Navigation – Plan du site
Lectures

André H. CARON et Letizia CARONIA, Culture mobile : les nouvelles pratiques de communication

Montréal, Presses universitaires de Montréal, Coll. « Paramètres », 2005
Julie C. Denouël
p. 198-203
Référence(s) :

André H. CARON et Letizia CARONIA (2005), Culture mobile : les nouvelles pratiques de communication, Montréal, Presses universitaires de Montréal, Coll. « Paramètres »

Texte intégral

1En Amérique comme en Europe, le téléphone cellulaire est probablement l’exemple le plus saisissant, cette dernière décennie, du développement spectaculaire des nouveaux dispositifs de communication investissant la sphère des usages ordinaires. Contre toute attente – et notamment celle des concepteurs et opérateurs télécom –, le cellulaire est devenu, en un temps record, un objet amplement diffusé, adopté de façon massive. D’abord destiné au monde des affaires, il a été très rapidement approprié par un public étendu. L’implication de cette innovation technologique dans l’univers de la communication quotidienne a ainsi bouleversé les caractéristiques temporelles et spatiales de la téléphonie fixe traditionnelle et fait émerger des modèles interactionnels inédits qui ont, pour une large part, contribué à la reconfiguration des pratiques sociales et au développement d’une culture mobile spécifique. L’ouvrage de Caron et Caroniatend à interroger le cellulaire en tant qu’objet communicationnel et à explorer, par le biais d’enquêtes ethnographiques, les conditions incarnées de production sociale de cette nouvelle culture mobile. Centrés principalement sur les usages et les interactions des jeunes, les auteurs nous livrent ici une analyse fine et argumentée des modalités par lesquelles les jeunes s’approprient les TIC et les intègrent à leur univers social ordinaire. Caron et Caronia montrent finalement comment ces nouvelles pratiques de communication mobiles et technologisées participent réflexivement de la construction des liens sociaux, des relations interpersonnelles et, plus largement, de la culture quotidienne.

2L’une des principales caractéristiques de Culture mobile tient dans l’articulation de voies de recherche qui d’ordinaire dialoguent peu. Offrant un discours polyphonique, cet opus permet la rencontre de points de vue hétérogènes par l’association de perspectives phénoménologiques, d’approches interactionnistes et sociolinguistiques – faisant intervenir dans le corps du texte le parler-en-interaction des jeunes – à des réflexions plus proches de la sociologie des usages. Le recours à une ethnographie des pratiques de communication mobile constitue alors un choix méthodologique pertinent en tant qu’il autorise les auteurs à créer un lien spécifique entre différentes voix : entre des orientations théoriques distinctes d’une part, entre la parole du chercheur et la parole située des usagers d’autre part. Cet ouvrage propose en outre un parcours de lecture intéressant et original car, en jouant de multiples focales (d’un regard macro à un examen plus local) et de lignes d’analyse plurielles, il figure un panorama aussi large que précis, une anatomie de cette nouvelle culture mobile.

  • 1 Dans son article, Morel (2002) met en perspective les nouvelles pratiques de nomadisme et les usage (...)
  • 2 Deux enquêtes d’usage du téléphone mobile explorent la manière dont s’organise la co-participation (...)

3À partir d’observations empiriques, une première interrogation sur la notion de distance vient ouvrir cette analyse et amène « la description critique des nouveaux scénarios sociaux créés par les [TIC] » et notamment le cellulaire. Cet artefact de communication a en effet permis l’émergence de pratiques téléphonistes mobiles, mais a aussi entraîné l’effacement progressif de frontières d’activités autrefois étanches, l’entrelacement observable des sphères publique et privée et finalement la redéfinition pratique de nos espaces sociaux ordinaires. L’espace public laisse le champ libre à des échanges téléphoniques qui jusqu’à peu étaient réservés au territoire de l’intime ou du résidentiel1 quand, au même moment, la sphère publique et/ou professionnelle s’intrique à la zone personnelle et privée. Ce « brouillage des espaces » implique à la fois une délocalisation des usagers (dont la question « où es-tu ? » en ouverture de conversation sur/vers un cellulaire est un témoin manifeste) et leur multilocalisation, nouveau phénomène d’ubiquité par lequel les acteurs sont engagés dans des activités interactionnelles concomitantes mais écologiquement disjointes, dans un ici tout en étant dans un « ailleurs communicationnel2 ». Tandis qu’elles impliquent des zones inédites de multiactivité, ces pratiques de communication mobile s’insèrent simultanément dans des temporalités démultipliées, conférant à cette nouvelle culture du quotidien une dimension polychronique.

4Quels sont les éléments qui expliquent de tels changements ? Un premier examen des TIC en tant que techno-objets médiateurs (Latour, 2002), sujets d’actions et « énonciateurs de nouveaux usages » montre dans quelle mesure ils participent de processus de redéfinition des contextes, de régulation des façons d’être en relation avec les autres et de construction de la culture ordinaire. Prenant en exemple la situation d’être à table, les auteurs remarquent que la présence d’un cellulaire sur la table et la possibilité qu’un interlocuteur distant puisse intervenir dans le cours du repas, induisent de nouvelles formes de participation sociale qui tendent à renouveler le répertoire des rites d’interaction et avec eux, les identités des acteurs en contexte. Installés dans l’univers social, les techno-objets semblent redéfinir les usages et les règles organisant la vie ordinaire. Pour autant, les auteurs se départissent de toute appréhension déterministe et soulignent que c’est avant tout par le prisme de la potentialité que les technologies doivent être envisagées :

Les technologies fabriquent des champs d’action potentiels, des programmes narratifs possibles, elles élargissent le champ de possibilités des sujets humains. Et c’est dans ce sens et seulement dans ce sens que l’on peut affirmer que les technologies fabriquent la culture (p. 58).

5De fait, la mobilisation d’approches phénoménologique (Schutz, 1971), ethnométhodologique (Garfinkel, 1967) et conversationnaliste (Sacks et Schegloff, 1973) dans la suite du texte a pour avantage de prolonger cette réflexion sur le rôle des objets, en introduisant des cadres d’analyse favorables à la saisie des liens réflexifs entre TIC, interaction et culture.Ceux-ci leur permettent notamment d’appréhender les cellulaires comme participant pleinement à la construction et à la négociation des identités sociales de leurs utilisateurs. Suivant ces lignes de recherche, le langage incarné ordinaire – et les interprétations partagées et allants-de-soi qu’il véhicule – constitue un lieu d’observation remarquable des marques d’expérience et d’appropriation des objets, des significations culturelles et sociales des technologies. Le cœur de cet ouvrage (chapitres 3 à 7) met alors en perspective différents univers discursifs où les TIC, et plus spécifiquement le cellulaire, sont rendus visibles : dans l’énoncé des usagers sur leurs propres pratiques, et leur écho dans les discours publicitaires sur les nouvelles technologies, puis plus largement dans le parler-en-interaction des jeunes. Considérés comme les représentants spécifiques de « ce phénomène tout à fait passionnant qui est l’incorporation des technologies dans une communauté de pratiques et leur rôle dans la création de cette même communauté qui les accueille » (p.16), les façons de parler des jeunes font ici l’objet d’une attention toute particulière.

6L’analyse des discours sur les trajectoires d’usage résidentiel des technologies met en exergue la redéfinition des espaces de la quotidienneté. Avec l’intégration des TIC dans les foyers, de nouvelles activités possibles ont donné lieu à des pratiques domestiques inédites, et à un renouvellement des formes ordinaires d’engagement selon un mode connexionniste. Cet argument, réintroduit ultérieurement (chapitre 8), fait montre d’une reconstruction des frontières familiales et des relations parents/enfants. L’acquisition d’un cellulaire pour un jeune peut supposer de gagner en autonomie et en indépendance mais peut également laisser une place substantielle à l’exercice de l’autorité parentale. Selon l’appelant, la possibilité d’être joint (et plus seulement appelé) peut véritablement se présenter comme une ressource ou une contrainte. Les auteurs constatent alors que la communication et la disponibilité, associées à l’émergence du cellulaire, sont indéniablement entrées dans le champ des nouvelles valeurs sociales, « imprégnant l’imaginaire culturel et social » (p. 99) auquel les industries des télécoms – relayées par le discours publicitaire – contribuent très largement. Dans le chapitre « Le cellulaire à l’affiche », force est de constater l’évolution des stratégies marketing pour faire aujourd’hui du téléphone mobile un objet de valeur : un objet qui n’est plus seulement l’outil rationnel de coordination (par exemple, entre collaborateurs en situation de travail ou entre les membres d’un couple), mais l’outil social du contact et du lien permanent avec son réseau de sociabilité. Les jeunes sont ainsi devenus les principales cibles de ce discours dont la dynamique communautaire est réexploitée à des fins marchandes (avec, par exemple, la création de services privilégiant les abonnés d’un même opérateur). Le cellulaire, auquel on peut ajouter des éléments de personnalisation (coque, sonnerie, fonds d’écran, etc.), constitue finalement un artefact de construction et d’expression de soi.

7Caron et Caronia poursuivent l’exploration d’une culture mobile fortement médiatisée en suivant au quotidien des groupes de jeunes (au Québec et en Italie) conversant via leur mobile. De part et d’autre de l’Atlantique, les modes d’interaction divergent. Alors que les adolescents italiens convoquent massivement le SMS et s’inscrivent dans des formats d’échanges textuels séquentialisés, les adolescents québécois s’orientent avant tout vers la conversation dialogale. Mais qu’il soit utilisé de façon synchrone ou asynchrone, le cellulaire est avant tout saisi pour ses caractéristiques connexionnistes, autorisant l’articulation d’espaces distants et le maintien du tissu social. L’objet intègre la panoplie des ressources sociotechniques qui permettent d’assurer une coprésence ludique, ubiquitaire et persistante au sein du réseau de sociabilité. Mobiliser un cellulaire, c’est rester « branché » (Jauréguiberry, 2003).

8Mais au-delà de la signification sociale de cet artefact technique, c’est avant tout dans leurs façons de parler (et d’écrire) via le cellulaire que les jeunes publicisent les conventions linguistiques et sociales construisant la culture qu’ils partagent. Les unités lexicales et morphosyntaxiques typiques du « parler ado » ou les codes du langage SMS qu’ils exploitent dans leurs échanges sont autant de marques par lesquelles les jeunes accomplissent les ressources significatives de leur communauté de pratiques. Ils rendent alors visible et reconnaissable leur appartenance à cette culture et concourent réflexivement à sa structuration. Le cellulaire devient alors un artefact participant de la réalisation publique d’une identité sociale souvent clivée et hétérogène, traversée de références socio-ethniques et culturelles multiples.

9En conclusion, les auteurs élargissent la focale pour questionner d’un point de vue éthique le rôle des technologies dans l’espace public. Si l’émergence du cellulaire s’est en effet accompagnée d’une absence de codes de conduite préétablis, les discours des jeunes sur les usages témoignent néanmoins de processus continus de régulation des pratiques. Caron et Caronia soulignent alors que par ces énoncés, c’est avant tout les dimensions dialogiques et intersubjectives de la vie sociale que les jeunes explorent et expérimentent. Ainsi, le cellulaire contribue pleinement à la prise de conscience de l’Autre :

Qu’il s’agisse d’imaginer la chorégraphie d’un protocole capable de minimiser – voire d’éviter – l’offense sociale ou de construire une esthétique régie par le regard d’autrui, les technologies émergentes de communication mobile amplifient le sens du lien, la dimension intersubjective du sujet, son enracinement profond dans un contexte social et culturel (p. 300).

10Rédigé sous le sceau de l’interdisciplinarité, Culture mobile fait la part belle à des approches peu courantes dans l’analyse des TIC en général, et du cellulaire en particulier. L’exigence d’une polyphonie analytique est ainsi parfaitement tenue grâce à une organisation du texte ad hoc. Cet ouvrage fait par ailleurs le pari ambitieux de présenter un contrat de lecture véritablement pédagogique visant une appréhension transversale de la culture mobile, et notamment celle des jeunes. La gageure est ici relevée avec brio. Néanmoins, on regrettera que certains passages ne soient pas exempts d’une vulgarisation par trop poussée et que quelques outils méthodologiques, de l’analyse conversationnelle notamment, soient alors sous-utilisés. Nous aurions par exemple souhaité une mobilisation plus rigoureuse de notions telles que la pertinence conditionnelle (Schegloff, 1968), dont l’heuristique n’est pas, ici, pleinement convoquée. Enfin, en certaines de ses parties, l’ouvrage de Caron et Caronia flirte avec quelque théoricisme mâtiné de postmodernisme, qui tranche avec le cœur du texte où se déploient majoritairement des analyses fortement étayées empiriquement. Malgré ces quelques menues réserves, Culture mobile se présente indéniablement comme un des ouvrages de référence sur les usages sociaux de la téléphonie mobile.

Haut de page

Bibliographie

MOREL, Julien (2002), « Une ethnographie de la téléphonie mobile dans les lieux publics », Réseaux, nos 112-113, p. 49-77.

RELIEU,Marc (2005), « Les usages des TIC en situation naturelle : une approche ethnométhodologique de l’hybridation des espaces d’activité », Intellectica, nos41-42, p. 139-162.

JAURÉGUIBERRY,Francis (2003), Les branchés du portable : sociologie du téléphone portable, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Sociologie d’aujourd’hui »

Haut de page

Notes

1 Dans son article, Morel (2002) met en perspective les nouvelles pratiques de nomadisme et les usages du téléphone cellulaire en rapport avec les attentes normatives des individus partageant quelque cadre public. Il propose un examen « naturaliste » de la manière dont les individus (utilisateurs ou non, seuls, accompagnés…) procèdent pour ajuster leur pratique en fonction de différents contextes publics (rues, halls de gares, wagons de train, cafés et restaurants).

2 Deux enquêtes d’usage du téléphone mobile explorent la manière dont s’organise la co-participation au sein d’une session de chat sms réalisée sur un téléphone mobile. L’analyse souligne les prises qu’offre un type d’activité distante asynchrone pour l’organisation de la coprésence dans des contextes proximaux (Relieu, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie C. Denouël, « André H. CARON et Letizia CARONIA, Culture mobile : les nouvelles pratiques de communication », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 198-203.

Référence électronique

Julie C. Denouël, « André H. CARON et Letizia CARONIA, Culture mobile : les nouvelles pratiques de communication », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/774 ; DOI : 10.4000/communication.774

Haut de page

Auteur

Julie C. Denouël

Maître de Conférences en Sciences du Langage, Praxiling UMR 5267 CNRS, ITIC, Université Paul-Valéry, Montpellier 3 julie.denouel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org