Navigation – Plan du site
Lectures

Éric MAIGRET, Sociologie de la communication et des médias

Paris, Éditions Armand Colin, Coll. « U », 2003
Patrick Chaskiel
p. 232-234
Référence(s) :

Éric MAIGRET (2003), Sociologie de la communication et des médias, Paris, Éditions Armand Colin, Coll. « U »

Texte intégral

1L’objectif le plus général de cet ouvrage est à la fois culturel – donner des repères de sens, des références – et politique – envisager les contours d’une démocratie critique –, ce qui nécessite de lever toute ambiguïté sur la place des médias de masse dans les sociétés contemporaines. Cette place est envisagée de manière critique et interrogative, voire négative par référence à une volumineuse littérature sur cette thématique. Dès lors, faire le tour d’une question aussi vaste que celle de la communication etdes médias est, assurément, une gageure qui nous amène du « tournant manqué d’une science sociale de la communication » (chapitre 2) à Internet et les NTIC (chapitre 16). Entre les deux, l’ouvrage visite de nombreuses contrées théoriques, s’étendant du pragmatisme américain et des théoriciens des effets aux sémiologues et pragmatiques européens. Le sujet et les auteurs convoqués couvrent une grande partie du champ de la communication, et la liste des références est impressionnante, quoique ne mobilisant guère les recherches des sciences de la communication. Le domaine couvert est d’autant plus vaste que le projet est, non pas de s’en tenir aux recherches sur les médias de masse stricto sensu, mais plutôt d’articuler ces dernières aux théories de – ou sur – la communication. Du coup, l’objet même de cet ouvrage est intéressant dans sa formulation : sociologie de la communication et des médias. Sans trop jouer sur les mots, encore que ce jeu puisse être communicationnel, ce « et » apparaît introduire une différence, qui servira de fil conducteur à une réflexion. On peut ainsi s’interroger sur le fait que la quatrième de couverture ne renvoie qu’aux aspects médiatiques (de masse) et pas aux aspects communicationnels généraux, peut-être pour ne pas trop effrayer les professionnels auxquels s’adresse cet ouvrage en même temps qu’aux étudiants.

2Quelques mots, tout d’abord, sur la culture théorique et le nombre de références mobilisées, qui passent en revue, très brièvement chaque fois, aussi bien les pères fondateurs de la sociologie que des chercheurs aux travaux beaucoup plus pointus. Certes, on peut s’interroger sur la nécessité de toute cette revue qui, forcément, risque de laisser le lecteur sur sa faim. En effet, cette revue trop ample ne série pas complètement les auteurs cités en fonction de la centralité ou du poids du concept de communication ou de l’examen des pratiques communicationnelles. Par exemple, Howard Becker apporte sans doute énormément à l’approche empirique de la culture, mais bien moins à celle de la communication, en tout cas bien moins que Goffman. Une telle appréciation pourrait également concerner la place attribuée à Bruno Latour en fin d’ouvrage. Inversement, la sociologie de la communication (et des médias) peut-elle faire l’impasse sur Luhmann, qu’on l’apprécie ou non ? On rappellera que le projet de Luhmann est précisément de fonder toute la théorie sociologique sur le concept de communication et qu’il a rédigé un ouvrage consacré aux médias de masse (2000).

3Ceci étant, la multiplication des références servira aux étudiants concernés qui souhaitent – et doivent – en savoir plus et qui sont trop souvent perdus dans la malléabilité du terme de communication. À ce propos, l’ouvrage contient tout de même quelques ambiguïtés : par exemple, un schéma de la page 214 est intitulé « La rationalité comme incompréhension », au lieu d’intercompréhension, sans doute. On peut espérer que son titre ne fera pas chuter trop d’étudiants planchant sur Habermas et exprimant assez souvent leur… incompréhension de ce dernier. Par ailleurs, une note du bas de la page 256 nous indique que « Le terme média renvoie habituellement [?] aux supports techniques et économiques utilisés pour transmettre… », une assertion étonnante puisque l’objet même de l’ouvrage est de nuancer et d’approfondir une formule toute faite. Mais ces points sont très secondaires.

4Revenons donc à des choses sérieuses, pour nous interroger sur le pari de l’ouvrage : alterner et enchevêtrer une théorisation de la communication et une théorisation des médias. De ce point de vue, la différence dont il a été question plus haut est avérée. Les problématisations ne sont pas immédiatement superposables, au point qu’on peut se demander si le choix de se situer sur deux plans, celui de la communication et celui des médias de masse, est le bon. Il en est ainsi, par exemple, de l’approche de l’espace public qui se réfère, d’un côté, à une tradition kantienne symbolisée et « déformée » par Habermas ainsi que par bien d’autres auteurs cités et, de l’autre, aux médias de masse, discutés selon un angle particulier : le refus d’une approche par les effets. C’est ce qu’annonce un sous-titre : « De Kant à la télévision de la réalité », dont le caractère provocant n’échappera à personne, mais l’intérêt de la liaison ainsi établie reste à démontrer.

5Du coup est discutable le reproche adressé à des pères fondateurs « Marx, Weber, Durkheim, … » d’avoir mal perçu le problème des médias et, par voie de conséquence, celui de la communication dans la modernité. On ne trouvera, chez eux, effectivement pas de concept de communication et pas grand-chose sur les médias de masse. Il reste alors à savoir s’il s’agit d’un problème de lucidité, de « myopie » dans leur vision de la modernité, comme le suggère Éric Maigret, ou bien si cet « oubli » n’est pas le fruit d’un postulat théorique, chaque fois singulier, et de son déploiement. On doit alors s’interroger, et on partagera l’hypothèse de l’auteur de cet ouvrage, sur la possibilité de réintroduire un concept de communication dans des théories qui ne l’ont pas prévu dès leur fondement. Mais, en admettant cela, on peut aussi se demander si les médias de masse sont communicationnellement centraux dans la vie sociale ? Ici, la réponse donnée à cette question est positive quoique critique, et il convient de laisser Éric Maigret l’exprimer et l’argumenter.

Haut de page

Bibliographie

LUHMANN, Niklas (2000), Reality of the Mass Media, London, Polity Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Chaskiel, « Éric MAIGRET, Sociologie de la communication et des médias », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 232-234.

Référence électronique

Patrick Chaskiel, « Éric MAIGRET, Sociologie de la communication et des médias », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 09 juin 2008, consulté le 20 août 2014. URL : http://communication.revues.org/795 ; DOI : 10.4000/communication.795

Haut de page

Auteur

Patrick Chaskiel

CTPS/LERASS, Université Paul Sabatier-Toulouse III, chaskiel@lerass.iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Éditions Nota bene
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org