Navigation – Plan du site
Recherches

La discussion éditoriale

Gilles Gauthier
p. 151-173

Texte intégral

Ceux qui aiment la discussion se foutent à raisonner comme un pot de chambre sous le cul d’un malade.

Émile Pouget

1Les éditorialistes des grands quotidiens sont très certainement parmi les principaux animateurs de l’espace public. En commentant et en prenant position sur l’actualité, ils contribuent au débat sur les enjeux sociaux. Je veux ici examiner cet apport : voir comment, au moins sous certains aspects, les éditorialistes discutent des événements. Plus particulièrement, je m’intéresse à l’argumentation éditoriale. Les éditorialistes argumentent-ils ? Et si oui, comme on le présume tout naturellement, comment argumentent-ils ? À quels modes de démonstration, au sens le plus banal du terme, ont-ils surtout recours ? Comment développent-ils et expriment-ils leur jugement sur l’actualité ?

  • 1  Le projet de loi fut déposé à l’Assemblée nationale le 11 novembre 2003. Avec le projet de loi 30, (...)
  • 2  Le titre « Dynamiter les silos » est métaphorique et signifie l’élimination radicale des lourdeurs (...)
  • 3  Breton consacre aussi un second texte, « De l’espoir », le 11 décembre, aux conséquences selon ell (...)

2Je mènerai cette enquête au sujet des éditoriaux publiés sur un sujet d’actualité bien circonscrit : le projet de loi 25 débattu à l’Assemblée nationale du Québec à l’automne 2003. Ce projet de loi, présenté et défendu par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Philippe Couillard, remplaçait les régies régionales de la santé par des agences de développement de réseaux locaux chargés de fusionner les centres hospitaliers (CH), les centres locaux de services communautaires (CLSC) et les Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD)1. J’analyserai trois éditoriaux qui ont pris position sur le projet de loi 25. Ces éditoriaux sont respectivement ceux de Jean-Robert Sansfaçon, intitulé « Pourquoi ? », du quotidien Le Devoir ; de Katia Gagnon, « Dynamiter les silos2 », de La Presse ; et de Brigitte Breton, « L’heure du traitement3 », du Soleil. Les deux premiers ont été publiés le 12 novembre ; le troisième, le lendemain. L’intérêt principal de ces textes est qu’ils expriment des positions nettes et divergentes. Breton apporte un total appui au projet de loi 25 ; Gagnon se montre plus réservée tout en se disant d’accord avec l’objectif du ministre Couillard ; quant à Sansfaçon, il affiche un profond désaccord.

L’analyse argumentative

3Je procéderai à la mise au jour de l’argumentation de ces trois éditoriaux à l’aide d’un cadre d’analyse dont certains éléments sont déjà connus (Gauthier, 2002 et 2005b). Les définitions de l’argument et de l’opinion sont opératoires en ce qu’elles permettent d’en repérer les occurrences dans un discours ou un texte. Chaque fois qu’y est formulée une proposition appuyée sur une justification s’y trouve un argument ; quand y est isolée une proposition démunie de justification, y est localisée une opinion.

4Le repérage des arguments et des opinions ouvre la voie à la mise au jour de l’argumentation d’un discours ou d’un texte donné. Les arguments et les opinions ne sont pas des électrons libres. Normalement, ils sont partie prenante à une structure d’ensemble. C’est cet assemblage qui constitue l’argumentation du discours ou du texte. L’argumentation résulte des différentes relations qu’entretiennent les arguments et les opinions. Ils peuvent être liés les uns aux autres et également être imbriqués les uns dans les autres suivant différents modes de liaison et d’interpénétration. L’argumentation d’un discours ou d’un texte consiste très souvent en une structure hiérarchique à plusieurs niveaux : les arguments et opinions se combinent sur différents paliers s’appuyant les uns aux autres. Il est possible de schématiser cette charpente argumentative en recourant à la définition des deux unités argumentatives.

5Muni de ces éléments conceptuels, je procéderai à l’analyse argumentative des éditoriaux de Jean-Robert Sansfaçon, Katia Gagnon et Brigitte Breton sur le projet de loi 25. J’isolerai d’abord les arguments qu’ils comportent pour ensuite établir leur argumentation.

Sansfaçon : contre le projet de loi 25

6Même s’il ne l’écrit pas en toutes lettres, l’éditorialiste du Devoirse montre critique à l’égard du projet de loi 25. Il est très clair à la lecture qu’il est tout à fait contre son adoption. À la toute fin de son texte, il écrit : « Voilà une réforme qui sort de nulle part et qui pourrait ne conduire nulle part ! » Les deux éléments de cette conclusion peuvent être considérés comme autant de constituants d’une seule et même proposition ou encore comme deux propositions complémentaires. À la lumière des justifications alléguées tout au long du texte de Sansfaçon, c’est suivant cette seconde interprétation qu’ils seront traités. Sansfaçon exprime donc deux propositions de premier niveau :

  • P-1 : [La réforme sort de nulle part]

  • P-2 : [La réforme pourrait ne conduire nulle part]

7L’éditorialiste Sansfaçon fournit un certain nombre de raisons. Les deux propositions sont donc appuyées sur des justifications et forment avec elles des arguments. La justification de P-1 allègue que le projet de loi 25 « [en remettant] les hôpitaux au centre de l’organisation des soins, [en] fera à nouveau […] la porte d’entrée privilégiée » du système de santé. Sansfaçon développe cette justification en évoquant différents aspects du contexte, passé et présent, de la réforme. Il rappelle d’abord que « depuis une dizaine d’années, tous les efforts de transformation du réseau [visaient à] faire des hôpitaux des centres spécialisés au service des cliniques de première ligne, privées ou publiques (CLSC) ». Il lui apparaît que la réforme du ministre Couillard prend la direction opposée en imposant la fusion des hôpitaux aux CLSC et aux CHSLD plutôt que d’assurer « le parachèvement des services de première ligne » que ces derniers constituent. En quelque sorte, de l’avis de Sansfaçon, le projet de loi 25 n’a pas de raison d’être du fait que, « [renversant] la vapeur », il tend à rétablir « la pyramide des soins » en donnant le rôle essentiel aux hôpitaux. Dans sa forme canonique, l’argument auquel donne lieu P-1 et cette justification peuvent ainsi être exposés.

S-Arg-1
Proposition-1 (P-1)
[La réforme sort de nulle part]
________________________________
Justification-1 (J-1)
[Parce qu’en remettant les hôpitaux au centre du système de santé, elle en refera la porte d’entrée]

8La seconde proposition (P-2) repose également sur une justification. Selon Sansfaçon, la réforme pourrait ne conduire nulle part parce qu’« on ne voit pas comment [elle] éliminera les problèmes les plus aigus du système que sont l’engorgement des urgences, l’accès à un médecin de famille pour chaque citoyen et l’attente excessive en chirurgie ». L’argument qui s’en dégage est le suivant.

S-Arg-2
Proposition-2 (P-2)
[La réforme pourrait ne conduire nulle part]
________________________________
Justification-2 (J-2)
[Parce qu’on ne voit pas comment elle éliminera les problèmes les plus aigus du système de santé : …]

9Les arguments S-Arg-1 et S-Arg-2 sont de premier niveau, c’est-à-dire les arguments principaux de l’éditorial qui comporte aussi des arguments d’autres niveaux. En fait, S-Arg-1 et S-Arg-2 trônent au sommet d’une hiérarchie argumentative fortement tissée. Examinons d’abord cette organisation de S-Arg-1. Il se trouve que J-1, présentée à l’appui de P-1, est aussi une proposition. Dire qu’à la faveur de la loi 25, les hôpitaux seront remis au centre du système de santé et, ce faisant, en redeviendront la porte d’entrée, c’est en effet formuler une évaluation tout autant que d’avancer que la réforme sort de nulle part. L’affirmation a ainsi un double statut : d’une part, elle est justification de P-1 et, d’autre part, une nouvelle proposition.

  • P-3 : [La réforme remettra les hôpitaux au centre du système de santé et en refera ainsi la porte d’entrée]

10Sansfaçon ne laisse pas cette proposition isolée. Il en propose même deux justifications complémentaires. À ses yeux, si la réforme va avoir l’effet mentionné en P-3, c’est que « ce sont les autorités hospitalières qui dicteront les priorités sur leur territoire » et qu’on peut « imaginer qu’en les fusionnant aux CLSC, rien ne sera jamais aussi important que les besoins de l’hôpital ». P-3 ne résulte pas en une simple opinion mais devient partie prenante à un nouvel argument :

S-Arg-3
Proposition-3 (P-3)
[La réforme remettra les hôpitaux au centre du système de santé et en refera ainsi la porte d’entrée]
________________________________
Justification-3a (J-3a)
[Parce que ce sont les autorités hospitalières qui dicteront les priorités sur leur territoire]
Justification-3b (J-3b)
[Parce qu’en les fusionnant aux CLSC, rien ne sera jamais aussi important que les besoins de l’hôpital]

11Comme J-1, les justifications J-3a et J-3b ont un double statut : elles sont aussi des propositions. Quand l’éditorialiste constate que, dans l’éventualité d’une fusion avec les CLSC, ce sont les autorités hospitalières qui dicteront les priorités et qu’on peut imaginer que rien ne sera aussi important que les besoins des hôpitaux, il ne fait que mettre de l’avant ces possibilités. Elles sont des appréciations relatives aux conséquences de l’adoption de la loi 25. Ces propositions sont :

  • P-4 : [Ce sont les autorités hospitalières qui dicteront les priorités sur leur territoire]

  • P-5 : [On peut imaginer qu’en les fusionnant aux CLSC, rien ne sera jamais aussi important que les besoins de l’hôpital]

12Ces deux propositions, comme avant elles P-3, sont appuyées sur une justification. Ainsi que lui-même le précise, si Sansfaçon avance que ce sont les hôpitaux qui détermineront les priorités, c’est « à cause de leur poids au sein des futurs établissements fusionnés ». De même, pour imaginer que rien ne sera jamais aussi important que les besoins de l’hôpital dans le cas d’une fusion avec les CLSC, « il suffit de se rappeler l’époque où les hôpitaux accaparaient la presque totalité des budgets de la santé ». P-4 et P-5 sont ainsi partie prenante à des arguments.

S-Arg-4
Proposition-4 (P-4)
[Ce sont les autorités hospitalières qui dicteront les priorités sur leur territoire]
________________________________
Justification-4 (J-4)
[À cause de leur poids au sein des futurs établissements fusionnés]
S-Arg-5
Proposition-5 (P-5)
[Pour imaginer qu’en les fusionnant aux CLSC, rien ne sera jamais aussi important que les besoins de l’hôpital (sic)]
________________________________
Justification-5 (J-5)
[Il suffit de se rappeler l’époque où les hôpitaux accaparaient la presque totalité des budgets de la santé]

13Les justifications de ces deux arguments ne sont pas, par ailleurs, des propositions. La première se veut une simple observation ; la seconde se présente explicitement comme un rappel. Le processus d’itération liant, en les imbriquant les unes dans les autres, les propositions de premier, de deuxième et de troisième niveaux à partir de P-1 se trouve ainsi rompu.

14On retrouve ce même phénomène d’imbrication dans S-Arg-2. Sa justification, J-2, est aussi une proposition. Quand Sansfaçon prétend qu’on ne voit pas comment la loi 25 éliminera les principaux problèmes du système de santé, il propose une estimation de son résultat.

  • P-6 : [On ne voit pas comment la réforme éliminera les problèmes les plus aigus du système de santé : …]

15Contrairement aux propositions secondaires P-3, P-4 et P-5, aucune justification n’est offerte à l’appui de la proposition P-6. L’éditorialiste ne fournit aucun motif ou raison fondant son scepticisme sur les effets de la loi 25. Par conséquent, P-6 ne participe pas à un argument mais se cristallise en une opinion :

S-Op-1
Proposition-6 (P-6)
[On ne voit pas comment (la réforme) éliminera les problèmes les plus aigus du système de santé : …]
________________________________
Justification :
[ Ø ]

16L’ensemble argumentatif constitutif de l’éditorial de Sansfaçon peut être représenté de deux façons selon qu’on le considère d’un point de vue soit macroscopique, c’est-à-dire en fonction des cinq arguments et de l’opinion qui en font partie, soit microscopique, c’est-à-dire eu égard aux propositions et justifications du texte. Le schéma 1 adopte la première perspective et le schéma 2, la seconde.

Schéma 1. L’argumentation (les arguments) de l’éditorial « Pourquoi ? » de Jean-Robert Sansfaçon, Le Devoir, 12 novembre 2003

Arg-1

Arg-2

____

____

Arg-3

Op-1

____

Arg-4

Arg-5

Schéma 2. L’argumentation (les propositions et justifications) de l’éditorial « Pourquoi ? » de Jean-Robert Sansfaçon, Le Devoir, 12 novembre 2003

P-1

P-2

____

___

J-1

=

P-3

J-2

= P-6

____

___

J-3a = P-4

Ø

___

J-4

J-3b = P-5

___

J-5

17Les deux schémas permettent de saisir, en un seul coup d’œil, l’ossature, aux trois niveaux interreliés, de l’argumentation de Sansfaçon et d’en proposer une représentation synthétique. En collant de plus près à son propos, on peut énoncer comme suit l’essentiel de son argumentation.

18D’une part, Sansfaçon prétend que la réforme du ministre Couillard ne sort de nulle part parce qu’elle refait des hôpitaux la porte d’entrée du système de santé du double fait qu’en raison de leur poids, ce seront les autorités hospitalières qui dicteront leurs priorités et qu’il suffit de se rappeler l’époque où ils accaparaient la presque totalité des budgets de la santé pour imaginer qu’en les fusionnant aux CLSC, rien ne sera aussi important que les besoins des hôpitaux. D’autre part, Sansfaçon soutient que la réforme pourrait ne conduire nulle part parce qu’on ne voit pas comment elle éliminera les problèmes les plus aigus du système de santé.

19Ce condensé adopte l’ordre logique d’exposition de l’argument. Du strict point de vue formel, ne serait-ce que parce qu’il est possible qu’il n’y ait pas argument mais seulement opinion, il apparaît en effet plus approprié d’exposer en premier lieu une proposition avant de formuler la ou les justifications sur lesquelles, le cas échéant, elle est appuyée. Mais, l’expression de l’argument peut tout à fait s’écarter de cet ordre « logique ». Un locuteur a tout le loisir d’exposer d’abord les fondements de sa proposition. Sansfaçon se prévaut systématiquement de cette marge de manœuvre. Quel qu’en soit le niveau, il développe tous ses arguments en commençant par en établir la ou les justifications pour après coup avancer leur proposition. C’est particulièrement éclatant pour ses arguments de premier niveau dont les propositions, P-1 et P-2, sont exprimées dans les énoncés qui closent son texte.

20Sansfaçon ne suit pas l’enchaînement des arguments des schémas 1 et 2. En fait, la chronologie de son texte prend à rebours cette succession : elle introduit d’abord les arguments des niveaux inférieurs, en commençant par le plus bas, pour « remonter » ensuite vers ceux du premier niveau. Autrement dit, la démonstration effective de l’éditorial de Sansfaçon va du secondaire au principal. Cela s’explique sans doute par une considération purement pragmatique : en regard de la finalité persuasive de l’argumentation, il opte pour un mouvement en crescendo dont le point d’orgue est constitué de sa position fondamentale sur le projet de loi 25. N’empêche que « derrière » ou « sous » son mode d’expression, l’argumentation de Sansfaçon s’organise suivant la structuration reproduite par les schémas 1 et 2. Cette armature sous-jacente, qui donne sa cohésion formelle à l’argumentation, est reconstruite par l’analyse.

21Pour conclure l’examen de l’éditorial de Sansfaçon, je voudrais faire une dernière observation relative à la nature des arguments. Il se trouve qu’ils sont tous, plus précisément, des raisonnements. Les quatre premiers sont des déductions et le cinquième est une analogie. Cette dernière ne pose pas de problème de définition : elle opère sur la comparaison. Dans les termes me servant à caractériser l’argument, je définis le raisonnement analogique comme un argument dont la justification comporte un élément de comparaison et la proposition, un élément comparé (Gauthier, 2005f). Ainsi (Gauthier, 2004, 2005c et 2006), le raisonnement déductif se caractérise par le fait qu’au moins une de ses justifications comporte un élément de généralisation, c’est-à-dire une affirmation énonçant une loi, une norme, un principe, une régularité, une constance ou quelque autre aspect universel, alors que c’est dans la conclusion d’un raisonnement inductif qu’est présent un tel élément de généralisation. La déduction est fréquemment exprimée sous la forme d’un enthymème : en laissant inexprimé l’un de ses constituants. Le plus souvent, c’est la justification exprimant un élément de généralisation qui est ainsi escamotée. C’est précisément le cas des arguments S-Arg-1, S-Arg-2, S-Arg-3 et S-Arg-4 de l’éditorial de Sansfaçon. Pour chacun d’eux, on ne peut saisir le lien entre la justification et la proposition, toutes deux explicites, qu’en reconnaissant une seconde justification passée sous silence qui exprime un élément de généralisation. Seule la prise en compte de cette seconde justification implicite permet de passer de la justification formulée à la proposition. Considérons le seul exemple de S-Arg-1. Son exposition pleine et entière suivant la forme canonique est la suivante : 

  • 4  Les parenthèses servent ici à indiquer que la justification n’est pas explicitement formulée. Pour (...)

S-Arg-1
Proposition-1 :
[La réforme ne sort de nulle part]
________________________________
Justification-1 :
[Parce qu’en replaçant les hôpitaux au centre du système de santé, elle en refera la porte d’entrée]
Justification-1a :
[(Quand une réforme en replaçant les hôpitaux au centre du système de santé en refait la porte d’entrée, elle ne sort de nulle part)]4

22Au vue de cette explicitation, il devient clair que S-Arg-1 est une déduction. L’une de ses prémisses, même si elle reste tacite, comporte un élément de généralisation. Il en va de même pour les arguments S-Arg-2, S-Arg-3 et S-Arg-4 qui, pour être parfaitement rendus, devraient être exposés comme vient de l’être S-Arg-1.

23Quant à S-Arg-5, il est très clairement un raisonnement analogique. Pour avancer que rien ne sera aussi important que les besoins de l’hôpital, sa proposition compare la situation créée par leur fusion aux CLSC à l’époque où les hôpitaux accaparaient la presque totalité des budgets de la santé.

Gagnon : des réserves sur le projet de loi 25

24Katia Gagnon adopte une attitude ambiguë au sujet du projet de loi 25. Elle le critique assez vertement sans cependant s’y opposer frontalement. En fait, l’éditorialiste de La Presse adopte un point de vue arc-bouté sur la distinction entre la fin et les moyens : elle exprime son accord avec les intentions du ministre Couillard tout en faisant état de « réserves » très nettes quant à la manière qu’il choisit pour les réaliser. Elle fait preuve d’une telle ambivalence que le lecteur n’est pas à même de déterminer si, placée dans l’obligation de réellement prendre parti, elle serait pour ou contre le projet de loi 25.

25Les deux propositions générales mises de l’avant par Gagnon sont celles exprimant son appréciation divergente du fond et de la forme de l’initiative du ministre Couillard et du projet de loi 25.

[…] le ministre Couillard veut dynamiter les silos qui paralysent depuis toujours le fonctionnement du système de la santé. Le but est non seulement louable, mais essentiel. Cependant, on peut se demander pourquoi il fallait initier un grand chambardement de structures pour rencontrer un objectif qui aurait pu être atteint autrement, et peut-être de façon plus efficace.

26Les propositions qu’elle exprime sont :

  • P-1 : [Le but du ministre Couillard de dynamiter les silos est non seulement louable mais essentiel]

  • P-2 : [Il ne fallait pas initier un grand chambardement de structures pour rencontrer cet objectif]

27Chacune de ses propositions repose sur une justification faisant l’objet d’une spécification quand elles sont introduites. Ce pourquoi, de l’avis de Gagnon, le but de dynamiter les silos est louable et essentiel, car ils paralysent le fonctionnement du réseau de santé. De même, si elle considère qu’un grand chambardement n’était pas nécessaire, c’est que le même résultat aurait pu être obtenu d’une autre manière. Les deux propositions donnent ainsi lieu à autant d’arguments :

G-Arg-1
Proposition-1 :
[Le but du ministre Couillard de dynamiter les silos est louable et essentiel]
________________________________
Justification-1:
[Parce qu’ils paralysent le fonctionnement du réseau de la santé]
G-Arg-2
Proposition-2 :
[Pour atteindre ce but, il ne fallait pas initier un grand chambardement de structures]
________________________________
Justification-2 :
[Parce que cet objectif aurait pu être atteint autrement]

  • 5  À l’occasion de cette mise en contexte, Gagnon met de l’avant deux autres propositions. L’une stip (...)

28Gagnon reprend ce deuxième argument en l’appliquant à la situation particulière de Montréal. Le nouvel argument qui en résulte est en quelque sorte une reformulation plus précise de G-Arg-2 sur un objet plus défini. Gagnon l’introduit à la suite d’une mise en contexte. Elle pose que les nouvelles agences créées par la loi 25 ne seront que des clones des régies régionales existantes et que leur unique mandat sera la création de réseaux locaux de services. Or, fait-elle observer, de tels réseaux ou « mini-réseaux » existent déjà dans certaines régions mais pas à Montréal5. Gagnon soutient que des « réseaux intégrés » auraient pu être créés dans la métropole sans tout chambarder, mais « […] en donnant un mandat clair à la Régie régionale de Montréal, assortie [sic] d’incitatifs financiers et/ou de pénalités ». Elle se trouve, en évoquant cette possibilité, à fournir une raison de l’inutilité du bouleversement de structures qu’elle met en cause une deuxième fois en regard de la situation particulière prévalant à Montréal. L’argument qu’elle avance est le suivant : 

G-Arg-3
Proposition-3 :
[Il ne fallait pas tout chambarder]
________________________________
Justification-3 :
[Parce que des réseaux intégrés auraient pu être créés en donnant un mandat clair à la Régie régionale de Montréal, assorti d’incitatifs financiers et/ou de pénalités]

29Les justifications apparentées de G-Arg-2 et G-Arg-3 ont par ailleurs également statut de propositions. En effet, prétendre que l’objectif de dynamiter les silos aurait pu être atteint autrement que par un chambardement de structures et qu’il aurait suffi de donner un mandat clair à la Régie régionale de Montréal pour y créer des réseaux, c’est formuler deux estimations :

  • P-4 : [L’objectif de dynamiter les silos aurait pu être atteint autrement]

  • P-5 : [Des réseaux intégrés auraient pu être créés en donnant un mandat clair à la régie régionale de Montréal, assorti d’incitatifs financiers et/ou de pénalités]

30Ces deux propositions ne reposent sur aucune justification. Gagnon ne leur donne aucun fondement : elle ne fournit aucune raison, ni même aucune indication, sur laquelle reposent les possibilités de rechange qu’elle allègue. Par conséquent, P-4 et P-5 constituent non pas des arguments mais des opinions.

G-Op-1
Proposition-4 :
[L’objectif de dynamiter les silos aurait pu être atteint autrement]
________________________________
Justification :
[ Ø ]
G-Op-2
Proposition-5 :
[Des réseaux intégrés auraient pu être créés en donnant un mandat clair à la régie régionale de Montréal, assorti d’incitatifs financiers et/ou de pénalités]
________________________________
Justification :
[ Ø ]

31Ces deux opinions sont de deuxième niveau par rapport aux arguments G-Arg-2 et G-Arg-3 auxquels elles s’entremêlent.

32La structure argumentative résultant de cet emboîtement peut être rendue par les deux schémas suivants.

Schéma 3. L’argumentation (les arguments) de l’éditorial « Dynamiter les silos » de Katia Gagnon, la presse, 12 novembre 2003

Arg-1

<

Arg-2

Arg-3

____

____

Op-1

Op-2

Schéma 4. L’argumentation (les propositions et justifications) de l’éditorial « Dynamiter les silos » de Katia Gagnon, La Presse, 12 novembre 2003

P-1

<

P-2

P-3

____

____

____

J-1

J-2

=

P-4

J-3

=

P-5

____

____

Ø

Ø

33Il est possible, en regard des deux schémas, de condenser l’argumentation de Gagnon sur le projet de loi 25 de la manière suivante :

34D’accord avec l’objectif du ministre Couillard, elle considère qu’il aurait pu être atteint autrement qu’en chambardant de structures. En particulier, elle est d’avis que des réseaux auraient pu être formés à Montréal simplement en en donnant le mandat à la Régie régionale.

35Contrairement à l’éditorial de Sansfaçon, celui de Gagnon adopte un mode d’expression qui suit tout à fait l’ordre d’exposition des deux schémas. Non seulement les arguments G-Arg-1, G-Arg-2 et G-Arg-3 sont-ils présentés suivant la séquence logique mais chacun est également développé en établissant d’abord la proposition et en la faisant suivre de la justification. Au total, l’argumentation de l’éditorial de Gagnon est absolument « linéaire ». À l’opposé de celui de Sansfaçon, son déroulement passe du niveau le plus élevé au niveau inférieur et chacune de ses propositions constitutives se voit, le cas échéant, immédiatement accolée une justification. L’argumentation de Gagnon, toujours par contraste avec celle de Sansfaçon, relève d’une stratégie de persuasion « pédagogique » où l’ordre de la démonstration se veut rationnelle.

36Les trois arguments avancés par Gagnon sont des raisonnements ; plus précisément, ce sont des déductions exprimées par enthymèmes.

Breton : pour le projet de loi 25

37Brigitte Breton fait connaître sa position sur la réforme du ministre Couillard en réaction à celles de Sansfaçon et de Gagnon. Une part importante de son éditorial, publié le lendemain, consiste à réagir aux arguments développés par ses homologues. Cela explique sans doute que son argumentation soit plus éclatée.

38Breton énonce sa position d’ensemble dans le dernier paragraphe : 

Cela fait plus de 25 ans que les acteurs du milieu et les spécialistes disent que l’abolition du fonctionnement en silos est un des remèdes aux maux de la santé. On ne va pas reculer le jour où le docteur Couillard décide de procéder au traitement.

39Bien qu’elle s’exprime avec force métaphores, il est très clair que Breton est tout à fait favorable au projet de loi 25. La proposition de premier niveau qu’elle exprime est la suivante :

  • P-1 : [Il faut procéder à l’abolition du fonctionnement en silos]

40Breton fonde cette appréciation sur deux raisons qui spécifient sur des plans différents un même fondement. Au plus haut niveau de généralité, le fonctionnement en silos devrait être aboli, parce que le « système de santé ne s’en portera que mieux ». Plus précisément, la réforme du ministre Couillard aura pour résultat bénéfique que « le malade et ses proches n’aient plus “à frapper à différentes portes pour savoir qui peut offrir tel service et à quel moment” ». Dans sa forme canonique, l’argument de Breton est celui-ci : 

B-Arg-1
Proposition-1 :
[Il faut procéder à l’abolition du fonctionnement en silos]
________________________________
Justification-1 :
[Parce qu’elle améliorera le système de santé en faisant en sorte que ses bénéficiaires s’y orientent aisément]

41Cet argument est analogue à l’argument G-Arg-1 de Gagnon dans lequel elle louait l’intention du ministre de dynamiter les silos. Comme nous le verrons plus loin, Breton émet également une opinion au sujet de l’objectif de la réforme Couillard.

42B-Arg-1 est le seul argument de premier niveau de l’éditorial de Breton. Contrairement à Sansfaçon et à Gagnon, son argumentation principale n’est donc pas duale. L’autre caractéristique saillante de l’argumentation, contrairement à celle des deux autres éditorialistes, c’est qu’elle n’est pas intégrée dans une structure hiérarchique unifiante. De fait, le reste de son argumentation consiste en une série d’arguments et d’opinions ponctuels par lesquels elle se positionne par rapport à Sansfaçon et à Gagnon.

43Sans le poser en toutes lettres, la proposition P-5 de l’argument S-Arg-5 de Sansfaçon implique une marginalisation du rôle des CLSC. En effet, prétendre que la fusion prévue par le projet de loi 25 aura pour conséquence que prédomineront les besoins de l’hôpital revient à alléguer que l’importance des autres organismes du système de santé diminuera. En appelant à ranger ce qu’elle qualifie d’« épouvantails », Breton oppose à P-5 de S-Arg-5 cette autre proposition :

  • P-2 : [Les CLSC ne disparaîtront pas et les centres d’hébergement ne deviendront pas davantage des mouroirs parce que le ministre de la Santé veut qu’ils fusionnent avec les hôpitaux]

44Breton exprime ainsi une estimation parfaitement antinomique à celle de Sansfaçon mais contrairement à lui, qui invoquait à l’appui de sa proposition un rappel de l’époque antérieure où les hôpitaux accaparaient le gros des budgets de la santé, Breton ne fournit aucune justification à sa proposition. Celle-ci donne ainsi lieu à une opinion :

B-Op-1
Proposition-2 :
[Les CLSC ne disparaîtront pas et les centres d’hébergement ne deviendront pas davantage des mouroirs parce que le ministre de la Santé veut qu’ils fusionnent avec les hôpitaux]
________________________________
Justification :
[ Ø ]

45Breton émet une seconde opinion en réagissant à la proposition P-6 de l’opinion S-Op-1 de Sansfaçon stipulant qu’il n’est pas possible de voir comment la réforme du ministre Couillard éliminera les problèmes les plus aigus du système de santé. Tout en lui donnant raison – « Non, les modifications de structures ne régleront pas les problèmes de financement et de pénurie de médecins et d’infirmières » –, Breton fait remarquer que l’objectif visé par le projet de loi 25, qui est plutôt d’éviter que les bénéficiaires ne s’égarent dans les méandres du système, n’est pas négligeable. Voici la proposition plus précise qu’elle formule à ce propos :

  • P-3 : [Le but recherché, que les Québécois ne se perdent plus dans les dédales de l’hôpital, du CLSC et du CHSLD, est loin d’être une catastrophe]

46Cette estimation n’est pas fondée puisque Breton n’en fournit aucune justification. C’est donc une opinion :

B-Op-2
Proposition-3 :
[Le but recherché, que les Québécois ne se perdent plus dans les dédales de l’hôpital, du CLSC et du CHSLD, est loin d’être une catastrophe]
________________________________
Justification :
[ Ø ]

47Si Breton rejoint tout à fait Gagnon sur le bien-fondé de la réforme du ministre Couillard, à savoir la nécessité d’abolir les silos, elle diverge par contre d’opinion quant à l’appréciation de la manière adoptée par le ministre pour atteindre ce but. Dans G-Arg-2 et G-Arg-3, Gagnon avance qu’il ne fallait pas opérer un changement de structures pour atteindre l’objectif visé par la réforme parce qu’il aurait pu être atteint autrement, nommément en octroyant un mandat clair à la Régie régionale de Montréal. Breton, d’abord, s’inscrit en faux contre le premier argument. Elle considère qu’un changement de structures est requis : 

Certains diront que le ministre n’a pas à imposer l’intégration par des fusions. Nous ne partageons pas ce point de vue. […] Les structures doivent être claires.

48La proposition qu’elle se trouve ainsi à défendre est :

  • P-4 : [Le ministre a à imposer la modification structurelle des fusions]

49Breton justifie cette obligation par le fait que la bonne volonté ne peut suffire à assurer la qualité des soins et le partage des tâches au sein du système de santé. Elle présente donc un argument.

B-Arg-2
Proposition-4 :
[Le ministre a à imposer la modification structurelle des fusions]
________________________________
Justification-4 :
[Parce que l’organisation des soins et le partage des tâches sur un territoire ne peuvent reposer uniquement sur la bonne volonté des gens en place]

50En un second temps, Breton traite de la situation particulière de Montréal, qui rappelle celle de Québec. Selon Gagnon, la solution se trouvait moins dans le chambardement structurel prévu par le projet de loi 25 que dans l’émission d’un mandat particulier. Tout en reconnaissant que ces deux grands centres urbains posent un problème difficile, Breton considère qu’un mode d’organisation plus adapté à leurs besoins peut être trouvé. Elle met alors de l’avant la proposition suivante :

  • P-5 : [Il est possible de trouver une formule qui corresponde mieux à la réalité de Montréal et de Québec]

51Breton appuie cette proposition sur le fait que la réforme du ministre Couillard ne prescrit pas une manière standardisée de faire et exclut les centres hospitaliers universitaires. P-5 devient ainsi partie prenante à un argument :

B-Arg-3
Proposition-5 :
[Il est possible de trouver une formule qui corresponde mieux à la réalité de Montréal et de Québec]
________________________________
Justification-5 :
[Parce que le ministre Couillard n’a pas fait l’erreur d’imposer un modèle unique et d’inclure les centres hospitaliers universitaires]

52Finalement, Breton rétorque à la justification de l’argument S-Arg-3 de Sansfaçon selon lequel la réforme fera des hôpitaux la porte d’entrée du système de santé puisque ce sont les autorités hospitalières qui dicteront leurs priorités. Breton réagit en soutenant que c’est déjà le cas dans certaines régions et que la faute en incombe non pas aux hôpitaux mais aux CLSC qui n’ont pas exercé la fonction qui leur revenait. La proposition qu’elle formule alors est : 

  • P-6 : [Si c’est déjà le cas que les hôpitaux sont la porte d’entrée du réseau dans bien des endroits au Québec, ce n’est pas parce que l’hôpital a monopolisé tous les budgets et tout le personnel, mais bien parce que le CLSC n’a pas pris la place qu’il devait]

53Cette proposition reste sans justification et constitue de la sorte une opinion :

S-Op-3
Proposition-6 :
[Si c’est déjà le cas que les hôpitaux sont la porte d’entrée du réseau dans bien des endroits au Québec, ce n’est pas parce que l’hôpital a monopolisé tous les budgets et tout le personnel, mais bien parce que le CLSC n’a pas pris la place qu’il devait]
________________________________
Justification :
[ Ø ]

54Puisque les arguments et les opinions présents dans l’éditorial de Breton sont structurellement indépendants les uns des autres, il convient de les dissocier dans la représentation schématique qu’on peut leur donner. L’argumentation développée par Breton peut ainsi être exposée d’un point de vue macroscopique dans le schéma 5 et d’un point de vue microscopique dans le schéma 6.

Schéma 5. L’argumentation (les arguments) de l’éditorial « L’heure du traitement » de Brigitte Breton, Le Soleil, 13 novembre 2003

Arg-1

Op-1

Op-2

Arg-2

Arg-3

Op-3

Schéma 6. L’argumentation (les propositions et justifications) de l’éditorial « L’heure du traitement » de Brigitte Breton, Le Soleil, 13 novembre 2003

P-1

____

J-1

P-2

P-3

P-4

P-5

P-6

____

____

____

____

____

Ø

Ø

J-4

J-5

Ø

55Les arguments de Breton ne s’interpénètrent pas et ne sont pas en lien les uns avec les autres. Ils ne sont pas organisés suivant un fil directeur. Les schémas 5 et 6 suivent donc l’ordre chronologique de leur formulation sans prétendre rendre compte de la structure logique de son argumentation. Une telle structure logique n’existe tout simplement pas. Breton aurait pu présenter ses arguments suivant quelque autre disposition sans que son argumentation en soit pour l’essentiel modifiée. Par ailleurs, deux des trois arguments qu’elle développe ne suivent pas l’ordre logique d’exposition des constituants de l’argument : leur justification est posée avant que leur proposition soit avancée.

56Le condensé qu’il est possible de faire de l’argumentation de Breton est le suivant : 

57Considérant que son objectif, louable, est l’amélioration des services de santé offerts aux Québécois, elle donne un appui sans réserve au projet de loi 25. À ses yeux, cet objectif requiert un changement structurel qui, bien qu’il continue de faire des hôpitaux la porte d’entrée du système de santé, n’entraînera pas la disparition des CLSC et des CHSLD. Breton considère également qu’une formule particulière peut être trouvée pour les grands centres urbains.

58Les trois arguments de Breton sont des raisonnements déductifs exprimés sous forme d’enthymèmes.

Conclusion

59Une analyse comme celle qui précède et sa schématisation afférente servent à repérer les arguments et à cerner l’argumentation d’un discours ou d’un texte. Elles permettent également de mettre en évidence certains traits des arguments ou certaines dimensions de l’argumentation.

  • 6  Je me propose ici de débroussailler une caractérisation de la rigueur journalistique apparentée à (...)

60En guise de conclusion, je voudrais rapidement montrer comment elles peuvent introduire à un examen de la validité de l’argumentation6. Les schémas de l’argumentation de Sansfaçon, de Gagnon et de Breton révèlent les assises fondamentales des trois éditoriaux et, par là, permettent de mesurer la justesse de leur développement argumentatif.

61Les schémas 1 et 2 mettent clairement en lumière que les arguments S-Arg-1, S-Arg-3, S-Arg-4 et S-Arg-5 de Sansfaçon reposent, en dernière instance, sur les deux justifications J-4 et J-5. La première est le fondement direct de S-Arg-4 ; la seconde, le fondement direct de S-Arg-5. C’est sur ces deux arguments que repose S-Arg-3, lui-même support de S-Arg-1. Tout l’échafaudage de ce groupe d’arguments dépend donc, en définitive, de J-4 et J-5. Or, celles-ci sont ou plutôt portent sur des constats dont l’exactitude est affirmée mais pas établie en toute certitude. La première justification stipule que les hôpitaux auront un poids plus important que celui des CLSC au sein des établissements fusionnés et l’autre rappelle qu’à une certaine époque les hôpitaux accaparaient la presque totalité des budgets de la santé. Il s’agit là de deux allégations dans la mesure où elles ne font l’objet d’aucune démonstration dans l’éditorial de Sansfaçon. Leur vérité est posée à priori et il demande à son lecteur de l’admettre sans discussion. Dans la combinatoire argumentative de Sansfaçon, J-4 et J-5 jouent le rôle d’axiomes. La validité de S-Arg-1, S-Arg-3, S-Arg-4 et S-Arg-5 dépend des évidences qu’elles constituent.

62La validité des trois premiers arguments, exprimés sous la forme d’un enthymème, dépend également de l’exactitude de leur justification implicite comportant un élément de généralisation. Pour ne reprendre que le seul exemple de S-Arg-1, sa valeur dépend de la vérité de J-1a : le bien-fondé de la proposition que la réforme du ministre Couillard sort de nulle part est lié à l’affirmation générale muette spécifiant qu’une réforme ne sort de nulle part puisque, en replaçant les hôpitaux au centre du système de santé, ils en deviennent la porte d’entrée.

63De son côté, l’argument S-Arg-2 de Sansfaçon repose sur une justification, J-2, qui est par ailleurs une opinion puisque la proposition qu’elle constitue, P-6, ne s’appuie sur aucune justification. S-Arg-2 est ainsi sans fondement véritable car, par transitivité, sans aucune justification à son niveau plancher.

64De la même manière, l’argumentation de Gagnon peut être appréciée en regard des schémas 3 et 4. G-Arg-1 a pour justification J-1, l’affirmation que les silos paralysent le fonctionnement du réseau de la santé. Cette justification est posée comme un constat axiomatique : sa véracité est tenue pour acquise sans aucune forme de démonstration. Quant à G-Arg-2 et G-Arg-3, ils dépendent d’une opinion. Leurs justifications, respectivement J-2 (que l’objectif visé par le ministre Couillard aurait pu être atteint autrement) et J-3 (que des réseaux intégrés auraient pu être créés en donnant un mandat clair à la Régie régionale de Montréal), sont par ailleurs les propositions P-4 et P-5 sans qu’aucune justification ne vienne les appuyer.

65Finalement, comme G-Arg-1, G-Arg-2 et G-Arg-3 sont des enthymèmes, leur validité est également tributaire de la justesse de leur justification implicite exprimant un élément de généralisation.

66La validité des arguments de Breton peut être estimée en fonction de considérations déjà développées relativement à celles de l’argumentation de Sansfaçon et de Gagnon. B-Arg-1, B-Arg-2 et B-Arg-3 ont pour justification J-1, J-4 et J-5. Ces justifications – que l’abolition des silos améliorera le système de santé en faisant en sorte que ses bénéficiaires s’y orientent aisément, que l’organisation des soins et le partage des tâches sur un territoire ne peuvent reposer uniquement sur la bonne volonté des gens en place et que le ministre Couillard n’a pas fait l’erreur d’imposer un modèle unique et d’inclure les centres hospitaliers universitaires – sont toutes trois posées à la façon d’axiomes. Elles ne font l’objet d’aucune démonstration.

67Par ailleurs, puisqu’ils sont plus précisément des enthymèmes, B-Arg-1, B-Arg-2 et B-Arg-3 recèlent une seconde justification qui demeure implicite. Leur validité est également assujettie au bien-fondé de cette autre justification.

Haut de page

Bibliographie

GAUTHIER, Gilles (2002), « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in Communications Sciences, 2(2), p. 21-46.

GAUTHIER, Gilles (2004), « L’argumentation autour de l’élection présidentielle française de 2002 dans la presse québécoise : l’application d’une approche analytique de l’argumentation », dans Philippe MAAREK (dir.), La communication politique française après le tournant de 2002, Paris, L’Harmattan, p. 187-201.

GAUTHIER, Gilles (2005), « La rigueur éditoriale : les cas de Bernard Descôteaux du Devoir et d’André Pratte de La Presse », Les Cahiers du journalisme, 14, p. 252-269.

GAUTHIER, Gilles (2005a), « Argumentation et opinion dans la prise de position éditoriale », dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 131-155.

GAUTHIER, Gilles (2005b), « La prise de position éditoriale dans la presse québécoise », Communication, 25(1), p. 112-133.

GAUTHIER, Gilles (2005c), « Une caractérisation opératoire du raisonnement à l’épreuve d’un corpus d’éditoriaux », Mots. Les langages du politique, 78, p. 93-103.

GAUTHIER, Gilles (2006), « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe, 9(1), p. 257-274.

GAUTHIER, Gilles (2007), Editorial Argumentation in the American Press. A Look at theNew York Times andWashington Post, http://www.com.ulaval.ca/personnel/professeurs/gilles_gauthier/Editorial_Argumentation.pdf

Haut de page

Notes

1  Le projet de loi fut déposé à l’Assemblée nationale le 11 novembre 2003. Avec le projet de loi 30, modifiant les unités d’accréditation ainsi que le régime de négociation des conventions collectives dans les établissements du secteur de la santé et des affaires sociales, il fut présenté comme la réforme en matière d’organisation des soins de santé au Québec du nouveau gouvernement libéral du premier ministre Jean Charest. Le projet de loi 30 fut adopté par l’Assemblée nationale le 16 décembre ; le projet de loi 25, le lendemain, le 17 décembre.

2  Le titre « Dynamiter les silos » est métaphorique et signifie l’élimination radicale des lourdeurs du système de santé. En fait, une partie seulement de l’éditorial de Gagnon porte sur le projet de loi 25, l’autre étant consacrée au projet de loi 30. Par ailleurs, Gagnon signe, le 14 novembre, un second éditorial, « Appel à la raison », portant sur l’attitude que devraient adopter les intervenants à la réforme.

3  Breton consacre aussi un second texte, « De l’espoir », le 11 décembre, aux conséquences selon elle positives du projet de loi 25 sur les services offerts en santé mentale.

4  Les parenthèses servent ici à indiquer que la justification n’est pas explicitement formulée. Pour en rendre parfaitement compte, il faudrait exposer de la même manière les arguments S-Arg-2, S-Arg-3 et S-Arg-4.

5  À l’occasion de cette mise en contexte, Gagnon met de l’avant deux autres propositions. L’une stipule que la problématique montréalaise est plus complexe que celle des régions ; l’autre que des réseaux doivent être créés à Montréal. La première proposition concourt à un argument puisqu’un certain nombre de raisons sont données pour justifier son évaluation de la problématique montréalaise : « Les malades arrivent de toute la région, et même de l’extérieur. Les gens déménagent souvent. La problématique sociale est plus lourde, l’arrimage avec les hôpitaux universitaires est difficile. » La seconde proposition n’est pas de la sorte fondée ; elle donne donc lieu à une opinion. Cet argument et cette opinion ne seront pas examinés parce qu’ils restent tout à fait subsidiaires par rapport à l’argumentation centrale de Gagnon sur le projet de loi 25.

6  Je me propose ici de débroussailler une caractérisation de la rigueur journalistique apparentée à la validité argumentative que j’ai annoncée ailleurs (Gauthier, 2005d).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Gauthier, « La discussion éditoriale », Communication, Vol. 26/2 | 2008, 151-173.

Référence électronique

Gilles Gauthier, « La discussion éditoriale », Communication [En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/856 ; DOI : 10.4000/communication.856

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication de l’Université Laval à Québec. Courriel : Gilles.Gauthier@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org