Navigation – Plan du site
Recherches

Les journalistes et le journalisme à travers deux sites d’archives ouvertes 

Archivesic et COMMposite
Odile Riondet
p. 129-141

Texte intégral

1Une science se définit par son objet, ses méthodes, ses concepts, son regard, son éthique, sa finalité, mais aussi par la confrontation de tous ces éléments dans une communauté qui a son histoire. C’est pourquoi des sites d’archives ouvertes ont un intérêt épistémologique : ils sont l’un des lieux de débat, l’un des espaces de confrontation de la communauté scientifique. C’est la raison pour laquelle, nous interrogeant sur l’épistémologie des travaux sur le journalisme et les journalistes, le voyage sur des sites d’archives ouvertes peut constituer une approche.

2Les deux sites d’archives ouvertes choisis correspondent principalement à la recherche francophone (France et Canada), mais avec quelques publications anglophones. Archivesic est un site implanté par le Centre pour la communication scientifique directe organisé par le Centre national de la recherche scientifique en France. Il est spécialisé en sciences de l’information et de la communication. COMMposite a une vocation différente, puisqu’il s’agit d’un site de publication de jeunes chercheurs canadiens (et particulièrement québécois), mais ouvert aux collaborations de chercheurs d’autres pays. La variation entre les deux sites se fait donc en partie sur l’âge des chercheurs et sur leur nationalité.

3Comment les chercheurs analysent-ils les journalistes et leurs savoir-faire, les conceptions qu’ils véhiculent de leur métier ? Peut-on parler d’une certaine unité des méthodes utilisées, de concepts communs, d’un rapport similaire à l’objet ? Quel est le rôle d’outils comme Internet dans la constitution d’une communauté scientifique ? Peut-on dire, à la lecture de ces ensembles d’articles dans les deux sites d’archives ouvertes, que l’on a affaire à une seule communauté de recherche et en quoi ?

La méthode

4Sur les deux sites ont été sélectionnés tous les articles – et rien que les articles – dans lesquels les termes dejournalisme, journaliste, journalistique paraissaient dans les résumés ou les mots-clés. Ce mode de sélection a bien entendu ses limites : il ne peut prétendre à l’exhaustivité. Par contre, il autorise l’exemplarité, il fait ressortir les textes que les auteurs eux-mêmes ont décidé de caractériser ainsi.

5Une première remarque s’impose : les textes répondant à ce critère de sélection sont peu nombreux, particulièrement dans Archivesic où ils ne représentaient que 15 textes sur 671. De plus la plupart avaient une origine unique : le premier congrès international francophone de Bucarest en 2003. Dans COMMposite, la recherche s’est effectuée dans les « Sédiments », c’est-à-dire les articles regroupés en numéros plus ou moins thématiques. Le corpus total est moins nombreux (une quarantaine de textes), dont sept proposaient les termes recherchés dans les mots-clés ou résumés.

6Une deuxième remarque doit être faite : nous ne pouvons attendre de ces textes une réflexion déjà construite sur une « science du journalisme ». Il s’agit souvent de comptes rendus d’enquêtes sur un aspect ou l’autre du journalisme ou des journalistes. Cela ne signifie pas que le souci épistémologique soit absent, il est seulement fractionné. Si l’on reprend tous les éléments qui composent une épistémologie (les objets, les méthodes, les regards, les concepts…) que nous citions en introduction, chaque article s’applique à expliciter deux ou trois de ces aspects. Ainsi, plusieurs textes affirment s’appuyer sur le concept de narrativité, traitant par exemple de l’équilibre entre narration et réflexion dans le reportage de guerre. Dans ce cas, le concept de narrativité est articulé avec celui de genre. Un autre texte va comparer la narrativité dans la presse écrite et à la télévision. On croise alors le concept avec une donnée médiologique. Il y a donc, dans les textes, quelques-uns des éléments qui composent une épistémologie qui sont réfléchis explicitement et formalisés, même si les autres restent implicites. De la même manière, si l’on prend l’objet d’étude « journaliste », il peut être analysé sous divers points de vue : sa spécialisation en fonction du type de média, du type de contenu traité, de l’histoire de l’institutionnalisation de son métier, de son rôle cognitif. Ainsi, un même objet peut relever de plusieurs regards. On peut alors poser l’hypothèse suivante : il existe des combinaisons et configurations particulières et récurrentes qui sont caractéristiques des études journalistiques. Des combinaisons qui peuvent évoluer, se recomposer. Il s’agira ici d’en dresser le tableau à l’intérieur de notre corpus.

Le journaliste dans l’espace public

7Les analyses du personnage « journaliste » sont fortement marquées par la notion d’espace public dans lequel il est médiateur. Il l’est parce qu’il a une éthique. Il l’est parce qu’il joue un rôle dans la vie politique et dans la vie intellectuelle.

Le journaliste, personnage éthique

8Si le journaliste affirme de lui-même qu’il est d’abord quelqu’un qui a une éthique de l’information, faut-il le croire ? Marie-France Bernier propose une typologie des principes éthiques. Car pour savoir si le journaliste respecte l’éthique, encore faut-il avoir la liste des principes qu’il est censé respecter. Elle cite l’intérêt public (une information utile, favorisant la participation à la vie démocratique) ; l’utilité, qui est en tension avec le droit à la vie privé ; la vérité journalistique, qui est le respect du factuel, mais qui peut être en tension avec la sécurité ; l’exactitude et la rigueur qui évitent les généralisations hâtives ou les jugements indus. L’éthique ne peut aller sans l’équité envers ceux qui font l’objet de reportages ou d’information, ce qui implique le devoir de suite et l’imputabilité ou reddition de comptes. L’impartialité est plus souvent associée au journalisme d’information et l’intégrité évite les conflits d’intérêts.

9Mais cette position éthique peut être suspectée, comme le remarque Magali Prodhomme. Selon son analyse, en France, le SNJ (Syndicat national des journalistes) a clairement tenté de s’accaparer la primauté sur la déontologie professionnelle à des fins catégorielles. Il est vrai que, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le syndicat a cherché à décrire un « journalisme digne de ce nom ». Il a contribué à restituer l’honneur d’une profession qui avait parfois collaboré. Mais ses affirmations déontologiques ont une forte coloration idéologique : dans les discours syndicaux, le patron n’a d’autre but que commercial alors que le journaliste, lui, a pour but la vérité. Le journaliste est-il ontologiquement plus éthique que le patron de presse ? Et dans cette opposition frontale entre patronat de presse et salariés, le lecteur n’est que peu pris en compte. Il ne fait l’objet d’attention que comme instrument dans la relation conflictuelle (c’est au nom du fait que le citoyen doit être informé correctement que telle ou telle revendication se justifie).

10Il serait souhaitable de ne pas brader ou détourner ces traits déontologiques, car ils peuvent contribuer à légitimer la fonction journalistique. La fonction du journaliste reste de « représenter » en quelque sorte son lecteur, ses interrogations, son pouvoir d’interpellation. On attend surtout d’eux qu’ils manifestent la liberté des citoyens. La surveillance des détenteurs du pouvoir fait partie de leurs missions les plus explicites, par exemple aux États-Unis. Peut-être faut-il alors s’interroger sur la responsabilité particulière des journalistes de télévision, qui représentent davantage de personnes que ceux de la presse écrite : peut-on parler alors d’une plus grande légitimité ? Le profil des journalistes, leur mode d’être n’est pas sans retentissement sur les relations qu’ils entretiennent avec les détenteurs du pouvoir.

Le journaliste et le pouvoir politique

11Le rôle du journaliste dans la vie politique alimente de nombreuses analyses. Durant une période, les chercheurs en communication ont travaillé avec intérêt la notion d’espace public chez Jürgen Habermas pour nourrir leur réflexion. Or, ce concept est aujourd’hui au moins à nuancer, si l’on en croit Éric George. Habermas décrit un paysage en partie encore acceptable. Il part des Lumières, époque où l’on voit naître la revendication de voir traitées et raisonnées publiquement des questions qui ne l’étaient auparavant que dans le secret. Les premiers journaux, pourtant, ne donnent que des nouvelles de l’étranger et de la cour. C’est au xviie et surtout au xviiie siècle que naît l’article critique, de fond, d’opinion. Puis, lorsque la presse devient un commerce, on voit naître les bandes dessinées, l’information sportive, le récit de catastrophe, les histoires vécues. Au xixe siècle, l’économie de la presse s’organise autour des annonces. C’est pourquoi le choix du « matériel informatif » est aussi crucial que l’éditorial. Enfin, les médias audiovisuels émergent, captivent le lecteur et l’empêchent de prendre de la distance. Éric George estime qu’il est possible de conserver ce panorama initial, mais en intégrant des observations considérées comme importantes depuis trente ans : le public est plus actif qu’Habermas ne le prétendait, de nouveaux lieux de débat se mettent en place, la frontière entre espace public et espace privé se déplace, on voit émerger des espaces publics partiels, et surtout de nouveaux acteurs de l’information – les institutions, les entreprises, organisent de plus en plus leur communication, ce que la multiplication des dispositifs techniques favorise. On parlera alors avec Bernard Miège de « relations publiques généralisées », corrigeant ainsi la périodisation d’Habermas : on est passé du journalisme d’opinion au journalisme de masse, puis aux relations publiques généralisées. Or, chaque fois, le rôle du journaliste s’affaiblit.

12Le journaliste, face à cette situation, produit des modalités de défense de son travail. Bruno David explique comment les chaînes de télévision françaises ont mis en place, au moment de la guerre en Irak, ce qu’il appelle « un journalisme autoréflexif » : par exemple, sur la mise en évidence du dispositif médiatique (les coulisses, les moyens techniques, les statuts des reporters), le quotidien des journalistes (le contrôle de l’information, les conditions de travail) et la guerre des images (la manière dont les belligérants utilisent les médias). Cette autoréflexion est d’ailleurs une manière de vanter le travail accompli. Pour TF1, c’est la preuve qu’ils sont les plus performants, pour F2 ou F3, plus modestement, que le travail est bien fait. D’autres chaînes, à vocation plus didactique ou plus intellectuelle (comme F5, Arte ou Canal +), considèrent simplement que la pédagogie de la presse fait partie de leur travail, ou que la diversité des approches journalistiques vaut réflexion. On peut considérer la réflexivité comme une évolution du travail journalistique : le journalisme n’est pas seulement une activité d’investigation, mais aussi de retour réflexif sur soi-même et peut-être de doute.

13Quant à Slavka Antonova, elle montre comment la presse bulgare a accompagné les transformations économiques après 1989. Les sujets politiques et économiques ont émergé dans la presse, parce qu’ils intéressaient le public. Dans quelle mesure peut-on dire que cela a eu une influence sur les mentalités ? Avec la publication d’expériences sociales, d’idées et d’attitudes managériales, la presse a joué alors le rôle de maturation des valeurs sociales. Certes, les changements entraient pour une part en conflit avec les structures cognitives et psychologiques existantes. Certes encore, on peut repérer une pratique parfois étroite du journalisme : le journalisme économique était trop souvent une simple présentation des réformes économiques du gouvernement et les conférences de presse étaient favorisées. Mais puisque les experts étrangers se contredisaient, il y avait une réelle proposition de réflexion dans le simple énoncé des positions.

Le journaliste et l’intellectuel

14Le journaliste est un personnage ambigu, pris entre sa volonté éthique et la réalité de son corporatisme, entre la distance du pouvoir politique et une manipulation toujours possible et parfois complice, mais aussi entre son statut d’intellectuel et l’absence de temps pour penser.

15Pascal Fortin, dans un article très militant, assure la défense absolue de Pierre Bourdieu et de son opuscule Contre la télévision, contesté par Daniel Schneidermann. La dispute entre le sociologue et le journaliste est lue comme un exemple de confrontation entre le savant et le politique. Lors d’une émission avec le journaliste, Pierre Bourdieu a refusé de répondre à certaines question, étant, disait-il, dans l’incapacité de « faire court » sur ces sujets, notamment lorsqu’un journaliste lui a reproché de faire passer ses opinions politiques avant l’analyse scientifique. Les deux hommes se sont ensuite affrontés par ouvrages interposés. Daniel Schneidermann a accusé Pierre Bourdieu de refuser la discussion. Au fond, estime-t-il, Pierre Bourdieu est un homme de pouvoir, ce pouvoir qu’il ne cesse de dénoncer chez les autres.

16Nous n’entrerons pas dans le détail de la défense de Pierre Bourdieu par Pascal Fortin, mais nous en retiendrons la réflexion sur les rôles respectifs du journaliste et de l’intellectuel. Car dans leurs écrits, estime-t-il, les deux hommes s’entendent sur la même grille de définition des conditions de travail du journaliste : l’urgence (choisir entre information rapide et information valide), la simplification (focaliser sur les détails), la quête de l’audience (notamment par le fait divers), le recours systématique aux mêmes sources, la connivence. Pour travailler correctement, le journaliste ne devrait-il pas intégrer les enquêtes, les analyses de faits ? Mais à ce moment-là, le journaliste ne serait-il pas tout bonnement un sociologue ?

17Ainsi, le journaliste est à la fois quelqu’un qui pense, mais dont la lente construction de la pensée n’est pas le métier. Il est l’homme de l’information et non du savoir. Il peut être classé dans les « professions intellectuelles », par opposition aux professions industrielles et de gestion par exemple, mais la construction de la connaissance n’est pas sa fonction première. Pascal Fortin semble suggérer que, dans ce cas, le journaliste ne saurait avoir le dernier mot. Et pourtant, il s’agit d’une réflexion de journaliste sur le métier de journaliste. Cela signifie-t-il qu’il faut laisser l’analyse de la profession aux sociologues, que les professionnels ne sont pas les mieux placés pour penser leurs propres pratiques ? Pour notre propos, cela signifierait ceci : s’il existe une science du journalisme, elle ne peut émaner des journalistes.

18Mais affirmer que les journalistes ne peuvent prendre réellement de la distance avec leurs pratiques implique que l’on démontre l’unité des modes d’écriture journalistique : investigation, reportages, émissions thématiques, débats, commentaire seraient des formes d’expression impliquant un mode relativement homogène de relation au monde, malgré une apparente diversité.

Le journalisme comme compétence d’écriture

19Le journalisme peut être décrit comme un type particulier de rapport à l’écriture. Tout d’abord, il y a une maîtrise technique à acquérir : l’écriture journalistique est un savoir-faire. Puis l’écriture journalistique n’est pas une fiction, elle entretient un certain rapport à la vérité ou à la réalité : comment le caractériser ? Enfin, l’écriture journalistique est une interprétation.

L’écriture journalistique comme savoir-faire

20L’écriture journalistique peut être comprise dans un contrat de lecture qui lie l’auteur et le lecteur autour de l’annonce d’un genre, rappelle Jacques Araskiewiez. Ces genres sont pour le lecteur un indicateur, une proposition de réponse à un type d’attente. Ils impliquent une compétence, des capacités cognitives. Il faut à la fois reconnaître le genre et savoir s’en détacher pour entrer dans l’originalité d’un propos : les articles essentiels apparaissent comme sans genre.

21Ces genres journalistiques sont soumis à des variations. La première est fonction du média utilisé. Par exemple, quel sera l’équivalent télévisuel de la présentation d’un écrivain par la presse littéraire ? De manière plus insidieuse, l’existence d’un média influe sur l’autre en matière d’écriture. Par exemple, le journaliste littéraire se met à diluer son travail critique en attendant l’émission littéraire. Le jugement individuel s’estompe devant le travail des académies, dont le rôle s’accroît dans la désignation de ce qu’il faut lire, et les journalistes de télévision deviennent les relais promotionnels des prix littéraires.

22La seconde variation est celle soulignée par Cécile Dolbeau-Blandin lorsque des contenus déjà structurés en genres deviennent disponibles sur deux supports : le papier et l’électronique. Par exemple, la mise en ligne d’une partie des articles du Monde. Si l’on observe bien une certaine dépendance de la rédaction électronique par rapport à la rédaction papier (les auteurs du papier cautionnent le travail de l’électronique et l’approvisionnent), on observe aussi la naissance d’une autre forme d’écriture, qui est en même temps un autre rapport à l’information : la synthèse d’informations Web, comme il y a la synthèse d’agences de presse. On voit émerger le profil du « journaliste internétique », rarement sur le terrain, qui rédige des synthèses sur l’information disponible, trie et évalue ce qui circule.

23On comprend alors que le modèle d’écriture du journaliste ne peut être raisonné en termes de genres sans que l’on se demande d’où viennent ces genres et ce qui porte les règles d’écriture. Jean-Michel Utard rappelle que les genres n’appartiennent pas uniquement aux journalistes, qui sont de moins en moins les seuls à produire de l’information. L’univers des informateurs n’est pas le seul à changer. L’univers de la production de produits médiatiques se modifie aussi, notamment avec l’apparition des gratuits ou des agences d’informations alternatives. Pour raisonner la production journalistique – les « genres » –, il faut s’appuyer sur ces données de type sociologique.

L’écriture journalistique comme rationalité

24L’écriture journalistique peut être narrative, comme dans le fait divers. Elle n’est jamais fictionnelle. Les auteurs qui réfléchissent sur cette relation au réel prennent souvent le cas du journalisme scientifique. Cette écriture va alors se caractériser par une « construction » du sujet qui navigue entre l’objectivité du savoir et le sensationnel de la découverte ; par une tendance à employer des métaphores et autres techniques du faire comprendre ; par une irréductible différence avec l’écriture scientifique.

25L’écriture scientifique est souvent liée à une information plus ou moins sensationnelle ou à une crise. Par exemple, la crise de la vache folle en Grande-Bretagne et en France. La « menace » est développée par la presse qui doit, en même temps, alerter et expliquer. Et ceci dans une situation où les auditeurs ou les lecteurs ou les téléspectateurs doivent recomposer leurs représentations concernant l’alimentation, interroger leur croyance en une barrière entre les espèces, voir s’effriter une image de la science et de ses applications comme allant vers toujours plus de bien-être. La presse collabore à la « construction » du risque et en même temps, elle doit collaborer à l’effort de synthèse.

26L’écriture scientifique peut être celle du reportage ou de l’émission explicative. Dans ce cas, la tendance du journaliste est au filage de la métaphore. La métaphore peut être considérée comme la manière de traduire les expressions ésotériques. En général, ces métaphores sont classiques : le corps est une horloge, l’homme une machine. Tout comme l’utilisation de l’intertextualité : par exemple, lorsque des extraits de films sont superposés pour mettre en relation des comportements humains et animaux. Ainsi, la télévision communique des connaissances, une idéologie, mais aussi une certaine idée de la rationalité.

27Faudrait-il alors remplacer les journalistes par des scientifiques ? Les expériences menées au Brésil en matière d’information scientifique et d’écriture de la science sont sans doute aussi cruelles pour les scientifiques que pour les journalistes, si l’on en croit Monica Macedo. Après de nombreuses tentatives malheureuses de construction de cursus, le programme Labjor (laboratoire d’études en journalisme) de l’Université de Campinas a trouvé un équilibre relatif. Ce cursus a réuni environ 150 personnes, moitié journalistes et moitié scientifiques. Les notions d’audience, de public, de modalités d’entretien sont faciles à partager. Mais les aspects épistémologiques sont plus difficiles à mettre en commun : les critères de validation de l’information, les stratégies linguistiques permises, les aspects à souligner. Entre précision et évocation, que choisir ? Comment accepter de travailler dans les délais de l’autre ? Ils ont fini par produire des reportages, mais aussi des manuels, bref collaborer de manières différentes à la publication, avec des techniques de pensée et d’écriture qui restent distinctes. La confrontation du journaliste au scientifique en sciences expérimentales n’est pas plus facile que sa confrontation avec les sciences humaines, comme nous le remarquions antérieurement à propos de Pierre Bourdieu.

L’écriture journalistique comme conscience en acte

28Mais est-ce parce que le journaliste n’est ni un sociologue ni un scientifique expérimental qu’il ne construit pas une réflexion sur ses pratiques, qu’il n’a pas de distance épistémologique avec son propre travail ? Jean Charron et Jean de Bonville proposent d’appeler « paradigme journalistique » l’ensemble composé des pratiques, des schémas d’interprétations, des valeurs et des modèles auxquels les journalistes apprennent à s’identifier. Il y a des règles (de déontologie, d’écriture), un savoir-faire permettant de discerner les référents journalistiques, le point de vue, les conventions d’écriture. En ce sens, on peut parler d’une épistémologie du journalisme comme on parlerait d’une épistémologie des sciences : le journalisme est une démarche particulière de connaissance. Il applique sur le réel des techniques d’observation, un regard, utilise des notions qui permettent une interprétation… La pratique journalistique est à la fois individuelle et collective. Elle est un peu habitus de classe (si l’on suit Pierre Bourdieu), un peu conscience discursive (si l’on suit Michel Foucault). Ces habitus et cette conscience ont des variations dans le temps et l’espace, bien que l’on ne puisse parler à leur propos de « progrès ». Le concept de paradigme journalistique permettrait de penser l’histoire du journalisme comme celle de formes différentes, de pratiques discursives diversifiées et dominantes en fonction des époques.

29C’est à travers cette notion de journalisme comme mode de connaissance que l’on peut comprendre certaines des transformations du journalisme, parce qu’elles sont des transformations dans la relation au réel observé comme dans la représentation du métier. L’analyse du traitement des sans papiers ou sans-logis par la télévision est caractéristique de ces transformations, selon Guillaume Garcia. Le cadre interprétatif de la compassion prédomine (plus ou moins associée au devoir de l’État), avec en mineure le cadre du maintien de l’ordre public, la perception d’enjeux transversaux (logement, immigration, emploi…), la subjectivation par les « sans » eux-mêmes de leur situation. On peut dire qu’il y a là construction d’un cadre notionnel ou interprétatif. C’est toujours dans cette perspective d’une démarche de connaissance que l’on peut comprendre l’organisation de l’information dans des lieux associatifs comme Attac-info. Les militants d’ATTAC veulent une « autonomie » face à la « logique des appareils médiatiques ». Attac-info est un réseau non centralisé, mouvant, avec des participants en partie changeants, sans ligne rédactionnelle, orienté vers la circulation d’information, d’une qualité d’écriture fluctuante, avec des comités de rédaction peu fréquentés. En même temps, l’organisation est relativement structurée (encadrée par des fondateurs), multilingue, accompagnée de moments festifs et de manifestations chaleureuses qui constituent une sorte de « gain symbolique » entre des gens jaloux de leur autonomie et relativement différents dans les racines de leur engagement. Ainsi, on voit dans cet exemple une autre évolution : la capacité d’écriture est secondaire par rapport à la circulation de l’information, à charge pour chacun d’assurer l’interprétation et le commentaire. Dans une certaine mesure, la logique d’Attac-info est proche de celle des gratuits. Dans ce cas, le journal – ou le diffuseur de l’information – met simplement à disposition une information qui sera commentée directement par les groupes structurés qui la reçoivent.

30Cette position, qui reconnaît l’autonomisation des acteurs et renvoie l’interprétation à chacun ou à des lieux autres que le journal, est peut-être une réaction aux formes de manipulation de la presse dont les journalistes au premier chef sont conscients. Dans la cas de guerres notamment, les journalistes peuvent faire un effort pour manifester leur distance. Ils peuvent faire preuve de prudence, entrer dans une démarche de vulgarisation (cartes, chronologies…), tenir sous un même regard les belligérants (par exemple, les Serbes et les Albanais). Il n’empêche : la proposition que la guerre du Kosovo est propre (ou technologique), juste ou humanitaire, démocratique, de civilisation est, dans ses composantes, proche du discours de l’OTAN. On peut montrer comment les médias ont participé à une définition de situation qui a surtout manifesté une grille de lecture influençable. Peut-on tout mettre sur le compte de la nécessité de faire viteet court ? Ne faudrait-il pas mettre en place des formations professionnelles pour interconnecter les savoirs et sortir des modèles positivistes d’interprétation du réel ?

31Le journaliste est un acteur fragile, concurrencé en quelque sorte par son lecteur. Il peut être manipulé, mais plus souvent encore inconscient des influences qu’il subit. Faut-il alors considérer que l’information brute reçue par des cercles de populations et des groupes organisés est une solution ? Ou que l’existence d’un citoyen éclairé et débattant n’exclut pas la démarche journalistique complète, incluant des techniques propres d’observation et la lecture des faits à travers des notions particulières, la narrativité comme une manière réfléchie de connaître le monde, le respect du factuel comme procédé de construction d’un discours vérifié ?

Éléments de synthèse et d’interrogation

32Que serait une épistémologie du journalisme ? On peut l’entendre de deux manières. En un premier sens, cela signifierait qu’il y a certaines ressemblances dans les regards scientifiques posés sur les journalistes et le journalisme. En un deuxième sens, on voudrait signifier qu’il y a un mode de connaissance journalistique, que l’on peut décrire comme une démarche systématique respectant des règles : des manières d’accéder au monde et une entrée en écriture qui est entrée en connaissance.

33Pour ce qui est de la première définition, il est évident que les travaux recensés relèvent de quelques grandes configurations épistémologiques. Certaines thématiques sont récurrentes, comme les problématiques de narrativité appuyées sur l’analyse de la réception, l’usage du concept d’espace public appliqué à différentes situations médiatiques, l’émergence d’acteurs nouveaux dans le champ. Les méthodes sont majoritairement qualitatives, et dans tous les cas la part interprétative est importante. Les regards choisis sont structurés par les questions classiques (qui parle, à qui, pour dire quoi, par quel canal, avec quels effets).

34Pour ce qui est de la seconde définition, il n’est pas certain que l’on puisse être aussi affirmatif. Il existe clairement dans ces textes une analyse de la manière dont les journalistes construisent une distance avec leur propre travail, un regard récursif sur leurs pratiques. Le journalisme lui-même peut être compris comme une démarche organisée de connaissance. Mais les analyses existantes ne permettent pas le plein développement de cette approche. Si l’écriture journalistique est un mode de relation au monde, comme l’écriture scientifique en est un autre, le passage par la phénoménologie de l’écriture permettrait peut-être de comprendre en quoi l’écriture journalistique est un mode particulier de connaissance.

35Il existe un lien entre ces deux sortes d’épistémologie. La lecture de ces textes montre combien les recherches jouent sur les journalistes le rôle d’un miroir. L’épistémologie des études sur le journalisme est aussi une interrogation sur le mode de connaissance que les journalistes déploient. Et en retour, l’observation de la démarche des journalistes en face du réel et de la construction écrite est une question indirecte à la manière de faire du chercheur.

Haut de page

Bibliographie


ARCHIVESIC http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/

ARASZKIEWIEZ, Jacques (2003), « Notes sur la théorie du genre ».

BABOU, Igor (2002), « Science, télévision et rationalité ».

BERNIER, Marie-France(2003), « L’éthique et la déontologie comme éléments de la légitimité du journaliste ».

BLANDIN, Claire(2003), « Les pratiques des journalistes littéraires : de la presse écrite à la presse audiovisuelle ».

CHARRON, Jean,et Jean DE BONVILLE (2003), « Le paradigme journalistique : usage et utilité du concept ».

DAVID, Bruno (2004), «Guerre en Irak : les journalistes à découvert ».

DOLBEAU-BLANDIN, Cécile (2003), « Lecture communicationnelle des changements identitaires liés à la mise en ligne sous page web du quotidien Le Monde. Vers un journal hybride ? ».

FROISSART, Pascal (2003), « La rumeur sur Internet ».

GARCIA, Guillaume (2003), « Le cadrage des causes des “sans” dans l’information télévisée ».

GRANJON, Fabien, et Frédéric Cardon (2003), « Mouvement altermondialiste et militantisme informationnel ».

PELISSIER, Nicolas (2000), « L’information en guerre : les médias français et le conflit du Kosovo ».

PELISSIER, Nicolas (2002a), « La plume dans la toile : l’identité du journaliste à l’épreuve des réseaux numériques ».

PELISSIER, Nicolas (2002b), « Si loin, si proche, l’élasticité identitaire du journaliste local usager d’Internet ».

PELISSIER, Nicolas, et Dominique Auger (2001), « De l’influence des NTIC sur les organisations de presse ».

UTARD, Jean-Michel (2003), « Du discours de l’information aux genres journalistiques : proposition pour une étude socio-discursive du journalisme ».


COMMposite http://commposite.org/index.php/revue

ANTONOVA, Slavska (1999), « Réforme économique et journalisme économique : le cas des médias de masse bulgares en période de transition ».

FORTIN, Pascal (2000), « Bourdieu, Schneidermann et le journalisme : analyse d’une contre-critique ».

GEORGE, Éric (1999), « Du concept d’espace public à celui de relations publiques généralisées ».

LATZKO-THOT, Guillaume (1998), « Les aspects communicationnels et culturels de la crise de la vache folle ».

MACEDO, Monica (2001), « Enseigner la communication scientifique à des chercheurs et à des journalistes ».

PRODHOMME, Magali (2004), « Le discours sur l’éthique professionnelle du journaliste français : le cas du syndicat national du journalisme (1990- 2000)».

REBILLARD, Franck (1998), « L’image d’Infonie dans la presse française ou la divergence des visions de la convergence des nouvelles technologies de la communication ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Riondet, « Les journalistes et le journalisme à travers deux sites d’archives ouvertes  », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 129-141.

Référence électronique

Odile Riondet, « Les journalistes et le journalisme à travers deux sites d’archives ouvertes  », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/764 ; DOI : 10.4000/communication.764

Haut de page

Auteur

Odile Riondet

Odile Riondet est maître de conférences (Habilitée à Diriger des Recherches), Rectorat de Lyon. Courriel : odile.riondet@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org