Navigation – Plan du site
Lectures

Fabrice CLÉMENT, Les mécanismes de la crédulité,

Genève/Paris, Librairie Droz, 2006
Stéphanie Perrouty-Perret
p. 204-209
Référence(s) :

Frabrice CLÉMENT (2006), Les mécanismes de la crédulité, Genève/Paris, Librairie Droz

Texte intégral

1Fabrice Clément, chercheur à l’Université de Lausanne, s’est intéressé au cours de son cursus à différentes disciplines telles que l’anthropologie, la philosophie, les sciences cognitives et la sociologie. Issu de ses recherches de thèse de doctorat, son ouvrage propose une approche multidisciplinaire pour se pencher sur les phénomènes de croyances et tout particulièrement sur la problématique de la crédulité.

2Notoirement, l’auteur présente une structure bien découpée et largement mise en évidence. Après une courte préface puis une introduction, suivent trois parties principales, elles-mêmes segmentées en chapitres et en subdivisions intra-chapitres. Une conclusion clôt la discussion pour laisser place à une bibliographie suivie de deux index : un index thématique et un index des noms propres. Toutes les divisions de l’ouvrage sont nettement mises en évidence et se révèlent partant facilement repérables.

3L’auteur a doté chaque section de son livre d’un titre annonçant la thématique développée, ce qui facilite le suivi du cheminement intellectuel qui guide l’avancée de la discussion. En outre, au début de chaque chapitre composant les trois parties principales de l’ouvrage, un paragraphe, écrit en style italique, indique et résume le contenu du chapitre en question. Cela conduit certes à quelques redondances et alourdit un peu le livre, mais de tels rappels peuvent toutefois être appréciables par le lecteur.

4Une volonté de clarté de la part de l’auteur émane par conséquent de l’ouvrage. Un point se révèle toutefois regrettable : les titres des trois parties principales n’apparaissent pas dans la table des matières, or seuls ces titres sont mentionnés au sein de l’ouvrage pour signifier au lecteur la partie en cours. Le lien entre le numéro et le nom de la partie s’effectue peu aisément puisqu’il est signalé uniquement à l’intérieur du livre, une seule fois et sur la page dédiée à marquer la transition de parties. Cette négligence n’est certes pas fondamentale mais contraste fortement avec le reste de la structure de l’ouvrage très méthodique.

5Les longueurs des trois parties principales diffèrent grandement puisque la première occupe 138 pages, la seconde 86 pages et la dernière 72 pages. La première partie, intitulée « Les différentes approches de la crédulité », comporte cinq chapitres. Les deuxième et troisième parties, intitulées respectivement « Vers une théorie naturaliste de la crédulité » et « Applications », contiennent quant à elles trois chapitres.

6Au cours de l’introduction, Fabrice Clément expose son sujet d’étude et la façon dont il entend le traiter. Dès les premières pages, le lecteur apprend que le projet de l’auteur consiste à « proposer une explication au phénomène de la crédulité ». Pour cela, le cadre d’étude choisi est le cadre « naturaliste ». L’auteur présente ensuite quelques notions telles que celle des « croyances » ou celle des « raccourcis décisionnels ». Enfin, il termine cette introduction par une « vue d’ensemble » dans laquelle il indique les grandes lignes des trois parties de son ouvrage.

7La première partie, intitulée « Les différentes approches de la crédulité », plante le cadre de l’étude. L’auteur détaille les notions importantes de son ouvrage et indique les apports des diverses disciplines dans lesquelles il puise pour tenter de rendre compte de la crédulité.

8Dans le premier chapitre, nommé « Les contraintes de rationalité », Clément « relie [la crédulité] à la notion de rationalité ». Il se penche ainsi sur les capacités rationnelles des individus en étudiant ce qu’il nomme la « compétence rationnelle ». Ceci conduit l’auteur à définir « une procédure d’évaluation rationnelle minimale », critère qu’il utilise pour préciser la notion de crédulité.

9Le second chapitre s’intitule « Communication et crédulité ». L’auteur explore les liens entre la transmission d’informations par autrui et l’appropriation de ces informations. Il se penche ainsi sur les frontières entre croyance et méfiance lors des processus de communication : « la communication peut être dédiée aussi bien à la manipulation qu’à la coopération » (p. 70). Il expose l’évolution de la part de confiance et de la part de suspicion qui se sont établies entre les individus au fil des siècles. « La question qui se pose est en fait celle de la confiance : peut-on se fier à ce que nous dit autrui ? » (p. 60).

10L’auteur, au sein de son troisième chapitre intitulé « La duperie de soi », propose de relier certaines formes de crédulité à la charge émotionnelle et affective des individus. L’auteur met alors en évidence un « désir de croire ». Il suggère en effet que « les conséquences bénéfiques qui résultent de la possession d’un certain type de croyance constituent un puissant motif pour les conserver ou pour tenter de les acquérir » (p. 81). Selon l’auteur, ce type de crédulité consiste en quelque sorte à « prendre ses désirs pour des réalités ».

11Le quatrième chapitre concerne, comme l’indique son titre, « Les déterminants sociaux de la crédulité ». Au cours de ce chapitre, Clément fait appel à la psychologie sociale pour tenter de cerner « l’importance des facteurs sociaux dans les phénomènes de crédulité ». L’auteur use alors de notions telles que « l’attitude » et « les représentations sociales ». Ceci lui permet de prendre en compte les « trois composantes cognitives, affectives et comportementales » qui influent sur l’individu lorsque ce dernier se forme une opinion. Avec ce chapitre, Clément ne considère plus l’individu en tant qu’entité isolée mais en tant qu’entité insérée au sein d’un tissu social et en interaction avec autrui.

12Le cinquième et dernier chapitre de la première partie de l’ouvrage est dédié aux « croyances exotiques apparemment irrationnelles ». L’auteur s’intéresse alors à l’anthropologie et à ce que peut apporter cette discipline pour étudier le phénomène de la crédulité. Il insiste surtout sur « la pensée symbolique » et sur « la force des mystères ». Si cette approche anthropologique peut être féconde pour l’étude des mécanismes rendant compte de la crédulité, elle doit toutefois « intégrer la problématique des émotions » et « la perspective strictement cognitive ».

13Dans la deuxième partie, nommée « Vers une théorie naturaliste de la crédulité », l’auteur présente l’hypothèse de recherche qu’il entend adopter afin de tenter de rendre compte du phénomène de la crédulité. Au cours des trois chapitres constitutifs de cette deuxième partie, Clément vise à atteindre un modèle « qui se veut essentiellement descriptif ».

14Le chapitre six, intitulé « Les représentations tenues pour vraies », permet à l’auteur de développer les premiers éléments de son hypothèse et d’expliciter le concept de filtre cognitif. Il expose ainsi « l’avantage adaptatif apporté par les croyances », soit « la force des récits ». Clément établit en outre une « stratification » des « représentations tenues pour vraies », ce qui lui permet de distinguer divers types de croyances. Il explicite alors un premier volet de son hypothèse de recherche : « certaines représentations sont crues trop facilement parce que le filtre cognitif supposé opérer un tri entre ce qui est vraisemblable et ce qui ne l’est pas est détourné ou paralysé » (p. 199).

15Au cours du chapitre sept, nommé « La dynamique du mental », l’auteur met en place un second point de son hypothèse, celui du « filtre émotionnel ». Il détaille le rôle des émotions et distingue des « représentations qui tendent à la satisfaction ». Pour relier crédulité et émotions, Clément suggère un processus « d’évaluations effectuées par le système émotionnel ». Il effectue enfin un parallèle entre filtre cognitif et filtre émotionnel. Ainsi, selon l’auteur, le « filtre émotionnel » constitue « un dispositif analogue au filtre cognitif, mais tourné vers l’état interne de l’organisme » (p. 219).

16Le chapitre huit, dernier chapitre de la deuxième partie de cet ouvrage, s’intitule « L’hypothèse des filtres représentationnels ». Il permet à l’auteur d’effectuer une synthèse des deux éléments de son hypothèse, à savoir « le filtre cognitif » et « le filtre émotionnel », éléments définis lors des deux chapitres précédents. Au cours de ce chapitre huit, Fabrice Clément établit son hypothèse de recherche. Il nomme cette dernière « l’hypothèse des leurres cognitifs ». L’auteur considère « les phénomènes de crédulité […] comme des résultats dérivés du fonctionnement simultané de deux dispositifs » (p. 243), ces deux dispositifs étant « le filtre cognitif » et « le filtre émotionnel ». Ainsi, les phénomènes de crédulité résultent d’une « mise en échec » du « filtre cognitif » par « le filtre émotionnel ».

17La troisième partie, composée de trois chapitres, s’intitule « Applications ». Elle permet à l’auteur de confronter son hypothèse de recherche à divers cas concrets de crédulité et lui offre ainsi l’occasion de relier théorie et expérience.

18Le chapitre neuf se nomme « Crédulité et publicité ». Comme l’indique le titre, l’auteur se penche sur la publicité et son fonctionnement. La majeure partie de ce chapitre est toutefois consacrée à des rappels théoriques concernant la publicité et les différentes approches de recherche qui ont visé à l’étudier.

19Au cours du chapitre dix, intitulé « Aux frontières du réel », Clément s’intéresse au cas des récits racontant « des enlèvements [d’humains] par les extraterrestres ». Dans un premier temps, l’auteur présente « l’affaire des enlèvements » puis les « principales options explicatives », déjà proposées, de l’existence de cette croyance. Enfin, il exploite son « hypothèse des filtres représentationnels » pour tenter d’éclaircir « les mécanismes psychologiques qui sous-tendent ces adhésions » à de telles croyances.

20Le chapitre onze a pour titre « Croire à l’incroyable ». Il est consacré à l’étude de ce que l’auteur nomme « un cas de crédulité forte », à savoir « l’adhésion à une secte ». L’auteur expose tout d’abord « les théories visant à rendre compte de l’adhésion » à une secte qui ont déjà été suggérées. Ces conceptions considèrent généralement soit « l’adepte comme une victime », soit « l’adepte comme chercheur de sens ». Clément adopte quant à lui « une théorie de l’embrigadement ». Il teste alors son « hypothèse des filtres représentationnels » en prenant « l’exemple de Thierry Huguenin, rescapé miraculeux de la secte du Temple Solaire ». Pour cela, l’auteur présente quelques évènements qui ont marqué la vie de cet « adepte » puis il se base sur « son témoignage, précis et honnête, [qui] permet de suivre pas à pas les différentes étapes de son adhésion » (p. 310). Fabrice Clément tente enfin « d’expliquer l’adhésion aveugle » de Thierry Huguenin en invoquant « un filtre émotionnel suractivé » et « des arguments pour le filtre cognitif ». En outre, l’auteur constate qu’au sein de l’Ordre du Temple Solaire règne « une organisation sociale au service du faire croire ».

21Lors de la conclusion de son ouvrage, Clément entend « effectuer une synthèse globale du travail accompli ». Par ailleurs, comme le reconnaît l’auteur, le « modèle des filtres représentationnels est bien entendu très schématique » (p. 251). La conclusion lui permet ainsi en outre de proposer quelques pistes de recherche possibles. Il récapitule donc dans un premier temps « les étapes de la réflexion ». Pour cela, il reprend et résume chacun des 11 chapitres constitutifs du présent livre. Puis, dans un second temps, il souligne le « champ d’application » de son « hypothèse des filtres représentationnels ». Enfin, il propose quelques « types de compléments qu’il faudrait apporter ».

22À la lumière de l’actualité et des faits de société, le sujet de recherche de Fabrice Clément s’avère une entreprise judicieuse. En outre, on ne peut que se réjouir de la volonté de l’auteur de mener une étude à l’aide d’un cadre théorique multidisciplinaire. Par ailleurs, son choix de confronter, à la fin de l’ouvrage, l’hypothèse de recherche qu’il a élaborée à divers cas concrets paraît utile et intéressant pour les lecteurs.

23Toutefois, cet ouvrage peut paraître un peu confus en ce qui concerne le cadre théorique et les choix de l’auteur. Effectivement, loin d’être concentrés au sein de la première partie, pourtant dédiée à « présenter les notions [et] le cadre », les différents courants de pensée en lien avec le phénomène de la crédulité se retrouvent dans tous les chapitres, même ceux de la dernière partie, censée rendre compte de « quelques cas concrets de crédulité ». Partant, de nombreuses références théoriques apparaissent tout au fil des pages, de l’introduction à la conclusion, ce qui confère aux propos de l’auteur un aspect un peu morcelé. Le lecteur risque ainsi parfois de perdre le fil conducteur de l’ouvrage.

24On peut penser que Fabrice Clément se soit aperçu de cet écueil et que ceci constitue une des motivations aux fréquents récapitulatifs qu’il propose au cours des différents chapitres. À chaque nouvelle étape un retour en arrière est effectué. Mais ces divers rappels et répétitions perturbent en fait, eux aussi, la lecture de cet ouvrage en freinant l’avancée des propos développés par l’auteur. Le suivi de la progression de la réflexion s’en trouve entravé. Le discours apparaît parfois nébuleux, indécis et désordonné.

25Le titre de la dernière partie, « Applications », peut séduire le lecteur en suggérant une véritable mise en pratique de l’hypothèse centrale. Mais il s’avère que, là encore, les recours à différents penseurs sont nombreux et occupent en outre une grande partie des chapitres de cette partie. La dernière partie déçoit ainsi un peu en ne semblant pas tenir ses promesses de répondre aux attentes générées.

26D’une façon générale, on peut reprocher à ce livre une écriture trop semblable à celle « de la thèse qui est à l’origine de cet ouvrage ». Les références théoriques présentes tout au cours de l’ouvrage auraient pu être allégées et précisées en bibliographie plutôt que développées assez longuement au sein même des différents chapitres. Ce livre aurait ainsi certainement gagné en lisibilité et clarté s’il avait été plus profondément réécrit dans une volonté de vulgarisation des recherches. Il se serait en outre adressé à un lectorat plus important.

27Le livre de Fabrice Clément reste toutefois intéressant et enrichissant, pour peu que le lecteur sache conserver le fil conducteur de l’ouvrage. Les notions de filtre cognitif et de filtre émotionnel mises en lumière par l’auteur apparaissent quant à elles prometteuses et méritent de retenir l’attention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Perrouty-Perret, « Fabrice CLÉMENT, Les mécanismes de la crédulité, », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 204-209.

Référence électronique

Stéphanie Perrouty-Perret, « Fabrice CLÉMENT, Les mécanismes de la crédulité, », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/778 ; DOI : 10.4000/communication.778

Haut de page

Auteur

Stéphanie Perrouty-Perret

Feue Stéphanie Perrouty-Perret était Docteur en sciences de l’information et de la communication, Normalienne et Centralienne jeff.perret@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org