Communication http://communication.revues.org Communication accueille articles, notes de recherches et notes de lectures qui abordent le champ d’études des communications de masse, tant du côté des contenants (les médias grands et petits, anciens et nouveaux) que des contenus (information, publicité, musique, fiction, images, etc.) que des usages et des usagers. Communication est multidisciplinaire. Elle se veut un carrefour de diffusion des travaux menés dans les sciences de la communication et autres sciences humaines sur l’un ou l’autre aspect des communications de masse. Alain RABATEL, Michèle MONTE et Maria das Graças SOARES RODRIGUES (dir.) (2015), Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn Affranchies du domaine de l’irrationnel, les émotions suscitent actuellement un regain d’intérêt chez les chercheurs en sciences de la communication. Appréhendées sous l’angle de leur fonction discursive, qu’elles constituent des ressources de l’argumentation ou son objet propre, les émotions sémiotisées offriraient en effet une assise au « vivre ensemble » et « engage[raient] à l’action », notamment politique (Laurence Kaufmann et Fabienne Malbois, p. 26 ; Alain Rabatel, p. 152). C’est dans cette perspective que l’ouvrage collectif codirigé par Alain Rabatel, Michèle Monte et Maria das Graças Soares Rodrigues s’inscrit, avec cela de particulier qu’il interroge la dimension publique des émotions par le biais de leur inscription médiatique. Revenant sur la célèbre affaire du Sofitel — soit l’arrestation du directeur du Fonds monétaire international (FMI) et candidat à la présidentielle française, Dominique Strauss-Kahn (DSK), en mai 2011 à New York, pour agression sexuelle sur la per...

]]>
Léonore Cabin http://communication.revues.org/6975 2016-09-02
Vindicien KAJABIKA (2012), Télévision, crise et télé-réalité. Des questions et des réponses. Des problèmes et des solutions L’ouvrage de Vindicien Kajabika entreprend l’examen de l’introduction de la téléréalité dans le paysage télévisuel depuis une décennie en l’associant à la crise économique traversée par le secteur. Ce travail, qui s’inscrit dans une perspective socioéconomique des médias, argumente l’hypothèse que la téléréalité est présentée par les chaînes de télévision comme une solution à la crise de la télévision « traditionnelle ».

Dans ce contexte, l’auteur débute par l’analyse des notions de crise et de télévision traditionnelle (premier chapitre). D’abord, la notion de crise est appréhendée à l’aide de trois courants de pensée. Il s’agit de l’école libérale classique, de l’école néolibérale et de l’analyse marxiste ; l’auteur se positionne entre les deux premières pour traiter son sujet. Ensuite, Kajabika tente de clarifier ce qu’il entend par télévision traditionnelle. Ce terme générique inclurait tant la télévision généraliste publique que la télévision généraliste privée et serait — en p...

]]>
Ioanna Vovou http://communication.revues.org/6916 2016-09-02
Rémy LE CHAMPION et Benoît DANARD (2014), Les programmes audiovisuels L’écriture d’un manuel est réputée être un exercice difficile. Principalement destiné aux étudiants, ce type d’ouvrage doit permettre également à des chercheurs de s’y référer, soit comme vade-mecum, soit comme première entrée dans un nouveau champ d’investigation. Si l’on en attend un panorama du sujet ainsi qu’un état des connaissances sur celui-ci, il est de rigueur que se dessine néanmoins une perspective critique. Cette nouvelle édition des Programmes audiovisuels ne remplit qu’en partie ce cahier des charges.

On pourra tout de suite poser la question des termes : audiovisuel, dans l’ouvrage, renvoie avant tout à télévisuel, si bien qu’on ne comprend pas pourquoi ce dernier terme n’a pas été retenu, alors que le premier pourrait faire penser à un élargissement systématique à Internet, aux fournisseurs d’accès et de réseaux, pourquoi pas aux festivals, aux collectivités, etc. Cela étant dit, il est incontestable que la lecture de l’ouvrage donne accès à un grand nombre d’informa...

]]>
Julien Péquignot http://communication.revues.org/6923 2016-09-02
Les alchimistes de la parole en ligne Cet article étudie l’économie de la contribution, c’est-à-dire ce que font les acteurs, industriels ou collectifs, des contributions des internautes. Une économie se met en place qui prend comme matériau de base le travail de commentaire, évaluation, comparaison, appréciation accompli par les internautes, qui en organise la collecte et la traite pour produire de la valeur ajoutée sous différentes formes. L’article s’intéresse donc aux activités de valorisation qui se développent à partir de ces contributions et prend comme terrain d’étude, pour une première exploration, le champ des industries culturelles.

]]>
Cécile Méadel Francesca Musiani Joëlle Farchy http://communication.revues.org/6793 2016-09-02
L’interopérabilité culturelle et l’interculturalité L’auteure présente un exemple de l’interopérabilité qui s’oriente sur les dimensions culturelles marquées par la différence ainsi que par l’ouverture sur d’autres cultures. Au sein de cet univers interculturel où l’usage des technologies de l’information et de la communication est devenu un facteur significatif d’évolution intégré dans le partage des connaissances, l’interopérabilité et la coopération avec les autres permet de développer la capacité de mobiliser en collaboration, de comprendre la richesse de la diversité des cultures, d’assurer l'interopérabilité des systèmes, des normes internes et externes, et d’établir un cadre efficace et durable pour l'échange de bonnes pratiques.

]]>
Reine Al Sahyouni Bou Fadel http://communication.revues.org/6636 2016-09-02
Érika WICKY (2015), Les paradoxes du détail. Voir, savoir, représenter à l’ère de la photographie « Au cœur de l’articulation entre voir et savoir, au XIXe siècle, se trouve la notion de détail, véritable paradigme de la perception visuelle qui a cristallisé les aspirations liées à l’observation rapprochée, mais qui en a aussi exaspéré les paradoxes » (p. 9). L’auteure amorce ainsi son ouvrage, qui se divise en sept grands chapitres où elle exploite, pour étayer son propos, plusieurs corpus d’œuvres, tant littéraires qu’iconographiques.

« Le détail ». « L’importance accordée au détail au XIXe siècle s’accompagne de la nécessité de penser sa relation au tout » (p. 25). Cependant, accorder trop d’importance au détail comporte aussi le danger de perdre la notion de la vue d’ensemble qui fait sens. C’est aussi assister à la mutation du détail en « fragment » qui ne saurait « s’inscrire dans un tout » (p. 28), alors que le détail intervient dans un rapport « permanent et continuel à la totalité » (p. 28). 

« Le détail fidèle, du tableau à la photographie ». Dans cette partie, Érika Wi...

]]>
Pierre Gosselin http://communication.revues.org/7006 2016-09-02
Paul WATZLAWICK, John WEAKLAND et Richard FISCH (1975/1974), Changements – Paradoxes et psychothérapie Le bon sens et la « logique » conduisent souvent à l’échec [...] tandis qu’un comportement « illogique » et « déraisonnable » [...] produit le changement recherché (p. 11) ;

bien que la logique et le bon sens puissent, le cas échéant, présenter d’excellentes solutions [...] de temps à autre, nous constatons un changement « illogique » et surprenant, qui débloque une situation sans issue (p. 11).

Si, depuis toujours, « le changement est au cœur des préoccupations [...] de la société en général », à ce jour « le discours des dirigeants d’entreprise et les programmes des hommes politiques usent abondement [et explicitement] du mot “changement” pour signifier à la fois les notions de projets, de progrès et d’innovations ». Telle est la déclaration que l’on découvre sur la page de présentation du site de la chaire ESSEC Recherches pour penser et réussir le changement, lancée à Paris (Université de Paris-Est) en 2011 ; déclaration qui se poursuit ainsi : « Le concept de changement est aisé ...

]]>
Denis Benoit http://communication.revues.org/7002 2016-09-02
Cecilia VON FEILITZEN et Johanna STENESEN (dir.) (2014), Young People, Media and Health. Risks and Rights Établir un état des lieux de la recherche internationale concernant l’incidence des pratiques médiatiques des jeunes sur leur santé et leur bien-être : tel est l’objectif des 14 contributions qui composent l’ouvrage collectif dirigé par Cecilia Von Feilitzen et Johanna Stenesen. Les auteurs de cette édition 2014 du Yearbook de l’International Clearinghouse on Children, Youth and Media, supervisé par le réseau Nordicom, affichent une double démarche. D’une part, il s’agit de s’interroger sur un sujet largement investi dans le débat public, les répercussions des médias sur l’équilibre des jeunes étant régulièrement dénoncées par divers acteurs. D’autre part, en sus de l’analyse, il s’agit de proposer des solutions pratiques et adaptées aux éventuels problèmes induits par les pratiques médiatiques juvéniles.

La santé, ici, est abordée sous un angle multidimensionnel : elle n’est pas seulement comprise au sens physique et médical, mais elle intègre aussi les conditions psychologiques de ...

]]>
Lucie Delias http://communication.revues.org/6998 2016-09-02
Peter VERSTRATEN (2009), Film Narratology Dans Aspects of the Novel, E. M. Forster terminait son chapitre sur « l’histoire » (the story) en s’exclamant, « un peu tristement », « Yes — oh dear yes — the novel tells a story » (1927/1982 : 53). On pourrait résumer l’argument de la théorie narratologique du cinéma que Peter Verstraten développe dans Film Narratology en paraphrasant Forster : « Oui, les films racontent bien une histoire », histoire qu’il définit comme la représentation d’un développement temporel perceptible — « the representation of a (perceptible) temporal development » (p. 13) — et qu’il utilise comme synonyme de narration (la même définition pour la narration que pour l’histoire était proposée dans l’introduction, p. 8). Ou du moins la plupart des films racontent une histoire, ainsi qu’il le montre dans son premier chapitre, « Is cinema essentially narrative? ». La question se pose notamment en ce qui concerne les tout premiers films, conçus comme des attractions, comme La sortie des usines Lumière (1895), q...

]]>
Isabelle Roblin http://communication.revues.org/6996 2016-09-02
Fred TURNER (2013), Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence Le livre de Fred Turner est incontournable pour quiconque s’intéresse à l’histoire d’Internet sous l’influence des courants culturels, scientifiques et politiques. Son ouvrage, dont l’idée principale porte sur l’évolution progressive des technologies d’information de la contre-culture américaine des années 1960 à la cyberculture actuelle, est très bien documenté puisqu’il fait référence tant aux expériences des protagonistes concernés et aux relations qui se créent entre eux qu’au contexte politique et idéologique des dernières décennies. Dans cet ouvrage, Turner met en lien un certain nombre de figures-clés des théories de l’information (Norbert Wiener, Gregory Bateson, Marshal McLuhan…) ; bon nombre de lecteurs découvriront les connexions possibles entre ces auteurs autour des théories des systèmes, théories qui seront le fil conducteur tout au long du livre.

À travers le parcours de Steward Brand, personnage principal, l’auteur livre l’aventure d’un « passeur » d’idées influencé s...

]]>
Akila Nedjar-Guerre http://communication.revues.org/6994 2016-09-02