Navigation – Plan du site
Lectures

Arlette BOUZON, La place de la communication dans la conception de systèmes à risques

Paris, l’Harmattan, 2004
Alain Laramée
p. 194-197
Référence(s) :

Arlette BOUZON (2004), La place de la communication dans la conception de systèmes à risques, Paris, l’Harmattan.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, l’auteure tente de situer la place qu’occupe la communication dans ce qu’elle nomme « des systèmes techniques complexes ». Les systèmes dont il est question concernent les organisations dont la conception des objets présente des risques. Il s’agit ici particulièrement des entreprises œuvrant dans les domaines de l’aérospatial, de la production de produits chimiques, des centrales nucléaires…

2L’auteure appuie son essai sur une enquête de terrain menée au sein d’équipes de travail dans des entreprises du domaine spatial, qu’elle considère comme étant représentatives de ces « systèmes techniques complexes » à risque. La spécificité de l’enquête porte plus directement sur le travail de conception de projet dans l’organisation, à savoir une investigation à la fois des processus de création, d’innovation, de décision, de réalisation des objets et les marges de manœuvre à l’intérieur de ces processus pour en identifier le rôle, la place et la fonction joués par, ou que devrait jouer, la communication considérée comme une interaction structurée et structurante.

3Pour nous introduire à cette enquête, l’auteure expose dans son premier chapitre ses allégeances théoriques et ses positions conceptuelles relatives aux concepts de conception innovante, d’organisation créatrice, d’innovation et de conception.

4Selon l’auteure, les concepts les plus aptes à définir le cadre des activités qui se déroulent dans ces systèmes complexes sont ceux de projets et d’incertitude, car ces organisations évoluent dans une perspective de gestion de projet (management). Par ailleurs, qui dit incertitude dit risque. Dans des organisations qui œuvrent dans la recherche et le développement (R&D) ou dans la création et l’innovation, l’incertitude est omniprésente tant dans le processus de conception, dans le déroulement du projet que dans la mise en fonction du produit développé.

5Cette première partie du chapitre 1 nous conduit à la notion de risque et à sa maîtrise dans tout « système technique complexe ». Cette notion, fort difficile à appréhender, est présentée selon quelques théories dominantes, dont celles approfondissant la notion de risque acceptable, pour affiner son approche de la communication dans les systèmes à risque. C’est par l’approche constructiviste que l’auteure aborde la notion de maîtrise du risque, conçue d’abord comme quelque chose de représentée, donc communicationnelle, et celle de la communication, comme interaction déterminée par la représentation. Pour justifier ce choix épistémologique, elle passe en revue les concepts et les théories concurrents. C’est ainsi qu’elle se situe par rapport aux notions de précaution et de prévention, de perception et de décision, pour mettre en évidence la fécondité de la communication du risque comme notion centrale de la problématique. La tâche consiste à surmonter la difficulté à communiquer sur le risque dans un contexte de représentation dominante du risque où le processus de sa maîtrise est fréquemment conçu à l’intérieur d’une approche positiviste.

6À l’opposé, une approche constructiviste aborde le risque et la fiabilité des systèmes comme étant avant tout un construit social et organisationnel, et le fruit de représentations elles-mêmes construites par les différents acteurs en interaction. S’inspirant des travaux de Weick, mais en s’en démarquant sensiblement, l’auteure situe la maîtrise des risques sur le plan de la capacité des acteurs à « anticiper et rattraper des situations anormales ». Cette opération repose donc sur la communication devenue ainsi le processus par excellence de structuration organisationnelle. Toutefois, ces deux approches ne sont pas nécessairement opposées. L’auteure y voit même une certaine complémentarité dans la conciliation des perspectives sur le terrain de la pratique, par exemple lorsqu’on analyse ce qu’elle appelle des « objets intermédiaires en maîtrise du risque », c’est-à-dire des plans, des comptes rendus, des dossiers d’analyse, etc. Ces différents objets sont à la fois des supports au processus de décision rationnelle et des objets de communication construits. Ce qui est au cœur du processus de maîtrise, c’est l’échange entre les différents acteurs. C’est particulièrement à cette notion que s’attaque la deuxième partie (le chapitre 2) du livre, à savoir « la coopération dans le processus de conception ».

7Pour expliciter la dynamique de l’interaction entre les représentations individuelles constitutives des représentations collectives, l’auteure applique la notion de représentation, présentée dans la première partie, au processus de conception. Comme suite à une assez longue présentation de plusieurs théories sur la représentation (individuelle/sociale/collective), Bouzon observe les manifestations de ces représentations sur le terrain, notamment par rapport aux objectifs du projet, à la manière de les atteindre, au processus de conception, à la qualité du processus à l’expertise… À titre d’illustration, l’auteure nous rapporte certaines observations tirées des résultats d’une enquête effectuée auprès d’un groupe de professionnels et menée sur un terrain de recherche différent du sien.

8L’auteure présente ensuite sa perspective organisationnelle dans laquelle le processus de conception, tout en s’appuyant sur la coopération essentielle des acteurs, se caractérise par une dynamique de l’interaction sociale se déroulant dans un contexte spécifié qu’elle nomme « l’action située ». C’est ainsi qu’on doit davantage parler de co-conception et de conception distribuée, à l’intérieur de laquelle il y a nécessité de coordination et de coopération, au détriment d’une perspective collaborative qui se situerait plutôt du côté de l’idéologie. La coopération, en s’appuyant sur des ententes ponctuelles, sur des accords de circonstance entre des acteurs ayant différentes rationalités, repose donc ontologiquement sur une communication entre les acteurs. Ainsi la coopération et la communication deviennent complémentaires et mutuellement déterminantes.

9Sur le terrain, cette coopération revêt différentes formes dépendamment des liens effectués dans « l’action située » entre, d’une part, les contraintes de la démarche rationnelle et méthodologique et, d’autre part, les exigences d’ouverture et de flexibilité du procès de créativité nécessaire à l’innovation. La même dialectique se retrouve entre la nécessité du contrôle et l’obligation de la confiance si essentielle à la créativité. L’auteure, qui a mené son enquête selon ce cadre théorique, nous offre quelques exemples, de témoignages et d’observations tout en masquant toute référence concrète ou nominative pour raison de confidentialité. En guise de conclusion générale, Bouzon effectue un retour sur certains énoncés théoriques et qui se résume dans ce mot de la fin : « la communication se révèle omniprésente dans le processus de conception innovante “à risques maîtrisés” mais apparaît souvent oubliée voire malmenée dans un univers technique a priori peu concerné ».

10La lecture de cet ouvrage nous laisse quelque peu perplexe et ambivalent quant à sa pertinence par rapport aux ouvrages déjà publiés au cours des dernières années sur la communication des risques ou sur la communication dans des organisations œuvrant dans des secteurs industriels dont les produits sont à risque. Cette double impression est fondée à la fois sur l’intérêt que suscite son approche conceptuelle et théorique et sur la déception qui nous gagne devant la présentation de son objet de recherche.

11Du point de vue conceptuel, l’auteure arrive à nous faire comprendre la spécificité du type d’organisation sous observation et surtout la complexité organisationnelle de ce type d’organisation dont l’existence repose sur sa capacité à créer, à innover dans un secteur où les répercussions et les impacts impliquent de nombreux niveaux de risque. Elle réussit, mais avec moins de clarté toutefois, à nous faire saisir les enjeux socio-organisationnels et scientifiques inscrits dans la dynamique de « conception – production » de ce type d’organisation et le rôle de la communication comme médiation de la coopération si essentielle entre les acteurs.

12Par contre, là où le bât blesse, c’est sur le plan de la présentation de son terrain d’application. En effet, de prime abord, nous ne disposons pas d’une vue d’ensemble du terrain, c’est-à-dire l’organisation en tant que telle, sa spécificité environnementale, sa taille, sa structure, sa composition professionnelle et son environnement. L’auteure nous présente un amalgame de descriptions hétéroclites, de détails ponctuels, de témoignages plutôt anecdotiques parsemés ici et là et entremêlés de réflexions, d’opinions de l’auteure, de rappels théoriques, d’invocations souvent sans explicitations de liens effectués entre théorie et pratique. À cet enchevêtrement des niveaux de regard sur l’objet et des rapports de l’écriture, se superposent ceux de la description, de l’analyse, de la discussion et du reportage de sorte que le récit devient plus hermétique qu’explicatif. Seule une analyse très fine, exhaustive et très approfondie des niveaux d’écriture peut permettre au lecteur de déduire (et encore !) à quel moment de la recherche se réfère le rapport. Cette apparente confusion des genres pourrait d’ailleurs expliquer la facture aride de l’écriture et l’utilisation fréquente de formules qui ressemblent davantage à des affirmations gratuites qu’à des résultats d’analyse, faute d’une structuration argumentative cohérente.

13En somme, on a l’impression de lire un texte tiré d’une thèse universitaire mais qu’on aurait maladroitement tronqué et réformé aux fins de l’édition ; c’est avec persévérance qu’on arrive, malgré tout, à discerner et à déduire la structure implicite de l’analyse. À cette lacune on peut ajouter l’absence d’explicitation sur la méthodologie de recherche et sur les stratégies d’interprétation des résultats. Enfin, les illustrations ne permettent pas de juger de la pertinence, de la justesse et de la fécondité du passage du cadre théorique au terrain, ce qui aurait constitué la part la plus originale de cette publication.

14Pour terminer, cet ouvrage n’est certes pas sans intérêt mais davantage pour les synthèses théoriques et les questions soulevées dans la première partie que pour l’étude de terrain de la seconde partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Laramée, « Arlette BOUZON, La place de la communication dans la conception de systèmes à risques », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 194-197.

Référence électronique

Alain Laramée, « Arlette BOUZON, La place de la communication dans la conception de systèmes à risques », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/772 ; DOI : 10.4000/communication.772

Haut de page

Auteur

Alain Laramée

Télé-université, Université du Québec à Montréal alaramee@teluq.uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org