Navigation – Plan du site
Lectures

Paul ATTALLAH et Leslie REGAN SHADE, Mediascapes. New Patterns in Canadian Communication

Toronto, Thomson Nelson, 2002
Odile Riondet
p. 181-193
Référence(s) :

Paul ATTALLAH et Leslie REGAN SHADE (2002), Mediascapes. New Patterns in Canadian Communication, Toronto, Thomson Nelson.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif à destination des étudiants se veut un panorama des études et recherches en communication : panorama de leurs objets (la radio, la télévision, Internet…), de leurs thèmes (les médias dans la mondialisation les industries médiatiques, les évolutions du journalisme), mais aussi de leurs approches théoriques (les cultural studies, les approches critique et empirique…).

2On appréciera à sa juste valeur une division de l’ouvrage en quatre grands chapitres (le contexte institutionnel, les audiences, les industries de la communication, les questions politiques et sociales). Ces thématiques, qui sont transversales aux types de médias, ont le grand avantage de ne pas fractionner les questions de communication en fonction de métiers cibles, comme le font trop de manuels, mais donnent toute sa mesure à la recherche. Ceci n’empêche nullement que, à l’intérieur des chapitres, chaque contribution est ciblée et contextualisée : si l’on s’intéresse à un média en particulier, il reste possible de sélectionner les chapitres qui s’y rapportent. Mais une lecture de l’ensemble permet de saisir la situation académique de la discipline au Canada.

3La logique du manuel est poursuivie jusqu’au bout, chaque contribution étant suivie de questions de compréhension et de références (bibliographie, sitographie) pour aller plus loin.

Le contexte institutionnel

4Les faits de communication sont largement antérieurs aux études du même nom. Qui en douterait ? En tant que problématique explicite, la communication remonte à deux cents ans, elle est née avec la représentation politique : comment déterminer consensuellement des règles pour l’organisation sociale et les comportements collectifs ? Le vote implique des citoyens éclairés, éduqués, rationnels. Il faut donc s’assurer que l’information et le savoir leur sont accessibles. Ainsi, la démocratie et la modernité impliquaient des institutions de communication. Au Canada, l’institutionnalisation des médias a été particulière, notamment par rapport aux États-Unis, où la communication est facilement comprise sur un mode instrumental. Au Canada, l’existence de deux groupes linguistiques a créé une sensibilité particulière : c’est la dimension culturelle qui retient l’attention. Les faits de communication ne peuvent être analysés indépendamment de leur contexte, et la dualité des réalités canadiennes en est un élément essentiel.

5C’est ainsi que les chercheurs canadiens ont souvent tendance à revendiquer une attitude critique et qualitative plus que pragmatique et quantitative, se réclament plus aisément de Theodor Adorno que de Paul Lazarsfeld, quitte à se faire reprocher une approche idéologique. Mais ils veulent se situer entre la pensée européenne et la pensée américaine. Jusqu’où cette volonté correspond-elle à la réalité ? On ne peut nier non plus l’influence des cultural studies, notamment de gens comme Richard Hoggart, dont l’approche même manifeste l’engagement social. Transposer ces travaux dans l’analyse des médias signifie donner de l’importance à la vie quotidienne, s’interroger sur la manière de présenter et d’expliquer le monde. C’est donc une interrogation directe aux pratiques journalistiques : le journaliste lui aussi aborde la société en fonction des méthodes d’observation qu’il se donne.

6L’adoption de ce point de vue rend attentif au fait que les médias peuvent jouer un rôle de reproduction sociale ou faire le jeu de groupes dominants, négligeant des audiences plus faibles et écrasant les sous-cultures. Ce genre d’approche coïncide fortement avec la sensibilité des Canadiens, leur volonté de manifester une culture individualisée et de mettre en valeur des groupes culturels distincts, notamment par des organismes propres de diffusion et de communication.

7Les précurseurs des études de communication au Canada sont certainement Marshall MacLuhan et Harold Innis. La fin des années 1960 et les années 1970 ont été décisives tant pour la construction des problématiques que pour l’institutionnalisation de la discipline, par l’instauration de cursus universitaires. Rapidement, la recherche a pris trois directions : une recherche orientée vers les effets politiques de la communication, une autre critique et la troisième plutôt culturelle. Ainsi, dès le début des années 1980, Gaëtan Tremblay, premier président de l’Association canadienne de communication, soulignait qu’il y avait bien là un nouveau domaine de connaissances né des évolutions technologiques des sociétés contemporaines et qui, malgré une certaine faiblesse épistémologique et une courte histoire, relevait bien de la science.

8Le Québec est un bon exemple d’un contexte influençant les réalités médiatiques. À la fin du xixe siècle et au début du xxe, la volonté politique du vivre ensemble amenait à insister sur les valeurs qui pouvaient le favoriser. Dans les années 1950, les usages des médias s’ouvrent, allant de la diffusion des sermons du dimanche à la radio jusqu’à des utilisations ouvertes sur le vaudeville, la bande dessinée, les tabloïds : la culture de masse s’organise dans un milieu majoritairement urbain et séculier. Le ministère de la Communication date de 1969. C’est aussi à cette période que se mettent en place une série de formations universitaires : journalisme, communication sociale, écriture médiatique… Plusieurs écoles de pensée s’expriment, les analyses de contenu et d’audience se développent. Les thèmes privilégiés sont l’identité culturelle, le rôle de l’État, les technologies, la mondialisation, l’influence des médias et leurs usages. Depuis 1980, on observe une certaine réorientation des travaux, liée à la crise de l’État-providence : les recherches, maintenant plus fréquemment financées par les entreprises, doivent prendre en compte leurs demandes et leur besoin d’expertise dans le secteur des télécommunications, des relations publiques ou de la publicité.

9Sur le plan universitaire, la communication est une discipline appréciée, bien que la totalité du cursus ne se soit mis en place que progressivement. Les universités ont joué la complémentarité : l’une plus orientée vers le multimédia, l’autre vers le journalisme et les relations publiques. C’est encore au Québec que l’on peut trouver le seul Ph. D. bilingue en communication de l’Amérique du Nord. L’enseignement à distance s’y développe. Il existe une presse scientifique propre, les auteurs anglais sont traduits en français. La productivité des enseignants est forte en matière de recherche et de publication. Le domaine de la communication organisationnelle ou celui des technologies sont en expansion. Montréal s’est rapidement imposée comme un pôle en ce domaine, étant à la fois un centre de production médiatique et artistique, un lieu de développement des technologies de l’information et de la communication, et ayant des universités reconnues. On peut réellement parler d’École de Montréal : une école transdisciplinaire, d’une certaine maturité et ouverte à la diversité des approches intellectuelles de faits de communication, qui cependant, prise dans la poussée néolibérale, doit encore faire quelque effort en matière de retour critique sur ses orientations épistémologiques.

Les audiences

10Sommes-nous passifs dans notre réception des médias ? Le reproche est fréquent, mais pas toujours justifié. D’abord, la télévision n’est parfois qu’un bruit de fond dans un contexte d’activité. Ensuite, toutes les études d’audience démontrent la grande diversité des réceptions d’un même programme. Enfin, il est clair que les stratégies qui consistent à flatter le public ou le distraire ne marchent pas toujours. On peut se résumer avec cette affirmation : la signification d’un message n’est pas tout entière donnée dans l’intention de ses émetteurs, loin de là. Ce qui ne résout pas pour autant quelques questions essentielles comme celle-ci : comment des téléspectateurs ou des auditeurs construisent-ils du sens ?

11Travailler sur ces questions d’audience, c’est d’abord se pencher sur les concepts. La notion même d’audience notamment, celle de masse ou celle de public. Elles ont été développées avec l’urbanisation, les phénomènes de consommation et les formes de la démocratie. Elles ont donc une histoire, une émergence et des évolutions. Et puis elles relèvent de types d’approche différents : les réflexions sur l’influence des médias et leurs audiences peuvent être fonctionnalistes ou du type stimulus-réponse ; on peut voir l’audience comme libre ou comme fragile. On peut proposer quelques éléments de définition : une audience est unie dans une expérience commune, une expérience de loisir. L’audience d’un événement peut être répartie entre divers médias. On l’oppose au public, qui est raisonnable. Et la masse est constituée en quelque sorte par hasard sans que ses membres aient construit un objectif commun. S’il est important de poser les concepts, préciser les méthodes l’est tout autant. Comment éviter les biais d’une enquête d’opinion ou mesurer une audience ? Ces deux questions regardent les analyses de communication. D’une part, les études publicitaires sont dans leur champ. Et, bien entendu, la question de l’audience des différents médias est centrale pour déterminer les tarifs publicitaires sur chaque support. Elle est d’ailleurs mesurée par des organismes indépendants dont les méthodes sont détaillées, tant sur le plan des choix statistiques (périodicité, échantillon) que sur celui des moyens de contact et de passation (téléphone, recueil de données automatique, enquêtes en ligne) et de l’interprétation. Internet reste un domaine dans lequel les usages ne sont pas encore bien connus. Mais on sait que les hommes restent plus utilisateurs que les femmes, les jeunes que les plus de 55 ans, les gens ayant une formation universitaire… Les utilisateurs ne sont donc pas ceux de la télévision. Et ceci d’autant plus qu’une partie des utilisateurs n’ont qu’un accès professionnel. Il faut donc savoir que la méthode de recueil d’information est décisive et garder en mémoire qu’il existe toujours une marge d’erreur.

12Quelques exemples d’applications sont proposés. Il peut s’agir de la publicité : comment le simple fait de boire un café peut-il par exemple, grâce à la publicité, devenir un vécu partagé, une expérience de goûts, de couleurs, d’odeurs, une participation à des univers d’autres continents, une ouverture à l’étranger. Autre exemple : on peut analyser l’image de l’enfance comme perception culturelle à travers les médias. L’enfant est un personnage archétypal, symbole d’innocence, modèle de la victime. Mais aussi, à l’inverse, un individu encore incapable de discipline, à l’éducation parfois problématique, voire parfois un être violent et dangereux, comme le manifeste ce fait divers dramatique : ces deux adolescents qui tuèrent 12 élèves et un enseignant dans le Colorado. La troisième dimension de l’enfant dans les médias, c’est sa prise en compte comme consommateur. En particulier leur construction dans les médias, y compris dans la dimension de l’enfant consommateur des contenus ou des publicités qui lui sont adressées. Dans tous les cas, il s’agit de déterminer le pouvoir d’influence des médias – et au premier chef la télévision – sur les enfants. La question est d’ailleurs récurrente. Elle émerge pa rapport à chaque nouveau média : le cinéma, la radio, les jeux vidéo, la télévision et maintenant Internet. Les enfants sont-ils plus violents, moins violents qu’avant ? Les violences à la télévision ont-elles un effet sur eux et lequel ? Quelle dose de violence reçoivent-ils, peut-on la mesurer ? Quelles sont les conditions qui font qu’un enfant est influencé par ce qu’il voit ? Les analyses se répartissent selon deux tendances majeures : l’approche politico-économique et l’approche par les effets. La première insiste sur les effets pervers des médias et sur l’innocence de l’enfant. L’autre cherche à décrire les interactions entre violence médiatique et violence réelle.

Les industries de la communication

13Quelle est la diffusion actuelle de la radio, de la musique enregistrée, du film, de la télévision, des ordinateurs et d’Internet, de l’information en ligne ? Comment ces industries évoluent-elles, notamment après l’engouement des débuts, puis l’explosion de la bulle Internet en 2000 ? Ces questions renvoient à quatre axes de réflexion : le protectionnisme ou le libre-échange, le rôle de l’État et du secteur privé, la transformation de ces industries avec l’émergence du numérique et enfin la place du Canada dans l’environnement international.

14Pour ce qui est de la radio, l’histoire peut être esquissée depuis Reginald Fessenden, les premières émissions en 1919, la première station en français en 1922. La radio s’est imposée rapidement comme média de masse dans une grande diversité de domaines, qu’il s’agisse du commentaire des matchs de hockey ou de festivités nationales. L’histoire de ce média est aussi celle de la régulation des transmissions, des licences accordées, de la réglementation concernant le taux de programmes canadiens par rapport aux programmes étrangers, notamment de la prise en compte des francophones. Il y a un véritable attachement des Canadiens à la radio, notamment à CBC/Société Radio-Canada. Toute l’évolution démontre une multiplication des catégories de radio : station commerciale, de service public, de campus, communautaire, ethnique, locale. Cette diversité est encore accentuée par les possibilités de la diffusion par Internet : on voit naître de plus en plus la radio à la demande, particulièrement dans le domaine musical.

15Si le film canadien a d’abord été compris comme une autre manière de diffuser des actualités, c’est bientôt la puissance narrative du cinéma qui s’est imposée, qu’il s’agisse de reportages sur la vie au Canada ou de fictions. Mais pour être économiquement viable, le cinéma canadien devait avoir un débouché au Royaume-Uni ou aux États-Unis. L’histoire du cinéma au Canada est donc celle des rachats, du contrôle, des problèmes de distribution, de tentatives pour imposer des quotas par la législation, de lutte contre les activités monopolistiques d’Hollywood, de tentatives d’accord avec le cinéma britannique. Dans les années 1960, la volonté de créer une industrie viable du cinéma était évidente et s’est traduite par la Canadian Film Development Corporation. Le téléfilm notamment en a bénéficié, et cette activité est d’autant plus importante qu’elle permet de prendre en compte le contexte et les réalités canadiennes. Dans ces conditions, l’orientation accentuée de la diffusion vers le numérique ne constitue pas une menace. Bien au contraire, la multiplication des chaînes rend plutôt optimiste.

16Comme dans tous les pays du monde, c’est sans doute l’industrie du disque qui est la plus déstabilisée par la diffusion par les réseaux. Depuis la fin du xixe siècle, elle a atteint une maturité économique. Elle a dû prendre ses marques par rapport à la radio, puis se combiner avec la vidéo et le CD. Aujourd’hui, les débats majeurs la concernant tournent autour de la propriété intellectuelle et du droit de copie

17La télévision au Canada existe depuis 1952. La Canadian Broadcasting Corporation (CBC) a longtemps dominé le paysage avant l’autorisation des chaînes privées. Celles-ci se sont accompagnées de cahiers des charges, concernant notamment le pourcentage de diffusions canadiennes (50 %). Mais les abonnements au câble sont florissants, parce que le câble ouvre le choix et que les amateurs de séries américaines sont nombreux. Les télévisions privées voient leur nombre de téléspectateurs croître fortement. Le Canada souffre traditionnellement de l’absence de producteurs indépendants. En 1983, le gouvernement fédéral crée Telefilm Canada pour assister les producteurs indépendants. Mais comme les coûts de production ne peuvent s’amortir qu’au Canada, il y a en réalité beaucoup de coproductions. Le fait d’être divisé entre des marchés linguistiques différents induit quelques caractéristiques, des niches particulières dans la production. Si la télé-réalité est peu chère à produire, et devrait donc être taillée sur mesure pour le marché canadien, elle ne correspond pas aux critères de l’aide publique. Quels sont alors les contenus canadiens ? Les sports, les nouvelles, les documentaires, la musique. Faut-il tenir absolument à des quotas ? On pourrait estimer que la sensibilité culturelle et le mode de production sont plus importants que les contenus. En ce sens, on regardera avec intérêt des programmes comme ceux de CityTV, qui ne veulent pas être canadiens, mais pour les Canadiens.

18L’histoire de l’ordinateur commence dans les années 1940. Le plus important n’est pas ici l’histoire de l’informatique, mais l’instant où l’histoire des techniques se mêle à celle des télécommunications et des réseaux. Les travaux canadiens dans ce domaine donnent une forte importance aux analyses d’usages, y compris des usages professionnels : la circulation des courriers électroniques, la transformation des postes de travail, l’importance des forums et sites de discussion. Les usages sont aussi sociaux, et ce domaine a été une préoccupation constante dès les premiers travaux de recherche. On a observé comment les associations ou les milieux se sont emparés des médias électroniques pour leurs activités. Aujourd’hui, ils servent pour la coordination de groupes sociaux (étudiants, salariés, formés…). Les problèmes éthiques commencent à être formalisés : surveillance électronique sur les lieux de travail, pornographie. Certains thèmes semblent émerger : la culture de l’information, les usages politiques d’Internet, l’accès des femmes et des jeunes filles au réseau, le modèle de développement impliqué par ces technologies.

19Le journalisme en ligne concerne soit des journaux qui ouvrent un site, soit des nouveaux venus pour lesquels Internet est une porte d’entrée dans le journalisme. Les sites d’informations, notamment issus de la presse, se développent. Les journaux proposent des informations financières, des photographies, des archives, des liens complétant les informations données. Le site du Globe and Mail propose ainsi plusieurs sections : des informations spécialisées sur les industries de télécommunication, des indications touristiques, des vidéos… Le secteur demeure encore largement à explorer dans de nombreux domaines, qu’il s’agisse des usages ou de l’économie. Par exemple, que font exactement les utilisateurs des possibilités d’interaction ? Comment former des journalistes en ligne qui ne produisent plus des textes, mais des hypertextes, qui doivent prévoir des possibilités d’errance pour le lecteur ? Dans quelle mesure les sites Web sont-ils rentables ? La question est discutée et tous les journaux ne se sont pas convertis au Net. Ainsi, le nombre de sources s’accroît, elles sont accessibles depuis un fauteuil, elles sont géographiquement plus étendues, mais les publics atteints, même considérables, restent partiels : peut-on alors parler de média de masse ? Les informations peuvent être ciblées, spécialisées et personnalisées. Est-ce un gain pour la démocratie ? Les conglomérats multimédias peuvent assurer la viabilité d’un secteur de la presse plus fragile, mais c’est une des formes de la concentration de la presse. Bref, les acteurs de ce domaine sont devant leurs responsabilités.

Questions sociales et politiques

20La mondialisation a de multiples dimensions : culturelle, économique, migratoire, médiatique… politique aussi. Les relations internationales entre pays et entre citoyens ne sont pas nouvelles. Les dirigeants ont des liens entre eux et qui pourrait s’en plaindre ? Il y a toujours eu des liens entre les peuples, par les marchands, les savants, les artistes et les explorateurs. Aujourd’hui, les médias rendent présents au plus grand nombre les autres peuples, la communication peut être maintenant de tous à tous. Mais ce n’est que l’un des aspects de la mondialisation des médias. Il y a un versant industriel : il est nécessaire d’avoir une réglementation nationale et internationale des télécommunications. Un versant juridique : il faut des accords sur la propriété intellectuelle des contenus. Un versant politique, comme le manifeste la multiplication des déclarations sur la liberté de l’information, notamment par les organismes internationaux. Les pays s’ouvrent, les populations émigrent d’un point à l’autre du globe, des diasporas naissent, et avec elles des médias ethniques ou transnationaux. Ainsi, au Canada, il y a des journaux (en général mensuels ou hebdomadaires) en langues étrangères, notamment en chinois et en italien. On en dénombre par exemple 46 à Vancouver. Le même phénomène se reproduit pour la radio et la télévision.

21Si l’on prend en compte les besoins médiatiques spécifiques des populations nouvellement arrivées sur le sol canadien, pourquoi ne pas le faire aussi avec les plus anciennes ? C’est dans cette logique que l’on peut comprendre l’existence d’une télévision propre au Nord canadien. Son apparition a correspondu à une période de transformation de la relation entre les habitants de cette région et les autres. Jusque-là, les indigènes n’étaient présents à la télévision canadienne que comme des personnages stéréotypés. Et puis il n’était pas facile de faire parvenir les équipements jusque dans les régions concernées. Il a fallu également leur attribuer le droit d’émettre ou de participer à des programmes, d’en créer par des sociétés propres de production. Et comment rendre le média économiquement viable ? Fallait-il faire payer la redevance à tous pour des chaînes n’intéressant qu’une partie de la population ? Ces questions étaient d’autant moins faciles à résoudre que le public, installé dans le Nord, est maintenant mélangé. Ces interrogations dépassent d’ailleurs le Canada : on les retrouve avec les aborigènes d’Australie ou de Nouvelle-Zélande.

22Nous avons vu que la mondialisation dans le domaine des médias avait une dimension industrielle et économique. On peut en caractériser le mouvement avec le terme de convergence, qui renvoie à la rencontre des techniques, à la combinaison des industries de matériel et des industries de contenus. La fusion entre AOL et Time Warner en est un bon exemple. Si antérieurement les canaux médiatiques étaient séparés, la convergence intègre la télévision, le téléphone, les données numériques dans un seul système de distribution. En ce domaine, le Parti libéral au pouvoir dans les années 1990 au Canada a suivi de près la politique de l’ancien vice-président américain Al Gore et s’en est inspiré. Ainsi, la notion de convergence ne désigne plus seulement le mariage du téléphone et de l’ordinateur, mais l’intégration de tous les modes de diffusion avec tous les contenus possibles. Les distinctions entre presse, télécommunications, diffusion ne sont plus que relatives. Les consommateurs y ont-ils gagné ? Ce n’est pas sûr : la dérégulation a beaucoup profité aux monopoles. Le Canada est un des pays où les participations croisées entre les types de média sont les plus fortes : les principaux journaux appartiennent aussi aux principales télévisions privées et le mouvement de concentration en vastes conglomérats se poursuit. Paradoxalement, on pourrait se retrouver dans une situation où, bien que les nouvelles technologies autorisent une plus grande décentralisation, on verrait s’accroître une convergence faite de concentration de la production, diminution du nombre des propriétaires émettant un flux d’information centralisé. Et comme il est vraisemblable que la possession d’un ordinateur ne sera jamais universelle, il pourrait y avoir ainsi une information de riche (ayant accès à une plus grande diversité de sources) et une information de pauvre.

23Sur le plan juridique, la convergence des techniques crée un nouvel environnement. La télévision par Internet relève de la loi sur la diffusion, mais aussi de celle sur le droit de copie et touche de manière générale à la propriété intellectuelle. C’est donc un lieu d’ajustements et de débats. La question de la propriété intellectuelle est double : est-on certain que la création est bien protégée ? Est-on certain que tout un chacun peut accéder à l’information nouvelle et aux idées nouvelles ? Ces questions se posent pour les films, les textes, mais aussi pour la protection des logiciels, des noms de marques, des brevets. Pour être protégée pendant cinquante ans après la mort de l’auteur (ce qui est plus court qu’aux États-Unis et en Europe), une création doit être fixée sur un support et être originale. Il est évidemment parfois difficile de définir cette originalité. Comment fonctionne ce droit ? Les droits peuvent être vendus à un éditeur. Il existe des exceptions, rendant possibles des utilisations ponctuelles basées sur la bonne foi : l’utilisation d’extraits d’ouvrage dans le cadre d’un enseignement, d’extraits dans une œuvre artistique. Les médias sont, bien entendu, en première ligne, qu’il s’agisse de leur activité de production (par exemple, l’adaptation d’un roman) ou des usages qu’ils engendrent (le téléspectateur qui enregistre une émission). La loi canadienne sur le droit de copie n’a pas bougé entre 1924 et 1988. Depuis, elle est régulièrement remaniée (retouchée en 1997, réformée à nouveau à partir de 2001). Il s’agit d’ajuster la loi avec les accords internationaux. La coordination internationale sur le sujet a débuté avec la convention de Berne, adoptée pour la première fois en 1886 et régulièrement remaniée. Les négociations du GATT ont abouti en 1994 à un traité. Mais le contexte numérique est devenu déterminant : il est évidemment de plus en plus difficile de contrôler la circulation des textes, images et sons. Quand est-on dans un usage privé ou au contraire dans le piratage, notamment dans le cas de la musique ? Capter des signaux satellites et les diffuser par Internet peut-il être considéré comme une diffusion privée ? Des sociétés peuvent aussi ne pas être localisées sur le sol canadien et émettre malgré tout au Canada, échappant ainsi à sa législation. Faut-il alors renoncer au droit de la propriété intellectuelle ou au contraire le renforcer ? Abandonner les possesseurs de droits intellectuels ? Et en même temps, le droit actuel protège-t-il réellement les créateurs individuels ou les éditeurs ? Le fait que les logiciels puissent faire l’objet de brevets (les logiciels peuvent être protégés pendant vingt-deux ans au Canada) est-il cohérent avec la définition même de la propriété intellectuelle ? N’est-ce pas un frein à l’innovation des concurrents ? Quand le droit de copie protège-t-il réellement ceux qui doivent l’être et quand joue-t-il simplement le rôle d’un contrôle de la sphère publique par les intérêts commerciaux ?

24Si certains futuristes proclamaient que l’homme du xxiesiècle allait être de plus en plus isolé dans un univers technique et médiatique, d’une certaine manière, c’est faux. Au contraire, sa vie privée est connue ou traquée. Nos vies sont surveillées. Bien entendu, on peut prendre la question avec philosophie et dire que ce n’est gênant que pour ceux qui ont quelque chose à cacher. Mais souhaitons-nous réellement que les publicistes du Web sachent tout de nous ? Depuis les débuts de la presse au xixe siècle, la définition de la vie privée s’est précisée. Respecter la vie privée consistait à ne pas faire circuler des photos sans autorisation, ne pas publier de rumeurs. Aujourd’hui, c’est le fait de disposer d’un espace personnel, faire respecter son corps, rester anonyme si on le souhaite, ne pas être surveillé, ne pas faire l’objet d’enquêtes injustifiées. C’est même considéré comme l’un des droits de l’homme. Or, les technologies de l’information et des communications permettent une intrusion et multiplient les surveillances : nos déplacements, nos usages domestiques d’un appareil peuvent être enregistrés. La protection des données est donc un problème de démocratie. Il est nécessaire de trouver des règles : les enregistrements de données doivent être limités, correspondre strictement à leurs objectifs, permettre des vérifications et l’accès aux données personnelles. Le Conseil de l’Europe par exemple a proposé une convention sur ce sujet et le Canada s’est également doté d’un code en la matière. Théoriquement, les données personnelles ne doivent pas être recueillies ou transmises sans votre accord, les courriers même électroniques doivent être protégés, et le cas des données de santé est cité comme particulièrement sensible.

25La réalité politique exprimée par la presse est celle dont parlent ceux qui ont le pouvoir et ceux qui analysent ceux qui ont le pouvoir. Quelle est la relation entre médias et politique au Canada ? Il faut distinguer entre médias publics et privés : ils ne disposent pas des mêmes moyens. Les médias sont aussi des produits qui s’achètent et se vendent. Ils ont une logique économique évidente. Certaines représentations sont dominantes et partagées : par exemple, l’idée selon laquelle le Parti libéral est de centre gauche n’est pas interrogée. Faut-il alors parler de reproduction idéologique ? Ce qui signifie que les médias font des idées de la classe dominante des idées dominantes. Cela ne signifie pas une absence de critique. En réalité, les disputes sont fréquentes entre les médias et le gouvernement. Peut-être faut-il s’intéresser moins au soutien explicite à une ligne politique qu’à la manière dont les informations sont présentées. Il n’est pas anodin de dire que tel ou tel mouvement social est « catégoriel ». Certaines questions comme les « sans domicile fixe » ne sont abordées que lorsqu’un politicien ouvre un centre qui leur est destiné ou rencontre une association militante. Elles sont traitées dans les pages « société » et non en politique. Comment garantir une couverture équilibrée sans se faire manipuler par des groupes de pression et des activistes, mais en respectant les véritables mouvements sociaux ? Comment le personnel politique est-il présenté ? Le fait de montrer un dirigeant politique courant avec son équipe de campagne, ou jouant au football, ou de le traiter comme une vedette en ignorant son entourage n’est pas anodin. Pas plus que les commentaires sur la garde-robe d’une femme politique.

26Si les contenus et le traitement de l’information doivent être interrogés, il est important pour l’analyse des liens entre médias et politique de s’intéresser au phénomène préoccupant des concentrations. Plus une entreprise multiplie les moyens médiatiques, plus elle a la possibilité de publier les mêmes informations vues sous le même angle. Les rachats sont présentés de manière positive, comme alliant la modernité et la tradition. Dans l’ensemble, le modèle ancien du média propagandiste apparaît ainsi trop simpliste. D’une part, parce que les populations ont une certaine capacité à réinterpréter ce qu’elles lisent ou voient. Ensuite, parce que les formes de collusion sont plus implicites que planifiées : les politiciens et les journalistes vivent dans les mêmes cercles. Les journalistes politiques forment un milieu où l’on se connaît. D’une certaine manière, lorsqu’ils parlent de politique, les journalistes parlent aux journalistes. C’est particulièrement clair dans le cas des commentateurs. Les journaux comme les partis politiques usent des sondages, notamment en période électorale. Les sondages servent à tester de nouvelles idées, mais favorisent-ils le changement ou le statu quo ?

27Au total, on peut dire que les médias canadiens allient une certaine diversité d’opinions avec un message global assez uniforme. On pourrait proposer un certain nombre de pistes d’action. Par exemple, renforcer les moyens de la diffusion publique, notamment la CBC. Renforcer le code de bonne conduite des médias privés. Enquêter sur les concentrations, aider les publications alternatives, renforcer l’idée que les journalistes sont là pour participer à l’intérêt général. En tout cas, il est important que les étudiants en média s’intéressent à la totalité du panorama.

28Le dernier chapitre revient sur la question de l’identité canadienne, telle qu’elle se joue à travers les médias. La souveraineté culturelle implique que l’on puisse, par des lois et des politiques, protéger et promouvoir sa culture et ses industries culturelles. Il y a au Canada des institutions comme la CBC, une loi sur le droit de copie, une réglementation des autorisations d’émettre, un cahier des charges obligeant les opérateurs à diffuser des contenus canadiens, une réglementation fiscale différente pour les publicités qui paraissent dans des médias qui sont propriété de Canadiens. Mais le fait que 80 % des Canadiens vivent à proximité de la frontière des États-Unis est une donnée géographique particulière. L’idée que la diffusion a un rôle social et non commercial à jouer est l’une des particularités de l’identité canadienne, mais que faire si les Canadiens ne consomment pas leurs propres produits ? La Fondation de la police montée et Walt Disney ont conclu un accord pour la promotion des produits de la police montée : l’icône du Canada tend la main à la souris américaine. De multiples voix s’élèvent pour réclamer un nouveau monde de la communication, moins néolibérale et systématiquement commerciale, refuser la dérégulation systématique, dont les voix de dirigeants politiques préoccupés du patrimoine, et la coordination se fait avec l’UNESCO. Deux points sont centraux : la diversité culturelle dans la mondialisation et la diversité des moyens de diffusion. Les débats du GATT manifestent cette tension. L’organisation mondiale du commerce (OMC) n’accepte pas de justification culturelle à la déréglementation. Y a-t-il alors une menace sur les médias canadiens et l’industrie médiatique au Canada ? On ne peut éviter des évolutions comme la convergence, la particularisation de l’offre, la concentration, la mondialisation, une certaine dérégulation. La gauche, les universitaires ou certains activistes militent pour une plus grande diversité des médias, intégrant Internet, qui est un média commercial au même titre que les médias traditionnels. C’est peut-être pourquoi les études de communication au Canada n’ont jamais été aussi intéressantes. Aujourd’hui, la notion de communication comme bien commun devrait dynamiser notre pensée encore plus fortement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Riondet, « Paul ATTALLAH et Leslie REGAN SHADE, Mediascapes. New Patterns in Canadian Communication », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 181-193.

Référence électronique

Odile Riondet, « Paul ATTALLAH et Leslie REGAN SHADE, Mediascapes. New Patterns in Canadian Communication », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/769 ; DOI : 10.4000/communication.769

Haut de page

Auteur

Odile Riondet

Maître de Conférences et Habilitée à Diriger des Recherches, Rectorat de Lyon, odile.riondet@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org