Navigation – Plan du site
Lectures

Guy LACHAPELLE, Claude Ryan et la violence du pouvoir : Le Devoir et la crise d’octobre 1970 ou le combat de journalistes démocrates

Québec, Presses de l’Université du Québec, 2005
André Turcotte
p. 224-226
Référence(s) :

Guy LACHAPELLE (2005), Claude Ryan et la violence du pouvoir : Le Devoir et la crise d’octobre 1970 ou le combat de journalistes démocrates, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1La crise d’octobre de 1970 a longtemps suscité un intérêt particulier tout autant au Québec que dans le reste du Canada. Cet événement marquant de notre histoire collective a mérité cette attention particulière parce qu’elle en a dit long sur notre société et sur le pouvoir politique de l’époque. Mais presque quarante ans se sont écoulés depuis cette crise et plusieurs des acteurs principaux nous ont quittés. Alors, pourquoi un autre livre traitant de la crise d’Octobre 1970 ? Pourquoi maintenant ? Ce fut les deux premières questions que je me suis demandées lorsque j’ai pris connaissance de cet ouvrage. Et sans la réputation impeccable de l’auteur, je l’aurais probablement négligé, et cela aurait été ma perte.

2Ce livre est intéressant à plusieurs niveaux. Premièrement, Lachapelle nous replonge dans un contexte que nous avons peut-être oublié trop rapidement, soit celui d’une époque sombre où la suspension des droits et libertés fut acceptée et, plus troublant encore, acceptable au Canada. De plus, il nous force à nous rappeler que Le Devoir, sous la gouverne de Claude Ryan, fut le seul quotidien à s’opposer aux mesures d’exception édictées par les gouvernements et à voir dans les actions du Front de libération du Québec (FLQ) une menace moindre que les autorités avaient présentée aux Québécois. Le fait que plusieurs révélations aient depuis montré le bien-fondé des doutes de la direction du Devoir ne diminue en rien le courage de cette prise de décision. Le livre nous ramène aussi à une époque où la violence du pouvoir fut permise au Canada, un pays perçu comme immunisé à ce genre d’abus. Dès lors, je dus concéder que cette époque gardait encore quelques énigmes méritant notre attention.

3L’ouvrage débute avec un bref aperçu historique qui sert à établir la crédibilité du Devoir comme acteur important dans le développement du Québec, principalement au cours de son passage d’une démocratie tutélaire dominée par l’Église à une démocratie plus participative. L’auteur nous rappelle les positions du Devoir durant la grève de l’amiante à Asbestos en 1949 et nous remémore son rôle pendant la Révolution tranquille. Cet aperçu sert de transition à l’analyse de la couverture journalistique lors de la crise d’Octobre.

4L’hypothèse centrale avance que l’opposition de Claude Ryan et des éditorialistes du Devoir en octobre 1970 doit être perçue comme un effort pour maintenir le dialogue au sein de la société québécoise entre les autorités politiques et les citoyens démocrates.

5Dans la tradition de recherche sur la communication politique, Lachapelle soutient que les journalistes doivent jouer un rôle essentiel au sein de la société, car ils sont les gardiens de nos valeurs démocratiques. Ainsi, Le Devoir n’a fait que remplir son rôle en 1970 et fut fidèle à sa réputation d’indépendance journalistique. En sous-texte, le lecteur doit comprendre qu’il serait plus important de se questionner sur le rôle des autres quotidiens lors de la crise d’Octobre plutôt que de remettre en question la légitimité de la position du Devoir. En fait, une des faiblesses mineures de l’ouvrage pour un lecteur moins initié est un manque de détails au sujet du contexte de l’époque et des activités spécifiques des autres médias. Néanmoins, l’auteur comprend et reconnaît que c’est Le Devoir qui fut dénoncé lors de la crise comme cela est souvent le cas lorsqu’il y a des voix qui se soulèvent contre le consensus social. Donc, Lachapelle se concentre sur une remise en question des décisions éditoriales de Claude Ryan pour mieux les nuancer de ces décisions.

6En utilisant l’analyse textuelle, l’auteur questionne plusieurs mythes au sujet des détails de l’opposition de Claude Ryan au cours de ce conflit. Sa rigueur méthodologique et sa façon de présenter les résultats de son analyse – en particulier une présentation graphique très efficace – non seulement contribuent à convaincre le lecteur mais devraient aussi servir de modèle pour tout autre effort similaire. Malgré une discussion parfois aride des statistiques, Lachapelle réussit à garder éveillée l’attention du lecteur.

7Quant aux objectifs de l’ouvrage, il est généralement accepté que Le Devoir ait adopté une attitude non conformiste tout au long de la crise d’Octobre et que le quotidien s’était opposé au pouvoir de l’État dès le début des actions du FLQ. L’auteur croit que le passage du temps nous permet maintenant de faire une lecture plus serrée de la position de Claude Ryan et des éditorialistes du Devoir afin de mieux comprendre les fondements de leur réflexion et de situer celle-ci dans une perspective plus globale qui tient compte de l’évolution de la société québécoise depuis le début des années 1960. La conclusion la plus intéressante de l’analyse est que Le Devoir, quoique non conformiste avant la proclamation de la Loi sur les mesures de guerre, a cessé de contester le pouvoir de l’État et sa légitimité après l’adoption de ce règlement. Une fois la loi promulguée et l’armée dans les rues de Montréal, la nature des éditoriaux de Claude Ryan a changé et les résultats de l’analyse de Lachapelle montrent que, dans les faits, ce dernier a soutenu les efforts des gouvernements pour régler la crise. Ainsi, les événements d’octobre 1970 méritent un traitement plus nuancé de la part de l’histoire. Les évidences montrent que l’opposition du Devoir s’était plutôt appuyée sur le respect de certains principes, tels que la responsabilité première du gouvernement du Québec, la sauvegarde des libertés individuelles et le rejet de l’usage de la force comme moyen de régler les conflits sociaux et politiques. Les éditorialistes du journal s’opposaient à une intervention massive de l’appareil répressif de l’État canadien comme le permet la Loi sur les mesures de guerre. Plus précisément, une fois la loi promulguée, Claude Ryan et Le Devoir ne s’étaient pas opposés au pouvoir de l’État et ont plutôt concentré leurs commentaires négatifs sur les abus et les erreurs entraînés par la mise en œuvre de la Loi sur les mesures de guerre. Nous sommes loin de l’incitation à la désobéissance civile… Les tentatives du Devoir de garder une position nuancée furent vaines dans ce climat de conflit.

8À la question centrale « Comment un journal peut-il s’opposer à l’État en période de crise politique ? », Lachapelle répond que Le Devoir a choisi d’adopter une position nuancée, basée sur la défense de principes fondamentaux, mais qu’en retour Claude Ryan et les autres éditorialistes du Devoir furent condamnés pour leur prise de position. La crise d’Octobre peut encore nous apprendre sur notre société et sur le pouvoir politique de l’époque. La lecture de cet ouvrage nous porte à conclure à la difficulté pour un quotidien de s’opposer à l’État en temps de crise. Malgré les interventions d’un éditorialiste de réputation impeccable en 1970, les efforts de distorsion des acteurs politiques risquent de provoquer et d’entretenir l’hystérie collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Turcotte, « Guy LACHAPELLE, Claude Ryan et la violence du pouvoir : Le Devoir et la crise d’octobre 1970 ou le combat de journalistes démocrates », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 224-226.

Référence électronique

André Turcotte, « Guy LACHAPELLE, Claude Ryan et la violence du pouvoir : Le Devoir et la crise d’octobre 1970 ou le combat de journalistes démocrates », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/789 ; DOI : 10.4000/communication.789

Haut de page

Auteur

André Turcotte

School of Journalism and Communication, Carleton University (Ottawa), turcotte@connect.carleton.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org