Navigation – Plan du site
Lectures

Serge Proulx, Françoise Massit-Folléa et Bernard Conein (dir.), Internet, une utopie limitée. Nouvelles régulations, nouvelles solidarités

Québec, Presses de l’Université de Laval, 2005
Larbi Chouikha
p. 243-249
Référence(s) :

Serge PROULX, Françoise MASSIT-FOLLÉA et Bernard CONEIN (dir.) (2005), Internet, une utopie limitée. Nouvelles régulations, nouvelles solidarités, Québec, Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

1Avec l’extension d’Internet à toutes les catégories sociales et sa généralisation à tous les pays du monde, les questions se rapportant aux usages et aux pratiques, à sa relation au politique, à sa régulation internationale, aux logiciels libres, à la recherche d’un cadre normatif national approprié…, prennent de plus en plus de relief. Elles constituent autant de pistes de recherche en vue de cerner les formes de communication induites par cette technologie, et ses effets sur les rapports sociaux et sur l’individu. Il s’ensuit que ces thèmes et les problématiques qu’ils soulèvent interpellent les chercheurs de différentes disciplines et de différents horizons géographiques.

2Par la diversité des angles d’approche et leurs éclairages disciplinaires variés, les contributions publiées dans cet ouvrage ouvrent des perspectives de réflexions fécondes autour des pratiques et des usages en relations avec Internet. Dix-huit auteurs de diverses disciplines et issus de la même aire géographique francophone occidentale (France, Québec) ont signé, – soit comme co-auteur, soit individuellement – les 14 textes. Cet « ouvrage collectif est le fruit d’un travail de deux ans mené au sein du projet de recherche COREVI (Coopération en réseau via Internet), financé par la coopération franco-québécoise) » (p. 2).

3L’intérêt que suscite la lecture de cet ouvrage se cristallise autour de la problématique des usages telle qu’elle est posée dans le texte introductif. Celle-ci est traitée sous l’angle de la transdisciplinarité et le croisement de ces différentes approches : sciences de l’information et de la communication, sociologie des usages, sociologie cognitive, sciences politiques, sciences juridiques, psychosociologie, psychologie. Et en s’inscrivant dans la perspective des expériences d’usages, les auteurs prennent soin d’insister sur deux éléments caractéristiques, d’abord la pluralité des usages, ensuite leur dynamique.

Ces deux traits significatifs – diversité et dynamique des usages – interdisent de clore l’analyse d’une évolution en cours en ne s’appuyant que sur un diagnostic unique (p. 4).

4Autrement dit, « la pluralité des pratiques et des usages, interdit de voir l’expérience Internet à travers un prisme unique », et cette problématique globale construite en relation avec l’expérience d’Internet n’implique en rien que les auteurs acceptent les postulats de l’idéologie techniciste.

  • 1 Voir, à ce propos, le dossier « Terrain, expérimentation et sciences sociales (2) », dans Questions (...)

5Mais cette manière de voir – diversité et dynamique des usages – bute sur la difficile entreprise pour le chercheur d’appréhender cet univers sous toutes ses facettes et d’élaborer des méthodes à même de traduire – dans toute leur complexité – les expériences des usages et du social en général. Elle soulève ainsi autant de questions récurrentes portant sur la pertinence des données collectées, le choix d’un terrain d’observation, la représentativité des populations enquêtées et la portée – limitée ou globale – des conclusions de l’étude ainsi que le rapport entre le microsociologique et le macrosociologique1.

6La partie introductive de l’ouvrage balise le cadre de la recherche et précise le sens de la thématique générale ainsi que le choix des thèmes débattus. Elle présente le nouvel environnement normatif, lié à la diffusion d’Internet, comme étant « fait de lois, de contrats et d’usages » (p.2) et dans cette optique,

[…] le législateur n’est en effet qu’un des acteurs du nouvel environnement normatif. Les autres acteurs soit s’inscrivent dans le jeu du marché économique, soit agissent dans la société civile et, en particulier, au sein des mouvements sociaux qui la traversent (p. 2).

7L’ouvrage se découpe en trois parties qui traitent, successivement, de l’usage et de la politique sous le prisme des logiciels libres, des pratiques et des usages des internautes dans leur vie sociale, pour déboucher sur la régulation d’Internet et les conditions d’une « gouvernance démocratique » de celle-ci.

8La première partie, intitulée « Le logiciel, objet d’une politisation », recèle quatre contributions qui portent, chacune, selon un objet de recherche spécifique, sur les pratiques et les usages d’Internet par différentes catégories de publics. Ces études ont en commun de faire ressortir toutes les difficultés pour l’élaboration d’un

[…] éventuel cadre juridique et politique ayant pour finalité de réguler les décalages entre les systèmes de valeurs et les systèmes de normes qui se développement actuellement à travers les pratiques et les usages d’Internet (p. 2).

9Dans la première contribution ayant pour titre « La culture du hack en ligne : une rupture avec les normes de modernité », les auteurs partent du postulat que l’irruption des nouvelles technologies de communication dans les sociétés occidentales et les manifestations sociales qu’elles génèrent « font partie d’une même dynamique culturelle de transformation normative » (p. 15). Et cette dynamique apparaît sous les traits d’un phénomène social global que l’on peut considérer à la fois dans ses dimensions historique, économique, juridique, politique et esthétique. Pour illustrer leurs propos, ils se basent sur l’étude de la culture hack en ligne, pour montrer – sans parti pris déterministe –, soulignent-ils,

[…] qu’un même ensemble de phénomènes, techniques – l’art de la prouesse informatique, et le développement d’une nouvelle grammaire médiatique – et sociaux – l’émergence de nouvelles formes de collaboration et de revendication –, informent en profondeur le devenir des sociétés occidentales (p. 16).

10Ainsi, pour les auteurs, « la culture du hack en ligne, avec ses modalités de régulation pour les droits coutumiers, sa mythologie de la prouesse informatique et de la farce défiant l’autorité, ses marges illégales et son cœur idéaliste, est une culture de la singularité » (p. 29), et cette « possibilité d’exprimer sa singularité par l’apprentissage, la ruse et le talent ».

11En fait, cette figure du hacker et la culture qu’il véhicule renvoient aussi aux manifestations de la cyberdissidence telles qu’elles apparaissent dans certains espaces publics régentés par des États omnipotents et autoritaires où l’accès même à plusieurs sites se trouve bloqué. La raison étant que ces sites sont initiés et animés par des étudiants venant de ces pays qui résident en Occident et qui décident de mettre à profit leur savoir informatique pour créer des réseaux d’échanges via Internet totalement libres. Le but est de permettre à ceux de la diaspora et à ceux du pays d’accéder ainsi aux informations et aux opinions généralement censurées par les pouvoirs en place. Ces pouvoirs disposent certes de moyens techniques pour contrôler, surveiller, sanctionner et, surtout, bloquer ces sites, mais en réaction, ces jeunes « dissidents » recourent à des ruses et des talents ingénieux pour déjouer ces censures en tentant de briser le blocus informationnel dans leur pays (Gonzalez-Quijano, 2003-204).

12La deuxième et la troisième contributions intitulées « Le logiciel libre comme communauté de connaissance : normes épistémiques et normes sociales » et « Le sens du juste dans un noyau d’experts : Debian et le puritanisme civique », partent toutes deux de l’étude du logiciel libre d’une liste de diffusion nommé Debian, créé en août 1993 et qui est entièrement réalisé par des bénévoles qui coopèrent en réseau par Internet. Dans la première étude, les auteurs livrent leurs observations sur « la communauté des utilisateurs » du logiciel libre, alors que dans la seconde, l’auteur s’efforce d’apporter « un regard sociologique » sur ce projet collectif incarné par Debian. On apprend par ailleurs qu’en plus de sa représentation comme « modèle libertaire », ce logiciel est traversé par une tension entre une logique de service « qui vise avant tout à la fabrication d’un produit performant pour le consommateur » et une logique de citoyenneté « qui vise avant tout l’implication des utilisateurs dans un projet qui va transformer leur pratique » (p. 74). La dernière contribution de cette première partie s’intitule « Du logiciel libre comme laboratoire d’une éthique de la créativité et de la communication » et présente l’étude de cas d’un projet de logiciel libre en l’occurrence celui de la messagerie Gnus.

13Dans la deuxième partie, les auteurs s’interrogent sur ce qu’il convient d’entendre par « une culture numérique émergente » et sur les sens et les pratiques qui en découlent, et ce, à partir de quatre terrains d’observation. Dans le premier, qui s’intitule : « Les jeunes internautes avertis ou l’ordinaire des pratiques », les auteurs étudient les formes d’appropriation d’Internet par une population de jeunes internautes. L’originalité de leur approche porte sur le fait qu’elle croise les thématiques de la culture juvénile et de la culture de l’écran. Ils constatent « qu’Internet n’est plus un signe de distinction sociale mais un média domestique ordinaire, à l’instar de la télévision ou du téléphone ». Le deuxième terrain est celui des « pratiques innovatrices de collaboration par Internet : le cybermentorat ». Il s’agit d’une relation interpersonnelle de soutien, d’échanges et d’apprentissage (scolaire, social, professionnel) menée à travers les technologies de communication, principalement le courrier électronique et le site Web.

14La troisième contribution traite de « l’appropriation d’Internet par les étudiants universitaires : quels sens pour de nouvelles pratiques ? ». Celle-ci rend compte d’une enquête qualitative sur les modalités d’intégration d’Internet par des étudiants universitaires, à travers la méthodologie de la construction du sens.

15Une réflexion portant sur « les méthodes coopératives du libre appliquées à la gestion de projets : l’exemple des télévisions de proximité » constitue la quatrième contribution de cette partie. En partant du logiciel libre en général, l’auteur s’applique à montrer que le contenu libre « se retrouve tout d’abord dans les associations », et pour corroborer ses propos, il choisit comme terrain d’observation les télévisions de proximité, qui sont, dit-il, « l’un des types de télévisions associatives qui se développe actuellement ». L’observation des pratiques du clavardage au Québec clôt cette partie. Dans la contribution intitulée « La normalisation des pratiques du chat : l’émergence d’un cadre normatif d’usage de l’Internet Relay Chat », l’auteur centre son étude sur un réseau IRC, Undernet, fondé en décembre 1992, et qui demeure l’un des réseaux les plus fréquentés par les internautes québécois. La conclusion à laquelle il aboutit est édifiante :

[…] jusqu’ici, l’IRC, classique constituait l’un des derniers « laboratoires » d’Internet, échappant à la logique commerciale et parfois à toute forme de législation externe… Toutefois, l’évolution récente d’Undernet tend à illustrer un renversement : c’est au tour d’IRC « libres » d’imiter les dispositifs commerciaux en restreignant progressivement les possibilités d’utilisation créatives (p. 220).

16La troisième et dernière partie de l’ouvrage, « Les conditions d’une gouvernance démocratique d’Internet », aborde la question de la régulation nationale et internationale d’Internet, à travers cinq contributions. L’auteur de la première contribution, « Quelle régulation pour l’audiovisuel en ligne ? Le cas des web-radios en France », conclut qu’« Internet ne peut être considéré et régulé comme le sont les médias audiovisuels classiques – ou alors ce n’est plus Internet ». La deuxième contribution aborde « la réglementation des médias traditionnels sur Internet : la loi canadienne sur le droit d’auteur » à partir de références juridiques multiples et variées. La troisième contribution porte sur « la réglementation de la publicité en ligne et la protection des mineurs : un nouveau défi », en se basant aussi bien sur des exemples canadiens que sur ceux de quelques pays occidentaux. L’auteur insiste sur la complexité de mise sur pied de cadres réglementaires appropriés et efficaces, et propose en échange la promotion de systèmes d’autorégulation, par l’éducation-médias, la sensibilisation des parents et des pédagogues. La quatrième contribution, « L’ICANN : une conception collaborative, une mise en œuvre controversée », relance le débat sur le pouvoir unilatéral dont dispose cette société étatsunienne de droit privé, liée au département du Commerce américain, dans l’attribution et la gestion des noms de domaines d’Internet ou des systèmes d’adressage qui permettent de localiser n’importe quel ordinateur en se référant à son adresse d’accès à Internet. La dernière contribution porte sur « la régulation des communications à l’ère numérique ». L’auteur s’interroge d’abord sur le sens des mots comme régulation, réglementation, gouvernance des communications, et ce, dans ce nouveau « paradigme de l’abondance » induit par Internet. Dans son sillage, la régulation d’Internet « a donné lieu à différents modes d’interaction et d’articulation des intérêts des acteurs en place », que l’auteur classe en quatre types : la régulation communautaire, la régulation marchande, la régulation hiérarchique ou étatique et la régulation associative. En guise de conclusion, l’auteur affirme que « la possibilité d’une régulation démocratique d’Internet découle non seulement d’un accord » sur le sens qu’il convient de donner à la démocratie et aux différents droits qui y sont rattachés, « mais également sur l’établissement d’une hiérarchie entre les différents droits qu’un individu peut légitimement revendiquer dans une démocratie » (p. 330).

17De cette somme de connaissances et de réflexions à propos d’Internet, une question surgit : faut-il nourrir autant d’optimisme sur l’avènement d’une « cyberdémocratie »à l’échelle planétaire ? (Levy, 2002). À cette question, les auteurs sont plus mesurés. Ils opposent une « utopie raisonnée » qui « combine l’effectivité d’un changement politique, organisationnel et économique avec une appropriation effective des moyens techniques de production » (p.9). Autrement dit, l’information personnelle devient au contact d’Internet une ressource sociale et « son usage dépend de la façon dont les acteurs construisent la situation ; c’est ce qui en fera ou non une réelle opportunité ». En conséquence, l’utopie raisonnée est « limitée, au sens où les gens ne visent pas des changements globaux mais des changements de portée immédiate » (p. 9). Cette conclusion peut aussi se décliner en une invite à la modestie à l’adresse des chercheurs qui mènent des investigations sur des problématiques impliquant l’observation des usages et des pratiques. En effet, le nombre encore limité des études empiriques à propos des nouveaux usages induits par Internet, les difficultés de tirer des conclusions globales à partir de quelques cas d’études isolés mais aussi celles de saisir toute la complexité des expériences d’usages et de circonscrire la pluralité des registres d’actions auxquels recourent les internautes, sont autant de facteurs qui plaident en faveur de « diagnostics limités ».

Haut de page

Bibliographie

GONZALEZ-QUIJANO, Yves (dir.) (2003-2004), « L’Internet arabe », Monde Arabe-Maghreb-Machrek, Documentation française, no 178.

LÉVY, Pierre (2002), Cyberdémocratie, Paris, Éditions Odile Jacob.

Haut de page

Notes

1 Voir, à ce propos, le dossier « Terrain, expérimentation et sciences sociales (2) », dans Questions de communication, no 8, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha, « Serge Proulx, Françoise Massit-Folléa et Bernard Conein (dir.), Internet, une utopie limitée. Nouvelles régulations, nouvelles solidarités », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 243-249.

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Serge Proulx, Françoise Massit-Folléa et Bernard Conein (dir.), Internet, une utopie limitée. Nouvelles régulations, nouvelles solidarités », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/802 ; DOI : 10.4000/communication.802

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Professeur en communication, Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI), Tunis, larch3000@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org