Navigation – Plan du site
Lectures

Alex MUCCHIELLI et Claire NOY, Études des communications : approches constructivistes

Paris, Éditions Armand Colin, 2005
Daniel Peraya
p. 235-240
Référence(s) :

Alex MUCCHIELLI et Claire NOY (2005), Études des communications : approches constructivistes, Paris, Éditions Armand Colin

Texte intégral

1Mucchielli et Noy publient Études des communications : approches constructivistes, ouvrage qui s’inscrit dans la continuité de leur travail sur les processus de contextualisation. Il constitue en effet la suite annoncée de leur ouvrage de 2005 : Études des communications : approches par la contextualisation qui analysait, d’une part, les contextualisations « primaires » et, d’autre part, les processus de contextualisation communicationnelle, autrement dit ceux « qui participent à la construction communicationnelle de la situation et de sa problématique » (p. 5). Dans cette perspective, les auteurs annonçaient leur intention de développer les contextualisations scientifiques, c’est-à-dire « les façons dont les scientifiques d’un domaine peuvent construire les référentiels dans lesquels ils “font parler”, c’est-à-dire donnent du sens aux phénomènes qu’ils ont à analyser » (p. 5). Les sciences de la communication ne font pas exception : elles construisent leurs objets et leur donnent sens à partir de constructions discursives, à partir des contextes scientifiquement construits en fonction des besoins des recherches. Dans ces conditions, à quelles exigences ces dernières doivent-elles répondre pour produire des connaissances scientifiques ? Quelles méthodes, quels outils sont-ils les plus pertinents, les plus valides ? Telles sont les questions auxquelles les auteurs vont donner réponse dans cet ouvrage.

2En conséquence, celui-ci se présente comme un ouvrage méthodologique, mais aussi épistémologique. La présentation détaillée de sept méthodes constructivistes pour l’étude des communications permet aux auteurs de développer un positionnement épistémologique des méthodes en sciences humaines. Cette double perspective, épistémologique et méthodologique, constitue l’intérêt et la richesse de l’ouvrage qui conviendra donc parfaitement bien à des étudiants ou à des jeunes chercheurs au moment où ils devront se former à développer, dans leur travail de recherche, une méthodologie adaptée à une posture épistémologique constructiviste.

3L’ouvrage se compose de deux parties de volume inégal. La première, « Du constructionnisme naturel des acteurs sociaux à l’étude constructiviste des phénomènes », définit et oppose clairement le constructionnisme au constructivisme. Si le premier terme désigne une position, « un point de vue scientifique sur la forme générale des activités humaines, et donc sur la manière dont les hommes arrivent à percevoir le monde et à agir dans ce monde interprété par eux » (p. 11), le second renvoie, quant à lui, à « un positionnement épistémologique (un paradigme scientifique) » (p. 27). Autrement dit, le constructivisme scientifique énonce une certaine conception de la connaissance et définit les conditions scientifiques de sa production. Ce sont celles-ci qui seront développées et analysées plus finement dans le cadre des études de communication (chapitre 3).

4La deuxième partie, la principale, présente de façon systématique sept méthodes constructivistes utilisées dans le cadre des études de communication : méthode de la contextualisation actionniste (chapitre 4), méthode de la contextualisation situationnelle panoramique (chapitre 5), méthode de la contextualisation situationnelle dynamique (chapitre 6), méthode de la contextualisation par les communications concomitantes (chapitre 7), méthode de la contextualisation métaphorique iconique culturelle (chapitre 8), méthode de la contextualisation systémique des communications (chapitre 9), méthode de contextualisation par les champs de l’expérience et de l’inter-action (chapitre 10).

5Enfin, la conclusion générale interroge le statut de ces recherches qui se trouvent liées à l’action et à la pratique des acteurs et dont le « caractère instrumental », sorte de « fonctionnalisme pratique », les rapproche de la recherche-action. Tout le travail des auteurs vise précisément à s’affranchir de cette critique d’empirisme méthodologique, que les chercheurs en sciences de l’éducation connaissent par ailleurs fort bien, et à permettre la mise en œuvre de « programmes de recherche forts qui s’efforceront de prendre réellement pour objets les processus communicationnels et informationnels après les avoir construits, comme nous l’avons fait, les concepts-outils nécessaires pour les contextualisations menant aux analyses » (p. 221).

6Nous nous attarderons dans ce compte rendu plus longuement sur la présentation de la première partie de l’ouvrage. Les auteurs retracent, à partir de repères historiques significatifs, l’origine du constructionnisme : les premiers travaux d’éthologie et de psychologie animale de Von Uexkull, la théorie de la forme de Kölher, Kafka et Guillaume, les travaux de Piaget, ceux de Decroly et de Debesse sur les mentalité enfantines, les techniques projectives, la phénoménologie de Merleau Ponty, la psychopathologie phénoménologique de Jaspers, les travaux de Minkowski, l’antipsychiatrie et les travaux regroupés autour de Watzlawick, la psychosociologie et les écoles culturalistes (notamment M. Mead). Les auteurs montrent comment, depuis les années 1930, les avancées scientifiques ont progressivement mis en évidence l’existence de mondes privés construits sur les désirs et les motivations des individus mais aussi partagés par les collectivités auxquelles ils appartiennent. L’appropriation de la notion de monde privé dès les années 1950 permet une nouvelle avancée. Il s’agit alors de comprendre comment se constituent ces mondes privés et quels sont les processus qui mènent à la construction sociale de la réalité. Les courants plus récents des sciences humaines et sociales auxquels se réfèrent les auteurs sont la sociologie interprétative (Schutltz), la phénoménologie sociale (Berger et Luckmann), la cognition distribuée (Gibson) et la phénoménologie sociale clinique (Palo Alto).

7On l’aura compris dans ce paradigme, il n’existe aucune réalité objective pas plus que de vérité « en soi », au sens des courants positivistes. Les acteurs sociaux construisent la vision du monde dans lequel et avec lequel ils vivent et interagissent. En conséquence, il n’y a de vérité que perçue et analysée par des acteurs en situation : « elle est d’abord, “sens commun” pour un groupe, puis elle est ensuite une construction scientifique pour des chercheurs qui veulent en rendre compte » (p. 23).

8Quant au constructivisme scientifique, il se caractérise par un positionnement épistémologique, par une certaine conception de la connaissance et de ses conditions de production ou d’élaboration. Mucchielli et Noy proposent alors huit principes fondamentaux (ou « règles ») dont les quatre premiers seront dits faibles dans la mesure où ils sont partagés par d’autres courants scientifiques tandis que les quatre autres seront considérés comme forts, parce qu’ils paraissent spécifiques à ce positionnement et donc discriminants. Nous les citerons dans l’ordre sans les développer réellement, préférant renvoyer le lecteur directement à l’ouvrage.

9Le premier principe, celui de la construction de la connaissance, affirme qu’une connaissance n’est pas donnée mais construite. Le deuxième, celui de la connaissance inachevée, proclame que toute connaissance est inachevée et ne peut prétendre être parfaite. Le troisième, le principe de la convenance ou de la connaissance plausible, affirme que toute connaissance n’est pertinente que relativement à l’action : « elle convient si, dans une situation définie par un projet, elle apporte une solution appropriée » (p. 29). Le principe de la consonance et de la reliance, le dernier des principes faibles, est aussi appelé le principe téléologique faible. Il prône, afin de retrouver une cohérence au sein de la complexité du monde et ainsi de le comprendre, la recherche d’une consonance scientifique lorsque apparaissent des dissonances et la recherche « de relations constituant un ensemble fonctionnant dans sa totalité » (p. 30).

10Les principes forts sont les suivants. Le principe téléologique selon lequel les processus d’élaboration de la connaissance sont orientés vers les finalités de l’action : « L’acte cognitif tout entier a un caractère intentionnel et donc finalisé. La connaissance construite par cet acte est elle-même finalisée et elle dépend de la finalité qui a été à la base de son explication » (p. 31). Le principe de l’expérimentation de la connaissance : celle-ci est indissociable du vécu du sujet dans la mesure où elle est entièrement dépendante de l’activité expérimentée. Le principe de la connaissance par interaction à propos duquel les auteurs citent Piaget : « L’intelligence (et donc l’action de connaître) ne débute ni par la connaissance du moi ni par celle des choses comme telles, mais par celle de leur interaction ; c’est en s’orientant simultanément vers les deux pôles de cette interaction qu’elle organise le monde en s’organisant elle-même » (p. 34). Enfin, il y a le principe de la récursivité entre ce qui s’élabore et le processus d’élaboration lui-même : il y a donc interdépendance entre la connaissance construite et sa propre construction.

11C’est sur la base de ces quatre derniers principes forts que devra se construire toute démarche de recherche constructiviste pour l’étude des communications. Il faut à cette « approche de phénoménologie sociale et constructiviste » une finalité forte et ambitieuse, d’où la proposition de concilier les études de la communication avec les études de l’action dans la mesure où la communication doit, en référence à Habermas, « être considérée comme une variante de l’action et réciproquement » (p. 38). Ou encore : « Il s’agirait de faire une théorie des expressions humaines dont l’action, tout comme les formes de communication, seraient des concrétisations particulières » (p. 38).

12Dans cette perspective, le chercheur ne pourra partir sur des cadres théoriques rigides et pré-établis. Certes, il n’est pas sans cadres théoriques de référence, ni orientations épistémologiques préalables, mais il doit pouvoir les expliciter et ceci fait partie de sa démarche. Il convient donc que ses connaissances à priori soient, selon l’expression de Morin, des « macro-concepts », des « amalgames cohérents mais flous, des notions analogiques dans lesquelles le chercheur peut puiser pour trouver un point de départ à sa construction » (p. 39). On retrouvera ici de nombreuses recommandations proches de celles que connaissent bien les chercheurs en sciences de l’éducation, habitués aux recherches-actions : aller-retours entre l’objet en construction et le phénomène étudié, entre le terrain, les données et les instruments d’analyse, méthodologies qualitatives, compréhension d’un univers de significations et d’un phénomène en interaction avec d’autres plutôt que compréhension de l’objet isolé – oserions-nous une vision systémique ? –, cohérence du cadre proposé, etc.

13Le chercheur a bien évidemment besoin d’instruments, de « boîtes à outils » pour interpréter en compréhension les phénomènes de communication conçus comme des actions. C’est à la présentation de celles-ci qu’est consacrée la deuxième partie du livre. Nous ne détaillerons pas ces différentes méthodes. Elles sont présentées et décrites selon un canevas quasiment identique : une définition de la méthode, sa description, ses étapes et ses concepts-clés, un ou plusieurs exemples d’utilisation de la méthode, soit sous la forme d’une analyse de cas, soit directement intégrés à la présentation des concepts. Pourtant, les objectifs des recherches auxquelles chacune de ces méthodes tente de donner une réponse, son contexte d’utilisation ainsi que son champ d’application propre pourraient être plus détaillés. On se demande en effet parfois pourquoi le chercheur choisirait l’une de ces méthodes plutôt qu’une autre ou alors surtout, comment il pourrait les articuler dans une recherche particulière.

14La vision du constructionnisme et du constructivisme que proposent les auteurs nous paraît être assez radicale. Il en est d’autres comme celle que proposent Huberman et Miles (1991).

Nous pensons que les phénomènes sociaux existent non seulement dans les esprits mais aussi dans le monde réel et qu’on peut découvrir entre eux quelques relations légitimes et raisonnablement stables. Il est indubitable que ces phénomènes existent objectivement dans le monde en partie parce que les individus s’en font une représentation commune et reconnue de tous : ces perceptions sont donc cruciales lorsqu’il s’agit de comprendre pourquoi les comportements sociaux prennent telle ou telle forme. […] Notre conviction qu’il existe des régulations sociales, amène un corollaire : notre tâche consiste à les formuler aussi précisément que possible, en restant attentif à leur portée et à leur généralité, ainsi qu’aux contingences locales et historiques qui président à leur apparition (p. 31).

15Une telle conception, une sorte de « positivisme aménagé » diront les auteurs, implique d’autres approches méthodologiques et nuancent sans doute l’approche du constructivisme scientifique proposé par les auteurs. Sans vouloir prendre une position partisane pour telle ou telle posture épistémologique – ce n’est en effet pas l’objet de ce compte rendu –, on peut regretter que les auteurs de l’ouvrage ne situent pas leurs propres positions épistémologiques par rapport à d’autres : ce serait une autre façon de contribuer à plus de rigueur dans le domaine et d’« apporter des éléments aux différents débats épistémologiques, théoriques et méthodologiques qui font avancer la science en train de se faire » (p. 8).

16Cette façon trop péremptoire de présenter les choses qui pourrait passer pour un manque de décentration, se retrouve par exemple lorsque les auteurs affirment que, dans l’analyse des processus de contextualisation, le recours à la linguistique classique et aux sciences du langage paraît peu satisfaisant, car les modèles de ces disciplines présentent une trop grande distance par rapport au constructionnisme tel que le définissent les sciences humaines d’une part, parce que la pragmatique n’a pas pris suffisamment en compte les processus de contextualisation, d’autre part. L’interactionnisme sociodiscursif de Bronckart (1996) ou certains travaux récents d’orientation praxéologique constituent cependant des avancées importantes dont on ne pourrait sous-estimer l’importance dans ce domaine.

17Cela dit, l’ouvrage demeure passionnant comme tous ceux qui tentent d’articuler posture épistémologique et méthodologie de la recherche. L’approche très didactique des différentes méthodologies présentées fait de cet ouvrage une véritable introduction que nos étudiants pourront sûrement utiliser dans leurs recherches. Ils pourront également en débattre largement dans l’optique de se former aux questions épistémologiques au moment où de nombreuses recherches de nos domaines affichent de ce point de vue une faiblesse avérée.

Haut de page

Bibliographie

BRONCKART, J. P. (1996), Activité langagière, textes et discours. Pour un interactionnisme sociodiscursif, Berne, Peter Lang.

HUBERMAN, M., et M. MILES (1991), Analyse de données qualitatives. Recueil de nouvelles méthodes, Bruxelles, De Boeck.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Peraya, « Alex MUCCHIELLI et Claire NOY, Études des communications : approches constructivistes », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 235-240.

Référence électronique

Daniel Peraya, « Alex MUCCHIELLI et Claire NOY, Études des communications : approches constructivistes », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/797 ; DOI : 10.4000/communication.797

Haut de page

Auteur

Daniel Peraya

TECFA Technologies, Formation et Apprentissage, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation (FPSE), Université de Genève, Daniel.peraya@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org