Navigation – Plan du site
Recherches

Vers une compréhension des déterminants de la fréquentation des musées d’art

Portrait actuel des visiteurs de musées d’art
Jason Luckerhoff
p. 229-238

Texte intégral

1Près de quarante années après la publication de L’amour de l’art (Bourdieu et Darbel, 1969), les nombreuses études sur le public des arts et sur les pratiques culturelles, dont certaines s’appuient sur des banques de données longitudinales et relativement comparables (Donnat et Cogneau, 1990 ; Donnat, 1994), identifient un nombre restreint de facteurs associés à la fréquentation des musées d’art. En Europe (Ganzeboom et Haanstra, 1989), aux États-Unis (Schuster, 1993) et au Québec (Garon, 2005), les visiteurs des musées d’art affichent des niveaux de scolarité et de revenu plus élevés que la moyenne.

2Une revue de la littérature d’avant 1980 révèle que la clientèle des musées d’art était relativement jeune, scolarisée et fortunée (Bourdieu et Darbel, 1969 ; Dixon et al., 1974 ; Dimaggio et al., 1978). Le niveau d’éducation aurait été l’indicateur le plus fiable pour prédire la fréquentation des musées d’art. Selon Bourdieu et Darbel (1969), l’accès aux objets culturels était alors le privilège de la classe cultivée. Malgré plusieurs tentatives pour démocratiser la culture, il est assez étonnant de constater que le profil des visiteurs des musées soit toujours le même en 2006, à quelques différences près.

3L’une de ces différences concerne l’augmentation de la consommation. En effet, les consommations culturelles occupent une place croissante dans les dépenses des ménages. Selon Evrard (2002), depuis les vingt dernières années, ce poste a connu, après celui de la santé, le taux de croissance le plus fort. Comme en témoigne l’écho médiatique politique d’aujourd’hui, cette dépense, qui n’est pas que économique en raison de ses résonances symboliques et idéologiques, étonne encore par son exacerbation de la polarité entre culture classique et culture populaire.

Pertinence de l’analyse en fonction des classes sociales

4Dans son analyse des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales, Bourdieu (1979) privilégie les facteurs culturels et symboliques. Selon lui, c’est par la violence symbolique que certains imposent leurs arbitraires comme légitimes.

5Son modèle fondé sur la « distinction » rend interdépendants la consommation des biens culturels, le revenu et le capital culturel des acteurs sociaux. Bourdieu pose la question des déterminants socio­économiques dans la formation du goût et dans la correspondance entre la segmentation des produits culturels et celle des classes sociales. Selon lui, les produits culturels existent principalement en tant que symboles et portent en eux des signes dont la combinaison aboutit à la constitution d’un code social. En analysant la production du goût, Donnat (1998) démontre que la concurrence entre les individus, dans la consommation des biens culturels, s’alimente à même une norme socialement produite et légitimée. Ce sont les établissements éducatifs au sens large qui engendrent cette norme sociale et qui jouent un rôle clé dans la légitimation de certaines pratiques culturelles.

6Selon Bourdieu (1968, 1984) et DiMaggio (1987), l’appréciation de l’art et de certaines connaissances légitimées résultent d’un entraînement. Une œuvre revêt une signification et un intérêt seulement si l’on possède la compétence culturelle, c’est-à-dire l’acquisition du code social qui permet son « appréciation ». Celui ou celle qui n’a pas accès au code spécifique se perd dans un chaos de rythmes et de sons, de couleurs et de formes.

7Toujours selon ces mêmes auteurs, l’intérêt pour les musées d’art et la capacité à comprendre et à décoder l’art sont inégalement distribués dans les classes sociales. Ainsi, les membres de la classe sociale ouvrière, dont l’accès à l’éducation est plus limité, se retrouvent « privés » de cette capacité à s’intéresser à l’art et à le décoder. C’est à la présence/absence de cette capacité que font référence la majorité des auteurs lorsqu’ils utilisent les termes de « culture d’élite », d’une part, de « culture populaire » ou de « culture de masse », d’autre part.

8Cette « compétence » (absence et présence) à décoder l’art contribue à renforcer et à reproduire la structure des classes sociales. La familiarité avec la culture d’élite, celle de « l’art », permet d’accéder à la classe supérieure et dominante, alors que cette même familiarité qui légitime la participation à la culture d’élite tisse une solidarité entre les membres de cette classe dite supérieure.

9Des chercheurs étatsuniens sur la consommation des produits artistiques et plus généralement sur les consommations culturelles (Holbrook et Zirlin, 1985) reprochent à Bourdieu ses multiples « réductionnismes » (Heinich, 1998 ; Mounier, 2001) et remettent en question son modèle. Ces chercheurs arguent que la culture d’élite n’est pas aussi répandue dans les classes dominantes et que si la culture d’élite est l’apanage de la classe dominante, cela ne signifie pas que la majorité s’y intéresse (Halle, 1989). Leurs travaux suggèrent que l’analyse de la consommation des biens culturels doit prendre davantage en compte, non pas l’appartenance sociale des individus, mais l’existence d’une culture liée à la spécificité des biens culturels eux-mêmes (Kassarjian, 1980).

10La majorité des travaux d’avant 1990 présument que la consommation des biens culturels ressemble à la consommation de toutes autres formes d’objets et que, par conséquent, elle peut s’expliquer par le recours à des concepts et modèles socioéconomiques « standards ».

11À ce propos, Holbrook (1986) a élaboré un tableau en six points qui illustre les différences entre l’approche conventionnelle (variables socio­économiques) et celle fondée sur « l’expérience » (approche esthétique).

Tableau 1. L’approche conventionnelle de la culture et des arts et la perception esthétique

L’approche conventionnelle

La perception esthétique

1) s’intéresse aux décisions d’achat

1) s’intéresse aux expériences de consommation

2) considère que les motivations du consommateur sont extrinsèques

2) considère que les motivations du consommateur sont intrinsèques

3) considère que le comportement du consommateur est rationnel

3) considère que les réactions du consommateur sont émotionnelles

4) considère que les achats sont liés à des variables et à des facteurs du marché exogènes par rapport aux produits

4) considère que les consommations sont liées aux caractéristiques spécifiques des produits

5) recourt à des études sectorielles

5) recourt volontiers à des expériences en laboratoire

6) considère le produit comme la somme arithmétique de plusieurs composantes

6) considère le produit comme un ensemble complexe (Gestalt)

12L’expérience d’ordre esthétique de la consommation culturelle fait appel à une appréciation qui échappe aux comportements de marché (Holbrook et Hirschman, 1982). Cette expérience va du simple plaisir hédoniste à des sentiments proches de la transcendance et de l’extase (Holbrook, 1986 ; Holbrook et Zirlin, 1985), quoique la majorité des travaux réduisent ce continuum à sa seule dimension hédoniste en se référant à des valeurs bipolaires comme bon/mauvais, agréable/désagréable, beau/laid.

Motivations à visiter les musées d’art

13Mettant à profit les travaux sur le profil sociodémographique et sur l’expérience esthétique, des chercheurs ont examiné les raisons qui incitent les gens à visiter des musées d’art. Selon Dixon et al. (1974), les visiteurs fréquentent un musée d’art pour diverses raisons : pour apprendre, pour le plaisir, pour un divertissement relativement bon marché et pour voir une exposition très publicisée.

14Les recherches les plus nombreuses sont consacrées aux études d’audience et aux déterminants de la demande (DiMaggio, Useem et Brown, 1978). Ces travaux procèdent essentiellement par enquêtes et s’intéressent principalement aux différentes caractéristiques du consommateur (sociodémographiques, socioéconomiques ou sociopsychologiques) et aux données objectives du marché (taux d’acquisition, taux d’utilisation). Le marketing fait un grand usage de ces études, mais celles-ci ne permettent pas de dépasser le niveau d’une compréhension relativement superficielle des motivations chez les visiteurs de musées d’art.

15De manière générale, la réalisation d’enquêtes par sondages sur la participation culturelle s’inscrit dans les politiques culturelles des années 1960 et dans l’idéologie de la démocratisation de la culture. Selon Pronovost (2002), ces enquêtes sont essentiellement descriptives et connaissent encore aujourd’hui des problèmes de construction d’échantillons comparables. Les catégories démographiques utilisées sont peu probantes, à l’exception des enquêtes françaises. En général, les cadres d’analyse ne permettent pas la mise en rapport des pratiques culturelles avec d’autres champs, comme le travail, la famille ou les loisirs, et accordent peu d’importance au contexte et aux réseaux sociaux.

16Évrard (2002) ajoute que le rôle de ces enquêtes est analogue au rôle de l’audimat pour la télévision. Ces études descriptives ne permettent évidemment pas de comprendre quelles motivations déterminent les choix des consommateurs, ni quelles significations ils attribuent à leur consommation, ni quelles satisfactions ils en retirent.

17Depuis les années 1980, une pression grandissante s’exerce sur les musées pour qu’ils attirent de nouveaux publics, d’où l’importance de mieux connaître les motivations des visiteurs et les résistances des non-visiteurs.

18Selon Niquette et Buxton :

  • 1  Traduction libre de « active agencies for adult education ».

[…] au début des années 1930, le contexte économique de la dépression força les musées privés à élargir leurs activités professionnelles de façon à rejoindre un public plus étendu et à se définir comme des « établissements voués à l’éducation aux adultes »1. […] Une attention plus grande était accordée aux moyens de diffusion culturelle et à la communication publique des connaissances qu’aux préoccupations de recherche des universitaires. Les musées étaient vus comme des institutions capables de rejoindre un public aussi vaste que celui du théâtre, du film ou de la radio (2004 : 318).

Projet de recherche

19Notre projet s’inscrit dans la perspective à la fois de la démocratisation de la culture et de sa critique. Nous nous demandons si cette démocratisation ne vise pas à « imposer un arbitraire culturel » (Bourdieu, 1969). Puisque les gouvernements investissent dans la culture au nom de la « démocratie culturelle » et que la structure du développement culturel s’articule autour du concept d’accessibilité, il nous semble pertinent de tenter de comprendre la fréquentation culturelle en fonction des classes sociales et de la notion de capital culturel.

20Notre mémoire de maîtrise a donc pour objectif de comprendre pourquoi, comme l’indiquent toujours les statistiques de fréquentation des musées d’art, les personnes qui visitent ces institutions sont plus scolarisées et plus fortunées que la moyenne. Plus spécifiquement, il a pour objectif de vérifier si certaines valeurs poussent les individus à visiter les musées d’art, si certaines contraintes les en empêchent et quelle perception les gens ont du musée d’art, de la fréquentation des musées d’art, de l’accessibilité de la culture et de la démocratisation de la culture. Par l’étude quantitative des valeurs et des contraintes, nous désirons proposer une opérationnalisation du concept de capital, sachant qu’il a été critiqué pour sa portée métaphorique (Sfez, 1988).

21Nous avons analysé les motivations qui poussent des individus à visiter un musée d’art et les contraintes qui les en empêchent. Nous voulons saisir la perception que les visiteurs et les non-visiteurs ont du musée d’art, de sa fréquentation et de la démocratisation de la culture.

22Partant du postulat que les motivations et les perceptions sont liées aux valeurs que les individus acquièrent dans des situations de contraintes (le modèle de Bourdieu), nous avons, d’une part, élaboré un questionnaire à l’intention des visiteurs et des non-visiteurs d’un musée d’art et, d’autre part, animé des groupes de discussion (Luckerhoff, 2006b).

  • 2  Schwartz et Bilsky (1987, 1990) définissent les valeurs comme « une représentation de l’individu ( (...)

23Le questionnaire (N = 905) visait à déterminer quelles valeurs peuvent motiver un individu à visiter un musée d’art et quelles contraintes l’en empêchent. Notre analyse des différences significatives entre nos deux populations (les visiteurs et les non-visiteurs) s’est basée sur l’étude des valeurs (selon Schwartz et Bilsky)2 et des contraintes (à partir du modèle de Crawford, Jackson et Godbey, 1991).

24Un second instrument, les groupes de discussion, doit nous permettre de saisir et d’analyser la perception qu’ont ces différents groupes des musées d’art et de la démocratisation de la culture. Ici encore, une lecture des transcriptions confirme la validité et la fiabilité des données. Un premier résultat indique que les participants souhaitent que le choix des œuvres à exposer repose davantage sur leur compréhension en lien avec la culture populaire, plutôt qu’il ne soit guidé par des principes muséologiques. Par ailleurs, les visiteurs réguliers des musées d’art expriment leurs craintes face à la démocratisation de la culture qu’ils associent au nivellement vers le bas dans la présentation et le choix des œuvres exposées.

25Dans le contexte où l’État se porte garant de l’accès à la culture et favorise l’accessibilité en adoptant différentes politiques qui visent la démocratisation de la culture, la portée autant sociale que scientifique des questions soulevées demeure pertinente.

Haut de page

Bibliographie

AURIER, P., Y. EVRARD et G. N’GOALA (1998), La valeur du produit du point de vue du consommateur, Actes des journées nationales des I.A.E., no12, p. 199-212.

BERGADA, M., et S. NYECK (1995), « Quel marketing pour les activités artistiques : une analyse comparée des motivations des consommateurs et producteurs de théâtre », Recherche et applications en marketing, 10(4), p. 27-45.

BOURDIEU, P. (1968), « Éléments d’une théorie sociologique de la perception esthétique », Revue internationale des sciences sociales, 10(4), p. 640-664.

BOURDIEU, P. (1979), La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

BOURDIEU, P. (1984), Distinction : A Social Critique of the Judgment of Taste, Cambridge, Harvard University Press.

BOURDIEU, P., et A. DARBEL (1969), L’amour de l’art : les musées et leur public, Paris, Minuit.

COLBERT, F. (1993), « Museums and srategic marketing – Research findings », Muse, 11(2), p. 33-34.

CRAWFORD, D., E. Jackson et G. Godbey (1991), « A hierarchical model of leisure constraints », Leisure Sciences, 13, p. 309-320.

DIMAGGIO, P. (1987), « Classification in art », American Sociological Review, 52, p. 440-455.

DIMAGGIO, P., U. MICHAEL et B. PAULA (1978), Audience Studies of the Performing Arts and Museums : A Critical Review, Washington, National Endowment for the Arts.

DIXON, B., A. E. COURTNEY et R. H. BAILEY (1974), The Museum and the Canadian Public, Arts and Culture Branch, Department of the Secretary of State, Government of Canada, published by Culturcan Publications.

DONNAT, O. (1994), Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte.

DONNAT, O. (1998), « The boom in amateur arts activities in France », The European Journal of Cultural Policy, 3(2), p. 257-266.

DONNAT, O. (1999), « La stratification sociale des pratiques culturelles », Revue française de sociologie, XI(1), p. 111-119.

DONNAT, O. (2003), « La question de la démocratisation dans la politique culturelle française », Modern & Contemporary France, 11(1), p. 9-20.

DONNAT, O. (2004), « Les univers culturels des Français », Sociologie et sociétés, XXXVI(1), p. 87-103.

DONNAT, O., et D. COGNEAU (1990),Les pratiques culturelles des Français 1973-1989, Paris, La Découverte.

EVRARD, Y. (2002), « Arts management : A new discipline entering the millenium ? », International Journal of Arts Management, 2(2), p. 4-13.

GANZEBOOM, H., et F. HAANSTRA (1989), Museum and Public. The Public and the Approach to the Public in Dutch Museums, Rijswijk, Ministry of Welfare, Health and Culture.

GARON, R. (2000), Les habitudes culturelles des Québécois et des Québécoises en 1999, Québec, ministère de la Culture et des Communications, Direction de l’action stratégique, de la recherche et de la statistique.

GARON, R. (2005), La pratique culturelle au Québec en 2004. Recueil statistique, Québec, Direction de la recherche, des politiques et du lectorat, ministère de la Culture et des Communications.

GARON, R., et L. SANTERRE (2004), Déchiffrer la culture au Québec : 20 ans de pratiques culturelles, Québec, ministère de la Culture et des Communications, Publications du Québec.

GENETTE, G. (1997), The Work of Art, New York, Cornell University Press.

GENDRE, F., J-B DUPONT et S. SCHWARTZ (1982), « Structure du questionnaire de valeurs de Schwartz », Schweizerische Zeitschrift für Psychologie, 51(2), p. 128-134.

GOLD, S. J. (1980), Determinants of Arts Demand : Some Hypotheses, Evidence, and Policy Implications, Cambridge, Economic Policy for the Arts, ABT Books.

HALLE, D. (1989), « Class and culture in modern America : The vision of the landscape in the residences of contemporary Americans », Prospects, 14, p. 272-406.

HEINICH, N. (1998), Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Minuit.

HOLBROOK, M. B. (1986), Progress and Problems in Research on Consumer Esthetics, Fourth International Conference on Cultural Economics and Planning, Avignon.

HOLBROOK, M., et E. C. HIRSCHMAN (1982), « Hedonic consumption : Emerging concepts, methods and propositions », Journal of Marketing, 46(3), p. 92-101.

HOLBROOK, M., et R. ZIRLIN (1985), « Artistic creation, artworks, and esthetic appreciation : Some philosophical contributions to nonprofit marketing », Advances in Nonprofit Marketing, 1, p. 1-54.

KASSARJIAN, H. (1980), « Consumer esthetics : A commentary », Advances in Consumer Research, 7, p. 127-128.

LUCKERHOFF, J. (2006a), « Vers une compréhension des déterminants de la fréquentation des musées d’art ». Mémoire de maîtrise (communication publique), Université Laval, Québec.

LUCKERHOFF, J. (2006b), « L’inventaire des valeurs de Schwartz : forces et limites de l’outil dans le cadre d’un projet de recherche sur la fréquentation des musées d’art », Actes du colloque « Le Rendez-vous de la recherche en communication » (RRC) 16 mars, Université Laval, Québec.

LUCKERHOFF, J., V. NGUYEN-DUY et M.-C. LAPOINTE (2006), « Art and cultural participation : Understanding motivation to visit art museums », Changing Cultures : European Perspectives, Conference of the European Sociology Association Research Network for the Sociology of Culture, Ghent, Belgique, 17 novembre.

LUCKERHOFF, J. (2006c), « Culture and inequality : The social representation of art museums for attenders, non-attenders and museum managers. A qualitative investigation », American Sociological Association, Montréal, 11 août.

MINISTERE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS DU QUEBEC (1992), La politique culturelle du Québec, notre culture notre avenir, Québec.

MOUNIER, P. (2001). Pierre Bourdieu, une introduction, Paris, La Découverte.

NIQUETTE, M., et W. J. BUXTON (1997), « Meet me at the Fair : Sociability and reflexivity in nineteenth-century world expositions », Canadian Journal of Communication, 22(1), p. 80-113.

NIQUETTE, M., et W. J. BUXTON (2004), « Le soutien de la Fondation Rockefeller à l’intégration de la logique publicitaire dans les musées de science, 1936-1941 », Actes du colloque Sciences, médias et société, École normale supérieure Lettres et Sciences humaines de Lyon, Lyon.

PRONOVOST, G. (1989),The Sociology of Time, Newbury Park CA, Sage Publications.

PRONOVOST, G. (1993), Traité de sociologie empirique, Québec, Presses de l’Université du Québec.

PRONOVOST, G. (1999), « Pratiques culturelles. Rupture ou renouvellement ? », Possibles, 23(4), p. 13-25.

PRONOVOST, G. (2002), « Le public québécois du cinéma, 1989-1999 », Communication, 21(2), p. 224-241.

SCHUSTER, M. (1993), The Audience for Art Museums. A Cross-national Comparison, Cambridge, MIT Press.

SCHWARTZ, S., et W. BILSKY (1987), « Toward a universal psychology structure of human values », Journal of Personality and Social Psychology, 53, p. 550-562.

SCHWARTZ, S., et W. BILSKY (1990), « Toward a theory of the universal content and structure of values : Extensions and cross cultural replications », Journal of Personality and Social Psychology, 58, p. 878-891.

SCREVEN, C. G. (1986), « Exhibitions and information centers : Some principles and approaches », Curator, 29(2), p. 109-137.

SFEZ, L. (1988/1990), Critique de la communication, Paris, Seuil.

THROSBY, D. C. (1994), « Perception of quality in demand for the theatre », Journal of Cultural Economics, 14, p. 65-82.

Haut de page

Notes

1  Traduction libre de « active agencies for adult education ».

2  Schwartz et Bilsky (1987, 1990) définissent les valeurs comme « une représentation de l’individu (conception, croyance), d’un objectif (terminal, instrumental), dépassant les situations spécifiques et exprimant des intérêts (individuels, collectifs ou les deux), qui concernent une domaine (de hédonisme à spiritualité) » (cité par Gendre, Dupont et Schwartz, 1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jason Luckerhoff, « Vers une compréhension des déterminants de la fréquentation des musées d’art », Communication, Vol. 25/2 | 2007, 229-238.

Référence électronique

Jason Luckerhoff, « Vers une compréhension des déterminants de la fréquentation des musées d’art », Communication [En ligne], Vol. 25/2 | 2007, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/742 ; DOI : 10.4000/communication.742

Haut de page

Auteur

Jason Luckerhoff

Jason Luckerhoff est étudiant au doctorat en communication et sociologie, Université Laval. Courriel : Jason.luckerhoff@com.ulaval.ca. Cette note de recherche est tirée de son projet de mémoire de maîtrise en communication publique, Université Laval (Québec).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org