Navigation – Plan du site
Articles

Les interventions des praticiens dans les recherches académiques sur les téléspectateurs en France

Effets de la diffusion de compétences
Céline Ségur
p. 79-106

Résumés

Les interventions de praticiens tiennent une place importante dans l’évolution des recherches académiques françaises sur les téléspectateurs. Depuis les débuts de l’industrie télévisuelle, ses représentants ont développé l’étude des comportements des usagers et des effets des images via l’évolution des mesures de l’audience et l’exploitation des données dans des enquêtes sur les pratiques spectatorielles. Les apports des praticiens se révèlent complémentaires à ceux des universitaires : s’agit-il alors de substitution ou d’addition des savoirs et savoir-faire ? Pour y répondre, nous proposons une modélisation des moyens par lesquels les tenants du champ professionnel — à l’instar des chercheurs universitaires — produisent, diffusent et organisent les connaissances sur les téléspectateurs dans le champ académique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le recensement a été effectué dans le cadre d’une thèse de doctorat (en cours) sur l’organisation (...)
  • 2  Nous utilisons la terminologie « praticiens » pour désigner les acteurs du champ professionnel, pa (...)
  • 3  En fonction du nombre de textes recensés pour chacun, nous avons identifié un groupe d’auteurs pri (...)
  • 4  Dans les années 1960, J. Durand a été initié aux réflexions sur les pratiques téléspectatorielles (...)
  • 5  Après une thèse sur la réception de la télévision par des adolescents, réalisée sous la direction (...)
  • 6  La diffusion des travaux des universitaires dans le champ professionnel pourrait être l’objet d’un (...)

1Dans le domaine des recherches sur les téléspectateurs, des chercheurs universitaires et des praticiens de l’industrie médiatique participent à la fabrication des savoirs. Un recensement de 359 publications sur l’objet « téléspectateurs », diffusées en France entre 1964 et 20041, indique que près d’un tiers d’entre elles (111) sont signées par 46 praticiens2 sur un total de 193 auteurs recensés, soit 24 %. Plusieurs secteurs d’activité sont représentés (voir figure 1) : celui de la publicité – Centre d’étude des supports publicitaires (CESP), Institut de recherche et d’études publicitaires (Irep) –, de l’industrie médiatique – chaînes de télévision, instituts de sondage, Institut national de l’audiovisuel (INA) –, des institutions culturelles – Écomusée de Fresnes, Bibliothèque du film, Centre national de la cinématographie – et des instituts privés – France Telecom R&D, l’ancien Centre national d’étude des télécommunications (CNET). Cinq praticiens figurent parmi un noyau principal d’auteurs identifié (18 au total)3 : Jacques Durand4 et Michel Souchon5, Gisèle Bertrand et Régine Chaniac, directrices de recherche à l’INA, ainsi que Chantal de Gournay (CNET). Sur le plan des lieux de diffusion des textes composant ce corpus de notre étude, l’empreinte du champ professionnel est aussi présente. Plusieurs des revues récurrentes sont soutenues par un des foyers d’activité identifiés : l’INA et le CNET éditent respectivement Les dossiers de l’audiovisuel et Réseaux. Ils ont respectivement publié 37 et 54 des 224 articles recensés, soit 17 et 24 % du total. C’est pourquoi, dans notre entreprise d’examen épistémologique de l’évolution des recherches sur les téléspectateurs, nous proposons ici de définir et de caractériser la nature des interventions des praticiens dans le champ académique6. Comment ces professionnels qui sont à l’origine des premières recherches empiriques sur les téléspectateurs (Durand, 1998 ; Méadel, 1998 et autres) ont-ils diffusé leurs savoirs auprès des chercheurs universitaires ? Quels effets cela a-t-il eu sur l’évolution des recherches ?

Figure 1. Le nombre d’auteurs praticiens et leurs publications selon les secteurs d’activité (1964-2004)

Figure 1. Le nombre d’auteurs praticiens et leurs publications selon les secteurs d’activité (1964-2004)

2Souvent, dans les manuels de sciences humaines et sociales, les auteurs opèrent une séparation entre les travaux sur l’audience et ceux sur la réception ou les publics de télévision, soit en n’écartant pas les premiers lorsqu’ils traitent de la problématique des « usages » (Breton et Proulx, 2002 ; Maigret, 2003), soit en proposant deux sous-parties nettement distinctes (Rieffel, 2001). Cela signifie-t-il que nous devons envisager les recherches sur les téléspectateurs conduites par les praticiens – qui portent majoritairement sur l’audience – indépendamment de celles menées au sein du champ académique ? On pourrait être tenté de penser que les enjeux économiques des uns ne s’accordent pas avec les ambitions sociologiques des autres. Les audience researcherscompteraient les téléspectateurs et réfléchiraient à la manière d’optimiser une grille de programmes, c’est-à-direfaire coïncider du temps disponible et l’offre des produits médiatiques. Alors que les universitaires seraient à la recherche d’effets, de pratiques, de décodages, etc. Cependant, le regard historique indique que, d’une part, depuis les années 1950, le champ professionnel développe des savoirs et des savoir-faire sur les usages et que, d’autre part, s’organisent des lieux et des activités où praticiens et chercheurs se croisent.

  • 7  Cet examen a été plus amplement développé dans le cadre de notre thèse.
  • 8  Évidemment, ce procédé comporte également des limites méthodologiques, dans la mesure où la présen (...)
  • 9  Une quatrième approche d’ordre sémiologique, développée dès les années 1960 par des chercheurs du (...)

3De plus, l’examen précis des définitions de l’objet « téléspectateurs »7 conduit à penser que les tenants de l’industrie médiatique – par exemple, lorsqu’ils étudient les « usages du magnétoscope » (Arnal et Busson, 1997) – ont plus en commun avec les chercheurs universitaires qui étudient les téléspectateurs que ceux-ci n’en ont avec leurs pairs qui posent la question de la réception d’images. Rappelons brièvement l’état des recherches dans ce domaine en France (Le Grignou, 2003). Il existe des enquêtes sociologiques qui consistent à analyser les pratiques téléspectatorielles – par exemple, celles du zapping (Bertrand, De Gournay et Mercier, 1988 ; Chabrol et Perin, 1991) – mais aussi les opinions et les attentes formulées par des téléspectateurs à l’égard des programmes diffusés. Soucieux des biais méthodologiques inhérents à la passation de questionnaires et à la conduite d’entretiens, des chercheurs ont choisi d’observer la réception de la télévision in situ, c’est-à-dire à domicile et au quotidien, dans une démarche ethnographique8. Ainsi peuvent-ils assister à l’expression des réactions verbales et corporelles spontanées et en direct (Calbo, 1998 ; Le Goaziou, 1999). Ce faisant, les auteurs en viennent à interroger la relation construite entre des individus et des programmes de télévision (Dayan, 2003), telle qu’elle se manifeste chez les téléspectateurs et telle qu’elle a été présumée par les producteurs et programmateurs d’émissions. Pour reprendre les propos de Daniel Dayan (2000), il s’agit d’étudier comment une personne pratique une performance, c’est-à-dire se déclare téléspectateur et/ou membre d’un public (Boullier, 1987 ; Dayan et Katz, 1996). Bien que « la notion de public se distingue de la notion d’audience en ce qu’elle engage une dimension de performance » (Dayan, 2003 : 458), l’objet étudié est assez proche de celui envisagé par les praticiens : les effets de la rencontre entre un individu actif et un produit de l’industrie médiatique. Plus récemment, des travaux menés selon une approche psychosociale ont mis en question l’influence des images (Courbet et Fourquet, 2003 ; Chabrol, Courbet et Courbet-Fourquet, 2004 ; Marchand, 2004). Il s’agissait notamment de confronter, en situation expérimentale, des personnes à des dispositifs audiovisuels façonnés par le chercheur pour les besoins de l’expérimentation. Par exemple, Marie-Pierre Fourquet (2000) identifie le rôle que jouent l’« implication », le « concept motivationnel » et les « variables de motivation et de capacité » dans le processus de réception d’un document qu’elle a fabriqué en s’inspirant des émissions politiques télévisées. Pour sa part, Didier Courbet (2004) mesure l’influence des publicités interstitielles fictives qu’il a insérées dans un site Internet créé aux fins de son étude. Ces travaux portent moins sur une rencontre, entre des téléspectateurs – au sens de destinataires de programmes de l’industrie télévisuelle et conscients de l’être – que sur des récepteurs d’images et de sons, c’est-à‑dire entre des individus actifs et un produit audiovisuel diffusé via un support médiatique (écran de télévision, d’ordinateur, etc.)9.

  • 10  Tous les entretiens rapportés dans le texte ont été menés par nos soins, dans le cadre de notre re (...)

4Ainsi, pour en revenir à l’objet de notre propos, convient-il d’interroger la place des travaux menés par les praticiens au sein du domaine des recherches académiques sur les téléspectateurs. Pour l’heure, la problématique a été esquissée par Cécile Méadel (1998, 2001) qui s’est attachée à reconstituer l’histoire des mesures d’audience. Nous la prolongeons et l’augmentons en abordant les travaux des praticiens en relation avec les savoirs constitués dans le champ académique qu’ils nourrissent. Nous nous proposons d’interroger les conditions d’importation de ces discours, afin d’en caractériser les effets sur l’évolution des connaissances : quels sont les facteurs de mise en circulation des compétences des praticiens et quelles en sont les conséquences ? Avant de traiter de ces questions, il convient de définir un mode opératoire d’investigation. De quelle(s) manière(s) saisir et évaluer ces interventions ? Les tenants d’une sociologie des sciences offrent des outils permettant de penser la fabrication de la science « en train de se faire » (Latour, 1989), par exemple, l’examen des modalités de production et de diffusion des connaissances. Notre projet s’est construit autour de plusieurs axes : un examen des publications sur les téléspectateurs ; l’identification des trajectoires d’acteurs, et une rencontre avec quelques-uns afin de saisir leur perception des échanges10 ; la mise en perspective des interventions de praticiens avec l’histoire des recherches sur les téléspectateurs (elle-même à définir). L’ensemble a pour ambition non seulement de présenter un récit original des tenants et aboutissants des interventions des praticiens, mais aussi d’en offrir un éclairage problématisé. D’abord, nous nous interrogeons sur la nature des rencontres entre les recherches professionnelle et académique. Si la complémentarité des unes à celles des autres est une caractéristique de l’évolution des connaissances, nous observons que les compétences se sont successivement substituées et additionnées. Ensuite, une modélisation des apports des praticiens et de leurs effets complétera la démonstration ; nous verrons plus en détail par quels moyens ces acteurs produisent, diffusent et organisent les connaissances dans ce domaine.

Rencontres entre praticiens et universitaires : complémentarité ou superposition ?

5Dans le champ académique, les praticiens sont sollicités pour rendre compte des résultats d’une étude (Souchon, 1985 ; Chabrol et Perin, 1991 ; Cardon et Heurtin, 2003), traiter d’un point précis en lien avec leurs préoccupations professionnelles (Cazeneuve, 1989 ; Souchon, 1993a), présenter leur champ d’activités (Durand, 1986 ; Guicheney, 2002 ; Benoit, 2003), commenter l’actualité de leur institut (Donnat, 1991 ; Aglietta, 2001) ou leur position au sein de l’industrie médiatique (Mougeotte, 2003 ; Tessier, 2003). Leurs interventions sont rendues possibles parce qu’ils disposent de compétences sur la question de la réception télévisuelle ; compétences qui sont le produit d’une tradition d’étude de la composition des publics et de leurs comportements ainsi que de la production d’outils pour leur publicisation.

Les origines des savoirs et du savoir-faire sur le comportement des téléspectateurs : Évaluer l’influence de la télévision et connaître les usagers

  • 11  Pour une présentation de J. Oulif, voir l’article écrit par son successeur J. Durand (2004).
  • 12  En 1953, le succès de la diffusion, en direct, du couronnement de la reine d’Angleterre confère à (...)

6Dès les premières heures de l’industrie télévisuelle, la question de la réception est posée, entre autres par Jean Oulif (1956)11, alors directeur du service de relation avec les auditeurs et les téléspectateurs jusqu’en 1972. Cette question préoccupe les instances politiques à partir du moment où la télévision acquiert une dimension collective12. Au moins jusqu’à l’éclatement de l’ORTF en sociétés indépendantes (1974), la télévision a été utilisée par les gouvernements successifs pour transmettre des informations, voire des messages politiques. Les autorités ont exercé une ingérence forte dans le fonctionnement et les contenus de la télévision, afin d’avoir un contrôle sur ce qui était diffusé, donc sur ce qui allait être reçu et ainsi espéraient que le média ait une influence sur les individus, plutôt que de la craindre. En plus des interventions fréquentes du président du Conseil puis du chef de l’État, les hommes politiques ont utilisé la télévision pour influencer l’opinion publique en montant des campagnes de communication (d’Almeida et Delporte, 2003 : 183-189 ; Bertho Lavenir, 2000 : 216-217). D’autre part, en 1954, la Radiodiffusion et Télévision française (RTF) met en place un service de relation avec les auditeurs et téléspectateurs (Méadel, 2001 : 125), alors que la diffusion des quelques programmes (on en recense 40 heures hebdomadaires cette année-là) est encore faible et que les foyers sont peu équipés (en 1956, on compte un poste pour 17 foyers et en 1958, moins de la moitié des Français peuvent capter les images). Comme le rappelle Cécile Méadel (1998), des enquêtes sont menées à domicile, des questionnaires sont distribués et des sondages téléphoniques sont organisés :

Les questions posées ne portent pas seulement sur le comportement des téléspectateurs (à quel moment regardent-ils la télévision et pendant combien de temps ?), mais elles concernent tous les aspects de leurs relations avec le poste : « Votre récepteur complète-t-il agréablement le décor de votre intérieur ? » […] ; et surtout elles visent à obtenir du téléspectateur un jugement sur la qualité de la télévision. Les interviewés doivent attribuer une note de satisfaction aux émissions, aux animateurs et journalistes, à la grille et à son rythme, aux innovations, à la qualité de la réception… (1998 : 64)

  • 13  Des compétences se développent aussi dans le champ publicitaire, via le CESP et l’IREP. Le premier (...)

7Une attention particulière est portée à la manière dont le média s’intègre dans la vie quotidienne et domestique des individus. En résumé, « avant même que la télévision ne rende publiques ses mesures d’audience, les représentations statistiques du téléspectateur prolifèrent » (Méadel, 1998 : 64)13.

Évolution des outils de mesure de l’audience et professionnalisation d’une activité : vers une connaissance précise des comportements téléspectatoriels ?

8Dans les années qui suivent – le phénomène s’accentue avec l’éclatement de l’ORTF en 1974 (Balle, 1980 : 385) –, la mesure de l’audience des chaînes de télévision revêt une nouvelle dimension avec le développement d’une industrie télévisuelle concurrentielle :

Une nouvelle culture s’impose dans le fonctionnement interne des chaînes, celle du secret. On ne doit rien divulguer de la future programmation et, au contraire, exploitant la moindre indiscrétion, être capable de réagir vite en diffusant un film réputé faire de l’audience, le soir où la chaîne d’en face présente une émission annoncée comme un événement (d’Almeida et Delporte, 2003 : 259).

  • 14  À l’heure actuelle, le panel se compose de 2 300 foyers et est géré par la société Médiamétrie (vo (...)

9Dans ce contexte, les outils de mesure des audiences évoluent. Au système du panel postal par carnet d’écoute (Durand, 1998 ; Méadel, 1998), soumis à l’honnêteté et à l’assiduité du répondant (Médiamétrie, 1991), succède un système du panel technologique avec l’audimètre. Dès 1981, 650 foyers14 sont équipés de cet appareil directement relié au poste de télévision qui enregistre, toutes les deux secondes, l’utilisation qui en est faite. Par la suite, l’outil est équipé d’un bouton-poussoir permettant à chaque membre du foyer de signaler son activité de manière individuelle ; les données s’affinent et les usages télévisuels se précisent. En parallèle, la mesure de l’audience s’est professionnalisée à l’extérieur des services rattachés à la télévision, avec la création du Centre d’étude d’opinion (CEO) – en remplacement du service des études d’opinion – chargé de fournir aux pouvoirs publics une mesure du volume d’écoute et de la qualité des programmes (Durand, 1998 : 83-88). En 1985, le CEO devient l’institut Médiamétrie, une « […] société <dont le capital serait majoritairement détenu par l’État et les sociétés du secteur public audiovisuel> avec une participation minoritaire (20 %) de partenaires privés » (Durand, 1998 : 89).

  • 15  Signalons que la publication des scores d’audience n’a pas toujours été la règle. Les enquêtes off (...)

10Aujourd’hui, Médiamétrie est une source de données pour les chercheurs puisqu’elle fournit des résultats chiffrés sur la composition des publics : scores et parts d’audience, palmarès des émissions les plus regardées, durée d’écoute moyenne de la télévision par jour pour différentes tranches d’âge et/ou catégories socio-professionnelles, etc. (www.mediametrie.fr )15.

  • 16  En 2003, O. Appé était le directeur du département télévision de Médiamétrie.

11Ses praticiens contribuent au champ académique depuis 1979, sans doute sous l’impulsion de Jacques Durand, qui a occupé des fonctions directoriales dans les deux instituts entre 1975 et 1990. À l’exception de ce dernier (32 textes recensés), huit auteurs ont produit chacun un seul texte. Il s’agit de livraisons occasionnelles, consistant souvent à présenter les outils développés par leur institut (par exemple, Olivier Appé16 et Jean Mauduit, 2003), ou encore pour assumer le rôle de porte-parole officiel de l’audience (par exemple, Aglietta, 2001).

L’INA : l’exploitation des données quantitatives recueillies par les mesures de l’audience

  • 17  Pour M. Souchon (entretien, 2 février 2005), l’INA représentait le lieu d’une liberté de manœuvre (...)

12L’INA, établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), créé par la réforme de l’audiovisuel de 1974, est chargé de la conservation du patrimoine audiovisuel national (les archives), de l’exploitation et de la mise à disposition de ce patrimoine ainsi que d’accompagner les évolutions du secteur audiovisuel à travers des activités de recherche, de production audiovisuelle et de formation professionnelle (missions énoncées sur son site, www.ina.fr). Si ses praticiens n’avaient pas pour mission de développer des outils de mesure de l’audience ou des protocoles d’enquêtes, à l’instar du CEO17, le financement d’enquêtes et la politique de soutien de l’Institut semblent néanmoins favoriser cette problématique, dans un cadre plus proche de celui du champ académique que de celui des exigences industrielles. Ainsi, à partir de 1974, l’industrie médiatique dispose à la fois d’outils et d’idées pour l’exploitation de la problématique des publics de télévision. Les interventions de l’INA dans le champ académique sont le fait de quelques acteurs et la résultante de leurs trajectoires professionnelles. Nous pouvions voir, sur la figure 1, que ce foyer important se caractérise par une quantité impressionnante de publications (43) signées par un faible nombre d’auteurs (4). Parmi ceux-ci figurent Michel Souchon, directeur du Groupe d’études des systèmes de communication entre 1975 et 1985, Régine Chaniac et Gisèle Bertrand. Cette dernière a contribué à la large publicisation, auprès des chercheurs universitaires, d’une enquête sur les pratiques du zapping, menée en collaboration avec Chantal de Gournay, du CNET, et Pierre-Alain Mercier, du CNRS (Bertrand, de Gournay et Mercier, 1988, 1990, 1997 ; Bertrand et Mercier, 1993 ; Bertrand, Derèze et Mercier, 1995). Elle a aussi mis en circulation les résultats de travaux sur les processus de décision en lien avec la télévision au sein des familles (Bertrand, 1999).

Le CNET : le représentant de la recherche professionnelle sur les usagers des médias

  • 18  Aujourd’hui, le département Recherche et développement de France Télécom se situe dans la continui (...)
  • 19  Le périodique Réseaux est soutenu par le CNRS et est reconnu par le Conseil national des universit (...)

13En marge de l’industrie médiatique, l’étude des téléspectateurs a été développée dans le cadre des activités du laboratoire de sociologie du CNET18, dirigé par le sociologue Patrice Flichy, auparavant associé aux travaux sur les publics médiatiques à l’INA. En outre, la revue Réseaux, soutenue par le Centre dès sa création en 1983 et dirigée par Flichy, constitue un lieu privilégié pour la diffusion des savoirs sur les téléspectateurs : 54 articles recensés (sur les 224 de notre corpus, soit 24 %) et quatre dossiers : « La réception des médias. L’invention du téléspectateur » (Beaud, 1990), « Les théories de la réception » (Beaud et Quéré, 1994), « Les jeunes et l’écran » (Jouët et Pasquier, 1999) et « Figures du public » (Mehl et Pasquier, 2004). Réseaux a contribué fortement à inscrire les téléspectateurs sur l’agenda académique en donnant la parole aux chercheurs et aux praticiens dont les contributions ont fait autorité dans le champ académique19.

Complémentarité des recherches : entre substitution et addition

14Globalement, les interventions des praticiens dans le champ académique ont été complémentaires à celles des universitaires dans divers dossiers de revue et ouvrages collectifs. Par exemple, Daniel Dayan indique aux lecteurs d’Hermès que « bien entendu, il serait futile de partir <à la recherche du public> sans tenir compte de la pratique quotidienne des mesures d’audience » (1993 : 21). En 2003, Régine Chaniac, de l’INA, dirige, pour le compte d’Hermès, un dossier sur le thème de « L’audience » qui réunit des résultats d’enquête de chercheurs universitaires (Jeanneret et Patrin-Leclère), des entretiens avec des dirigeants de chaînes de télévision et des questionnements méthodologiques de praticiens (Fraisse et Le Diberder). Jacques Durand (1993) et Michel Souchon (1993b) publient les premières définitions des concepts d’« audience » et de « publics de la télévision » dans le Dictionnaire critique de la communication, coordonné par Lucien Sfez.

15La représentation graphique de l’évolution, entre 1964 et 2004, des publications signées par des praticiens en comparaison de celles des chercheurs universitaires (voir la figure 2), aide à préciser les deux formes successives de leurs interventions au sein du champ académique :

  • entre 1964 et 1992, les publications des uns se substituent à celles des autres. Dans un premier temps, les chercheurs universitaires inaugurent le domaine des recherches. Dans un deuxième temps, les praticiens maintiennent l’objet à l’agenda scientifique pendant les retraits occasionnels des chercheurs, assurant ainsi l’intérim avant leur retour ;

  • par la suite, entre 1993 et 2004, les recherches menées par les uns et les autres dans les deux champs évoluent en parallèle (on observe des pics de publication identiques), s’additionnant pour ainsi constituer des savoirs sur les téléspectateurs. Cependant, les publications des chercheurs universitaires sont majoritaires, et ce, de manière constante. On assiste alors à une récupération, voire à une appropriation de l’objet par le milieu académique ; en 1996, 2000 et 2004, nous ne recensons aucun texte écrit par un praticien.

Figure 2. Évolution des publications sur les téléspectateurs signées par les praticiens et les chercheurs universitaires (1964-2004)

Figure 2. Évolution des publications sur les téléspectateurs signées par les praticiens et les chercheurs universitaires (1964-2004)
  • 20  L’histoire de ce désintérêt est détaillée dans le cadre de notre thèse.

16Entre 1974 et 1987, nous avons relevé peu de textes écrits par les chercheurs universitaires. Cela est l’effet d’un désintérêt pour les « téléspectateurs », provoqué par la réorientation des projets engagés au sein du Centre d’étude des communications de masse (CECMAS). Ce désintérêt est apparu lorsque l’activité de réception a été pensée sur le mode de la standardisation, de l’identification et de la propagande sous l’influence des travaux de Marshall Mac Luhan (1968) et des théoriciens critiques de l’École de Francfort (Adorno, 1963). En outre, la télévision est devenue un objet illégitime aux yeux de l’opinion publique et des chercheurs. La popularisation des programmes et l’ingérence des pouvoirs publics dans le traitement de l’information télévisée au moment des événements de mai 68 ont entraîné un déficit de légitimité du média (Brochand, 1994 ; Michel, 1995 : 72-79), tandis que les critiques formulées par les sociologues de la culture à l’égard des tenants du CECMAS (Bourdieu et Passeron, 1963) ont ajourné la problématique20.

  • 21  L’extraction des publications sur l’audience (59 recensées sur un total de 263« identifiables ») a (...)

17En contre-partie, grâce aux mesures d’audience, on disposait d’une somme renouvelée et disponible de données empiriques et valides sur les téléspectateurs mais peu exploitées par la recherche universitaire. Ce sont les praticiens qui ont assuré les publications scientifiques sur ce sujet : Régine Chaniac (1988), directrice de recherche à l’INA, dirige le dossier « Télévision. La mesure de l’audience » pour Les dossiers de l’audiovisuel, une revue éditée par l’INA. Ce numéro contient 10 textes de praticiens qui présentent les outils et les acteurs de ce secteur d’activité. Deux années plus tard, Réseaux, édité par le CNET, publie son dossier « La réception des médias. L’invention du téléspectateur ». La thématique de l’audience y est reprise, dans une perspective historique et comparative par des chercheurs universitaires (Méadel, 1990 ; Pasquier, 1990), aux côtés de praticiens qui s’interrogent sur les résultats des mesures (Carmagnat, 1990 ; Souchon, 1990). En 1991, une revue académique, Médiaspouvoirs, publie un dossier sur « Les médias et leurs publics » et réunit à nouveau des contributions de praticiens sur l’audience (Durand ; Souchon). Cette problématique s’élargit grâce à un compte rendu d’une enquête menée par le chercheur en communication Dominique Boullier et à une réflexion sur la complexité des réceptions par le sémiologue Eliseo Veron. Par ailleurs, les instituts éditent des ouvrages qui rendent accessibles un certain nombre de questions déjà posées sur ce thème (IREP, 1989) ainsi que les « secrets » de la fabrication de l’audience (Médiamétrie, 1991), contribuant aussi à placer les téléspectateurs en position haute sur l’agenda des recherches. La part de textes sur l’audience parmi l’ensemble des éléments publiés21 est sensiblement plus importante durant la période 1988-1993 que celle de 1994-2004 : 38 % contre 13 % (voir figure 3). Par ailleurs, 45 % des publications sur l’audience (29 sur 64) sont diffusées au cours de la première période (1988-1993).

Figure 3. La part des publications sur l’audience dans l’ensemble des publications académiques sur les téléspectateurs (1964-2004)

Figure 3. La part des publications sur l’audience dans l’ensemble des publications académiques sur les téléspectateurs (1964-2004)

Une modélisation des interventions des praticiens dans le champ académique

18Les interventions des praticiens dans le champ académique se caractérisent par une relative diversité : elles se situent à plusieurs niveaux de la chaîne de fabrication des savoirs. Si l’on fait appel aux compétences professionnelles des praticiens pour présenter leurs outils de mesure de l’audience (Durand, 1998), pour décrire la composition et la consommation audiovisuelle des téléspectateurs (Souchon, 1985), ceux-ci assument également d’autres fonctions. Ils produisent des outils de fabrication et de mise en circulation des savoirs, ils diffusent un savoir ainsi qu’un savoir-faire et ils structurent des domaines de recherche (voir tableau 1).

Tableau 1. Interventions des praticiens dans le champ académique

Production d’outils de fabrication et de mise en circulation des savoirs

Diffusion d’un savoir et d’un savoir-faire

Structuration d’un domaine de recherche

  • Organisation de séminaires (journées d’étude, ateliers, conférence…) réunissant praticiens et chercheurs universitaires

  • Création (édition, financement…) de revues scientifiques

  • Production d’enquêtes (financement, appel d’offre, commande…)

  • Activités d’enseignement à l’université ou dans les écoles spécialisées

  • Rédaction d’articles dans des revues scientifiques, d’ouvrages et de chapitres dans des ouvrages collectifs

  • Participation à des manifestations scientifiques

  • Participation à des comités de rédaction (ou scientifiques) de revues

  • Direction de dossiers de revues ou d’ouvrages collectifs

  • Participation à la définition des concepts et aux fondements d’un domaine de recherche

  • Mise en réseau de collaborateurs

Produire des outils

19L’industrie médiatique participe à la production des outils de fabrication et de diffusion des connaissances au sein du champ académique. Depuis les années 1960, à différents moments, des instituts organisent des séminaires où sont exposés des résultats d’enquête, où sont soumises des réflexions aux critiques d’une assemblée composée de praticiens et de chercheurs. Faute d’archives, il n’est souvent fait mention de ces manifestations que dans le témoignage des acteurs concernés. Cela ne signifie pas pour autant que ces rencontres ne jouent aucun rôle dans la formation des connaissances. Par exemple, citons les journées d’étude organisées par l’IREP. Si les débats ont souvent adopté une perspective marketing, ils ont porté sur les médias, les recherches, l’audience, etc. En témoignent les intitulés de ces journées : « Contribution des panels à la mesure des audiences de télévision » (juillet 1973), « Les médias : études, expériences et recherches actuelles » (octobre 1979), « Les médias, la publicité, la recherche »(décembre 1989). Les thématiques présentées se rapprochent souvent de celles traitées ensuite à l’université (Chaniac, 2003). Citons également l’INA, qui organise depuis le début des années 1990 les « ateliers méthodologiques », le « collège iconique », les « Lundis de l’INA ». Chacune de ces manifestations a pour vocation d’associer les « chercheurs, archivistes-documentalistes, universitaires et professionnels de l’INA », de susciter l’échange entre « chercheurs, professionnels de l’audiovisuel, théoriciens, enseignants, et public, réunis par le même besoin d’une réflexion commune sur l’image, les médias et la communication » (www.ina.fr). En outre, l’Institut a organisé en 2002 un forum international de discussion et d’échanges sur le thème « Le temps des médias », qui a réuni de nombreux chercheurs universitaires français et étrangers.

20L’industrie médiatique produit des outils de production et de diffusion des connaissances lorsqu’elle participe à la création et à l’animation de revues. Celles-ci sont nécessaires à l’activité scientifique, en tant que « vecteur[s] du débat rhétorique par lequel le fait scientifique est construit » (Bougnoux et Rasse, 2002 : 7). Elles nécessitent une force de travail importante puisqu’il s’agit de recueillir, expertiser, mettre en forme, corriger des textes, et de trouver un financement suffisant pour leur édition et leur mise en circulation. Les revues ont assuré la mise en circulation des recherches sur les téléspectateurs par la publication d’articles et de dossiers (ceux-ci représentent 62 % des références sur les téléspectateurs recensées entre 1964 et 2004, soit 224 éléments sur 359). Plusieurs des périodiques concernés émanent du champ professionnel, notamment Les dossiers de l’audiovisuel et Réseaux.

21En dernier lieu, le champ professionnel a financé plusieurs enquêtes ou a participé à leur financement. À titre d’exemples : un organisme commandite une équipe de chercheurs universitaires pour la réalisation d’une étude dans le cadre de thèses de doctorat ou de programmes de recherche émanant du laboratoire auquel ils sont rattachés ; des instituts de recherche professionnels s’associent à des laboratoires universitaires ou au CNRS. Ainsi pouvons-nous citer plusieurs études de ce type qui ont jalonné l’histoire des recherches sur les téléspectateurs en France : celle sur les usages du magnétoscope commandée par le CNET (Bertrand, de Gournay et Mercier, 1988) ; l’enquête quantitative « lancée par le Centre national de la cinématographie, France Télécom et l’Institut national de l’audiovisuel » (Arnal et Busson, 1997 : 951) sur les pratiques du zapping ; l’appel d’offre commandité par le Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations, pour une étude de la représentation et de la réception des images télévisuelles de l’immigration (Meyer et al., 2005).

Diffuser des compétences

  • 22  À ce sujet, voir les actes du colloque « Enseignement du cinéma et de l’audiovisuel. État des lieu (...)
  • 23  J.-M. Charon est chercheur au CNRS rattaché au Centre d’étude des mouvements sociaux. Il enseigne (...)

22Les praticiens diffusent leurs savoirs et savoir-faire grâce à des activités d’enseignement et surtout à l’écriture d’articles scientifiques. Des professionnels de l’industrie médiatique ont exercé ou exercent des activités d’enseignement à l’université, notamment dans les départements d’information-communication où certains cours nécessitent le savoir-faire de professionnels (journalisme, photographie, communication d’entreprise, création numérique…)22. Par exemple, Michel Souchon, audience researcher à l’ORTF, l’INA, France Télévisions, est intervenu à plusieurs reprises à l’Institut français de presse à la demande de Jean-Marie Charon23, comme Jacques Durand, qui y a assuré un poste de chargé d’enseignement entre 1967 et 1983 ; François Mariet, président du conseil scientifique de l’IREP, occupe des fonctions directoriales dans l’industrie publicitaire et est également professeur en gestion des médias à l’Université Paris Dauphine ; Emmanuel Fraisse, directeur général du CESP, a enseigné la littérature française à l’Université de Cergy Pontoise jusqu’en 2003 ; en 1966, Jean Cazeneuve, alors élu professeur de sociologie à la Sorbonne, mène, en parallèle, une carrière professionnelle à l’ORTF (1964-1974) puis à la société nationale de télévision TF1 (1971-1978). Certains, comme Jacques Durand (entretien, 2 février 2005), mettent un point d’honneur à souligner cette double compétence : « J’avais l’impression que, quand on était professionnel, il était impératif d’avoir en parallèle une activité soit de recherche soit d’enseignement. Pendant des années, j’ai tenu à avoir cette double activité. »

  • 24  Cet argument est à prendre en considération compte tenu de la faible quantité d’ouvrages scientifi (...)
  • 25  D. Cardon est chercheur au laboratoire de sociologie des usages de France Telecom R&D et chercheur (...)

23En revanche, en ce qui concerne les publications, les chiffres mentionnés en introduction renseignent sur une importante activité d’écriture dans le domaine des recherches sur les téléspectateurs : 46 auteurs pour 111 interventions depuis les années 1960. Le plus souvent, celles-ci se font sous la forme d’articles, aux côtés des contributions des chercheurs universitaires, mais nous relevons aussi la présence d’ouvrages individuels24 (Souchon, 1969, 1980 ; Bertrand, de Gournay et Mercier, 1988 ; Cazeneuve, 1989 ; Bahu-Layser, Chavenon et Durand, 1990 ; Tassi, 2005). Concrètement, les propos portent sur la mesure quantitative des auditoires telle qu’elle est pratiquée au sein de l’industrie médiatique, c’est-à-dire le recensement des téléspectateurs présents devant tel programme à tel moment. Les auteurs traitent de la production des données (outils, indicateurs, etc.) et de leur utilisation au sein des chaînes de télévision (lien entre les chiffres d’audience et la conception des grilles de programmes, etc.). Par exemple, il s’agit de contributions intitulées « Audience. Définition et méthodes de mesures » (Durand, 1993), « Sondages et programmes » (Grandcoing et al., 1988), « Pour une utilisation complète de l’audimétrie » (Souchon, 2003). Ici, c’est la compétence professionnelle des individus qui est sollicitée : ceux-ci présentent leurs savoirs et savoir-faire aux universitaires. À d’autres moments, ils développent des réflexions problématisées, sur les pratiques spectatorielles (sens du zapping, conditions d’usage des équipements connexes, par exemple le magnétoscope, l’organisation de la pratique au sein de groupes sociaux ou familiaux). Ils se positionnent aussi comme des intermédiaires entre les publics et l’institution médiatique : ils sont les relais de l’expression des goûts, attentes, opinions, plébiscites, critiques des individus (« Les Français et leurs médias : le désenchantement », Missika, 1991 ; « Le médiateur : entre émetteur et récepteur », Guicheney, 2002). D’une part, les interventions se font sur un mode classique – le praticien livre au profane la compétence en lien avec sa fonction professionnelle (il est un expert et/ou un témoin) – ; d’autre part, elles s’effectuent sur un mode partagé : le praticien adopte une perspective de chercheur qui se traduit dans la nature du discours et dans son mode d’écriture (problématisation, référence à des textes scientifiques). Signalons également les interventions des praticiens lors de manifestations scientifiques ; par exemple, celle de Dominique Cardon25 lors du colloque « Les sens du public » tenu à l’Université de Picardie (7-8 mars 2002) ; celle de Régine Chaniac lors de la journée d’étude « Questionnements croisés sur le public et l’audience », organisée à l’Institut français de presse (1er avril 2005).

Organiser un domaine de recherche

  • 26  O. Donnat est docteur en sciences économiques, responsable du programme « Pratiques et consommatio (...)
  • 27  A. Delarge et J. Spire sont attachés de conservation à l'Écomusée de Fresnes (Val-de-Marne), où il (...)

24Enfin, les praticiens participent à l’organisation du domaine des recherches sur les téléspectateurs. Cette intervention est peut-être la plus intéressante à étudier dans la mesure où elle se démarque des activités « classiques » de production et de diffusion de compétences. Nous pensons aux praticiens qui figurent parmi les membres des comités de rédaction (ou comités scientifiques, d’orientation) des revues. En quelque sorte, celles-ci organisent l’agenda des recherches : aussi, les personnes qui en assurent le fonctionnement plus ou moins direct font de même. Si, le plus souvent, peu de praticiens participent à ces lieux de fabrication, nous avons remarqué que plusieurs auteurs « professionnels » de notre corpus sont parmi les plus actifs dans ce domaine. Par exemple, pour la revue Hermès, en 1993, un seul praticien figure parmi les 35 membres du comité de rédaction et il s’agit d’un des auteurs les plus importants de notre corpus : Jacques Durand. En 2006, la « rédaction en chef » de la revue, plus restreinte (17 membres), se compose de chercheurs académiques et de Régine Chaniac, directrice de recherche à l’INA et elle aussi auteure importante des recherches sur les téléspectateurs. En 2006, nous identifions trois praticiens sur les six participants au comité de rédaction de Réseaux, dont deux sont présents dans notre recension (Dominique Cardon et Olivier Donnat26) ; Chantal de Gournay, du CNET, est l’une des deux professionnelles qui en composent le conseil scientifique. De plus, certains professionnels assurent la direction de dossiers de revues ou celle d’ouvrages collectifs. Il s’agit d’une activité ponctuelle de collecte et de mise en perspective de textes sur un thème précis. Ce type d’exercice a l’avantage de réunir en un même lieu plusieurs voix et permet l’échange, voire la confrontation des expériences et des points de vue. De fait, cette situation favorise l’activité scientifique. En ce qui concerne les périodiques, citons Régine Chaniac (1988), qui a dirigé « Télévision. La mesure de l’audience » pour Les dossiers de l’audiovisuel, ainsi que « L’audience. Presse, radio, télévision, internet » pour Hermès (en 2003) et Gisèle Bertrand (1993), chercheure à la Direction de la recherche et de l’expérimentation à l’INA, qui a dirigé « Les approches du téléspectateur » pour Les dossiers de l’audiovisuel. Michel Souchon (1973, 1991b) a coordonné les ouvrages collectifs Anatomie d’un feuilleton : François Gaillardet L’enfant devant la télévision. Plus récemment, on doit à Alexandre Delarge et Juliette Spire27 (2002) la réunion de textes sur La télé au logis, tandis qu’Emmanuel Fraisse organisait, la même année, l’édition de Mesurer l’audience des médias : du recueil des données au mediaplanning.

25L’action structurante des praticiens se manifeste aussi lorsque ceux-ci participent de la définition des concepts et des fondements (théoriques, méthodologiques) d’un domaine de recherche. Il s’agit de produire des écrits (état des lieux, définition) qui ont valeur de « textes de références » parce qu’ils sont destinés à des dictionnaires, des manuels, des dossiers fondateurs, etc. Des praticiens ont été sollicités pour cet exercice dans le domaine des études d’audience : nous avons déjà mentionné les définitions produites pour un Dictionnaire critique de la communication (Durand, 1993 ; Souchon, 1993b). En 1989, Jacques Durand réalise un « Inventaire des recherches en langue française » sur les méthodologies des études d’audience ; en 1993, Michel Souchon produit un « texte essentiel » des sciences de l’information et de la communication, à destination de l’ouvrage éponyme dirigé par Daniel Bougnoux. En 1997, un texte du même auteur, intitulé simplement « L’audience de la télévision » et publié six ans plus tôt dans Réseaux, est diffusé de nouveau (première forme de labellisation) dans le collectif Sociologie de la communication édité par le CNET, qui offre « un panorama à la fois cumulatif et actualisé des développements de la recherche […], un recueil en forme de bilan ouvert » (deuxième forme). Citons aussi l’« Histoire des indicateurs de l’audience » proposée par Michel Souchon (1998).

Conclusion

26À partir des années 1990, le champ académique a eu tendance à s’émanciper des recherches professionnelles, pour développer les versants ethnographiques, voire anthropologiques (Dayan, 2003), et expérimentaux (Chabrol, Courbet et Courbet-Fourquet, 2004) des enquêtes sur la réception télévisuelle ; ce qui conduisait Michel Souchon à regretter un « divorce existant, en France, à la différence d’autres pays, entre les recherches académiques et les recherches professionnelles sur la télévision » (1998 : 96). Néanmoins, la question de l’audience des médias est toujours d’actualité dans le champ académique (Chaniac, 2003).

27Cette étude a permis de caractériser précisément les apports des praticiens dans le développement des recherches académiques sur les téléspectateurs. Cependant, elle ne constitue qu’un fragment, non seulement d’une recherche épistémologique fondée sur un corpus de publications, mais aussi d’un dispositif théorique et méthodologique permettant d’embrasser les éléments constitutifs de l’évolution d’un objet scientifique : c’est-à‑direles interactions entre des intérêts de chercheurs, leurs trajectoires, une configuration d’idées, l’animation de lieux et d’outils de mise en circulation des savoirs. Ainsi avons-nous observé que, si les discours professionnels ont parfois des finalités différentes de ceux des universitaires (présentation d’un outil, compte rendu descriptif de résultats, commentaires pour les premiers, article long et fouillé, appareillage théorique et méthodologique important pour les seconds), les pratiques des uns peuvent aussi se rapprocher de celles des autres dans la fabrication des connaissances. L’intérêt de ce travail pourrait être augmenté avec une analyse des positions et des intérêts des différents acteurs dans leurs champs respectifs (Bourdieu, 1984, 1997). Comment les propriétés spécifiques de chacun en viennent-elles à se rejoindre, par exemple dans la livraison d’un dossier de revue ? Lorsqu’un praticien s’exprime sur l’utilité des mesures de l’audience dans le champ académique, perturbe-t-il l’autonomie de ce dernier, transgresse-t-il les intérêts liés à sa pratique, franchit-il les frontières de son propre champ d’activités, augmente-t-il ou non son capital professionnel ?

Haut de page

Bibliographie

ADORNO, T. W. (1963), « L’industrie culturelle », Communications, 3, p. 12-18.

AGLIETTA, J. (2001), « L’audience, un concept de statisticien ? », Les dossiers de l’audiovisuel, 100.

APPÉ, O., et J. MAUDUIT (2003), « Câble et satellite : il était une fois MédiaCabSat », Hermès, 37, p. 95-103.

ARNAL, N., et A. BUSSON (1997), « Les possesseurs de magnétoscope : vers de nouvelles pratiques audiovisuelles », dans P. BEAUD, P. FLICHY, D. PASQUIER, L. QUÉRÉ (dir.), Sociologie de la communication, Paris, Cnet, p. 949-958.

BAHU-LEYSER D., H. CHAVENON et J. DURAND (1990), Audience des médias. Guide France-Europe, Paris, Eyrolles.

BALLE, F. ([1980] 2001), Médias et sociétés, Paris, Éditions Montchrestien, 10e édition.

BEAUD, P. (dir.), (1990), « La réception des médias », Réseaux, 39.

BEAUD, P., et L. QUÉRÉ (dir.) (1994), « Les théories de la réception », Réseaux, 68.

BENOIT, S. (2003), « Une direction des études dans une chaîne de télévision publique », Hermès, 37, p. 167-174.

BERTHO LAVENIR, C. (2000), La démocratie et les médias au xxe siècle, Paris, A. Colin.

BERTRAND, G. (dir.) (1993), « Les approches du téléspectateur », Les dossiers de l’audiovisuel, 51.

BERTRAND, G. (1999), « Pratiques télévisuelles dans la famille et processus de décision », Réseaux, 92-93, p. 315-342.

BERTRAND, G., C. DE GOURNAY et P.-A. MERCIER (1988), « Le programme global », Réseaux, 32.

BERTRAND, G., C. DE GOURNAY et P.-A. MERCIER (1990), De l’audience à la réception, Paris, Cnet/INA/Cnrs.

BERTRAND, G., C. DE GOURNAY et P.-A. MERCIER (1997), « Le programme global », dans P. BEAUD, P. FLICHY, D. PASQUIER, L. QUÉRÉ (dir.), Sociologie de la communication, Paris, Cnet, p. 831-842.

BERTRAND, G., G. DERÈZE et P.-A. MERCIER (1995), « De quelques temporalités de la réception télévisuelle », Recherches en communication, 3, p. 137-171.

BERTRAND, G., et P.-A. MERCIER (1993), « Le zapping, une histoire ancienne ? », Les dossiers de l’audiovisuel, 51, p. 52-54.

BOUGNOUX, D., et P. RASSE (dir.) (2002), Place et enjeux des revues pour la recherche en Infocom (actes du colloque), Nice, SFSIC.

BOULLIER, D. (1987), La conversation télé, Rennes, Lares.

BOULLIER, D. (1991), « Savez-vous parler télé ? », Mediaspouvoirs, 21, p. 173-186.

BOURDIEU, P. (1984/2002), Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU, P. (1997), Les usages sociaux de la science, Paris, INRA Éditions.

BOURDIEU, P., et J.-C. PASSERON (1963), « Sociologues des mythologies ou mythologie des sociologues », Les Temps modernes, 211, p. 998-1021.

BRETON, P., et S. PROULX (2002), L’explosion de la communication – à l’aube du xxième siècle, Paris, Éditions La Découverte.

BROCHAND, C. (1994), Histoire générale de la radio et de la télévision en France. Tome II 1944-1974, Paris, La documentation française.

CALBO, S. (1998), Réception télévisuelle et affectivité : une approche ethnographique sur la réception des programmes sériels, Paris, L’Harmattan.

CARDON, D., et J.-Ph. HEURTIN (2003), « Dans les coulisses du public. Un regard ethnographique sur le travail des programmateurs du Téléthon », dans D. CEFAÏ et D. PASQUIER (dir.), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, p. 419-442.

CARMAGNAT, F. (1990), « Lu dans la presse : un système passif de mesure d’audience », Réseaux, 39, p. 109-115.

CAZENEUVE, J. (1989), Les hasards d’une vie : des primitifs aux téléspectateurs, Paris, Buchet-Castel.

CHABROL, C., D. COURBET et M.-P. FOURQUET-COURBET (dir.) (2004), « Psychologie sociale, traitements et effets des médias », Questions de communication, 5.

CHABROL, J.-L., et P. PERIN (1991), Le zapping, Paris, Cnet/Réseaux.

CHANIAC, R. (dir.) (1988), « Télévision. La mesure de l’audience », Les dossiers de l’audiovisuel, 22.

CHANIAC, R. (dir.) (2003), « L’audience. Presse, radio, télévision, Internet », Hermès, 37.

CHARON, J.-M. (dir.) (1991), « Les médias et leur public », Mediaspouvoirs, 21, p. 92-191.

COURBET, D. (2004), « L’influence non-consciente des publicités vues furtivement et aussitôt oubliées. Une méthode d’étude socio-cognitive appliquée à l’Internet », Questions de communication, 5, p. 83-102.

COURBET, D., et M.-P. FOURQUET (dir.) (2003), La télévision et ses influences, Bruxelles, Éd. de Boeck/Ina.

D’ALMEIDA, F., et Ch. DELPORTE (2003), Histoire des médias en France de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion.

DAYAN, D. (dir.) (1993), « À la recherche du public », Hermès, 11-12, p. 11-326.

DAYAN, D. (2000), « Télévision : le presque-public », Réseaux, 100, p. 427-456.

DAYAN, D. (2003), « Sociologie des médias : le détour par l’ethnographie », dans S. MOSCOVICI et F. BUSCHINI (dir.), Les méthodes des sciences humaines, Paris, Presses universitaires de France, p. 445-464.

DAYAN, D., et E. KATZ (1996), La télévision cérémonielle, traduit de l’anglais et refondu par D. Dayan, avec la collaboration de J. Feydy et M. Robert, Paris, Presses universitaires de France.

DELARGE, A., et J. SPIRE (dir.) (2002), La télé au logis. Usages de la télévision, Paris, Éditions Creaphis.

DONNAT, O. (1991), « L’usage des médias dans les enquêtes <pratiques culturelles des français> », Mediaspouvoirs, 21, p. 123-131.

DONNAT, O. (1998), Les pratiques culturelles des Français. Enquête 1997, Paris, La documentation française.

DUMAZEDIER, J. (1955), Télévision et éducation populaire. Les télé-clubs en France, Paris, Unesco.

DURAND, J. (1986), « Le rôle des sondages dans le domaine de l’audiovisuel », Communication et langages, 67, p. 105-108.

DURAND, J. (1989), « Méthodologie des études d’audience – Inventaire des recherches en langue française », dans INSTITUT DE RECHERCHES ET D’ÉTUDES PUBLICITAIRES, L’audience et les médias, Éditions d’Organisation, p. 235-253.

DURAND, J. (1991), « L’évolution des audiences de la radio et de la télévision au cours des quarante dernières années », Mediaspouvoirs, 21, p. 132-143.

DURAND, J. (1993), « Audience – Définition et méthodes de mesure », dans L. SFEZ (dir.), Dictionnaire critique de la communication. Tome 2, Paris, Presses universitaires de France, p. 1034-1037.

DURAND, J. (1998), « Les études sur l’audience de la radio-télévision en France », Quaderni, 35, p. 79-92.

DURAND, J. (2004), « Rencontre avec Jean Oulif », Le Temps des médias, 3, p. 138-141.

FLEURY, B., et J. WALTER (dir.) (2002), « Enseignement du cinéma et de l’audiovisuel. État des lieux et perspectives », Questions de communication, série Actes, 2.

FOURQUET, M.-P. (2000), Communication des organisations et réception, approche psycho-socio-cognitive de l’influence : le cas de la communication politique. Thèse en sciences de l’information et de la communication, Nancy, Université Nancy 2.

FRAISSE, É. (dir.) (2002), Mesurer l’audience des médias : du recueil des données au mediaplanning, Paris, Dunod.

FRAISSE, É. (2003), « Que mesure-t-on quand on mesure l’audience ? », Hermès, 37, p. 51-62.

GRANDCOING, C., M. SOUCHON, B. DELECOUR et R. CHANIAC (1988), « Sondages et programmes », Les dossiers de l’audiovisuel, 22, p. 49-53.

GUICHENEY, G. (2002), « Le médiateur : entre émetteur et récepteur », dans A. DELARGE et J. SPIRE (dir.), La télé au logis. Usages de la télévision, Paris, Éditions Creaphis, p. 45-55.

INSTITUT DE RECHERCHE ET D’ÉTUDES PUBLICITAIRES (Irep) (1989), L’audience et les médias, Paris, Éditions d’Organisation.

JEANNERET, Y., et V. PATRIN-LECLERE (2003), « Loft Story 1 ou la critique prise au piège de l’audience », Hermès, 37, p. 143-154.

JOST, F. (1997), « La promesse des genres », Réseaux, 81.

JOUËT, J. (2005), « Du bonheur de la psychologie sociale », Questions de communication, 8, p. 135-144.

JOUËT, J., et D. PASQUIER (dir.) (1999), « Les jeunes et l’écran », Réseaux, 92-93.

LATOUR, B. (1989), La science en action, traduit de l’anglais par M. Biezunski, texte revu par l’auteur, Paris, Éditions La Découverte.

LE DIBERDER, A. (2003), « La mesure d’audience des nouveaux médias : une bonne réponse mais quelle est la question ? », Hermès, 37

LE GOAZIOU, V. (1999), « Le corps des téléspectateurs », Réseaux, 92-93, p. 293-314.

LE GRIGNOU, B. (2003), Du côté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris, Éditions Economica.

LOCHARD, G., et J.-Cl. SOULAGES (1998), La communication télévisuelle, Paris, A. Colin.

MACÉ, É. (2003), « Le conformisme provisoire de la programmation », Hermès, 37, p. 127-135.

MAIGRET, É. (2003), Sociologie de la communication et des médias, Paris, A. Colin.

MARCHAND, P. (dir.) (2004), Psychologie sociale des médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Mc LUHAN, M. (1968), Pour comprendre les médias, traduit de l’anglais par J. Paré, Paris, Seuil.

MÉADEL, C. (1990), « De la formation des comportements et des goûts. Une histoire des sondages à la télévision dans les années 50 », Réseaux, 39, p. 37-56.

MÉADEL, C. (1998), « De l’émergence d’un outil de quantification », Quaderni, 35, p. 63-78.

MÉADEL, C. (2001), « Naissance d’une science de l’audience : premiers travaux sur les téléspectateurs », dans D. GEORGAKAKIS, et J.-M. UTARD (dir.), Sciences des médias. Jalons pour une histoire politique, Paris, L’Harmattan, p. 123-132.

MÉDIAMETRIE (1991), Télévision 1990 : Le livre de l’audience, Paris, Éditions Economica.

MEHL, D., et D. PASQUIER (dir.) (2004), « Figures du public », Réseaux, 126.

MEYER, V. et al. (à paraître), Les traductions médiatiques de l’immigration : (re)production, représentation et réception des images, rapport final dans le cadre du programme d’études 2003 du FASILD « Immigration et médias : représentations de l’immigration et rôle des médias », Paris, La documentation française.

MICHEL, H. (1995), Les grandes dates de la télévision française, Paris, Presses universitaires de France.

MISSIKA, J.-L. (1991), « Les Français et leurs médias : le désenchantement », Mediaspouvoirs, 21, p. 97-114.

MOUGEOTTE, É. (2003), « Entretien. La loi d’airain du Médiamat », propos recueillis par R. Chaniac et J.-P. Jézéquel, Hermès, 37, p. 107-115.

OULIF, J. (1956), « L’opinion des téléspectateurs et son approche », Cahiers d’études de radio-télévision, 8, p. 461-467.

PASQUIER, D. (1990), « Une télévision sur mesure : les données d’audience dans le système américain », Réseaux, 39, p. 77-92.

PASQUIER, D. (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

RIEFFEL, R. (2001), Sociologie des médias, Paris, Ellipses.

SFEZ, L. (dir.) (1993), Dictionnaire critique de la communication, Paris, Presses universitaires de France.

SOUCHON, M. (1969), La télévision des adolescents, Paris, Éditions Ouvrières.

SOUCHON, M. (dir.) (1973), Anatomie d’un feuilleton : François Gaillard, Paris, Téma éditions.

SOUCHON, M. (1980), Petit écran, grand public, Paris, La Documentation française.

SOUCHON, M. (1985), « Petit écran, grand public : des nouvelles récentes », Réseaux, 11, p. 59-74.

SOUCHON, M. (1990), « Les programmateurs et leurs représentations du public », Réseaux, 39, p. 93-105.

SOUCHON, M. (1991a), « Où va la télévision française ? », Médiaspouvoirs, 21, p. 144-152.

SOUCHON, M. (dir.) (1991b), L’enfant devant la télévision, Paris, Casterman.

SOUCHON, M. (1993a), « Le vieux canon de 75. L’apport des méthodes quantitatives à la connaissance du public de la télévision », dans D. BOUGNOUX (dir.) Sciences de l’information et de la communication. Textes essentiels, Paris, Éditions Larousse.

SOUCHON, M. (1993b), « Public/publics de la télévision », dans L. SFEZ (dir.), Dictionnaire critique de la communication. Tome 2, Paris, Presses universitaires de France.

SOUCHON, M. (1998), « Histoire des indicateurs de l’audience », Quaderni, 35, p. 93-106.

SOUCHON, M. (2003), « Pour une utilisation complète de l’audimétrie », Hermès, 37, p. 157-166.

TASSI, Ph. (2005), Modèles statistiques de la mesure d’audience des médias audiovisuels, Paris, Éditions Economica.

TESSIER, M. (2003), « Entretien. Le téléspectateur, au cœur de la télévision publique », propos recueillis par R. Chaniac, Hermès, 37, p. 185-190.

VERON, E. (1991), « Les médias en réception : les enjeux de la complexité », Mediaspouvoirs, 21, p. 166-172.

Haut de page

Notes

Nous remercions les évaluateurs de ce texte et le comité de rédaction de Communication : leurs critiques et suggestions nous ont conduite à préciser notre propos et notre champ d’investigation. Nous remercions également notre directeur de thèse, J. Walter, qui nous a encouragée et aidée à renforcer notre problématique.

1  Le recensement a été effectué dans le cadre d’une thèse de doctorat (en cours) sur l’organisation des recherches sur les téléspectateurs au sein du champ académique français. Nous avons navigué de bibliographies en sommaires de livraisons de revues et d’ouvrages collectifs de sciences humaines et sociales afin d’y sélectionner les publications répondant à des critères prédéfinis (choix de mots clés dans le titre, comme « téléspectateur », « réception », « public », « effet »…). Le plus ancien texte recensé est daté de 1964, de fait, il inaugure un corpus stabilisé en 2004 afin d’en permettre l’exploitation. Dès les années 1950, des chercheurs posent la question des comportements des téléspectateurs, notamment sous l’impulsion d’instituts professionnels ou d’organismes comme l’Unesco, e.g.l’enquête menée par J. Dumazedier (1955) sur le rôle de la télévision en tant qu’outil éducatif. Le manque d’exhaustivité est l’une des limites de notre sélection, circonscrite à l’Hexagone par souci d’exploitation optimale des textes. Par ailleurs, ce mode opératoire oblige à déterminer ce qui est ou non du domaine des recherches sur l’objet « téléspectateur » :ce qui pose la question de sa définition.

2  Nous utilisons la terminologie « praticiens » pour désigner les acteurs du champ professionnel, par opposition aux chercheurs universitaires.

3  En fonction du nombre de textes recensés pour chacun, nous avons identifié un groupe d’auteurs principaux, c’est-à-dire ceux qui sont intervenus le plus souvent sur la question. Il se compose de deux cercles : pour le premier, cinq auteurs, ayant publié entre 14 et 26éléments – les praticiens J. Durand (24 publications) et M. Souchon (26 publications), et les chercheurs académiques D. Dayan, D. Pasquier et D. Boullier –, pour le second, 14 acteurs (entre 5 et 9 publications), parmi lesquels trois praticiens.

4  Dans les années 1960, J. Durand a été initié aux réflexions sur les pratiques téléspectatorielles lorsqu’il assistait aux séminaires des chercheurs sur les communications de masse (R. Barthes, G. Friedmann, E. Morin) à l’École pratique des hautes études (ÉPHE). Ce faisant, il pratiquait les études d’audience au Service des études d’opinion de l’ORTF, puis au Centre d’étude de l’opinion et à Médiamétrie (1972-1990). Ensuite, il a été chargé de mission à la Présidence d’Antenne 2-FR3 et à Radio France Internationale. En parallèle, il participait aux comités scientifiques du CESP et de l’IREP. Il est aujourd’hui à la retraite.

5  Après une thèse sur la réception de la télévision par des adolescents, réalisée sous la direction du sociologue G. Friedmann, dans le cadre des activités du Centre d’étude des communications de masse (CECMAS) à l’ÉPHE, M. Souchon se dirige vers le champ professionnel. Il devient responsable d’études pour le Service des études d’opinion de l’ORTF (l’ancêtre de Médiamétrie) où il retrouve J. Durand. Puis, il dirige le Groupe d’études des systèmes de communication de l’INA (1975-85), est ensuite consultant à TF1 et à Antenne 2 au moment de la privatisation et finalement il occupe la présidence de France Télévisions (1990-1995). La thèse, publiée en 1969 sous le titre La télévision des adolescents, constitue pour plusieurs chercheurs, à l’instar de S. Chalvon-Demersay, « la première enquête empirique menée en France sur la réception de la télévision » (entretien mené avec la directrice de recherche CNRS, 19 mars 2004).

6  La diffusion des travaux des universitaires dans le champ professionnel pourrait être l’objet d’une autre investigation.

7  Cet examen a été plus amplement développé dans le cadre de notre thèse.

8  Évidemment, ce procédé comporte également des limites méthodologiques, dans la mesure où la présence de l’enquêteur au domicile des individus peut entraîner une modification des comportements (exagération ou inhibition des réactions). Comme l’expliquent D. Pasquier (1999) et J. Jouët (2005), ils se sentent parfois en situation d’examen scolaire.

9  Une quatrième approche d’ordre sémiologique, développée dès les années 1960 par des chercheurs du Centre d’étude des communications de masse (notamment C. Metz), consiste à saisir les interprétations possibles des contenus médiatiques. Partant de l’idée selon laquelle « tout document audiovisuel est donc, à l’origine, chez le spectateur, des processus de construction inférentielle de <figures anthropoïdes> (témoin, artiste, etc.) qui règlent sa réception » (Lochard et Soulages, 1998 : 206), il s’agit alors de dessiner les décodages potentiels des messages à partir de leur analyse fine (Jost, 1997). En ce sens, les « théories de la réception idéale » ainsi nommées par G. Lochard et J.-Cl. Soulages (1998 : 205) ne s’intéressent pas à la rencontre entre le média et son récepteur, mais à un à priori de rencontre.

10  Tous les entretiens rapportés dans le texte ont été menés par nos soins, dans le cadre de notre recherche doctorale.

11  Pour une présentation de J. Oulif, voir l’article écrit par son successeur J. Durand (2004).

12  En 1953, le succès de la diffusion, en direct, du couronnement de la reine d’Angleterre confère à la télévision une qualité supplémentaire : « Le média […] permet la participation d’une multitude à un même événement » (Bertho Lavenir, 2000 : 217).

13  Des compétences se développent aussi dans le champ publicitaire, via le CESP et l’IREP. Le premier était chargé de « faire des enquêtes, recueillir des données sur les audiences » (J. Durand, entretien, 2 février 2005), tandis que le second avait pour ambition d’être « un forum pour permettre aux chercheurs en publicité de venir exposer leurs recherches » (ibid.). Depuis la fin des années 1960, l’IREP organise des séminaires où sont présentés et diffusés les échanges entre chercheurs et professionnels des médias sur les panels, l’écoute des émissions, la mesure de la qualité des programmes, les effets des publicités télévisuelles, la signification des résultats d’audience, etc.

14  À l’heure actuelle, le panel se compose de 2 300 foyers et est géré par la société Médiamétrie (voir infra).

15  Signalons que la publication des scores d’audience n’a pas toujours été la règle. Les enquêtes officielles produites par la RTF, l’ORTF, puis le CEO demeuraient quasi confidentielles ; elles n’étaient pas rendues publiques et « l’usage purement interne » des résultats – « outils politiques, très strictement contrôlés et largement confidentiels » (Méadel, 2001 : 126) – était vivement reproché aux différents organismes de mesure. C’est l’une des raisons pour lesquelles des études extérieures (distribution de questionnaires, réunions de groupe, interview en profondeur sur de petits échantillons, etc.) ont été menées en parallèle par d’autres secteurs comme l’Institut français d’opinion publique (Durand, 1998 : 81-82).

16  En 2003, O. Appé était le directeur du département télévision de Médiamétrie.

17  Pour M. Souchon (entretien, 2 février 2005), l’INA représentait le lieu d’une liberté de manœuvre par opposition au CEO, rattaché au gouvernement à qui il devait rendre des comptes : « Je suis rentré sans trop de difficultés au Service de la Recherche de l’INA où je suis resté 10 ans, de 1975 à 1985, bénéficiant là d’une grande liberté de manœuvres, c’est-à-dire que je faisais exactement ce qui me plaisait, m’amusait, m’intéressait ; il ne fallait pas que ça coûte trop d’argent, mais j’allais chercher, aux services du premier ministre, chez Jacques Durand [au CEO], des chiffres, des documents qui me permettaient de continuer à travailler, à voir un peu ce que devenaient la télévision, les programmes, la programmation, les comportements des téléspectateurs. J’ai travaillé sans trop de préoccupations d’utilité. […] J’ai publié des travaux, un livre Petit écran, grand public au début des années 80, qui faisait le résumé de tous ces travaux, de ma vie, mon entrée à l’ORTF et à l’INA. »

18  Aujourd’hui, le département Recherche et développement de France Télécom se situe dans la continuité des activités développées par le Cnet : « Fondé en 1944, le Cnet a contribué de façon déterminante aux progrès des services et des réseaux de télécommunications français, ainsi qu’à l’édification d’une industrie forte dans ce secteur » (source : www.rdfrancetelecom.com).

19  Le périodique Réseaux est soutenu par le CNRS et est reconnu par le Conseil national des universités (CNU) parmi les revues scientifiques insérées dans le champ des sciences de l’information et de la communication.

20  L’histoire de ce désintérêt est détaillée dans le cadre de notre thèse.

21  L’extraction des publications sur l’audience (59 recensées sur un total de 263« identifiables ») a été effectuée à l’aide de mots clés (audience, audimètre…) et de lectures de contenu.

22  À ce sujet, voir les actes du colloque « Enseignement du cinéma et de l’audiovisuel. État des lieux et perspectives » (Fleury et Walter, 2004) organisé par l’Association française des enseignants et chercheurs en cinéma et audiovisuel.

23  J.-M. Charon est chercheur au CNRS rattaché au Centre d’étude des mouvements sociaux. Il enseigne la sociologie des médias à l’Institut d’études politiques de Paris. Entre 1990 et 1993, il a dirigé la revue Médiaspouvoirs, pour laquelle il constitue le dossier « Les médias et leurs publics » en 1991.

24  Cet argument est à prendre en considération compte tenu de la faible quantité d’ouvrages scientifiques (universitaires et praticiens confondus) publiés sur les téléspectateurs, en France : 37 contre 224 articles recensés (soit 8 % de l’ensemble).

25  D. Cardon est chercheur au laboratoire de sociologie des usages de France Telecom R&D et chercheur associé au Centre d’étude des mouvements sociaux. En collaboration avec J.-Ph. Heurtin (2003), il a mené une étude sur les rapports entre pratiques médiatiques et sociabilité à partir d’une enquête ethnographique sur les coulisses du programme télévisé Téléthon.

26  O. Donnat est docteur en sciences économiques, responsable du programme « Pratiques et consommations culturelles » au ministère de la Culture et de la Communication. Il a conduit plusieurs enquêtes quantitatives et qualitatives sur les pratiques culturelles des Français (Donnat, 1998).

27  A. Delarge et J. Spire sont attachés de conservation à l'Écomusée de Fresnes (Val-de-Marne), où ils ont organisé l'exposition « Viens chez moi y a la télé » (février-octobre 2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le nombre d’auteurs praticiens et leurs publications selon les secteurs d’activité (1964-2004)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/887/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 2. Évolution des publications sur les téléspectateurs signées par les praticiens et les chercheurs universitaires (1964-2004)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/887/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 3. La part des publications sur l’audience dans l’ensemble des publications académiques sur les téléspectateurs (1964-2004)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/887/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Ségur, « Les interventions des praticiens dans les recherches académiques sur les téléspectateurs en France », Communication, Vol. 25/2 | 2007, 79-106.

Référence électronique

Céline Ségur, « Les interventions des praticiens dans les recherches académiques sur les téléspectateurs en France », Communication [En ligne], Vol. 25/2 | 2007, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/887 ; DOI : 10.4000/communication.887

Haut de page

Auteur

Céline Ségur

Céline Ségur est doctorante en sciences de l’information et de la communication, Centre de recherche sur les médiations (Crem, EA 3476), ATER, Département information-communication Université Paul Verlaine-Metz. Courriel : cesegur@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org