Navigation – Plan du site
Lectures

Gina STOICIU, Comment comprendre l’actualité. Communication et mise en scène

Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006
Eric Champagne
p. 250-253
Référence(s) :

Gina STOICIU (2006), Comment comprendre l’actualité. Communication et mise en scène, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1L’auteure se livre à de fines analyses visant à cerner et à mettre en contexte la dimension symbolique de la communication. Selon elle, selon une analogie théâtrale,

[…] la transition entre les différentes réalités et les différentes scènes de la vie sociale ressemble à un rideau qui se lève et tombe ; quand le rideau se lève, le spectateur est transporté dans un autre monde, qui n’est pas nécessairement le même que celui de la vie quotidienne ; quand le rideau tombe, le spectateur revient à la réalité de la vie de tous les jours (p. 1).

2Une réalité traversée par trois instances discursives complémentaires : un stock commun de connaissances (sens commun, pensée profane, esprit du temps), des propositions spécialisées (opinions et pensées dominantes, représentations sociales), puis un corps spécialisé de connaissances (pensée et propositions savantes). De ces trois « réservoirs de sens » émane une panoplie d’interprétations possibles du vécu. Tout au long de son ouvrage, Stoiciu explore diverses scènes sur lesquelles ces prétentions au sens tiennent les premiers rôles. Mais avant de lever le rideau, elle aura soin de présenter chacun des personnages.

3Ainsi, la première partie est consacrée à la définition des trois « registres de la connaissance » aux sources de la reconstruction individuelle et sociale de la réalité. D’abord, le sens tire son attribut « commun » du fait qu’il se réfère à une communauté qui se le partage, puis à un caractère banal, mais tout de même efficace sur le plan pragmatique. Les propositions spécialisées, quant à elles, sont « des images mentales collectives, des stéréotypes et des préjugés tenaces, fixés par répétition » (p. 13). Elles portent donc une dimension idéologique, qui agit sur les normes et les comportements des individus. Finalement, la pensée savante se déploie en théories et concepts, suivant une logique propre et se rattachant à des traditions établies ou en cours d’établissement. Pour Stoiciu, loin de les opposer, il s’agit de mettre au jour l’articulation intrinsèque des trois champs de connaissance. Car,

[…] lorsqu’on parle de la reconstruction du réel, la question n’est plus de savoir qui a raison et qui parle au plus près du réel, mais comment on reconstruit un événement dans les différents registres de la connaissance (p. 20).

4La position épistémologique a l’avantage d’être claire ; les analyses qui forment la chair de l’ouvrage s’inscrivent dans une optique constructiviste, sous un angle relevant de la sociologie de la connaissance. Rideau : place au théâtre !

5En premier lieu, la pensée savante. Un chapitre est consacré aux interprétations ébauchées comme suite aux « événements du 11 septembre ». Après avoir fait état de discours nés du sens commun (où l’incrédulité voisine la panique et la pure terreur) et d’opinions dominantes (où l’on voit les événements intégrés au combat manichéen entre le Bien et le Mal, discours repris ad nauseam par les politiciens et la culture populaire), l’auteure dresse un éventail de lectures savantes, allant de Fukuyama à Chomsky, en passant par Girard et Saïd, sans oublier l’incontournable Huntington. La grande variabilité de positions, toutes intéressantes, s’avèrent incomplètes lorsque prises une par une. Plutôt que de nager dans un relativisme qui mènerait ultimement à l’indifférence, Stoiciu insiste sur le caractère heuristique de son inventaire.

La diversité des reconstructions savantes proposées est significative, parce qu’elles sont toute et chacune susceptibles de révéler d’abord des vérités sur l’événement en question et, ensuite, les procédés dont elles sont l’aboutissement (p. 24).

6Se situant dans cette optique, les deux chapitres suivants traiteront de théories sur l’origine de la « folie meurtrière » de Hitler, puis des concepts gravitant autour de la notion d’intégration.

7L’auteure aborde ensuite le colloque universitaire d’un point de vue rituel. À ce titre,

[…] pour qu’il y ait rituel, il faut une réunion de personnes dans un contexte social particulier, réglée par un dispositif de nature spectaculaire qui se caractérise par son formalisme et un ensemble de pratiques normatives qui ont une forte valeur symbolique pour les acteurs et les spectateurs (p. 101).

8Or, le colloque, vu ici comme une mise en scène du savoir, se prête bien à la tripartition opérée par Van Gennep et approfondie par Victor Turner. On peut en effet percevoir (1) l’avant-colloque, pendant lequel ses organisateurs en définissent les thèmes, invitent les chercheurs, qui de leur côté rédigent leur communication et soignent leurs atours ; (2) le colloque proprement dit, qui donne lieu au rite de la présentation et des questions au cours desquelles se font, se confirment et se défont des réputations ; et (3) l’après-colloque, où la communauté universitaire se réunit autour d’un pot, forte de nouvelles idées et de sa persistance au-delà des batailles de clocher.

9En deuxième lieu, la scène médiatique. Un chapitre fort intéressant relate la chute du communisme en Roumanie et le rôle que les médias journalistiques ont pu y jouer. L’événement-clé de la révolution roumaine est la découverte d’un charnier à Timisoara. On a tout d’abord annoncé avoir trouvé 4 630 corps dans le charnier et quelque 60 000 morts, blessés et disparus à l’échelle du pays. Or, le dernier bilan déposé six mois plus tard faisait état de 1 033 morts et de 2 198 blessés sur le plan national. Sans rien enlever à la dimension tragique de l’événement, Stoiciu pose l’hypothèse d’une effervescence mythologique, expliquée par « […] une collision inhabituelle entre deux systèmes médiatiques de type différent, dont l’un était régi par la concurrence et le scoop et l’autre, sous l’emprise de la rumeur populaire » (p. 132).

10Mais dans les deux cas, la teneur des images et du langage trahissait une volonté de construire un état d’urgence : il faut se sortir du communisme, coûte que coûte. Les deux chapitres suivants renforcent cette idée d’une construction symbolique des événements médiatiques, par l’analyse, entre autres, de la mise en forme d’une rhétorique guerrière au Kosovo.

  • 1  Cette publicité avait été commandée par la brasserie canadienne Molson.

11Place à l’imaginaire national. Dans un chapitre consacré aux modes alimentaires québécois, l’auteure explore le pluralisme national et ses surprenantes conséquences sur les aliments du terroir. Là où les cuisines exotiques ont la cote auprès des gourmets, là où les restaurants fêtent les mets étrangers et les fusions plus ou moins heureuses, elle constate que « c’est la cuisine traditionnelle qui semble avoir le plus de difficulté à se forger une place autre que folklorique dans l’imaginaire de la table au Québec » (p. 183). Ce texte, qui prend appui sur les habitudes de table québécoises, s’inscrit très bien dans la réflexion actuelle à propos de la définition d’une identité nationale mixte, tout comme le suivant, qui prend pour objet la publicité I… Am… Canadian1 en tant que symbole d’un sentiment national.

12Finalement, les derniers chapitres font revivre deux légendes médiatiques contemporaines : la princesse Diana et le joueur de hockey Maurice Richard. Plus précisément, l’analyse porte sur leur mythification et sur les cérémonies ayant entouré leurs funérailles, au cours desquelles, comme lors d’un rite de passage, les gens y ayant pris part se sont fondus dans une masse homogène, une communitas, pour reprendre le terme de Victor Turner. Lady Di était la « princesse d’un peuple », et à cet effet, le peuple l’a auréolée de son amour, un amour alimenté par le voyeurisme médiatique. Comme le rappelle l’auteur, «  […] la mort de plus de 10 000 personnes est une statistique, celle d’une centaine de personnes est une catastrophe. Par contre, la mort d’une ou deux personnes est une tragédie, parce qu’elle prend alors un nom et un visage, elle évoque un destin individuel » (p. 209).

13Lady Di et Maurice Richard, chacun à sa manière, ont vu leur personne et leur parcours s’enduire d’un vernis symbolique ; leur histoire individuelle est devenue celle de tout un peuple, qui s’est vu dans le miroir qu’on leur avait tendu.

14En conclusion, cet ouvrage est porté par l’idée que la communication, qu’elle s’établisse au sein d’un colloque fermé, d’un repas au restaurant ou à l’écoute des actualités, est empreinte d’une symbolique propre, construite et reconstruite au fil de son parcours par des individus cherchant à se faire une place sur la scène de leur propre vie. Par ses références fouillées à une multitude d’événements et leur analyse selon divers niveaux de connaissance – sens commun, opinions dominantes et pensée savante –, Gina Stoiciu démontre dans son écriture même la portée heuristique de sa pensée.

Haut de page

Notes

1  Cette publicité avait été commandée par la brasserie canadienne Molson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Champagne, « Gina STOICIU, Comment comprendre l’actualité. Communication et mise en scène », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 250-253.

Référence électronique

Eric Champagne, « Gina STOICIU, Comment comprendre l’actualité. Communication et mise en scène », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/807 ; DOI : 10.4000/communication.807

Haut de page

Auteur

Eric Champagne

Doctorant au Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal, Eric.champagne@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org