Navigation – Plan du site
Hors thème

Mesures d’audiences et rémunération bonifiée

Une tentative d’optimisation de la production des blogues au Journal de Montréal et au Journal de Québec ?
Jean-Sébastien Barbeau

Résumés

Les quotidiens Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec proposent à certains de leurs blogueurs des rapports audiométriques et une rémunération bonifiée basée sur un nombre minimal de pages vues. Relevant que les médias se fient de plus en plus aux logiciels d’audiences pour gérer les pages d’accueil, l’auteur a réalisé huit entretiens avec des blogueurs (journaliste reporter, chroniqueurs et invités) et le responsable des blogues pour déterminer l’influence qu’ont la bonification financière et les rapports d’audiences sur le choix des sujets et sur les formes rédactionnelles.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les dernières années, les logiciels de métriques (connus sous le nom anglais de web metrics) tels que Google Analytics, Chartbeat, Thoora ou encore Outbrain ont acquis une précision inégalée dans les données qu’ils collectent. Ils permettent aux acteurs médiatiques du numérique de surveiller au plus près les internautes naviguant sur une page ou un site Web. Les logiciels colligent des données sur plus d’une centaine d’indicateurs. Les données sont rassemblées en deux grandes classes : les données sur le trafic (nombre de visiteurs, lieu d’origine des internautes, chemin parcouru sur le Web pour atteindre la page, durée moyenne de visionnement d’une page, etc.) et les données comportementales (mouvements des internautes sur le site, éléments partagés sur les réseaux sociaux, etc.) (Nguyen, 2013).

2Ces logiciels ne sont pas les seuls à surveiller les gestes des internautes. Dans les premiers temps du Web, les internautes découvraient les cookies, un petit fichier informatique qui se loge dans les ordinateurs et qui scrute les actions des usagers. Plus récemment, les internautes ont appris l’existence des logiciels de search engine optimization (SEO). Les SEO accumulent des données des moteurs de recherche, particulièrement Google, pour indiquer aux producteurs et aux gestionnaires de contenus du Web les meilleures façons d’optimiser les taux de visionnement : la forme de la titraille, le choix des mots, etc. (Dick, 2011). Dans les entreprises journalistiques, des acteurs sont employés à évaluer les données fournies par ces logiciels et à réaliser des rapports de rendement. L’agrégation de telles données indique aux organisations ce qui est lu, vu, partagé, commenté, consommé par les internautes (Sire, 2013).

Le journalisme Web et la dépendance aux internautes ?

3Historiquement, la sociologie du journalisme a montré que ses acteurs entretenaient une distance envers le public et les études faites sur eux pour plusieurs raisons. Les journalistes ignorent, voire rejettent la rétroaction qu’ils peuvent en tirer. Ils considèrent les retours obtenus comme inexacts ou inutiles (Gans, 1979). Les études demandent du temps à réaliser et en raison des faibles échantillons, elles n’obtiennent que peu de considération, en plus de coûter cher (Tuchman, 1978). Les journalistes voient le public comme un groupe mal informé, qui n’a pas les habiletés requises pour évaluer la performance journalistique (Gans, op. cit. ; Tuchman, op. cit.). Enfin, la profession considère que son flair et son instinct sont suffisamment développés pour savoir ce qui doit être diffusé (Cornu, 2009 ; Morin, 1996).

4Par contre, dans les dernières années, les craintes ou les réticences envers les données colligées et les rapports au public ont commencé à s’estomper, voire à disparaître. Les premières études, au milieu des années 2000, montraient que les acteurs de la presse accordaient une importance négligeable aux données compilées pour établir le choix des sujets (MacGregor, 2007). Depuis, la situation a évolué : Christopher Anderson (2011) ainsi qu’Angela M. Lee, Seth C. Lewis et Matthew Powers (2012) soulignent qu’aux États-Unis, les outils technologiques occupent une place toujours plus grande auprès des rédacteurs en chef dans le choix des sujets ou dans les méthodes rédactionnelles des journalistes, même si ces acteurs n’embrassent pas entièrement les web metrics. Une partie de leurs décisions se base encore sur les valeurs traditionnelles du journalisme, à savoir l’intérêt public, la valeur de l’information, ou encore sur leur instinct (« gut feelings ») (Anderson, op. cit. : 562). Dans une étude combinant des entretiens et des observations en ligne, effectuée dans des rédactions néerlandaises, Welbers et al. (2015) montrent que les logiciels de métriques sont au cœur de la prise de décision éditoriale, mais que les acteurs réalisant les choix éditoriaux ne veulent pas le reconnaître ou ne sont pas conscients de leurs gestes.

  • 1 La mesure dans laquelle ces données peuvent servir à influencer le travail des journalistes en publ (...)

5Comme on le voit, la présence grandissante des données issues des logiciels de métriques ne se limite pas qu’aux acteurs dits « décisionnels » (rédacteurs en chef Web), mais également aux producteurs (les journalistes). La période actuelle que traverse le Web est unique, selon Lee, Lewis et Powers (op. cit. : 519), en raison de la quantité de données que ces logiciels peuvent fournir aux médias. Ils ajoutent : « As well as the extent to which that data can serve to influence media work by more fully communicating audience preferences »1 (ibid. : 519). Par contre, il faut que les acteurs sachent quelles sont les données pertinentes et fiables. Contrairement aux méthodes d’évaluation des supports traditionnels, celles destinées au Web ne sont pas standardisées. Établir un comparatif entre les sites devient compliqué, puisque les méthodologies sont propres aux logiciels (Tandoc, 2015).

6Les outils audiométriques posent une pression grandissante sur les gestionnaires de sites Web ainsi que sur les journalistes dans les salles de rédaction, qui ont de plus en plus de mal à les ignorer. Cela s’explique par la forte concurrence vécue par les entreprises journalistiques dans les dernières années. Jean Charron et Jean de Bonville (2004 : 276) parlent d’hyperconcurrence, soit une intensification de la concurrence et des conditions techniques, qui vient mettre en opposition les entreprises de presse et leurs politiques d’informations, mais aussi les messages eux-mêmes. Dans la situation économique actuelle, connaître les internautes représente un avantage significatif : celui de générer des revenus. Et savoir ce que le public consulte sur un site peut faire la différence entre le maintien et la fermeture. La connaissance de ces données transforme le journalisme. Selon An Nguyen (op. cit.), Edson Tandoc et Ryan Thomas (2015), cela dénature le journalisme de ses missions d’information et d’éducation ; il devient graduellement un bien de consommation comme les autres.

  • 2 Processus de collecte et de confection d’innombrables éléments d’information dans un nombre limité (...)

7Ces données transforment également la pratique journalistique en ce qui a trait à la figure du gatekeeper ou sélecteur. En sociologie du journalisme, particulièrement aux États-Unis, les chercheurs s’intéressent à la « fabrication de l’information » (Lippmann, 1922 ; Tuchman, op. cit. ; White, 1950), c’est-à-dire le « process of culling and crafting countless bits of information in the limited number of messages that reach people each day, and it is the center of the media’s role in modern public life »2 (Shoemaker et Vos, 2009 : 1). Une des questions étudiées dans la fabrication de l’information est de déterminer les sources d’influences des producteurs d’informations. Cette question est traitée dans le gatekeeping avec Pamela Shoemaker et Tim P. Vos, qui en sont ses principaux théoriciens. Pour étudier avec précision les sources d’influences des acteurs médiatiques, ces auteurs ont réparti les acteurs en deux groupes distincts avec la source channel (la voie de la source) composée d’experts ou de commentateurs invités liés aux organisations médiatiques, et aussi la media channel (la voie médiatique) formée par les journalistes, qu’ils soient reporters, chroniqueurs, éditorialistes, pupitreurs, etc.

  • 3 Hautement subjectif (traduction de l’auteur).

8David Manning White, initiateur de la recherche sur la sélection d’information, a décrit le travail d’un journaliste responsable de la réception des dépêches d’agences pour un quotidien du Midwest américain. Ce gatekeeper a été qualifié, par White (op. cit. : 386), de « highly subjective »3, exerçant son travail de sélection ou de rejet des dépêches reçues à partir de son jugement, de son expérience journalistique et de biais (qualité de la rédaction des dépêches reçues, textes trop conservateurs ou trop progressistes, etc.). La question de l’acteur a été jusqu’aux années 1980 le centre des travaux du gatekeeping. Par la suite, les études se sont tournées vers la détermination des sources d’influences des acteurs médiatiques dans un objectif de compréhension de la production journalistique et médiatique sous l’angle des influences autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du média pour relever les contextes de production. Les influences dans le gatekeeping sont appelées forces et visent à mettre une pression sur le gatekeeper pour le faire agir. Shoemaker et Vos (op. cit.) ont classé les sources d’influences selon cinq échelons, allant de l’individu avec ses goûts et choix personnels ; en passant par son mode de travail et ses routines ; les routines du média ; les acteurs situés à l’extérieur du média (citoyens, groupes de pression, gouvernements, etc.) ; jusqu’au système social dans lequel le gatekeeper se trouve.

  • 4 Informations à propos d’événements qui découlent des internautes (traduction de l’auteur).

9L’informatisation des médias et des outils technologiques qui surveillent les gestes et les actions des internautes en ligne a mené Shoemaker et Vos à réviser ce modèle de base. Une troisième voie a été ajoutée avec l’audience channel (la voie de l’audience) constituée d’« information[s] about events that flows from audience members »4 (ibid. : 123). L’existence de cette nouvelle voie, uniquement dédiée au numérique, est caractérisée par sa direction qui forme une boucle de rétroaction : contrairement aux deux premières voies qui vont des producteurs au public, la voie de l’audience va en sens contraire. Cette voie est conceptualisée comme celle des internautes qui agissent en tant que gatekeepers en faisant remonter des événements qu’ils estiment importants auprès des acteurs médiatiques. Les internautes tiennent une place unique dans le nouveau modèle du gatekeeping, puisque cette voie est également une force qui agit sur les acteurs médiatiques. Kostantin Nicholas Dörr (2015) et Edson Tandoc (2014) considèrent qu’il est nécessaire d’élargir la voie de l’audience pour inclure tous les moyens de classification générés par l’informatique avec les algorithmes, les mesures audiométriques, etc. Ces outils structurent le processus du gatekeeping en ligne (Lee et al., 2012 ; Tandoc, 2015 ; Vu, 2014) et contribuent à alimenter cette troisième voie.

Un cas méthodologique québécois

10Face à la pression grandissante des données et à la situation économique difficile des médias, Nguyen émet un scénario hypothétique en se demandant ce qu’il arriverait au journalisme si les revenus des acteurs médiatiques étaient basés uniquement sur le taux de visionnement de leurs écrits :

  • 5 L’intensité vécue dans les salles de rédaction sera encore plus forte et stressante avec l’augmenta (...)

The chaotic and intense newsroom will be even more stressful with the likely rise of new types of tensions and conflicts. Some of these have unpredictable but chilling prospects. If, for instance, the aforementioned metrics-based payment and staff bonus system becomes common, where would it take journalism? The idea of journalists striving and competing for audiences to gain monetary rewards, rather than to fulfill a sense of public duties, is quite scary. But let us hope that this new mechanism would not follow the dark path of incentive systems elsewhere — such as that of the banking industry, where lucrative bonuses encourage many unhealthy and outrageous practices that, in part, led to our current global economic crisis (op. cit. : 155)5.

11Un cas concret de la description de Nguyen existe dans la presse québécoise avec les blogues de la plateforme conjointe des sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec6. Cette plateforme est créée, en janvier 2012, dans le but de compléter l’offre de contenu lors du lancement de ces deux sites (Québecor, 2012). Elle offre la possibilité de tenir des blogues, à ses journalistes reporters et à ses chroniqueurs, mais aussi à des personnalités de la vie sociale et politique. Pour chaque type d’acteur, Le Journal7 propose différents contextes de production et de rétribution. La rétribution la plus intéressante est offerte aux chroniqueurs qui, en retour d’une production minimale de deux textes par semaine, reçoivent un revenu fixe et une prime financière progressive en cas d’atteinte d’un seuil minimal de pages vues fixé à 20 000 sur une période allant du dimanche au samedi. Les personnalités invitées, elles, ne reçoivent qu’un revenu fixe pour la publication d’un texte sur la même période. Ces deux groupes reçoivent chaque semaine leurs données statistiques compilées par Google Analytics. Quant aux journalistes, aucun objectif rédactionnel n’est exigé, aucun revenu n’est obtenu et aucune donnée statistique ne leur est fournie. Par ailleurs, un responsable éditorial, appelé Chef blogueur et cadre dans la structure de l’entreprise, supervise la production.

12Ce système de production fait germer une série de questions sur de possibles influences qu’ont la bonification financière et les rapports d’audiences sur le choix des sujets. Les chroniqueurs rédigent-ils plus pour accroître leurs revenus ? Bloguent-ils sur des sujets qui génèrent facilement des clics ? Quelle importance prend le fichier des résultats dans la sélection des sujets pour les blogueurs ? La forme rédactionnelle ou la longueur des textes sont-elles influencées ? Par ailleurs, à quel point les données d’audiences entrent-elles en compte dans le travail des personnalités invitées ? Nous faisons face à une situation particulière où, potentiellement, le Chef blogueur interagit de la même manière avec les professionnels de l’information et les non-professionnels qui n’ont pas les mêmes réflexes ou valeurs concernant la production de contenu.

13Si l’on applique le concept de force au contexte de production des blogues du Journal de Montréal et du Journal de Québec, la quantification des internautes mesurée par les logiciels d’audiences et la prime financière seraient des influences qui agiraient sur les gatekeepers personnifiés par les chroniqueurs. De meilleurs revenus engendrés par le visionnement des internautes mèneraient les blogueurs à choisir les sujets que les internautes consultent le plus. De cette façon, nous allons évaluer si les données audiométriques et la prime financière engendrée par un fort audimat sont des facteurs de décision tant dans la sélection des sujets que dans la forme discursive retenue par les chroniqueurs. Quant aux blogueurs invités, il est moins évident d’émettre une hypothèse tranchée. Les invités n’ont pas de gains financiers qui découlent du visionnement des internautes. Le gain est tout au plus moral : un haut visionnement sur une semaine serait synonyme de satisfaction. Ainsi, et comme pour les chroniqueurs, la réception des données audiométriques pourrait les conduire à sélectionner les sujets les plus populaires.

  • 8 Ces personnes sont codées par leur qualité, soit « Journaliste », « Chroniqueur » ou « Invité », su (...)

14La principale originalité de notre recherche par rapport à celles qui étudient l’influence des logiciels d’audiences sur la production journalistique est que nous observons des gatekeepers à l’autonomie élargie, c’est-à-dire qu’ils sont libres de rédiger sur le sujet de leur choix, mais qu’un supérieur hiérarchique peut les (re)cadrer. Ainsi, tout en observant comment se réalise la production de contenu sur la plateforme des blogues au Journal et en examinant les relations entre les blogueurs et le Chef blogueur, nous déterminerons, à l’aide de huit entretiens semi-dirigés8, dans quelle mesure les données statistiques et la bonification financière représentent des forces agissantes sur les auteurs. Par ailleurs, nous enrichissons par la présente étude la littérature scientifique à propos de la blogosphère journalistique québécoise. Malgré sa présence dans l’espace médiatique depuis plus d’une décennie, cette blogosphère est très peu traitée dans les études.

  • 9 Dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous nous intéressons à l’organisation du travail dans le (...)
  • 10 Or, en raison des occupations des chroniqueurs et des invités, nous ne sommes pas tout à fait conva (...)

15Avant de poursuivre, nous devons justifier le faible nombre de blogueurs rencontrés. Cela représente une limite méthodologique pour cette recherche en dépit de la richesse des entretiens. Obtenir des rendez-vous avec les blogueurs du Journal s’est avéré nettement plus difficile que prévu : le taux de non-réponse ou de refus est élevé, même après les relances. Les personnalités invitées ont été craintives devant nos demandes, puisqu’elles sont peu habituées à ce genre d’exercice. Pour justifier leur refus, les blogueurs ont évoqué des horaires chargés en raison de leur situation professionnelle : les chroniqueurs écrivent pour l’édition papier ou pour d’autres médias, alors que les invités ont des activités professionnelles qui limitent leurs disponibilités. Dans le cadre de notre thèse de doctorat en préparation9, nous avons rencontré des blogueurs de 12 médias au Québec et en France. Ceux du Journal de Montréal et Journal de Québec ont été les moins enclins à participer à notre enquête, avec un taux d’acceptation d’environ 13 %, alors que la moyenne globale est de 36 %. Le corpus des huit entretiens ne vise pas une représentativité du Journal ni de la médiablogosphère québécoise. Dans un tel cas, nous aurions privilégié des questionnaires10 et des études approfondies des textes de blogues. Au cours de ces entretiens ont été abordés quatre grands thèmes : la ligne éditoriale du blogue, la sélection des sujets tant dans le blogue que dans les pages du Journal, les routines de production et de rétroaction des internautes et, enfin, les rapports avec l’organisation médiatique, autant avec les confrères blogueurs qu’avec le Chef blogueur. Les entretiens, d’une durée moyenne de 84 minutes, ont également inclus des questions spécifiques à chaque enquêté pour comprendre certains de ses gestes ou textes qu’il a publiés.

Le blogue : retour sur un objet qui se forge depuis les origines d’Internet

16Proposer une définition du blogue nous amène à tracer l’histoire non seulement du blogue, mais aussi d’une partie d’Internet. L’un des premiers sites est créé par Tim Berners-Lee, cofondateur du World Wide Web, avec What’s New ? qui répertorie l’entièreté des nouveautés d’Internet, à l’époque. Le site est présenté sous la forme d’un journal de bord avec des entrées datées. Pour permettre un accès plus facile au contenu, Berners-Lee place le texte le plus récent en haut de page et non au bas comme dans un journal de bord (Winer, 2001). L’ordonnancement antéchronologique des textes pose une première base du blogue actuel.

17Si What’s New ? a une fonction de guichet d’information sur les nouveautés du réseau, les usages varient selon les internautes. Les deux formes les plus connues sont le journal personnel et la pratique citoyenne du journalisme, dont les premiers exemples datent de 1994 (Gillmor, 2004). C’est dans cette période que les blogueurs programment l’espace commentaire au bas des billets de blogue pour ajouter de l’interaction avec les internautes. Dave Winer est le premier à commenter l’actualité avec Scripting News, une page sur les nouvelles technologies (Lasica, 2002), suivie trois ans plus tard par le premier blogue d’information, The Drudge Report. Il est le premier blogue à susciter l’intérêt du journalisme traditionnel en raison de ses révélations sur le scandale Clinton-Lewinsky. Puis, vers la (toute) fin des années 1990, les blogues aux contenus plus nichés vont se démarquer. Les blogueurs marquent une rupture avec les médias traditionnels pour fidéliser une base solide (Singer, 2003). Par exemple, le Drudge Report est ouvertement conservateur et proche du Parti républicain.

18Dans les premières années, le nom du dispositif évolue. Il est révélateur de la conception de la pratique de l’époque qui façonne la construction du dispositif. En 1997, après le What’s New ?, John Barger propose le terme de weblog issu de la fusion de web et de log (journal de bord) (BBC, 2007). Peter Merholz accolera le surnom de wee-blog, un jeu de mots scabreux avec wee, signifiant « uriner » en slang, ce qui accole au blogue un côté péjoratif (Blood, 2002). En journalisme et en édition, l’action d’uriner renvoie à l’idée de privilégier la quantité plutôt que la qualité. À la même époque, les premiers sites de blogues ouvrent leurs portes avec SlashDot, Pitas, Blogger et LiveJournal (Blood, op. cit. ; Lacisa, op. cit.), qui proposent des outils clés en main pour faciliter la production et l’administration.

19Le véritable essor des blogues dans les médias traditionnels vient de l’apparition des warblogs, à la suite des attaques à New York en septembre 2001 (Wall, 2005). Ces pages ont pour thèmes la guerre et le terrorisme et sont alimentées par des pundits ainsi que par des citoyens plus ou moins engagés politiquement. Lors de la deuxième guerre d’Irak, en 2003, des journalistes ont produit des warblogs en étant embedded avec des corps des armées états-unienne ou britannique. Dans ces blogues, les journalistes racontent, de manière très personnelle, le quotidien des troupes. Franck Rebillard (2009) note que les blogues des « journalistes embarqués » sont en rupture face à la couverture faite dans les médias traditionnels. Dans ces blogues, très populaires sur les sites d’information, les journalistes proposent des textes hors normes ou à l’extérieur de la ligne éditoriale du média d’origine. Ces blogues marquent le pivot pour les entreprises médiatiques. Elles se saisissent alors de l’intérêt des internautes pour ce sujet et pour le blogue et emboîtent le pas en proposant d’autres blogues sur divers contenus (politique, culture, économique, sport, etc.) (Wall, op. cit.). L’aspect individuel de la production et la place accordée à la personnalisation du contenu font en sorte que le blogue est un mode de production où l’opinion est prédominante. Jane B. Singer (2005) a confirmé ce fait : dans une étude de 20 pages hébergées par des médias et alimentées par leurs propres journalistes, 61 % des billets contenaient de l’opinion.

20Pour leur part, les journalistes québécois commencent à bloguer à la suite de l’arrivée massive des sites de blogues et les warblogs (Proulx, 2004). L’outil d’autopublication émerge rapidement comme pratique journalistique auprès de quelques acteurs spécialisés en nouvelles technologies, dont des journalistes technologiques de Radio-Canada, avec Le carnet techno de Bruno Guglielminetti en 2003. L’année suivante, l’on compte sur les doigts de la main les blogues produits par des journalistes qui sont en majorité des chroniqueurs de journaux ou de magazines habitués à écrire des textes d’opinion (Ramsay, 2006). Puis, la blogosphère journalistique s’accroît rapidement, jusqu’à atteindre un sommet de 129 blogues en 2010 (Barbeau, 2011), mais les journalistes reporters sont peu enclins à bloguer. Ils craignent une confusion des genres entre l’information du support principal et l’opinion sur le blogue. La presse anglo-saxonne, dans laquelle la presse québécoise sinscrit, sépare clairement les faits des commentaires, ce qui exclut, par exemple, la mise en scène du reporter dans le récit des événements (Bernier et al., 2008 : 151). Pourtant, le Conseil de presse du Québec, le tribunal d’honneur qui juge les règles de conduite en journalisme, a blâmé à plusieurs reprises des « journalistes-blogueurs » pour de telles confusions entre leurs blogues et leurs publications dans d’autres supports médiatiques (Conseil de presse du Québec, 2006, 2007a, 2007b, 2009, 2010a, 2010b, 2013a, 2013b, 2014).

Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec et la production des blogues

L’environnement médiatique québécois

21Les deux quotidiens payants de Québecor que sont Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec se classent au premier et au troisième rang des quotidiens les plus lus au Québec (Centre d’étude sur les médias, 2011). La ligne éditoriale des deux journaux s’inspire des tabloïds new-yorkais qui mélangent information sensationnaliste et opinion avec des chroniqueurs dans toutes les rubriques (Beaulieu et Hamelin, 1982). Les deux éditions penchent à droite sur l’échiquier politique et tirent, selon Steve Faguy (2011), vers un populisme de droite.

22Malgré leur popularité sur le papier, les deux tabloïds sont pratiquement absents de la Toile. Pourtant, leurs compétiteurs sont solidement ancrés auprès des internautes québécois, et ce, de façon continue depuis le milieu des années 1990 (Lapointe, 1997). Cette défaillance des sites pour les deux éditions est liée à trois facteurs : 1) des tentatives infructueuses, dans le passé, de développer des sites Web viables qui ont été laissés à l’abandon ou mis en veilleuse (Québecor, op. cit.) ; 2) des lock-out longs et tendus dans chacune des éditions (à Québec entre avril 2007 et août 2008, puis à Montréal entre janvier 2009 et mars 2011) qui ont fortement ralenti la croissance et le développement du Journal sur le pôle numérique (Fortin, 2011) ; 3) une volonté de Québecor de mettre en avant le portail Web Canoë comme lieu central de tous les contenus numériques issus de ses magazines ainsi que de ses quotidiens gratuits et payants (Anciaux, 2014). Sur le portail, des sections sont laissées pour les magazines et pour chacun des journaux.

23Dans le paysage québécois, face à cette compétition, Le Journal a dû se forger une place. Une stratégie globale a été établie pour former des identités propres aux deux journaux et distinctes de Canoë en développant deux sites Web proches de la charte graphique et du contenu des versions papier. L’agence QMI (la division médiatique de Québecor qui chapeaute les deux quotidiens) a décidé de rehausser l’offre en opinion avec l’instauration d’une plateforme de blogues : « Le Journal de Montréal sera plus que jamais un carrefour de discussions et d’opinions. En effet, de nouveaux blogueurs de tous les horizons viendront ajouter leurs voix à celles de nos chroniqueurs pour débattre avec vous des idées qui font l’actualité » (Le Journal de Montréal, 2012 : 2). Ce projet éditorial rappelle la constatation de Bénédicte Toullec (2010), qui note que proposer des blogues sur un site d’information s’inscrit dans une stratégie éditoriale plus large qui est de générer des clics et de compléter une offre de contenu en matière d’opinion en ligne. Le développement des blogues marque une transformation en cours du point de vue discursif aussi bien que du modèle d’affaires global de Québecor. L’entreprise cherche à délaisser la centralisation historique en ligne de Canoë pour redéfinir « sa place dans l’ensemble industriel. [Cette transformation] vise à accroître la rentabilité du groupe et du pôle de communication en son sein » (Anciaux, op. cit. : 44).

  • 11 Paul Ackermann, directeur de la rédaction française du Huffington Post, critique le choix du mot bl (...)

24Depuis le milieu des années 2000 (Le Devoir, 2006), Canoë héberge plusieurs blogues associés aux couleurs du Journal. Le site compte, à cette période, au plus une dizaine de pages, et presque tous les blogues sont alimentés par des chroniqueurs. La mise en avant des blogues sur la page d’accueil de Canoë est faible en raison des nombreux contenus trouvés sur le portail (Barbeau, op. cit.). Au lancement des deux sites, la dizaine de blogues déménage de Canoë vers les nouveaux sites du Journal. La concurrence, elle, reste féroce : Voir et La Presse comptent respectivement 50 et 40 blogues. De plus, quelques jours avant le lancement des deux sites, un autre acteur fait son entrée dans l’environnement médiatique avec la déclinaison québécoise du Huffington Post, connu pour parapher de nombreuses ententes avec des personnalités locales et des citoyens socialement engagés pour tenir des blogues11 (Huffington, 2012 ; White, 2012). Combiner ces trois groupes d’acteurs (journalistes, chroniqueurs et citoyens engagés) est une stratégie peu présente dans les médias québécois, où seuls Voir et L’Actualité font le même pari que ces deux autres médias. En comparaison, dans les sites d’information français, par exemple, cette stratégie combinatoire est la norme.

La plateforme blogue du Journal

25L’arrivée du Huffington Post au Québec a pressé davantage Le Journal à développer sa plateforme blogue, car le « Huff » est connu pour sa diversité et sa quantité d’auteurs qui écrivent dans ses différentes versions. Face à ce constat, QMI embauche un journaliste qui deviendra le Chef blogueur, terme employé pour désigner le responsable des blogues. Le journaliste choisi, qui a de l’expérience, connaît très bien l’Internet québécois : sa présence sur la Toile date du début des années 1990. Pour le soutenir, l’entreprise lui donne le statut de cadre :

Je suis cadre dans l’entreprise comme tous les autres cadres. Dans tous les centres de rédaction que j’ai vus, mon poste n’existe pas. Il y a des responsables des pages Opinions ou Idées, mais pas des blogues. Je travaille en étroite collaboration avec le responsable des pages Opinions et qui est cadre également. Plusieurs des rédacteurs de cette section sont blogueurs. Ainsi, je dirais que je suis la transposition sur le Web des pages Opinions, mais, avec le langage du Web et la façon de faire du Web (Chef blogueur).

26L’embauche du Chef blogueur ne coïncide pas avec le démarrage des sites. Il arrive en avril 2012, soit trois mois après le lancement des deux sites. Dès son arrivée, il assimile les contraintes éditoriales de la plateforme :

Ne nous leurrons pas, quand je suis entré ici, outre Jean Barbe [chroniqueur] et Léo-Paul Lauzon [professeur d’économie à l’Université du Québec à Montréal, ayant le statut de blogueur invité], c’était plutôt à droite. Je veux tout autant à la droite qu’à la gauche la chance de pouvoir s’exprimer. J’entends avoir de véritables débats et même des gens vont aller au-delà de l’opinion et vont proposer des idées. C’est ce qui m’a toujours guidé ici (Chef blogueur).

  • 12 Dans l’univers des blogues, une entente tacite reconnaît qu’un blogue est actif si la dernière entr (...)
  • 13 Le Huffington Post Québec se targue de compter le plus grand nombre de blogueurs, avec 1 500 contri (...)

27En à peine quelques mois, le Chef blogueur transforme la plateforme, qui passe de 12 à 55 pages alimentées par plus de 65 personnes. En date de septembre 2016, soit quatre ans après le lancement de la plateforme du Journal, nous repérons encore 42 blogues hébergés, dont 30 sont actifs12. Du point de vue quantitatif, plus aucun autre média québécois ne le devance13. Notons que le Chef blogueur a quitté Le Journal au milieu de l’année 2015 pour devenir le rédacteur en chef d’un magazine.

28Le Chef blogueur dit avoir constitué une équipe qui forme un panorama complet du Québec, allant de la gauche à la droite dans les domaines social, politique et économique. Pour la créer, il a varié ses stratégies selon le type d’acteur (journaliste, chroniqueur et personnalité invitée) à recruter. Du côté des chroniqueurs et des journalistes reporters déjà présents dans les deux éditions, un appel à tous a été lancé pour connaître les acteurs qui désiraient avoir un support de diffusion supplémentaire. En parallèle au développement des blogues et des sites, le responsable de la rubrique « Opinions » a procédé à l’embauche de nouveaux chroniqueurs pour offrir davantage d’opinions dans les pages des deux éditions. Après chaque nouvelle entente, le Chef blogueur a rencontré la nouvelle recrue pour lui proposer un blogue. Quant aux personnalités invitées, le recrutement s’est fait à partir de quelques critères comme la personnalité de la personne, la qualité de ses propos publiés sur d’autres tribunes et le style rédactionnel. Plusieurs ont été recrutées en raison de la publication de livres, généralement des essais, sur des questions politiques ou sociales actuelles, comme l’explique Invité-3 : « En entrevue, [le Chef blogueur] m’a dit qu’il venait me chercher parce que j’avais publié un livre sur l’immigration. Ils m’avaient dit que ça allait marcher fort en raison de la Charte sur la laïcité qui s’en venait. » La méthode de travail établie est le télétravail. Le Journal n’a pas de bureaux pour accueillir les blogueurs. Toutefois, en vue de maintenir un échange constant, le Chef les joint par courriel ou par téléphone, chaque jour ou presque, pour échanger sur l’actualité.

29La fluctuation du nombre de blogues s’explique par les départs volontaires (arrêts) et les renvois (pensons à ceux de Jean Barbe, en 2012, et de Joanne Marcotte, en 2014, pour avoir tenu des propos controversés sur leur page) ou encore par les sauts en politique (Véronyque Tremblay, Tania Longpré), puisque Le Journal suspend l’activité par souci de neutralité :

  • 14 Trois prises et t’es viré (traduction de l’auteur).
  • 15 Barbe a été congédié pour avoir critiqué le budget du ministre Nicolas Marceau du Parti québécois e (...)

Nous sommes intervenus deux fois. L’une avec Jean Barbe, parce qu’à three strikes, you’re out14. Il avait accusé [Richard] Martineau de plagiat, ce qui était faux. Ensuite, il a tapé sur une histoire d’un point Goodwin… J’ai été obligé de lui dire que c’était un problème et qu’il fallait le régler. À trois fautes, c’est fini. Je devais lui dire qu’il était out. L’autre problème a été celui de Joanne Marcotte parce qu’il est arrivé d’autres événements dans le passé et surtout, cela avait été très grave, elle croyait que l’on faisait des unes dirigées en fonction de certains partis politiques. Or, et à chaque fois que j’invite des gens, je le fais sur le midi pour voir comment ça fonctionne, les unes sont faites ici avec les 10 à 12 cadres. Tout le monde peut entendre les discussions sur la une. Si vous étiez ici ce midi, vous auriez pu entendre la une de demain. C’est pour ça que la théorie du complot avec 12 personnes, ça se saurait. Il n’y a pas de ça ici. J’ai dit à Joanne que non, mais elle a insisté. Sorry, mais tu insultes ce qui est le plus important qui est le journal15 (Chef blogueur).

  • 16 Au moment des entretiens, Péladeau était député à l’Assemblée nationale du Québec dans la formation (...)

30En outre, les blogueurs n’ont pas une liberté d’expression totale sur les blogues : ils ne peuvent pas critiquer le contenu du Journal. Au moment des entretiens, la présence en politique active de Pierre Karl Péladeau16, le propriétaire majoritaire de Québecor, était un sujet tabou pour les blogueurs. Seul Chroniqueur-2, avec un profond embarras, a voulu évoquer ce sujet. Selon lui, les garanties du Chef blogueur n’ont pas convaincu les blogueurs qu’une appropriation entière du sujet était possible. Une personne s’est lancée sur le sujet, mais selon notre enquêté, le texte était dénudé de tout sens critique :

Chroniqueur-2 : Quand Pierre Karl Péladeau a annoncé sa candidature au Parti québécois, [le Chef blogueur] a fait le tour de tous les blogueurs en nous disant que ça ne changeait rien, que nous avions entière liberté, « vous dites ce que vous voulez, etc. ». Mais on s’entend, qu’il n’y a pas un chat qui a dit...

Enquêteur : Vous ne vouliez pas prendre le risque.

Chroniqueur-2 : Jamais de la vie! Vous comprenez? Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable et se dire que nous sommes totalement libres, on écrit ce que l’on veut. Il n’y a pas un de mes collègues blogueurs et moi aussi qui a écrit quoi que ce soit contre cette candidature qui a fait énormément de vagues. [...] Dans tous les autres médias, c’était partout, alors que nous, il n’y avait pas un chat qui a soulevé ça au Journal de Montréal. Je pense à ma collègue Denise Bombardier qui a pondu un blogue, quand il a annoncé sa candidature, totalement mielleux et vraiment très, très, très favorable. Je m’en rappelle « coup fumant, exceptionnel, etc. ».

31Cette situation expliquée par notre chroniqueur est révélatrice d’un contexte ambiant dans les journaux de Québecor, où une force corporatiste est solidement présente chez les acteurs de l’entreprise, ce qui empêche le traitement d’un sujet qui concerne l’entreprise, même s’il est d’intérêt public.

32Le système de production et le système économique mis en place par Le Journal s’inspirent en partie du modèle de fonctionnement des blogues invités sur les sites d’information français. D’après les entretiens que nous avons menés pour notre thèse de doctorat en préparation, dans l’Hexagone, les personnalités invitées sont les seules à être rémunérées pour bloguer. Elles obtiennent leurs revenus à partir d’une division des publicités basée sur un pourcentage prédéfini. Quant à la production, une publication par semaine est souhaitée de la part des responsables des blogues ou des rédacteurs en chef Web, et ce, dans le but de garder les blogues actifs. La veille de production n’est toutefois pas toujours assurée par les responsables. Les blogues n’ont plus la même popularité qu’ils avaient il y a encore quelques années sur les sites de la presse française.

33Au Journal, la prime financière pour les chroniqueurs est basée sur la division des revenus publicitaires. Le seul minimal requis est de 20 000 pages vues sur la période allant du dimanche au samedi. Les chroniqueurs qui atteignent le seuil se divisent avec l’entreprise les revenus liés à la publicité affichée sur leurs pages respectives. Lors de fortes mobilisations des internautes, des chroniqueurs ont par exemple obtenu, pour une semaine, jusqu’à 1 400 $ en revenus, y compris la prime, alors que d’autres ont généré plus de 250 000 visionnements pour une seule publication. D’après le Chef blogueur, le montant de 1 400 $ est le sommet atteint, mais quelques-uns ont touché de 1 100 $ à 1 300 $. Ces sommes rarement atteintes mettent à mal la potentielle force que représente le gain financier sur le choix des sujets dans le blogue, mais la suite de l’analyse posera un verdict plus précis et approfondi. Les personnalités invitées connaissent mal la prime basée sur le nombre de pages vues. D’ailleurs, nous avons confirmé à l’une d’entre elles l’existence de cette particularité contractuelle entre Le Journal et les chroniqueurs : « C’est drôle que vous me le disiez, car j’en entends parler depuis un moment, mais je n’ai pas cela. Je n’ai jamais eu à aborder cette question » (Invité-2). Précisons qu’aucun blogueur, y compris le Chef blogueur, n’a voulu dévoiler les revenus sans prime qu’ils reçoivent chaque semaine.

34Du côté des journalistes, la production d’un blogue est une activité facultative qui ne compte pas dans le temps de travail et qui ne doit pas nuire à la production des textes destinés à l’édition papier ou au site Web : « Ce n’est pas inscrit dans mon contrat avec Le Journal, c’est convenu à l’amiable. Je n’obtiens pas de contribution supplémentaire. C’est la même chose pour mes confrères de travail » (Journaliste). Ce journaliste a demandé un blogue pour des raisons d’espace et de choix éditorial parce que son édition accorde peu de place à son domaine de prédilection. Des raisons de temporalité sont aussi à l’origine de sa demande : les événements de son beat se terminent après l’heure de tombée. Son blogue est également utilisé lors de déplacements professionnels pour « agrémenter le voyage » (Journaliste). Cela se fait alors sur le temps personnel, en fin de journée, après avoir rédigé les commandes (de deux pages en moyenne) pour l’édition papier et réalisé les interventions avec les partenaires radio et avec les chaînes de télévision de TVA (appartenant aussi au groupe Québecor). La rédaction du blogue ne se fait que s’il lui reste du « jus journalistique » (Journaliste). Il explique : « [Le blogue sert à] poser l’ambiance du lieu où je me trouve. J’essaie d’être un peu plus anecdotique en racontant ce qui se passe dans la ville et partout ailleurs. Le blogue est un complément d’information face à ce que je fais dans le journal » (Journaliste). La présence de l’opinion est faible dans les blogues des journalistes reporters, car « ce n’est pas l’objectif premier. Les journalistes, on veut rester dans les faits. La polémique, et je parle pour moi, c’est pas pour moi » (Journaliste).

35L’autre caractéristique du modèle du Journal est que les blogueurs reçoivent le dimanche des statistiques d’audiences compilé par Google Analytics. Le fichier présente les résultats globaux pour chaque journée et inclut aussi des informations plus avancées avec des données relatives au trafic ainsi qu’au comportement des internautes. Au Québec, nous avons constaté, pour notre travail de thèse, que les entreprises ne transmettent pas ces informations à leurs blogueurs, qu’ils soient journalistes, chroniqueurs ou invités par le média. Au mieux, ces derniers obtiennent une synthèse une ou deux fois par année, et ce, dans le meilleur des cas. Des journalistes de différentes entreprises québécoises ont formulé deux hypothèses concernant l’absence de transmission des chiffres de visites. La première est qu’il y aurait une volonté manifeste de la part des directions de cacher ces résultats par crainte que d’éventuels bons résultats soient utilisés en tant que levier de négociation par les journalistes. La seconde est que les hiérarchies ne sauraient pas comment interpréter correctement ces chiffres, ce qui confirmerait la réflexion de Tandoc (2015) présentée dans l’introduction de ce texte.

36Au Journal, les journalistes reporters ne reçoivent pas de rapports issus des logiciels de métriques. Le journaliste rencontré ignorait l’existence de ces données, bien qu’il ait reçu, par l’entremise de son chef de rubrique, dans le passé, des informations sur ses performances :

J’ai souvent demandé, mais je n’ai rien de concret. [Mon chef de rubrique] m’a déjà dit que les chiffres étaient bons, mais c’est tout. Je voyais que j’avais peu de commentaires et j’ai demandé s’il fallait continuer, car j’adore ça et je ne veux pas arrêter. On m’a dit de continuer. Les données sont très bonnes, semble-t-il. Je ne me suis jamais assez posé la question en fait. Je n’étais même pas au courant pour les autres blogueurs (Journaliste).

37Nous lui avons demandé ce qu’il entendait par « bons chiffres », mais le journaliste n’a pu répondre, ne connaissant pas, d’un point de vue quantitatif, ses chiffres de visites ou tout autre indicateur de mesure. L’intérêt de son chef de rubrique envers le Web et les blogues est minimal, se concentrant davantage sur l’édition papier. Dans ce cas-ci, tout laisse présager que nous avons affaire à un mélange des deux hypothèses soulevées. Le chef de rubrique limite la transmission d’informations : sa compréhension de ces données est faible, car il s’intéresse peu au support Web. En outre, le chef de rubrique cherche à ce que son journaliste se concentre sur ses articles pour l’édition papier, qui est sa tâche principale, alors que le blogue est une production supplémentaire non inscrite dans son contrat.

38Le Chef blogueur encadre minimalement les journalistes reporters. Sa tâche est de se concentrer sur les blogueurs qui formulent des opinions (les chroniqueurs et les personnalités invitées). D’après le responsable des blogues, l’opinion attire les internautes et génère par la même occasion du trafic sur les sites :

On est en train de déranger beaucoup de monde. Très confidentiellement, des gens d’autres journaux nous lisent et aiment ce qu’ils voient. Les gens de la gauche comme de la droite peuvent débarquer et comparer leurs opinions. Confronter les idées, cela a toujours marché. C’est l’ADN du Journal.

39Selon lui, les chiffres de visites des blogues le prouvent : ils généraient, en 2014, environ 30 % du total des pages vues et de 2 à 4 billets se trouvaient parmi les 10 pages les plus consultées chaque jour.

Tableau 1. Synthèse du modèle économique du Journal de Montréal et du Journal de Québec selon les types de blogueurs

Tableau 1. Synthèse du modèle économique du Journal de Montréal et du Journal de Québec selon les types de blogueurs

L’ambivalence des blogueurs quant aux données d’audiométrie

40Au sujet de la question des internautes, le Chef blogueur dit être transparent envers les blogueurs et tous ceux qui sont liés de près ou de loin au Journal. Avant de commencer l’entretien avec le Chef blogueur, nous avons pu visiter avec lui les bureaux où travaillent les cadres de l’édition montréalaise. Depuis les lock-out, une nouvelle configuration organisationnelle a été développée. Le cœur directionnel de l’édition montréalaise occupe des bureaux avec les journalistes de l’édition Web au centre-ville de la métropole, alors que les journalistes de la version papier travaillent dans d’autres bureaux de Québecor. La salle centrale, réservée aux cadres, est composée de deux cercles concentriques. Le premier cercle, au centre, est l’îlot de réunion de coordination du journal. Le second cercle, qui entoure l’îlot central, est formé de tables de travail où les cadres s’installent. La table du Chef blogueur fait face à trois écrans de grande taille : deux affichent les pages d’accueil des sites des éditions montréalaise et québécoise, alors que le troisième présente les statistiques en temps réel compilées par Google Analytics. Ces écrans sont placés dans une allée, à la vue des cadres, des journalistes, des employés divers et des visiteurs occasionnels dans les bureaux. Tous peuvent donc constater le trafic Web en temps réel pour répondre à la volonté que « tout soit transparent pour eux » (Chef blogueur). Cela n’est vrai qu’en partie, puisque, rappelons-le, les journalistes n’ont pas accès aux audiences concernant leurs blogues.

41D’après le responsable hiérarchique, le désir d’obtenir les résultats des métriques serait fort chez les blogueurs. Ils en seraient de grands demandeurs : « Ils viennent accros aux statistiques de Google. Ils les comprennent de plus en plus » (Chef blogueur). Le responsable qualifie ces rapports de « dope » pour les blogueurs, qui chercheraient à mieux interpréter les données pour améliorer leurs performances : « Ils me posent des questions pour savoir comment ils peuvent faire plus de clics » (Chef blogueur). Or, les blogueurs ne partagent pas ce point de vue. Il serait plus juste de dire que les données fascinent les blogueurs en raison de leurs précisions : « Ce qui m’impressionne le plus est la précision des données. On sait où les gens nous ont lus. C’est très précis et c’est très détaillé, alors que dans les autres supports comme à la radio et à la télévision, il y a les BBM, mais ce n’est jamais aussi précis » (Chroniqueur-3). Les données permettent d’évaluer la « résilience de certains papiers » (Invité-3), ce qui donne aux blogueurs une idée de ce que cherchent les internautes.

42Lorsqu’un nouveau blogueur amorce sa page, le Chef blogueur le rencontre pour lui présenter le logiciel WordPress, le logiciel de production, et lui donner des conseils pour optimiser les résultats, notamment au sujet des périodes idéales de publication. Or, aucun blogueur n’applique à la lettre les enseignements qu’il peut tirer des données ou des conseils sur la publication : « [Le Chef blogueur] m’a dit vers 11 h 30, juste avant le dîner, ou vers 16 h 30, avant que les gens ne quittent le bureau. De cette façon, les internautes ont quelque chose de frais. J’essaie de le faire, mais je n’y pense pas toujours. Le réflexe n’est pas toujours présent, et, de ce que je vois, je ne suis pas le seul » (Invité-1). Le manque d’assiduité ou de réactivité des blogueurs, surtout les invités, s’explique par leur profession principale qui les empêche d’être devant un ordinateur : « Je connais des chroniqueurs qui ont [les chaînes d’informations en continu] RDI ou LCN allumées en permanence. Ils sautent sur la première information et peuvent écrire n’importe quand. Dans mon cas, j’ai un “vrai” travail. Quand quelque chose arrive, je ne peux pas réagir » (Invité-2).

43Au fil du temps, l’expérience s’accumulant, les blogueurs délaissent le rapport de Google Analytics, préférant suivre leurs champs d’intérêt personnels : « Ces rapports sont une bonne référence pour moi. Cela permet de voir ce qui marche, ce qui intéresse les gens, sauf que cela ne fait pas foi de tout. C’est peut-être élémentaire ce que je vais dire, mais je vais parler de ce qui m’intéresse en premier » (Chroniqueur-2). Google Analytics aide les blogueurs moins expérimentés (comme Invité-3 ou Chroniqueur-3, qui tenaient un blogue depuis six mois lors de la réalisation des entretiens) à définir plus clairement les sujets qui intéressent ou non les internautes. Toutefois, après une période initiale ou d’apprentissage, les blogueurs décèlent une tendance selon laquelle les sujets de nature human interest sont plus populaires que les sujets d’intérêt public :

C’est particulier, car ce n’est pas une science exacte. On voit que certains sujets marchent beaucoup et on se dit que si on réécrit dessus on obtiendra à nouveau du succès. Or, comme ce n’est pas dans l’air, c’est difficile. Ce qui m’a le plus surpris, ce sont les billets personnels. J’ai notamment parlé [du décès d’un parent] et c’est surprenant comment ce type de sujets marche. Le mois dernier, j’ai écrit sur la prévention du suicide et il a été le texte le plus partagé. On raconte des choses bien personnelles et les gens sont touchés, alors que certains sujets d’intérêt public ne marchent pas tant que cela (Invité-3).

44Cet extrait met également en évidence l’aspect personnel du blogue. Bien que la page soit hébergée sur le site d’une organisation médiatique et que le but soit de traiter de sujets d’actualité, les blogueurs écrivent sur des éléments personnels qui ne sont pas liés à l’actualité. Cette pratique fait écho au manque d’inspiration que des blogueurs ressentent au cours des semaines « creuses » dans l’actualité : « Je pourrais écrire un blogue à propos de la magnifique vue que j’ai sur le fleuve et souhaiter une joyeuse Fête nationale. Au début du printemps, [Chroniqueur-1] avait photographié les fleurs qu’il avait achetées, car il faisait froid. C’est le genre de liberté que nous avons » (Chroniqueur-2). Par contre, Chroniqueur-1 est plus réticent à l’égard du rapport transmis par Google Analytics, refusant de s’en servir bien qu’il le consulte pour piquer sa curiosité et connaître le revenu qu’il va recevoir. Selon lui, le fichier représente un danger dans la production, celui d’être répétitif et ennuyant, alors que Chroniqueur-1 veut être original et que son objectif personnel dans le blogue est d’ordre éducatif :

Je n’en tiens pas compte, des statistiques. Le danger est de se mettre à dire qu’on va traiter que de sujets qui sont populaires et de parler de sujets selon le succès. Je refuse de le faire. Le jour que je vais remarquer que je fais cela, j’arrêterai de lire les statistiques. De toute façon, je préfère que l’on apprenne des choses aux gens et non simplement leur remâcher, avec des formules-chocs, ce que l’on a vu dans les journaux le matin ou ce que l’on a traité quelques jours avant. Sinon, c’est des bits et de la bande passante de perdus (Chroniqueur-1).

45Au-delà de Google Analytics, il existe sur le blogue d’autres indicateurs de quantification qui peuvent être pris en considération. Or, pour les blogueurs, il faut faire attention à ces chiffres. Selon eux, il est contre-intuitif d’établir une corrélation entre le nombre de commentaires reçus et le nombre de pages vues. Le nombre de partages dans les réseaux sociaux est une donnée fiable, puisqu’il permet d’évaluer en direct la circulation du texte : « Quand on voit les partages monter, on peut se dire que le papier circule encore. Quand le nombre arrête d’augmenter, on sait que c’est fini. Le partage quand on le compare avec les achalandages, il y a une certaine adéquation qui ne se vérifie pas sur le nombre de commentaires » (Invité-3).

46Le suivi d’audiences des blogues est également réalisé par le Chef blogueur. Ce dernier collabore de près avec le responsable de la rubrique « Opinions », qui peut publier les billets de blogues les plus populaires dans les éditions papier du lendemain : « J’ai fait un texte qui a connu 40 000 partages dans les réseaux sociaux. Le texte a cassé le compteur, car le texte roulait trop ! [Le Chef blogueur] m’a appelé et m’a demandé de faire une version pour le journal » (Invité-2). Le texte connaît alors une seconde vie et sous une autre forme, limitée à 480 mots, la longueur imposée d’une chronique papier. L’invité reçoit un montant forfaitaire : une chronique est considérée comme une pige. Le suivi des données d’audiences par le Chef blogueur est une force positive dans le processus du gatekeeping pour la rubrique « Opinions », c’est-à-dire que les très bons résultats des textes de ses blogueurs l’amèneront à proposer les billets destinés à être publiés dans l’édition papier.

L’optimisation des audiences : la « désélection » des sujets ou des formes rédactionnelles peu populaires

47Les chroniqueurs et les invités ne sont pas insensibles aux éventuels mauvais résultats de leurs textes. Dans les heures et les jours qui suivent la publication d’un billet et le dimanche lors de la réception du rapport personnalisé, les blogueurs vont évaluer la pertinence des formes rédactionnelles utilisées ou des sujets traités. Un premier enquêté, agissant promptement, supprime un sujet qui ne génère pas de réactions : « Si un sujet n’a absolument pas fonctionné, je ne perdrai pas de temps avec la prochaine fois » (Chroniqueur-2). Le blogueur entend par « fonctionner » une combinaison entre le nombre de pages vues et la qualité des commentaires laissés par les internautes. Si ces deux indicateurs ont un nombre acceptable, le sujet sera maintenu, sinon, il passera à la poubelle. Un second blogueur, plus modéré, hésite davantage à écarter des formes rédactionnelles qui ont pour résultat un coup d’épée dans l’eau :

J’ai demandé aux gens de se prononcer sur des choses et j’ai vu que cela ne marchait pas. Ils vont sur des blogues pour consulter des commentaires et lire des prises de position par des personnalités. Je l’ai réalisé. Cela ne veut pas dire que je ne le referais pas, mais fort probablement que je vais essayer de le faire le moins possible (Chroniqueur-3).

48Le blogueur fait référence à l’un de ses billets composés de neuf questions, y compris le titre. Le chroniqueur attendait les réactions des internautes, mais elles se sont avérées faibles, même en ce qui a trait au nombre de pages vues. Jusqu’à ce qu’il arrête son blogue au printemps 2015, Chroniqueur-3 n’a jamais réécrit une entrée constituée uniquement de questions. Par contre, lors de l’entretien, il n’excluait pas de réutiliser cette forme rédactionnelle pour respecter le contrat de deux billets par semaine qui lui est imposé :

C’est ennuyeux ce que je vais dire, mais c’est une façon de faire une deuxième entrée facile quand on n’est pas inspiré. Je sais que je dois faire au moins mes deux entrées par semaine et des fois il n’y a pas cette inspiration et en plaçant quelque chose comme ça, je m’assure d’avoir la présence obligatoire (Chroniqueur-3).

49Les mauvais résultats amènent les blogueurs invités à s’enclaver dans la thématique au sujet de laquelle le Chef blogueur les a approchés. Lors de l’embauche, les invités se font rappeler qu’ils sont libres de traiter d’autres sujets qu’ils jugent importants. Or, ces prises de parole ne génèrent pas toujours les résultats auxquels les invités s’attendent. L’effet de ces mauvais résultats vient à créer une forme d’autocensure, puisqu’ils vont se restreindre à leurs domaines d’expertise :

Certaines semaines, j’obtiens 40 000 pages vues et je suis content. Quand je tombe à 8 000, je me pose des questions. J’ai un petit cahier où j’écris tous les chiffres. Dans les semaines où j’en avais 9 000 ou 10 000, je les surlignais en jaune et j’indiquais pourquoi j’avais été moins bon. J’ai remarqué que, souvent, c’était des sujets qui n’étaient pas reliés à mes thématiques. Je m’essayais sur des sujets autres et je voyais que cela ne marchait pas. J’en prenais note. C’est un peu pour cette raison que je sors moins de mes champs de compétence (Invité-2).

50Les blogueurs « désélectionnent » donc les sujets ou les formes rédactionnelles qui recueillent de faibles résultats, c’est-à-dire que le sujet ou la façon d’écrire ne seront plus réutilisés par les blogueurs. Ce geste est partiellement inédit : Tandoc (2014) avait relevé une telle pratique chez les editors dans la gestion des pages d’accueil des sites d’information où les sujets faiblement populaires étaient retirés pour ne plus être repris par la suite. La partie inédite de la désélection se trouve dans l’arborescence organisationnelle de ce geste, qui n’est pas réservé qu’aux membres décisionnels d’une organisation médiatique. Dans notre cas d’étude, le premier niveau de l’organisation est conscient des résultats issus des métriques et en prend acte dans la sélection des sujets ou dans l’énonciation du discours avec la forme rédactionnelle employée. Les mauvais résultats observés dans le rapport audiométrique agissent en tant que force négative sur les sélecteurs, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une influence qui mène les acteurs à repousser les sujets et les formes rédactionnelles les moins populaires. Anderson parle d’un « agenda de l’audience » (op. cit. : 529) ambiant dans la pratique du journalisme en ligne où les producteurs sont plus que jamais soumis aux internautes, puisque ces derniers définissent les priorités médiatiques d’après leurs champs d’intérêt.

Un revenu symbolique et les difficultés de maintenir une production régulière

51Les blogueurs exercent d’autres activités professionnelles en plus de la page qu’ils animent : les journalistes reporters et les chroniqueurs écrivent pour Le Journal, collaborent à d’autres médias ou ont d’autres activités professionnelles, alors que les personnalités invitées exercent une profession qui est leur principale. Le temps vient donc à manquer pour réagir, comme l’a mentionné précédemment Invité-2. Il est vrai que les blogueurs rédigent pour gagner un revenu, mais ce qu’ils cherchent en priorité, c’est de gagner et de maintenir une crédibilité aux yeux des internautes. Pour y arriver, un investissement personnel en temps est exigé :

Je sais que l’on devrait faire le calcul temps versus salaire, qu’il faut se questionner sur la rentabilité de ce que l’on fait, mais je n’ai jamais fonctionné ainsi. Je me dis que ce texte-là est moins payant sur le coup, mais j’investis en le faisant pour mieux établir ma crédibilité. Les gens vont me lire autrement à l’avenir, parce qu’ils ont vu que j’avais une certaine compétence. Pour moi, c’est un investissement. Si j’étais débutant en journalisme, peut-être que je serais obligé de voir les choses un peu différemment avec les nécessités de la vie. Je ne calcule pas l’argent que je gagne à l’heure. Ultimement, la satisfaction que je retire du blogue est une amplitude qui dépasse la seule considération financière (Chroniqueur-1).

52L’extrait est révélateur de la méthode de production des blogueurs du Journal. La quête incessante de crédibilité auprès des internautes est une conséquence directe de l’hyperconcurrence des médias (Charron et de Bonville, op. cit.). La fidélisation des internautes étant difficile dans le contexte médiatique, les acteurs doivent développer des stratégies pour maintenir leur intérêt. Face à cette situation, deux stratégies sont possibles : rédiger des entrées courtes, de manière régulière ou écrire des textes plus étoffés et publiés sur de plus longs intervalles. Le deuxième choix est privilégié par la vaste majorité des blogueurs du Journal.

53Au moment de l’entretien, le plus long billet recensé de Chroniqueur-1 était de 3 303 mots, soit plus de 13 feuillets. Ce blogueur écrit régulièrement des billets dépassant la norme de 1 500 mots établie par la blogosphère (Caraher, 2008), alors que dans les autres organisations médiatiques québécoises, la norme est d’environ 500 mots par texte (Barbeau, op. cit.). Au Journal, les blogueurs rencontrés tentent de se limiter à 1 000 mots, mais la règle est souvent transgressée en raison du manque de temps pour peaufiner la rédaction : « Quand on fait un discours, il faut savoir se limiter dans le temps. C’est toujours difficile, car on en aurait toujours plus à dire. La concision est une qualité en rédaction. Je paraphrase Pascal, qui disait : “Je vous aurais écrit une lettre plus courte, mais j’ai manqué de temps” » (Invité-3). N’empêche, bien que ces textes soient plus longs et que le revenu soit faible en fonction du taux horaire, les billets obtiennent une relative popularité auprès des internautes :

J’ai un feedback [du Chef blogueur] qui me dit de ne pas m’en faire, car les gens lisent pour des raisons différentes et de manières différentes. Ces textes très longs que j’appelle “les lectures du week-end”, je les publie le vendredi ou le samedi matin. [Nom d’un blogueur] fait aussi de longs billets et il y a des lecteurs pour ça. C’est incroyable (Chroniqueur-1).

54Quelques blogueurs ont tendance à faire de même, en écrivant pour la fin de semaine de plus longs billets dont le lien avec l’actualité « chaude » est plus ou moins évident.

55Le montant de la prime financière n’est pas très élevé. Les publicités sur les blogues génèrent peu de revenus, comme c’est le cas de la publicité en général sur Internet. Atteindre le seuil des 20 000 pages vues est atteignable, mais passer à un cap supérieur avec un nombre de pages vues élevé et qui génère un revenu plus grand l’est nettement moins. Notre seule comparaison possible est effectuée par rapport à Invité-2, qui a confié plus haut avoir des scores hebdomadaires oscillant entre 9 000 et 40 000 pages vues. Les blogueurs n’envisagent donc pas ce travail comme une occupation principale en raison du manque de régularité dans la production : « On ne fait pas d’argent avec les blogues. On ne gagne pas sa vie. Il faut être extrêmement discipliné pour faire des blogues au quotidien » (Chroniqueur-2). Malgré cela, les chroniqueurs ne se considèrent pas comme à la solde des internautes : ils connaissent les sujets qui feront réagir les internautes, mais, comme l’a souligné Chroniqueur-1 précédemment, la pratique du blogue deviendrait ennuyante. Chroniqueur-3 renchérit que son intérêt personnel pour un sujet est plus important qu’une quelconque pression des internautes :

Je suis conscient que certains dossiers fonctionnent plus que d’autres. Évidemment, on peut y penser, car le revenu vient avec les clics. C’est sûr que tu cherches un sujet qui va attirer l’attention, mais parfois j’écris sur ce qui me tente et quand j’aurai trouvé un sujet plus percutant je le ferai.

56Cette citation vient compléter les propos concernant les formes rédactionnelles et les sujets désélectionnés. Une telle action n’est pas menée dans un but mercantile, mais réellement dans l’objectif d’interagir avec les internautes. Le manque d’échange déçoit les blogueurs qui cherchent à obtenir le plus d’interaction possible : « Je lis tous mes commentaires. Un blogue a la chance d’avoir son propre courrier des lecteurs. Pour moi, c’est une façon d’être en lien avec le lectorat. Ce n’est pas un gros focus group, mais ça représente certaines personnes engagées et ça, j’en tiens compte » (Chroniqueur-1).

57Au bout du compte, le blogue s’inscrit comme un à-côté dans la carrière professionnelle des chroniqueurs. La réussite d’un blogue demande du temps et le revenu qu’il est possible d’en tirer est modeste et très variable. Le blogue représente difficilement un moyen de subvenir à ses besoins : la relative petitesse du marché québécois et du reste du Canada francophone est un facteur non négligeable. Par comparaison, les blogueurs invités sur les sites de presse français peuvent gagner jusqu’à 5 000 € par mois (environ 7 500 $ canadiens). Ce revenu s’explique par un bassin d’internautes nettement plus large, car les médias nationaux français attirent les internautes non seulement de la France, mais aussi de plusieurs autres pays francophones. De cette façon, l’on peut émettre comme hypothèse que les internautes agiraient davantage comme force dans le choix des sujets quand il est possible de tirer un revenu intéressant du blogue, ce qui n’est pas le cas des blogueurs du Journal. L’aspect financier, par rapport à l’audience, n’agit donc pas comme une force sur les chroniqueurs dans leurs choix de sujets.

Conclusion

58À l’aide de la théorie du gatekeeping, nous avons cherché à relever l’influence des rapports audiométriques et de l’aspect financier sur la sélection des sujets des blogueurs du Journal de Montréal et du Journal de Québec. Ces blogueurs sont des journalistes des deux rédactions, des chroniqueurs et des personnalités invitées. En plus de ce questionnement initial, nos entretiens nous ont mené à traiter des formes rédactionnelles, de la longueur des textes et des difficultés à bloguer de manière assidue.

59Le principal apport de ce travail est d’avoir montré que les métriques exercent une influence de « désélection » sur les chroniqueurs et les invités. Les blogueurs désélectionnent, c’est-à-dire qu’ils ne réutilisent pas des sujets ou des formes rédactionnelles qui ont généré de faibles audiences et commentaires de qualité, indépendamment de la question financière. Le geste n’est pas posé pour obtenir un meilleur revenu, mais bien pour des raisons d’interaction avec le lectorat. Les blogueurs cherchent davantage à créer un dialogue avec les internautes qu’à gagner un revenu. Sur ce dernier point, la prime financière s’avère trop faible pour qu’elle soit un facteur dans la production du blogue. Sauf exception, le revenu fixe pour la production obligatoire et l’éventuelle prime ne représentent que des appoints par rapport aux autres activités que les chroniqueurs mènent. Ces derniers sont conscients du modèle économique développé par Le Journal, mais la gratification qu’ils trouvent dans l’acte de bloguer pallie les revenus perçus. En outre, pour les chroniqueurs et les invités, en plus du revenu, le blogue est une vitrine leur permettant de se faire connaître auprès d’un plus large public.

60Par ailleurs, nous avons relevé une seconde influence, inattendue, du côté du Chef blogueur, qui explique que le responsable de la rubrique « Opinions » reprend les textes connaissant une forte popularité chez les internautes pour les publier dans la version papier du lendemain. Cette synergie des contenus est occasionnelle : le Chef blogueur attend que le texte touche un nombre important d’internautes pour le proposer à son collègue de la rubrique « Opinions », qui est libre de le choisir pour ses pages du lendemain.

Haut de page

Bibliographie

ACKERMANN, Paul (2014), « L’exemple du huffingtonpost.fr », dans Jean-Marie CHARON et Jacqueline PAPET (dir.), Le journalisme en questions : réponses internationales, Paris, L’Harmattan, p. 191-193.

ANCIAUX, Arnaud (2014), Réinventer l’économie du journalisme : Ouest-France et Québecor, deux essais de transformation d’une pratique discursive et des modèles d’affaires des industries médiatiques à l’ère numérique. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Denis RUELLAN, Thierry PENARD et François DEMERS, Rennes/Québec, Université Rennes I/Université Laval.

ANDERSON, Christopher (2011), « Between creative and quantified audiences: Web metrics and changing patterns of newswork in local US newsrooms », Journalism, 12(5) : 550-566.

BARBEAU, Jean-Sébastien (2011), La transformation du blogue en une activité du journalisme professionnel québécois francophone (1995-2010). Mémoire de maîtrise en sciences de l’information sous la direction de François DEMERS, Québec, Université Laval.

BBC (2007), « Weblogs rack up a decade of posts ». [En ligne]. http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/7147728.stm. Page consultée le 1er septembre 2016.

BEAULIEU, André et Jean HAMELIN (1982), La presse québécoise des origines à nos jours, t. 10 : 1964-1975, Québec, Presses de l’Université Laval.

BERNIER, Marc-François, François DEMERS, Alain LAVIGNE, Charles MOUMOUNI et Thierry WATINE (2008), « Québec. À propos des catégories de contenus médiatiques : information, publicité, opinion, divertissement... », dans Dominique AUGEY, François DEMERS et Jean-François TÉTU (dir.), Figures du journalisme : Brésil, Bretagne, France, La Réunion, Mexique, Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 147-170.

BLOOD, Rebecca (2002), « Weblogs: A history and perspective », We’ve Got Blog: How Weblogs Are Changing Our Culture, Cambridge, Perseus Publishing, p. 7-16.

CHARRON, Jean et Jean de BONVILLE (2004), « Le journalisme et le marché : de la concurrence à l’hyperconcurrence », dans Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean de BONVILLE (dir.), Nature et transformation du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 273-316.

CENTRE D’ÉTUDE SUR LES MÉDIAS (2011), « La presse quotidienne ». [En ligne]. http://cem.ulaval.ca/pdf/pressequotidienne.pdf. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2006), « Cas D2006-05-061 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2006-05-061. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2007a), « Cas D2006-08-010 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2006-08-0170. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2007b), « Cas D2006-09-017 » [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2006-09-017. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2009), « Cas D2008-09-014-2 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2008-09-014-2. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2010a), « Cas D2009-11-027 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2009-11-027. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2010b), « Cas D2010-12-048 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2010-12-048. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2013a), « Cas D2013-01-076 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2013-01-076/. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2013b), « Cas D2013-02-077 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2013-02-077. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONSEIL DE PRESSE DU QUÉBEC (2014), « Cas D2014-10-037 ». [En ligne]. http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2014-10-037. Page consultée le 1er septembre 2016.

CORNU, Daniel (2009), Journalisme et vérité : l’éthique de l’information au défi du changement médiatique, Montréal, Fides.

LE DEVOIR (2006), « Patrick Lagacé passerait à La Presse », 10 novembre, p. B2.

LE DEVOIR (2012), « Le blogueur Jean Barbe congédié », 23 novembre, p. B2.

DICK, Murray (2011), « Search engine optimisation in UK news production », Journalism Practive, 5(4) : 462-477.

RR, Kostantin Nicholas (2015), « Mapping the field of algorithmic journalism », Digital Journalism, 4(6) : 700-722.

FAGUY, Steve (2011), « Québecor est-il l’empire du “mal” ? », Le Trente, 35(2) : 16-18.

FORTIN, Karine (2011), « Journal de Montréal : un conflit inutile ? », Le Trente, 35(4). [En ligne]. http://www.fpjq.org/journal-de-montreal-un-conflit-inutile/. Page consultée le 1er septembre 2016.

GANS, Herbert (1979), Deciding What’s News, New York, Pantheon Books.

GILLMOR, Dan (2004), We the Media: Grassroots Journalism by the People for the People, Stanford, O’Reilly.

HUFFINGTON, Arianna (2012), « Le Huffington Post Québec, une édition qui est toute sauf “provinciale” », Le Huffington Post Québec. [En ligne]. http://quebec.huffingtonpost.ca/arianna-huffington/lancement-huffington-post-quebec_b_1260677.html. Page consultée le 1er septembre 2016.

LE JOURNAL DE MONTRÉAL (2012), « À l’image de votre journal », 1er février, p. 2.

LAPOINTE, Pascal (1997), « Les journaux dans la cybercourse », Le Trente, 21(4) : 27-29.

LASICA, Joseph D. (2002), « Weblogs: A new source of news », dans John RODZVILLA (dir.), We’ve Got Blog: How Weblogs Are Changing Our Culture, Cambridge, Perseus Publishing, p. 171-182.

LEE, Angela M., Seth C. LEWIS et Matthew POWERS (2012), « Audience clicks and news placement: A study of time-lagged influence in online journalism », Communication Research, 41(4) : 505-530.

LIPPMANN, Walter (1922), Public Opinion, New York, Harcourt.

MACGREGOR, Phil (2007), « Tracking the online audience. Metric Data start a subtile revolution », Journalism Studies, 8(2) : 280-298.

MORIN, Claude (1996), Profession : reporter, Montréal, Fides.

NGUYEN, An (2013), « Online news audiences: The challenges of web metrics », dans Karen FOWLER-WATT et Stuart ALLAN (dir.), Journalism: New challenges, Bournemouth, Bournemouth University, p. 146-161.

GRAND DICTIONNAIRE TERMINOLOGIQUE (2006), « Blogue actif », Québec, Office québécois de la langue française. [En ligne]. http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8352708. Page consultée le 1er septembre 2016.

PROULX, Serge (2004), « Bloguer : sport extrême médiatique ? », Le Trente, 28(7) : 23-24.

QUÉBECOR (2012), « Une nouvelle façon d’apprécier les quotidiens no 1 des Québécois ! : Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec lancent leurs nouveaux sites web », communiqué de presse sur Marketwired, 1er février.

RAMSAY, Charles-Albert (2006), « Blogito Ergo Sum », Le Trente, 30(5) : 12-14.

REBILLARD, Frank (2009), L’information d’actualité sur l’Internet : une approche communicationnelle. Thèse d’habilitation à diriger des recherches, Paris, Université Paris 8.

SHOEMAKER, Pamela et Tim P. VOS (2009), Gatekeeping Theory, New York, Routledge.

SINGER, Jane. B. (2003), « Who are these guys?: The online challenge to the notion of journalistic profession », Journalism, 4(2) : 139-163.

SINGER, Jane. B (2005), « The political j-blogger: “Normalizing” a new media form to fit old norms and practices », Journalism, 6(2) : 173-198.

SIRE, Guillaume (2013), « Google et les éditeurs de presse en ligne. Une configuration négociée et négociable », Sur le journalisme, 2(1) : 88-101.

TANDOC, Edson (2014), « Journalism is twerking? How web analytics is changing the process of gatekeeping », New Media & Society, 16(4) : 559-575.

TANDOC, Edson (2015), « Why web analytics click », Journalism Studies, 16(6) : 782-799.

TANDOC, Edson et Ryan THOMAS (2015), « The ethics of web analytics: Implications of using audience metrics in news construction », Digital Journalism, 3(2): 243-258.

TOULLEC, Bénédicte (2010), « Le journalisme participatif comme complexification du dispositif médiatique », dans Violaine APPEL, Hélène BOULANGER et Luc MASSOU (dir.), Les dispositifs d’information et de communication : concept, usages et objets, Bruxelles, De Boeck, p. 149-168.

TUCHMAN, Gaye (1978), Making News: A Study of Construction of Reality, New York, Free Press.

TURBIDE, Mathieu (2014), « Les vraies raisons du départ de Joanne Marcotte », Le Journal de Montréal. [En ligne]. http://www.journaldemontreal.com/2014/03/11/les-vraies-raisons-du-depart-de-joanne-marcotte. Page consultée le 1er septembre 2016.

VU, Hong Tien (2014), « The online audience as gatekeeper: The influence of reader metrics on news editorial selection », Journalism, 15(8) : 1094-1110.

WALL, Melissa (2005), « Blogs of war: Weblogs as news », Journalism, 6(2) : 153-172.

WELBERS, Kasper, Wouter VAN ATTEVLDT, Jan KLEINNIJENHUIS, Nei RUIGROK et Joep SCHAPER (2015), « News selection criteria in the digital age: Professional norms versus online audience metrics », Journalism. [En ligne]. http://doi.dx.org/10.1177/1464884915595474. Page consultée le 1er septembre 2016.

WHITE, David Manning (1950), « The “gate keeper”: A case study in the selection of news », Journalism Quarterly, 27 : 383-390.

WHITE, Patrick (2012), « Bienvenue ! », Le Huffington Post Québec. [En ligne]. http://quebec.huffingtonpost.ca/patrick-white/bienvenue-au-huffington-post-quebec_b_1260839.html. Page consultée le 1er septembre 2016.

WHITE, Patrick (2015), « Le Huffington Post Québec fête ses trois ans: notre plan de match », Le Huffington Post Québec. [En ligne]. http://quebec.huffingtonpost.ca/patrick-white/huffpost-quebec-3-ans-plan-de-match_b_6663398.html. Page consultée le 1er septembre 2016.

WINER, Dave (2001), « The history of weblogs ». [En ligne]. http://www.userland.com/theHistoryOfWeblogs. Page consultée le 1er septembre 2016.

Haut de page

Notes

1 La mesure dans laquelle ces données peuvent servir à influencer le travail des journalistes en publiant du contenu à partir des préférences des internautes (traduction de l’auteur).

2 Processus de collecte et de confection d’innombrables éléments d’information dans un nombre limité de messages qui rejoignent les gens chaque jour, et qui est central au rôle des médias dans la vie publique moderne (traduction de l’auteur).

3 Hautement subjectif (traduction de l’auteur).

4 Informations à propos d’événements qui découlent des internautes (traduction de l’auteur).

5 L’intensité vécue dans les salles de rédaction sera encore plus forte et stressante avec l’augmentation probable de nouveaux types de tensions et de conflits. Certaines situations sont imprévisibles, sans pour autant être effrayantes. Si, par exemple, un système de paiement fonctionnant sur les résultats calculés par les métriques et avec une prime sur les visionnements devient commun, où cela mènera le journalisme ? L’idée que les journalistes entrent en compétition pour gagner des visionnements pour obtenir des récompenses financières, plutôt que de remplir un travail pour le service public, fait frémir. Espérons, tout de même, que ce nouveau mécanisme ne suivra pas le chemin sombre des systèmes d’incitation tel qu’il existe dans d’autres domaines comme celui des banques, où les primes lucratives encouragent de nombreuses pratiques malsaines et scandaleuses qui, en partie, ont conduit à la crise économique mondiale actuelle (traduction de l’auteur).

6 Cette plateforme conjointe se trouve aux adresses suivantes : http://www.journaldemontreal.com/blogues/tous-nos-blogues et http://www.journaldequebec.com/blogues/tous-nos-blogues. Page consultée le 7 juillet 2017.

7 Pour éviter des longueurs lorsque nous évoquerons les deux journaux, nous emploierons le surnom donné par ses employés : Le Journal.

8 Ces personnes sont codées par leur qualité, soit « Journaliste », « Chroniqueur » ou « Invité », suivie du numéro de 1 à 3, défini en fonction de l’ordre dans lequel ils ont été rencontrés. En raison d’un nombre de blogueurs relativement restreint au Journal, nous allons limiter les informations qui permettraient de les reconnaître. Les entretiens avec le Chef blogueur, les chroniqueurs et un journaliste reporter ont été menés entre mai et juillet 2014, tandis que les personnalités invitées ont été rencontrées en mars 2015.

9 Dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous nous intéressons à l’organisation du travail dans les blogues de la presse quotidienne française et québécoise.

10 Or, en raison des occupations des chroniqueurs et des invités, nous ne sommes pas tout à fait convaincu que tous auraient répondu à un éventuel questionnaire, d’autant plus que les réponses auraient été courtes. Cela nous laisse croire que les entretiens sont la meilleure solution pour étudier ce groupe.

11 Paul Ackermann, directeur de la rédaction française du Huffington Post, critique le choix du mot blogue, car ceux-ci n’en sont pas réellement : « On utilise le terme “blog”, mais cela s’apparente plutôt à des tribunes » (2014 : 191).

12 Dans l’univers des blogues, une entente tacite reconnaît qu’un blogue est actif si la dernière entrée répertoriée date d’au plus trois mois (Grand dictionnaire terminologique, 2006).

13 Le Huffington Post Québec se targue de compter le plus grand nombre de blogueurs, avec 1 500 contributeurs, depuis sa création en 2012 (White, 2015). Or, le nombre semble inclure toutes les personnalités qui ont contribué à d’autres éditions du réseau et dont la version québécoise a repris les textes sur son site. Le nombre de contributions propres à l’édition québécoise est alors à reconsidérer en forte baisse.

14 Trois prises et t’es viré (traduction de l’auteur).

15 Barbe a été congédié pour avoir critiqué le budget du ministre Nicolas Marceau du Parti québécois en faisant une référence au nazisme (Le Devoir, 2012). Quant à Marcotte, son licenciement fait suite à une série de propos disgracieux envers d’autres blogueurs du Journal et accusant la direction d’être à la solde de Péladeau – l’actionnaire majoritaire de Québecor et, à l’époque, député pour le Parti québécois (Turbide, 2014).

16 Au moment des entretiens, Péladeau était député à l’Assemblée nationale du Québec dans la formation du Parti québécois, puis candidat pour en devenir le chef.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Synthèse du modèle économique du Journal de Montréal et du Journal de Québec selon les types de blogueurs
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7365/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Sébastien Barbeau, « Mesures d’audiences et rémunération bonifiée », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7365 ; DOI : 10.4000/communication.7365

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Barbeau

Jean-Sébastien Barbeau est doctorant au laboratoire CARISM de l’Institut français de presse de l’Université Paris II. Courriel : jean.sebastien.barbeau@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org