Navigation – Plan du site
Recherches

Présenter un titre de presse

Quels champs pour l’établissement d’une fiche signalétique des journaux ?
Laurence Mundschau
p. 212-228

Texte intégral

1L’analyse d’un ou de plusieurs titres de presse nécessite la collecte et l’organisation d’informations sur ce média. Qu’elle débouche ou non sur une publication, cette collecte passe par la réalisation plus ou moins aboutie d’une fiche de présentation de ces données. Mais quelle fiche ? Il existe presque autant de modèles que d’auteurs, issues d’ouvrages scientifiques (historiens de la presse), de catalogues des professionnels des médias (associations de journalistes, éditeurs de journaux, annonceurs…) ou de la conservation (conservateurs, archivistes) ; elles sont à perspective tantôt synchronique, tantôt diachronique ; elles travaillant sur des journaux anciens, contemporains, vivants ou morts… Bref, elles sont aussi variées que les objectifs poursuivis par des auteurs aux spécialités diverses.

2Il nous a donc semblé intéressant de dépasser la question du choix (tel modèle plutôt que tel autre) et de proposer une réflexion sur le contenu, le nombre et l’organisation des champs d’information à intégrer dans la fiche de présentation d’un titre de presse. Pour réaliser ce projet, nous avons essayé de balayer le large panel d’intérêts et de spécialités (voir les références bibliographiques). Nous avons ensuite répertorié l’ensemble des entrées que les auteurs proposaient, ainsi que les justifications à l’introduction et à l’organisation de ces champs. Cela nous a permis d’évaluer la pertinence de chacun des items et d’établir à notre tour un modèle de document signalétique dont nous commentons ci-dessous la structure et les intitulés, précédés de la publication d’un tableau récapitulatif.

Un titre, trois entrées

3Le modèle que nous proposons est structuré en trois parties. La première fournit les renseignements « externes », c’est-à-dire ceux que l’on peut se procurer à la seule lecture du journal. C’est ce que Jacques Kayser appelle « l’état civil » du journal, ou sa description en tant que « contenant ».

4La deuxième partie fournit les informations « internes », c’est-à-dire les données « qui, en général, n’apparaissent pas à la lecture des journaux et qui, par conséquent, doivent être cherchées dans d’autres sources » (Plumet, 1985 : 28) propres à la discipline (travaux et sources diverses comme les annuaires et périodiques professionnels, les numéros anniversaires, les livres commémoratifs, les albums jubilaires, les archives des associations de journalistes…). Nous avons décomposé ces données en trois sous-catégories : histoire, socio-économie (tout ce qui est en « amont » du titre) et contenu (par opposition au contenant évoqué plus haut).

5La troisième partie est « méta- » par rapport aux deux premières : elle fournit aux chercheurs les informations destinées à faciliter l’utilisation de la fiche et l’approfondissement des données qu’elle contient.

Tableau 1. La fiche

A. Données externes : « état civil » du journal, visible à l’œil nu

B. données « internes » : histoire, socio-économie et contenu du journal, après analyse des sources et travaux

C. données méta : à destination du chercheur

1. Titre

2. Sous-titre

3. Périodicité

4. Éditions

a) temporellement

b) géographiquement

5. Adresse(s)

6. Supplément

7. Présentation

8. Langue(s)

9. Prix

1. Histoire

a) premier/dernier numéro

b) histoire

2. Socio-économie

a) chiffres (tirage, diffusion payante, audience)

b) hommes (fondateur, groupe, actionnariat, société éditrice, rédaction, imprimerie, régie publicitaire…).

3. Contenu

1. Numéro de référence de la fiche

2. Collections

3. Bibliographie

4. Zone de travail

5. Index

Première entrée : l’état civil du média

Le titre

6Quelle est l’origine des titres de journaux ?

Elle est très rarement indiquée par un article de présentation dans le premier numéro. Le plus souvent, aucune explication n’est donnée. Or, déterminer les raisons du choix peut fournir d’intéressantes indications, non seulement sur les intentions des fondateurs, mais encore sur la disposition des esprits au moment du lancement du journal (Kayser, 1963).

7Quoi qu’il en soit, le titre fait partie intégrante de la définition des journaux et périodiques que publie l’UNESCO (1985), en charge d’une uniformisation mondiale des définitions en la matière. Le principe de base qui régit l’établissement d’une fiche est donc le suivant : une fiche par titre ; à chaque titre sa fiche.

8Ce principe est cependant considérablement mis à mal par diverses exceptions vis-à-vis desquelles les auteurs consultés se divisent quant à l’établissement de la fiche.

Il arrive que certains journaux produisent, outre deux ou trois tirages quotidiens, de dix à quinze éditions régionales, sous-régionales, locales ou même saisonnières, elles-mêmes soumises à divers avatars possibles de scission ou de fusion, selon l’audience qu’elles rencontrent. Le bibliothécaire de presse se trouve donc, de plus en plus, mis devant de délicats problèmes d’identification et de choix d’ouverture et de fermeture de séries puisqu’il lui faut à la fois garder une certaine continuité cohérente et une certaine structure des séries parallèles d’un même journal, rendre compte, bibliothéconomiquement de leurs mutations, et éviter à tout prix l’éparpillement logique ou chronologique de celles-ci (Brucher, 1990).

  • 1  Notamment lorsqu’il s’agira de traiter la localisation géographique du média (cf. rubriques « édit (...)

9Pour trancher, la réflexion doit évidemment tenir compte de l’objectif de recherche — est-il historique, économique, centré sur le contenu du média… ? Mais il faut d’ores et déjà savoir que toute décision prise à propos du champ « titre » aura des répercussions sur d’autres entrées de la fiche1.

Les éditions régionales

10Que faire par rapport aux éditions régionales d’un même titre (ex. Vers l’Avenir Brabant wallon, Vers l’Avenir Namur…) ? Faut-il créer une nouvelle fiche pour chaque édition, considérant qu’il s’agit là d’entités indépendantes, dont l’équipe rédactionnelle, les locaux et le public diffèrent au même titre que le contenu des pages locales ? C’est la règle suivie par la Bibliothèque royale de Belgique.

11On peut également, à contrario, simplifier les répertoires et calquer la fiche sur le modèle économique de l’entreprise décrite, considérant qu’il y a une et une seule entité avec différentes filiales.

12On peut enfin, comme le préconise Yves Guillauma, transiger en proposant de créer une fiche unique si les titres possèdent un radical commun (ex. une seule fiche pour toutes les éditions de Ouest France) et des fiches différentes lorsque les titres diffèrent, au nom d’une filiation historique et économique à décrire.

Les changements de titre dus aux phénomènes de concentration

13À l’occasion d’un changement de propriétaire, d’un rachat, d’une fusion, d’un accord rédactionnel, d’un changement de format ou de périodicité, certains quotidiens voient — parfois discrètement — leur nom modifié ou accolé à d’autres.

14Si l’on décide de concentrer toutes les informations relatives aux variations d’un premier titre sur une seule fiche, il convient alors, à tout le moins, de dater les changements. À l’inverse, au cas où l’on décide de créer un nouvel item à chaque modification du titre, on note ici la/les filiations, avec renvoi vers le/les titres antérieurs. Les catalogues de journaux et périodiques optent généralement pour cette solution, en intégrant dans leur descriptif les mentions telles que « suite de » et « suivi par ».

Les magazines annexes et les suppléments

15Le mot « supplément » est souvent utilisé pour désigner deux réalités distinctes. La première acception, la plus fréquente, désigne un « cahier complémentaire » : il fait partie intégrante du titre principal même s’il possède parfois une périodicité ou un format différent. Ce cahier complémentaire, à vocation souvent thématique (auto, livre, économie, nature…), édité de façon régulière (le cahier « cinéma » du mercredi) ou sporadique (le n° spécial « Enseignement » ou « Foire du livre »), est toujours associé au média principal, sans supplément de prix, même si l’on constate aujourd’hui que certains quotidiens se vendent plus chers le week-end qu’en semaine en raison du volume des cahiers complémentaires. Le titre du supplément est très souvent une déclinaison du titre principal (ex. La Libre Cinéma, dans La Libre Belgique), mais pas toujours (ex. Les nouvelles immobilières, dans La Libre Belgique). Sa durée et ses conditions de vie varient fortement au sein du média et d’un média à l’autre, ce qui rend le recensement d’autant plus difficile. En Belgique francophone, il semble que le premier cahier complémentaire régulier d’après 1950 soit né au Soir en 1975, il s’agissait d’un supplément culturel du samedi.

16La seconde acception désigne plutôt un magazine annexe qui cumule les spécificités : contenu, format, périodicité… Il s’agit véritablement d’un média autonome économiquement et rédactionnellement (même s’il use de services communs à d’autres médias du même groupe, comme la régie publicitaire, les photos ou le montage). Il est vendu à part, même si des formules tarifaires préférentielles sont prévues pour séduire les lecteurs qui achèteraient cette annexe en même temps qu’un autre titre. Comme tout supplément, son titre est souvent proche du titre phare du groupe éditeur, pour des raisons évidentes de marketing : il s’agit de créer une association dans la tête du lecteur (ex. Le Figaro Magazine).

17En Belgique, et sans doute plus largement en Europe, les suppléments (dans le sens « cahier complémentaire ») sont typiques des politiques rédactionnelles des années 1980 et de la montée en puissance du support magazine. La formule fonctionne avec succès jusqu’à une forme de saturation au milieu des années 1990. Aujourd’hui, on voit plutôt se multiplier les « magazines annexes », pour des raisons malheureusement plus économiques que rédactionnelles : destinés à conquérir un marché publicitaire qui se fait tirer l’oreille, les éditeurs multiplient les publications dont le premier but est d’abord d’attirer un segment publicitaire précis et dont le plan de survie économique limite au maximum les dépenses liées au contenu rédactionnel.

18Au vu de cette distinction entre « supplément » et « magazine annexe », nous proposons de suivre la règle qui veut que le magazine annexe soit traité « comme unité bibliographique séparée, dotée d’une cote de catalogage autonome » (Brucher, 1990 : 35). Le supplément, lui, est simplement mentionné dans la case ad hoc de la fiche du titre auquel il est attaché.

Autres

19Jacques Kayser identifie trois autres cas particuliers où, de façon évidente, il convient de créer une fiche par titre. Le premier concerne les journaux dont le titre est identique, mais le contenu totalement différent. Malgré les mesures mises en place par les journaux pour protéger leur appellation, cette question se pose souvent lorsqu’on travaille sur une longue période temporelle ou sur un large corpus géographique. On ne manquera pas alors de préciser dans la fiche « à ne pas confondre avec » et de renvoyer à d’autres fiches distinctes.

20Le deuxième cas est le contraire du premier : il concerne les journaux dont les titres, bien que différents, couvrent des produits au contenu strictement identique. Cela se produit parfois au sein d’une zone de diffusion régionale ou locale, lorsqu’un titre absorbe son concurrent direct. Il n’en change pas le titre (cela fait fuir les lecteurs), mais y injecte le même contenu qu’au sein de ses propres pages. Cette situation est souvent transitoire.

21Le dernier cas concerne les journaux aux titres différents qui ont conclu des accords rédactionnels grâce auxquels ils s’échangent un contenu identique (pages locales, pages sportives, pages thématiques…). Souvent, ce même contenu est légèrement retravaillé graphiquement pour s’intégrer sans heurt dans les deux supports.

Sous-titre, devise, citation, slogan publicitaire

22« Organe central du parti socialiste », « Quotidien catholique d’information », « Le premier informé », « Journal politique et littéraire du matin », « L’hebdomadaire satirique du jeudi »… Beaucoup de journaux possèdent encore ou ont possédé un sous-titre, une devise, une citation, un slogan publicitaire apposé à leur titre. Celui-ci intègre parfois une indication de périodicité, et a pour objectif de préciser le contenu ou l’obédience du journal, sa destination ou son programme. La tendance actuelle est cependant à la disparition progressive de ces mentions.

23La plupart des auteurs qui recensent cette donnée dans leur fiche signalétique ont le souci d’indiquer (voire de dater) toute modification puisque celle-ci révèle parfois des changements d’importance en termes de périodicité, de typologie, de contenu et/ou d’actionnariat.

Périodicité

24Tout comme le titre, la périodicité est un élément de la définition UNESCO des journaux et périodiques : « publication en série continue, régulière ou irrégulière, inférieure à un an », ce qui élimine les almanachs et annuaires des corpus de presse.

Le rythme de publication

25Du quotidien au bi-annuaire (deux fois par an), l’éventail des rythmes de publication d’un média écrit peut être très large. Ce rythme de publication est parfois précisé en têtière de journal. Selon la règle posée par l’UNESCO, ce que l’on appelle un quotidien est un titre qui paraît au minimum quatre fois par semaine.

La régularité du rythme de publication

26Pour diverses raisons (difficultés financières, changement de projet éditorial, pénurie de papier après-guerre…), un journal peut décider de modifier son rythme de publication. Pour les journaux qui ont (eu) une longue carrière, relever tous les changements de périodicité est un travail fastidieux et disproportionné. Jacques Kayser préconise donc de noter sur la fiche signalétique les principaux d’entre eux, mais pas de créer une nouvelle fiche. La Bibliothèque royale de Belgique opte pour une règle équivalente, au nom de la difficulté à prévoir, au moment du changement, la longévité de celui-ci.

La continuité de la série

27Comme la régularité, la continuité peut être soumise à divers avatars. Il y a d’abord le cas des « éphémères », titres morts-nés, faute de public et de moyens. Leur recherche peut s’avérer fastidieuse, tant leur existence a laissé peu de traces.

28Se pose également la question des interruptions. Durant un ou plusieurs jours, plusieurs semaines, voire plus encore, des titres cessent de paraître pour cause de grève, faillite, guerre, condamnation judiciaire ou rupture de fonds… Comment considérer ces interruptions ? Faut-il, à nouveau, décider que chaque reparution est une naissance ? Ou au contraire, voir là les sursauts d’une vie mouvementée ? Est-ce la durée de l’interruption qui doit jouer (en Belgique, on considère qu’un quotidien qui paraît moins de 250 jours par an ne peut pas bénéficier de l’aide à la presse) ou la cause de celle-ci (la durée d’une suspension par décision judiciaire est fixée, mais pas celle d’une suspension de transition entre deux propriétaires) ? D’autant que tous les cas de figure sont possibles : une suspension temporaire peut se muer en cessation définitive, tout comme une fermeture en bonne et due forme peut se muer en une renaissance après rachat.

29L’exemple du quotidien régional francophone belge Le Rappel est éclairant quant à la complexité de la question : en faillite, il annonce à ses lecteurs qu’il ferme. On doit donc logiquement « fermer » la fiche signalétique et interrompre la série bibliographique. Or, quatre jours après cette cessation de publication, le quotidien renaît sous le même nom, dans la même région et avec le même rythme de publication. Simplement, le propriétaire a changé, différence interne dont le lecteur peut à peine prendre conscience à la lecture « externe » de son journal (aucun changement graphique et à peine quelques articles en la matière). Bibliographiquement, la même série est rouverte, on y mentionne juste l’interruption. Économiquement, par contre, on a changé de produit parce qu’on a changé de propriétaire…

  • 2  Stéphane Brabant, dans un catalogue d’exposition où il présente à la fois des quotidiens, des hebd (...)

30Bref, cette entrée rend compte du rythme de publication d’un média. En cas de modification (interruption de parution, changement de périodicité), c’est l’objectif de la recherche qui détermine la nécessité de créer ou non une nouvelle fiche (une fiche, un rythme ; ou une fiche où se concentrent tous les rythmes)2.

Éditions

31Certains quotidiens multiplient leurs éditions d’un point de vue temporel (une, deux ou plusieurs éditions par jour), parfois notées dans la têtière via des logotypes particuliers (étoiles, boules…). Les éditions varient également géographiquement (éditions régionales, sous-régionales et locales).

32Si l’on opte pour la formule « une fiche, une édition », cette entrée se contente d’établir un renvoi vers les fiches des autres éditions du même groupe de presse. À l’inverse, si l’on opte pour la concentration sur une seule fiche de toutes les éditions régionales, cette entrée en précise les divers titres (cf. rubriques « Titre » et « Adresse »). Le chercheur s’attache bien sûr à préciser sur quelle édition il travaille et à étudier des séries d’une même édition. Le dépôt légal, par exemple, privilégie très souvent la première édition du matin.

Adresse(s)

33Comme toute entreprise, un média possède une adresse sociale/administrative, à laquelle peuvent s’ajouter le ou les siège(s) rédactionnel(s) et la possibilité d’éditions régionales. L’entrée « adresse(s) » a donc l’avantage d’attirer l’attention de façon succincte sur des éléments (zone de diffusion, structure d’entreprise) qui seront plus particulièrement détaillés dans la partie interne de l’analyse du média.

Supplément

34L’entrée « supplément » sert à énumérer le nombre de cahiers supplémentaires possédés par le journal. On peut y adjoindre des renseignements plus détaillés comme le jour et le rythme de parution, le format, le contenu thématique… Les magazines annexes, eux, font l’objet d’une fiche signalétique personnelle et particulière.

Présentation

35Cette rubrique permet d’intégrer une série d’informations relatives à l’aspect extérieur du journal, via des données techniques et typographiques (brochage, format, nombre moyen de pages au numéro, nombre de colonnes/page, présence et volume d’illustrations ou d’encarts publicitaires…).

36L’intérêt de ces précisions varie fortement d’une recherche à l’autre. Ainsi, il est peu pertinent de se pencher sur le format d’un journal en période de guerre, à l’heure où faute de réserve en papier, celui-ci ne cesse de changer. Inversement, la Bibliothèque royale de Belgique fait du format un critère de classement du dépôt légal : elle distingue le fonds de la « grande presse » (plus de 40 cm de hauteur) du fonds de la « petite presse » (moins de 40 cm de hauteur). Mieux, elle considère que cette différence de format provient et révèle des histoires, des rythmes de publication et des contenus différents.

37Enfin, certains formats, notamment en matière de quotidiens, portent des appellations typographiques particulières (broadsheet, berlinois, tabloïde…) parfois révélatrices d’un genre (les tabloïdes anglais sont souvent des feuilles à sensation) ou d’une histoire (le format broadsheet a été adopté à cause d’une taxe à la feuille imposée aux journaux).

38D’autres informations (typo)graphiques — illustrations, photographies… — peuvent être révélatrices d’un projet éditorial ou économique particulier (par ex. Le Monde qui tout un temps refusa la photographie de presse ; par ex. Le Canard enchaîné qui refuse la publicité).

Langue(s)

39Cette entrée spécifie la ou les langues dans lesquelles est édité le journal, selon des formules graphiques et éditoriales variées (articles différents dans des langues différentes, traduction dans le même exemplaire, traductions dans des exemplaires différents…). Cette entrée est particulièrement utile pour tout travail portant sur des médias qui paraissent dans des zones multilingues (ex. la Belgique) ou à l’histoire parfois bousculée (ex. la presse alsacienne).

Prix

  • 3  Une recherche à portée économique pourrait essayer de fournir une conversion à la fois géographiqu (...)

40L’on distingue le prix (et la devise) au numéro et à l’abonnement (même si les formules en la matière tendent à se diversifier au maximum pour attirer les lecteurs)3.

Deuxième entrée : les données internes

41Cette partie de la fiche signalétique intègre les données historiques, socio-économiques et de contenu. Celles-ci sont dites « internes » : on ne peut pas les établir à la simple observation du produit, mais après des recherches dans diverses sources et travaux.

42D’un point de vue pratique, la rédaction de cette partie interne peut fondre des éléments d’histoire avec des données socio-économiques. Tout dépend de l’axe de recherche poursuivi : travaille-t-on en diachronie ou photographie-t-on une situation à un moment donné ? S’intéresse-t-on au contenu, à l’entreprise ou à l’histoire générale d’un titre ?

L’histoire du titre

Dates du premier (et du dernier) numéro

43Il ne faut pas confondre la date de parution du premier numéro d’un titre avec la date de fondation de l’entreprise éditrice (qui souvent la précède). Ni se fier aux mentions comme le nombre d’années de parution ou le numéro d’édition du titre. Jadis, mentionne en effet Jacques Kayser, « on se vieillissait complaisamment » (1963 : 43) pour asseoir sa notoriété. Ainsi, des titres nés en décembre d’une année s’empressaient de placer « 2e année de parution » en tête de leur numéro non pas à la date anniversaire de leur première parution, mais dès le 1er janvier de l’année suivante. Enfin, ces dates tiennent parfois compte (et parfois pas) d’un changement de périodicité ou de propriétaire. Ce qui revient à poser la question de la définition du premier et du dernier numéro (Mundschau, 1999).

Résumé des principaux événements de l’histoire du titre

  • 4  La recherche dans les sources et travaux sert à préciser quelques points de la première partie de (...)

44On quitte ici le style télégraphique de l’encodage pour entrer de plain-pied dans le récit d’une histoire. Ce récit étoffe les données de base fournies dans la première partie de la fiche suite à l’observation extérieure du média4. Telle interruption est liée à une crise financière, tel changement d’actionnariat justifie le changement du titre, tel slogan disparaît au hasard d’un remaniement de projet éditorial, tel rédacteur en chef opte pour une politique de suppléments… Cette histoire est donc à la fois celle d’un titre, d’une entreprise, des hommes qui la composent, du projet rédactionnel qu’ils animèrent et des mouvements d’opinion qu’ils générèrent parmi leurs lecteurs.

Les données socio-économiques de l’entreprise

45Il s’agit maintenant de traiter de « l’amont » du journal, ou de ses coulisses. C’est-à-dire tout ce qui relève de l’entreprise éditrice.

Les chiffres

46Tirage. Jusqu’à une certaine époque, le nombre d’exemplaires imprimés était inconnu ou sujet à caution parce que basé sur les déclarations de l’éditeur. Depuis 1971, le tirage est soumis en Belgique au contrôle d’un institut indépendant, le Centre d’information sur les médias (CIM). Toutefois, un autre écueil surgit désormais : la plupart des titres étant regroupés au sein de sociétés éditrices propriétaires de plusieurs journaux, on n’en donne que le tirage global pour l’ensemble du groupe, et non pour chaque titre. Ce chiffre global masque en effet à l’annonceur les disparités et les faiblesses d’audience d’un titre parmi d’autres.

47Diffusion payante. Il s’agit du nombre de journaux effectivement achetés, c’est-à-dire le tirage dont on a ôté les « gratuits » et le « bouillon » (les invendus). Également soumis au contrôle du CIM en Belgique, il rend mieux compte du succès d’un titre que son tirage, mais bénéficie du même flou en ce qui concerne les titres rassemblés sous un même groupe éditeur.

48Audience. Le nombre de lecteurs (payants ou non), établi par des instituts d’audimétrie, est basé sur des enquêtes auprès d’un échantillon de lecteurs, avec toutes les marges d’erreur que cela implique. Outre le nombre de lecteurs, certaines enquêtes détaillent les catégories géographiques (zone de diffusion) et socio-professionnelles auxquelles ces lecteurs appartiennent. On entre alors dans ce que Pierre Albert appelle « l’après-journal ».

Les hommes

49Le fondateur (ou le groupe fondateur). Qui a créé le journal ? Dans le passé, cette mention apparaissait parfois dans le sous-titre, car la personnalité en question constituait la plus efficace des publicités.

50Le groupe propriétaire. Autrefois familiales, les entreprises de presse sont de plus en plus souvent la propriété de groupes composés d’actionnaires variés (où l’on retrouve parfois la ou les familles fondatrices).

51L’actionnariat. On rend compte ici de la structure du capital du groupe propriétaire : qui sont les actionnaires et quelle est la part de capital qu’ils possèdent ? On cite également les noms des membres du conseil d’administration et l’administrateur délégué du groupe.

52La société éditrice. Un groupe peut posséder plusieurs titres, édités par des sociétés éditrices différentes, au statut juridique particulier. On note ici le nom de la société éditrice, sa forme juridique, l’identité de son directeur et, le cas échéant, les autres titres qu’elle édite.

  • 5  « Sobriquet donné au patron d’une imprimerie au xixe siècle. Par extension, cartouche comprenant l (...)

53La rédaction. Du collaborateur au rédacteur en chef, un journal vit grâce aux femmes et aux hommes qui le rédigent. La liste des collaborateurs, pigistes et journalistes peut être laborieuse (malgré la présence de l’ours5 au sein de chaque titre) ; il convient à tout le moins de renseigner ici l’identité du directeur de la rédaction et du rédacteur en chef. Comme pour le fondateur, il s’agit d’une donnée qui, autrefois, se trouvait souvent dans la têtière afin d’asseoir la notoriété d’un titre.

54L’imprimeur. Les groupes de presse possèdent leur propre imprimerie (organisée en société indépendante de la société éditrice) ou passent par un tiers (une imprimerie « de labeur »).

55Divers. Certains auteurs préconisent d’indiquer l’identité de la régie publicitaire, les accords rédactionnels conclus avec d’autres sociétés éditrices ou encore le bilan financier du groupe.

56Pour chacune de ces rubriques, l’on ne manque pas, lorsque c’est possible, de mentionner les principaux changements et leur date. Cette recherche, à priori fastidieuse, peut servir dans le cadre d’un travail à vocation historique, dans la mesure où l’identification de toutes ces personnalités (physiques ou juridiques) accroît le nombre de sources potentielles d’information.

Le contenu

57Sous le terme « contenu » entrent diverses informations, selon les auteurs consultés. Au minimum, ceux-ci indiquent ici s’il s’agit d’une publication généraliste ou spécialisée (et si oui, dans quelle thématique). À un niveau un peu plus élaboré, certains font allusion à une typologie (dont on ne sait pas toujours quels sont les critères qui la fondent) où ils séparent par exemple presse nationale/régionale, presse d’information/d’opinion, presse destinée à la vente/presse gratuite à usage interne, presse indépendante/presse de propagande… D’autres renvoient simplement aux indications déjà précisées par le sous-titre, qui renseigne parfois le genre (satirique, par exemple), la thématique, le public ou l’appartenance politique… Précisons que la confrontation entre ces déclarations et une étude de contenu révèle parfois des surprises.

58Dans son étude sur la presse alsacienne, Claude Lorentz met au point une méthode qui permet d’en connaître un peu plus sur le contenu des titres étudiés : tous les dix ans, il établit un tableau d’analyse synthétique indiquant « la présence et la quantité en nombre de pages et en pourcentage des principales rubriques et des principaux thèmes développés par le journal » (Lorentz, 1997 : vii). Ce tableau — une sorte de photographie du « chemin de fer » du média et de ses suppléments — ne prétend bien sûr pas donner une image scientifiquement exacte et définitive du contenu du média. Mais cela aide sans doute à en percevoir les grandes orientations (ex. Le Monde commence par les pages internationales, Le Matin belge débutait par les pages « Société »).

59Finalement, le moyen le plus sûr de connaître le contenu d’un journal est de se livrer à son analyse (sur une plus ou moins longue période, en partant d’une rubrique précise comme l’éditorial, le courrier des lecteurs ou les pages politiques…). D’aucuns préconisent aussi l’analyse de numéros particuliers (anniversaire du journal, élections, grands débats éthiques et moraux, décès de personnalités…). La confrontation entre le discours tenu et, par exemple, les déclarations d’éditeur quant à l’appartenance politique du journal est parfois surprenante.

Troisième partie : les données « méta- »

60La partie « méta- » ne s’intéresse pas au titre du média, mais aux méthodes d’investigation du chercheur. Elle identifie donc la source des données qu’elle contient, ainsi que les moyens de les consulter et de les approfondir.

61Le numéro de la fiche. Pour faciliter la recherche, le tri et le renvoi des données, chaque fiche possède un numéro de référence fixé selon une règle plus ou moins élaborée.

62Le lieu et l’état de conservation des collections. On s’y intéresse selon un degré de précision temporel et géographique à préciser (adresse des bibliothèques, cote, numéros manquants…).

63La bibliographie. Quels sont les principaux travaux scientifiques consacrés à ce titre ? Quelles sont les sources indispensables à l’établissement de son histoire et de ses particularités socio-économiques ou rédactionnelles ? En d’autres mots, quels ouvrages le chercheur a-t-il consultés pour établir la fiche signalétique (et plus particulièrement la seconde partie) ?

64Zone de travail. La recherche et l’encodage des données se distinguent généralement de leur traitement et de leur analyse. La « zone de travail » servira, en cours de travail, de zone « fourre-tout » où les données stockées pourront ensuite être redistribuées dans l’ensemble de la fiche en fonction de leur intérêt.

65L’index. L’établissement d’index dépasse la constitution de la fiche à proprement parler. Mais dès le moment où l’on travaille sur plusieurs titres, la constitution d’un ou de plusieurs index facilite la consultation des données.

  • 6  Stéphane Brabant utilise l’ordre alphabétique absolu « sans tenir compte d’une éventuelle élision (...)

66L’index le plus courant est l’index alphabétique par titre6. L’on peut également proposer un index géographique (répertoire de titres édités sur un territoire donné) ou chronologique (répertoire, année après année, des titres en cours de parution sur un territoire).

Conclusion

67On pourrait nous reprocher d’ajouter une énième fiche à la multiplicité dénoncée d’entrée de jeu. Ce serait considérer notre modèle comme une fin en soi, et non comme un outil de travail. Or, nous nous situons clairement en amont de toute recherche, dans une perspective de préparation à la collecte d’informations.

68Notre propos est bien ici d’aider le chercheur (en histoire, en sciences sociales, en communication) à penser sa « fiche de travail ». Nous espérons simplement qu’il disposera, après lecture, d’un répertoire synthétique et organisé des entrées possibles de sa future base de données.

69À lui, ensuite, d’y puiser les champs dont il pense avoir besoin en fonction de ses objectifs, et d’y déterminer quelles entrées lui sont essentielles ou secondaires. Les premières observations et recherches, les premiers encodages testeront ensuite la pertinence de ses choix et lui permettront de les ajuster avant de se lancer dans la collecte de longue haleine. Enfin, au moment de la publication des résultats, il lui sera encore loisible de réorganiser le modèle de la fiche en fonction des données qu’il souhaite in fine communiquer.

70Enfin, cet objectif de clarification lors de la collecte et de la présentation de données n’est pas sans conséquence pour l’appréhension de l’évolution des productions de presse. Réfléchir le contenu, le nombre et l’organisation des champs d’information à intégrer dans la présentation standardisée d’un titre de presse permet également d’en saisir les évolutions : le succès des « gratuits » ou la fluctuation des politiques de suppléments, par exemple. Dès le moment où l’on esquisse une grille, l’on se met à l’épreuve de ses marges. Comme toute typologie, la nôtre amène à se poser des questions sur les frontières entre les items. Ce faisant, elle rend visibles les mutations éditoriales dont ces questions sont le révélateur.

Haut de page

Bibliographie

BRABANT, Stéphane (1989), La presse bruxelloise de langue française de 1830 à nos jours. Catalogue d’exposition, Bruxelles, Fondation Charles Plisnier.

BRUCHER, Roger (1990), Le fonds des journaux de la Bibliothèque royale Albert Ier. Évolution, aménagement et gestion d’une structure bibliothéconomique spécifique, Bruxelles, KBR.

CAMPE, René et al. (1975), Radioscopie de la presse belge, Verviers, Marabout.

DUMONT, Jean-François et al. (1998 ; 2001), La presse écrite en Belgique, Bruxelles, Kluwer.

GUILLAUMA, Yves (1995), La presse politique et d’information générale de 1944 à 1958. Inventaire des titres, Paris, Guillauma.

KAYSER, Jacques (1963), Le quotidien français, Paris, Armand Colin. (Coll. « Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques ».)

LORENTZ, Cl. (1997), La presse alsacienne du xxe siècle : répertoire des journaux parus depuis 1918, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

MUNDSCHAU, Laurence (1999), « Le dernier numéro. Les procédés d’autoréférence lors de la fermeture des journaux belges francophones ». Mémoire de DEA, Université catholique de Louvain.

OFFICE INTERDIOCESAIN DE LA PRESSE (1971 et 1972), Indicateur des publications, vol. 1 : « Les quotidiens » (1971) ; vol. 2 : « Les hebdomadaires » (1972), Bruxelles, Éditions du Centre interdiocésain de la presse.

PLUMET, Philippe (1985), La presse quotidienne belge de la libération (4 septembre 1944-31 décembre 1945), Leuven-Louvain, Éditions Nauwelaerts/Cahiers n° 98 du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine.

UNESCO (1985), Recommandation révisée concernant la normalisation internationale des statistiques relatives à la production et à la distribution de livres, de journaux et de périodiques, Sofia.

Haut de page

Notes

1  Notamment lorsqu’il s’agira de traiter la localisation géographique du média (cf. rubriques « éditions » et « adresses »), le rythme de publication (cf. rubrique « périodicité ») et les phénomènes de concentration d’entreprises de presse (cf. rubriques « histoire » et « socio-économie »).

2  Stéphane Brabant, dans un catalogue d’exposition où il présente à la fois des quotidiens, des hebdomadaires et des mensuels, traite chaque titre une seule fois dans sa périodicité la plus rapprochée. Ainsi, s’il a été quotidien puis mensuel, le média se trouve sous l’entrée « quotidien ».

3  Une recherche à portée économique pourrait essayer de fournir une conversion à la fois géographique (de la devise étrangère vers l’euro, par exemple) et temporelle (de la valeur à l’époque à la valeur actuelle, en « franc» constant), en vue d’intéressantes comparaisons sur le prix d’un journal d’un pays à l’autre, d’une période à une autre (quelle est la proportion du prix d’un quotidien par rapport au salaire de base d’un ouvrier avant et après la guerre, par exemple ?).

4  La recherche dans les sources et travaux sert à préciser quelques points de la première partie de la fiche signalétique (ex. la date de création d’un supplément, la fin d’un sous-titre). Toutefois, les informations de type historique et socio-économique y sont présentées très succinctement, par souci de clarté. L’essentiel des données « non observables relèvent » de la seconde partie de la fiche.

5  « Sobriquet donné au patron d’une imprimerie au xixe siècle. Par extension, cartouche comprenant les informations pratiques sur un organe de presse, dont la liste des collaborateurs » (Dumont, 2001 : 162).

6  Stéphane Brabant utilise l’ordre alphabétique absolu « sans tenir compte d’une éventuelle élision […] dans l’article qui, le cas échéant, commence le titre ». Comme il le précise lui-même, « cette méthode a ses inconvénients. Elle implique la connaissance exacte du titre […]. Mais la méthode a aussi ses avantages. Elle permettra de rectifier d’innombrables erreurs apparaissant dans des catalogues et répertoires antérieurs, s’agissant soit de fautes d’inattention, soit d’ignorance, soit encore de la confusion engendrée par une autre particularité de la langue française, celle de contracter, dans le discours, <à le> en <au> […]» (Brabant, 1989 : 19-20).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Mundschau, « Présenter un titre de presse », Communication, Vol. 25/2 | 2007, 212-228.

Référence électronique

Laurence Mundschau, « Présenter un titre de presse », Communication [En ligne], Vol. 25/2 | 2007, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/881 ; DOI : 10.4000/communication.881

Haut de page

Auteur

Laurence Mundschau

L’auteure est journaliste et assistante-doctorante au Département de communication de l’Université catholique de Louvain (Belgique). Courriel : mundschau@reci.ucl.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org