisé et permet une vie infinie (mais non sans danger), les machines contrôlent le monde, la productivité est toujours plus élevée, la nourriture ne goûte plus rien, les transhumances liées à des problèmes climatiques créent un chaos à l’échelle mondiale, la sécurité alimentaire mondiale est menacée, l’insécurité est totale… Sans retourner aux vieilles idées altermondialistes du début du XXIe siècle, on explique que la Terre est menacée d’implosion et que seules les colonies implantées sur d’autres planètes pourraient assurer la continuité de l’espèce humaine. En effet, la fertilité masculine est en danger, les technologies de l’information et de la communication sont menacées d’une panne générale, la surpopulation atteint des chiffres inquiétants, l’explosion nucléaire guette. Bref, tout va mal, sauf dans les encarts publicitaires où certaines marques de voiture, de téléphonie mobile ou d’informatique présentent plutôt un univers radieux où les progrès techniques promettent une vie de rêve à nos descendants.

26L’exercice de rédaction de suppléments prospectifs n’est pas exclusivement réalisé pour célébrer l’anniversaire de titres de presse et n’est pas non plus l’apanage de la presse francophone, comme en témoignent les récents exemples du Mirror, du Huffington Post ou encore de la BBC. À l’occasion du passage à l’an 2013, celle-ci s’est ainsi prêtée au jeu d’imaginer les événements mondiaux des 150 prochaines années. À la différence de Libération et du Soir, la BBC a convié 40 experts (pundits en anglais) des mondes scientifique, médiatique et politique à donner leur point de vue. Le résultat se traduit sous la forme d’infographie basée sur deux axes, l’un temporel et l’autre probabiliste. Une autre particularité est la présence de deux chemins, l’un utopique et l’autre dystopique, sur lesquels sont répartis certains événements. Bien que la vision utopique se veuille parfois optimiste avec par exemple la disparition des taxes aux États-Unis, la vision dystopique est semée de catastrophes conduisant le monde vers une nouvelle ère glaciaire en l’an 2100.

27Les trois publications prospectives de Libération, du Soir et de la BBC ont en commun de cumuler des éléments se fondant à la fois sur des données scientifiques contemporaines dont on déduit des extrapolations de développements potentiels et sur des hypothèses fictionnelles assumées, reconnaissables principalement par leurs dimensions de dérision, de caricature, mettant en scène des docteurs Folamour prêts à toutes les folies destructrices. Mais cette dimension humoristique n’est peut-être qu’une manière légère de faire passer des messages plus graves, dans les contours d’une fable dont chacun pourra retirer la morale qui lui paraît la plus appropriée. En effet, si le registre se veut humoristique, il faut plutôt le prendre comme une forme d’humour noir, d’ironie du désespoir, face à un avenir qui ne semble offrir aucune perspective positive, proche de la dystopie. Cette « histoire du futur » (pour parodier le titre de la série de Robert A. Heinlein) peut être considérée ici comme relevant d’un imaginaire fictionnel, et donc jugée non pertinente en regard d’une analyse scientifique dûment étayée, mais elle peut aussi être assumée comme le meilleur moyen de faire prendre conscience d’une catastrophe annoncée.

28En synthèse, la montée des crises et de l’angoisse liée à ces crises est significative, même si le genre science-fictionnel joue dans le registre apocalyptique plutôt que dans l’optimisme béat. Mais il est clair que l’angoisse l’emporte ici sur la sérénité et le bonheur. Toutes les peurs rétrospectives reviennent, de manière souvent accentuée : la surpopulation et les problèmes de mobilité, les épidémies, la sécurité alimentaire, le risque nucléaire. Mais à ces peurs venant du XIXe siècle s’ajoutent de nouvelles angoisses, déjà présentes ou latentes aujourd’hui, mais renforcées à l’avenir, et démultipliées à cause de la surpopulation, de la mondialisation et de la technicisation croissante. Quelles sont ces « nouvelles peurs », pour reprendre le titre du dernier essai de Marc Augé (2013) ? Celle qui apparaît en premier est liée aux machines et à la technologie toute-puissante, surtout dans le domaine des télécommunications et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, lesquelles permettent à un Big Brother de contrôler la totalité des êtres humains. Le lien est ainsi fait avec la récupération des appareillages technologiques par des pouvoirs économico-politiques de taille mondiale qui s’appuient sur les consortiums technico-industriels pour se partager la planète. Viennent ensuite les peurs climatologiques et la montée des dérèglements, des transhumances, des tensions entre groupes menacés. C’est aussi la peur d’un monde menacé dans son existence même, dans sa survie, à cause des risques d’infertilité. Tout cela se traduit dans l’usage d’un lexique anxiogène : apocalypse, chaos, menace, danger, incontrôlé, attaque, perturbation, pollution tueuse, crise sont des termes qui reviennent systématiquement dans les articles. Ce que disent ainsi ces deux journaux, le rétrospectif comme le prospectif, pourrait être jugé révélateur des inquiétudes de notre époque, si l’on accepte que les journalistes qui ont rédigé ces suppléments sont à la fois les gate keepers du passé, de notre histoire immédiate et d’un avenir dont ils nous construisent des représentations qui seraient à l’image des peurs d’aujourd’hui, projetées dans le futur et amplifiées.

Un rapport angoissé à la technique

29Si l’on accepte l’hypothèse d’Ulrich Beck qui fait de la multiplication des risques le catalyseur qui provoquera le passage de la première modernité à une modernité réflexive, le supplément prospectif analysé atteste bien qu’il y a, dans les récits réflexifs mis en scène par les médias, une multiplication et une centralité importantes du schème des risques. Cette multiplication témoignerait bien, comme le pense Beck, du passage « d’une logique de la répartition des richesses à une logique de la répartition des risques » (2001 : 35) comme principe central de l’organisation du vivre-ensemble dans la modernité réflexive. Plus particulièrement, comme le note Danilo Martuccelli, ce changement narratif montrerait que « nous vivons dans des sociétés qui sont de plus en plus des sociétés du risque, c’est-à-dire des sociétés confrontées aux conséquences non voulues de nos actes passés » (2010 : 40). C’est clairement ainsi que se positionne le journal prospectif, en exagérant les avancées technologiques actuelles ou les effets de nos modes de vie sur la nature pour en anticiper les effets les plus dangereux. Jean-Philippe Bouilloud, dans sa relecture de la crisologie imaginée par Morin en 1976, ne dit pas autre chose :

Ce qui a émergé, en revanche, c’est une centralité du risque. En passant de la crise au risque, on évolue du phénomène à sa potentialité, du constat à l’hypothèse, d’une pensée de la rupture constatée à une étude du drame possible et incertain. On est passé aussi d’une analyse du présent à des essais d’appréhension du futur — domaine dans lequel le pragmatisme américain avait déjà une longue tradition (2012 : 157).

30C’est exactement cela que mettent en scène les deux suppléments du Soir : un retour sur les catastrophes antérieures qui permet d’en induire les risques futurs. Hiroshima et Fukushima nous servent de signes annonciateurs des cataclysmes biologiques futurs.

31Le numéro apocalyptique, par contre, ne semble pas témoigner d’une réflexivité fondée sur la rationalité, tant il est contaminé par la peur. Certes, l’évocation d’une espèce de pouvoir technico-politique autoritaire montre bien qu’un modèle de démocratie fondé sur l’expertise et l’unique rationalité scientifique ne peut tenir dans cet environnement à venir, et en cela les journalistes ont bien lu Beck (ou sans l’avoir lu en arrivent aux mêmes conclusions). Mais la « création collective » de cette rédaction n’ouvre pas la voie à un avenir radieux. Si l’on va vers une disparition des frontières dans un monde global, étendu jusqu’à la planète Mars, cela n’augure pas de plus de rationalité, de discussions ouvertes, d’interdisciplinarité, d’autocritique, comme le préconise Beck. Le leader de ce gouvernement mondial évoqué par le journal a une position sans ambiguïté : « Il n’y aura pas la moindre place pour une vision alternative à celle du conglomérat économique des entreprises de télécoms. Sinon ? Ce sera le mort » (Le Soir, 18 décembre 2012). On est donc loin des participations citoyennes analysées et promulguées par les sociologues des sciences tels que Daniel J. Fiorino (1990) ou Brian Wynne (1992) au début des années 1990 ainsi que des « forums hybrides » incarnant une « démocratisation de l’expertise » et une « démocratisation de la démocratie », proposés dans les années 2000 par Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe (2001) en réaction notamment aux analyses de Beck. La seule forme d’opposition à l’oppression réside dans la résistance violente plutôt que dans la controverse ou la production de savoirs alternatifs, puisque l’ensemble de la société est contrôlé et que toute forme d’opposition ou de déviation est susceptible de sanctions pouvant aller jusqu’à la peine de mort.

La place des savants et la possibilité de controverses

32Pour conclure, il serait possible de s’interroger sur la place des savants dans ces pages prospectives ainsi que sur la possibilité de controverses et de débats qui y seraient ouverts. Au moins 5 pages sur les 12 du numéro prospectif du Soir sont entièrement consacrées à la science et à la technologie. La société Monsanto a ainsi conçu le logiciel Cloaca, qui permet de changer les déjections en nourriture (dans un système dont le nom s’inspire bien sûr explicitement de celui de la machine à produire des excréments de l’artiste belge Wim Delvoye). Plus loin, un colloque scientifique fait le point sur l’habitat multidimensionnel en 7D ou 8D, mais surtout pour évoquer les perturbations neurologiques que cela entraîne. Ailleurs, des chercheurs d’ARMTEL ont réussi à faire se reproduire des ordinateurs de manière naturelle, mais il est rappelé qu’une tentative précédente avait mené à « la destruction de la lune causée par HAL 9, cerveau artificiel du satellite de production nucléaire, dont une simple mutation avait affecté l’équilibre émotionnel » (Le Soir, 18 décembre 2012). Il faut donc saisir « le conseil planétaire d’éthique et technologie » pour évaluer « les risques dramatiques de ces techniques écologiques » (Le Soir, ibidem). Enfin, quelques scientifiques proches du pouvoir veulent pousser à ses limites la théorie de Shannon sur les informations en mode binaire. À côté du monde réel a été construit un monde virtuel « constitué des giga-milliards d’informations rassemblées sur les réseaux sociaux » (Le Soir, ibidem). Mais cette création échappe à ses inventeurs qui « risquent eux-mêmes de perdre tout contrôle. Car les machines elles-mêmes pourraient décider de se donner la vie, créant une intelligence plus grande que tous les savoirs humains réunis » (Le Soir, ibidem).

33L’image présentée ici du savant est celle d’un être dangereux, irresponsable, qui devient la source principale des risques et des accidents, et qui est totalement sous le contrôle des multinationales associées au pouvoir politique unique. Les savants sont les principaux responsables du chaos global, qu’ils n’arriveront bientôt plus à maîtriser, le Frankenstein technologique qu’ils ont créé échappant à leur pouvoir démiurgique.

34Quant aux possibles controverses autour des enjeux de société liés aux choix technologiques, elles semblent inexistantes puisque les seuls termes qui dénotent une forme d’opposition sont ceux de la résistance contre les « déviances totalitaristes », de la guérilla, de la « manifestation globale ». Cela rejoint les hypothèses de Bouilloud :

Le passage d’une société qui gère des crises à une société qui s’inquiète des risques est peut-être aussi l’évolution d’une pensée de l’affrontement face à l’adversité, voire du courage, où il s’agit de « faire face », à une pensée de la peur, où tout facteur inquiétant et pathogène est banni dans la recherche frénétique de protections multiples (op. cit. : 158).

35On n’est plus dans une possible avancée par des formes de démocratie participative ou de démocratisation de l’expertise, mais peut-être même plus dans des tentatives de protection, déjà perçues comme impossibles à cause de l’ampleur des crises multiples, et donc à un stade ultime où la résistance, violente ou non, apparaît comme la seule issue face à un pouvoir absolu servi par des scientifiques qui ont pour principal objectif de contrôler le destin de l’humanité.

36Nous avons montré précédemment l’importance du rôle de gate keeper des journalistes dans le travail de mémoire, de commémoration et d’éducation qu’ils effectuent lors du traitement d’événements dramatiques, qu’ils soient d’origine humaine ou naturelle. Ces catastrophes occupent une place centrale dans l’actualité, comme en témoigne le supplément du Soir retraçant 125 ans d’information, et influencent également les visions que les journalistes ont des risques qui menacent le futur de notre monde. À travers l’analyse de suppléments prospectifs, nous avons pu constater les représentations angoissées des évolutions techniques où le rôle de l’expert est fortement décrié, voire dénoncé. On est bien sûr dans une forme de science-fiction catastrophe, proche d’un film comme Le jour d’après de Roland Emmerich (The day after tomorrow, 2004), mais cela en dit long sur nos représentations imaginaires, projetées au départ des événements d’aujourd’hui tels qu’ils sont relatés par les journalistes et extrapolés dans une société à la modernité très peu réflexive.

Haut de page

Bibliographie

ARQUEMBOURG, Jocelyne (2011), L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004), Paris, Éditions des Archives contemporaines.

ARQUEMBOURG, Jocelyne (2003), Le temps des événements médiatiques, Paris, INA/De Boeck.

ARQUEMBOURG, Jocelyne, Guy LOCHARD et Arnault MERCIER (dir.) (2006), « Événements mondiaux, regards nationaux », Hermès, 46.

AUGÉ, Marc (2013), Les nouvelles peurs, Paris, Payot, Coll. « Manuels Payot ».

BECK, Ulrich (2001), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

BOUILLOUD, Jean-Philippe (2012), « De la “crisologie” à la “risquologie” », Communications, 91 : 153-159.

CALLON, Michel, Pierre LASCOUMES et Yannick BARTHE (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

CHARAUDEAU, Patrick (2007), « Les stéréotypes, c’est bien. Les imaginaires, c’est mieux » dans Henri BOYER (dir.), Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, Paris, L’Harmattan.

DAYAN, Daniel et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle, Paris, Presses universitaires de France.

DERÈZE, Gérard et Marc LITS (2002), « Comment classer ? », Médiatiques. Récit et société, 29 : 39-44.

ERCKERT, Guillaume (2014), La « médiatisation anticipative » des Jeux olympiques de Pékin. Une sociologie du traitement journalistique des événements futurs. Thèse de doctorat en sciences du sport et en science de la motricité sous la direction de Bernard MICHON et de Gérard DERÈZE, Université de Strasbourg/Université catholique de Louvain.

FIORINO, Daniel J. (1990), « Citizen participation and environmental risk: A survey of institutional mechanisms », Science, Technology & Human Values, 15 : 226-243.

LAPIERRE, Nicole (2012), « Présentation », Communications, 91 : 5-9.

LEMIEUX, Cyril (2007), « À quoi sert l’analyse des controverses », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 1(25) : 195-212.

LITS, Marc (1995), « Temps et médias : un vieux couple dans des habits neufs », Recherches en communication, 3 : 49-62.

LYOTARD, Jeau-François (1979), La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit.

MARTUCCELLI, Danilo (2010), La société singulariste, Paris, Armand Colin.

RICŒUR, Paul (1985), Temps et récit. 3. Le temps raconté, Paris, Seuil, Coll. « L’ordre philosophique ».

SARITAS, Ozcan et Jack E. SMITH (2011), « The big picture — Trends, drivers, wild cards, discontinuities and weak signals », Futures, 43(3) : 292-312.

SMYRNAIOS, Nikos et Franck RÉBILLARD (2011), « Entre coopération et concurrence : les relations entre infomédiaires et éditeurs de contenus d’actualité », Concurrences, 3 : 7-18.

WYNNE, Brian (1992), « Uncertainty and environmental learning: Reconceiving science and policy in the preventive paradigm », Global Environmental Change, 2(2) : 111-127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lits, Grégoire Lits et Brieuc Lits, « Le journalisme sous l’emprise de la catastrophe », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7329 ; DOI : 10.4000/communication.7329

Haut de page

Auteurs

Marc Lits

Marc Lits est professeur à l’Université catholique de Louvain et membre de l’Observatoire de recherche sur les médias et le journalisme (ORM). Courriel : marc.lits@uclouvain.be.

Articles du même auteur

Grégoire Lits

Grégoire Lits est chercheur postdoctoral et chargé de cours invité en sociologie à l’Université catholique de Louvain. Il est aussi membre du Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, institutions, subjectivité (CRIDIS). Courriel : gregoire.lits@uclouvain.be.

Brieuc Lits

Brieuc Lits est doctorant à l’Université libre de Bruxelles et membre du Centre de recherche en information et communication (ReSIC). Courriel : brieuc.lits@ulb.ac.be.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org