Navigation – Plan du site
Recherches

Les représentations de l’amitié sur Facebook

Un continuum hors ligne/en ligne
Kelly Cadec et Serge Proulx

Résumés

Les auteurs proposent une réflexion sur les représentations sociales de l’amitié hors ligne et en ligne sur Facebook. Leur enquête vise à comprendre de quelle manière les utilisateurs définissent « l’amitié » dans le quotidien, pour ainsi comparer ces définitions avec celles qui sont effectivement créées et entretenues « en ligne » sur Facebook. Ils cherchent aussi à comprendre ce que les usagers pensent de leurs relations en ligne. L’objectif est d’illustrer le rôle particulier joué par Facebook dans le développement de relations amicales entre ses utilisateurs par l’explicitation de diverses stratégies déployées par eux pour gérer l’ensemble de leur réseau de contacts sur la plateforme.

Haut de page

Texte intégral

1Des chercheurs soutiennent que l’utilisation des médias sociaux ne s’effectue pas de la même manière selon l’appartenance générationnelle. Ils comparent ainsi divers types d’usages comme la consultation et la création de contenus, l’interaction avec d’autres utilisateurs, agissant ou non à titre de relais d’information (voir, par exemple, l’enquête NETendances, 2013). Nous souhaitions ainsi comparer les discours et les usages de ces deux groupes d’utilisateurs pour constater nous-mêmes le fait avéré ou non de différences entre les cohortes générationnelles. Chaque groupe d’âge de l’échantillon était composé en parts égales de femmes et d’hommes. La construction des cohortes s’est réalisée ainsi selon les critères suivants : répartition sociodémographique équilibrée entre les deux groupes du point de vue du genre et de l’âge ; utilisateurs inscrits depuis au moins un an sur Facebook ; faire montre d’une activité importante sur la plateforme (au moins une visite et une activité par jour) ; accepter la visite en ligne de l’enquêtrice dans le réseau personnel de l’utilisateur en enlevant les restrictions de confidentialité (s’il y a lieu) afin qu’elle puisse observer les caractéristiques du profil et les interactions qui s’y déroulent. Les critères de l’inscription et du niveau d’activité étaient principalement mobilisés pour être en mesure de repérer des personnes possédant des connaissances suffisantes de l’outil Facebook pour pouvoir en discuter de manière approfondie avec l’enquêtrice.

La stratégie méthodologique

2Nous avons opté pour une enquête qualitative exploratoire réalisée auprès de 12 usagers de Facebook appartenant respectivement à deux groupes d’âge contrastés : 18 à 30 ans, d’une part, 50 ans ou plus, d’autre part. Notre enquête s’est déroulée en deux temps. La première étape a consisté à observer pendant un mois les activités en ligne des 12 usagers. Nous avons ensuite réalisé avec chacun des participants un entretien semi-dirigé d’une durée d’environ 90 minutes, y compris une observation en présence d’une durée d’environ 15 minutes. Nous postulons que la compréhension de l’usage passe d’abord par une description fine de l’expérience de l’usager. Nous avons ainsi conjugué deux techniques distinctes de collecte de données : l’observation non participante et les entretiens semi-dirigés. Nous avons fait nôtres certains principes d’ethnographie virtuelle (Hine, 2008) en portant une attention particulière aux connexions entre les mondes « hors ligne » et « en ligne » plutôt que de les considérer comme des espaces a priori séparés.

3Une fois les participants sélectionnés, nous avons eu une première rencontre téléphonique pour expliquer le déroulement de la recherche et les règles de confidentialité. À cette étape, nous invitions le participant à nous envoyer une « demande d’amitié » pour nous permettre de réaliser l’observation non participante d’une durée d’un mois. Nous avons effectué ces observations au moyen d’une grille structurée. La première section de cette grille fait état des informations personnelles visibles sur leur mur : ville, sexe, âge, liens particuliers (liens familiaux), nombre d’amis, nombres de photographies, nombre et type d’éléments présents. La deuxième section décrit les interventions du participant sur son propre mur (mise à jour de statut, partage de photos, liens vers des articles). Cette section met en exergue l’usage que le participant lui-même fait de sa page Facebook. La troisième section, dédiée aux interventions des amis sur la page du participant, prend en compte la nature et la récurrence des interventions. Cela favorise la connaissance des amis les plus actifs (toutes interactions confondues : j’aime ou like, commentaire, publication…) sur la page Facebook du participant. La dernière section, consacrée aux récurrences observables chez le participant, ouvre vers l’explicitation de normes invisibles au sein de la plateforme. En résumé, ce travail d’observation a permis de tracer un portrait de chacun des participants et de préparer adéquatement les entretiens semi-dirigés qui ont suivi. Chaque entretien s’accompagnait d’une seconde observation (en présence) de leur utilisation de Facebook. Nous débutions avec des questions générales à propos de l’amitié hors ligne, telles que « Pour vous, qu’est-ce qu’une ou un ami ? », pour ensuite interroger le participant sur la nature de relations amicales plus précises. Ensuite, nous abordions notre questionnement sur leur usage de Facebook (outil et fréquence de connexion, motivation à intégrer le réseau, usages réalisés sur la plateforme, etc.). La dernière partie de l’entretien intégrait la thématique de l’amitié en ligne et les liens possibles entre leur sociabilité en ligne et hors ligne.

4En ce qui concerne l’analyse des données, notre démarche s’est effectuée par itérations constantes entre le processus de collecte et l’analyse proprement dite. Dès les premières étapes de la collecte, nous organisions nos idées pour amorcer l’analyse. Nous revenions ensuite à nos données pour en vérifier la pertinence et améliorer la qualité de notre collecte future. Cette démarche itérative a permis d’optimiser la qualité des données recueillies en même temps que de mettre en relief la pertinence et la vraisemblance des interprétations faites par les usagers eux-mêmes (voir sur ce thème : Mukamurera, Lacourse et Couturier, 2006). Notre analyse cherche à saisir les éléments de continuité (ou non) entre les sphères d’activités hors ligne et en ligne des utilisateurs. Nous aborderons cinq dimensions : ce que l’usage de la plateforme sociotechnique signifie pour les usagers ; les itérations entre les deux mondes (hors ligne et en ligne) ; la reproduction de normes relationnelles plus ou moins implicites ; l’évocation (rapide) de la fonction de ce dispositif en tant qu’outil de gestion de l’amitié ; l’intériorisation par les participants des néologismes proposés par la plateforme. Pour conclure, nous insisterons sur trois aspects qui nous apparaissent significatifs : les normes implicites agissant dans l’espace numérisé ; les représentations de sens commun d’une opposition entre les mondes « réel » et « virtuel », séparation qui ne s’avère pas effectivement dans le registre des activités des participants ; enfin, nos interrogations concernant l’aspect socialisant (ou non) de la plateforme rejoignent notre hypothèse d’un enchevêtrement serré entre « monde hors ligne » et « monde en ligne ».

Ce que l’usage de la plateforme signifie pour les participants

5Nos conversations avec les participants font voir qu’ils perçoivent une continuité entre leurs mondes « en ligne » et « hors ligne ». Leurs activités en ligne, la construction de leur identité numérique, les relations personnelles qu’ils créent par l’intermédiaire du Web sont considérées par les participants comme un simple prolongement de leur « personne réelle ». En ce qui concerne leurs représentations de leurs usages de la plateforme, il semble donc qu’il n’y ait pas a priori de séparation entre un « personnage en ligne » et une autre personne qui serait « hors ligne ». Il s’agit d’une continuité explicable, notamment par l’imbrication de la plateforme Facebook dans le quotidien des usagers et la présence d’acteurs du monde hors ligne.

  • 1 Tous les noms sont fictifs, mais les âges sont ceux des participants cités.

6En réponse à des questions telles que « L’utilisation de Facebook a-t-elle une influence sur vos relations hors ligne ? Et si oui, de quelles manières ? », les participants sont unanimes : être sur Facebook modifie de façon considérable leurs relations sociales. Ces transformations sont de différentes natures. L’effet le plus fréquemment cité est le rôle de facilitateur et d’accélérateur dans la création de relations amicales. Le dispositif facilite et accélère le processus pour trois raisons. En premier lieu, il fait émerger des champs d’intérêt communs qui ne seraient pas visibles hors ligne, ce qu’explique Marie (23 ans)1 : « Ça m’a permis de connaître des gens qui avaient les mêmes intérêts que moi. On a commencé à aller voir des shows de théâtre. Virginie est un bon exemple de ça. On est devenues plus amies. » En deuxième lieu, la mise en visibilité des activités partagées, des événements communs et des différentes interactions (like, commentaires…) participe au développement de certaines formes de sociabilité :

Je ne sais pas si ça les modifie, mais ça les facilite, le fait de se voir, d’avoir des nouvelles […] Julien, la bande dont je te parlais, les amis d’amis, on avait des photos sur Facebook, on se commentait et on se likait des affaires. Je pense que ça a accéléré le fait qu’ils m’ont inclus dans la gang. […] J’aurais peut-être eu plus de gêne si Facebook n’existait pas. Mais avec des amis que j’ai déjà je ne pense pas que ça me rapproche plus d’eux, mais c’est plus facile pour garder contact. (Maxime, 23 ans)

7En troisième lieu, l’outil, simple à utiliser, semble un facilitateur de rencontres hors ligne et, conséquemment, favorise la création des relations personnelles : « Oui j’ai des amitiés où Facebook a joué un rôle au début pour faciliter le fait de se voir ou de savoir si on allait être au même [endroit, au même] moment » (Marion, 25 ans). Ce constat s’applique aux relations comportant un degré d’intimité assez faible : début de relation, auprès des connaissances ou encore des amis d’amis. D’après nos observations, le dispositif participe principalement à l’entretien des liens avec les connaissances du quotidien ou avec les liens dits faibles : « Je trouve que c’est un outil de plus pour garder une relation en vie, mais ça ne remplace pas [une amitié hors ligne]. […] C’est facile d’organiser des choses, c’est facile juste de dire un petit bonjour » (William, 50 ans) ; « Ça peut être juste le fait qu’on garde un contact » (Bernard, 71 ans). Le simple fait d’être connecté au réseau maintient la relation même si les échanges sont quasi inexistants : « Ça peut rapprocher un peu d’une certaine façon parce que même si tu te vois pas, tu gardes quand même ce contact-là » (Alex, 27 ans). Nous nous interrogeons alors sur la place de l’outil dans les relations plus intimes, car comme l’exprimait précédemment Maxime (23 ans), l’utilisation de Facebook ne rapprocherait pas plus les véritables amis. Facebook agirait vraisemblablement davantage sur le maintien des liens faibles que sur celui des liens forts. En ce qui concerne ceux-ci, Facebook représente un outil complémentaire pour communiquer, comme l’indique Pierre (26 ans) : « C’est comme si c’était le prolongement des relations qu’on entretenait dans la vraie vie. […] On dirait que c’est juste un autre lieu de discussion puis de rencontre. »

8Les participants considèrent que le dispositif peut également avoir une incidence négative sur les relations, lorsqu’ils découvrent ainsi des informations qu’ils auraient préféré ne pas connaître. Alex (27 ans) donne un exemple de ces « mauvaises surprises » : « Des personnes qui étaient à un endroit alors qu’elles n’étaient pas censées être à cet endroit ou avec ces personnes-là. » Le mensonge et la tromperie s’affichent sur le réseau. La mise en visibilité des comportements ou des activités des usagers qui resteraient cachés et méconnus dans la vie hors ligne risque d’entacher la relation entre les deux individus. Le dévoilement d’éléments de la personnalité de « l’ami Facebook » devient alors un frein dans une relation. Par exemple, Christine (50 ans) s’aperçoit de l’individualisme de certains de ses amis Facebook : « Tu constates à quel point les gens sont peu préoccupés des autres et que c’est juste moi, moi, moi… », ou encore Emmanuelle (51 ans) découvre de l’intolérance dans les publications de ses amis. Lorsque nous la questionnons sur ce qu’elle ressent, elle avoue : « L’affection que j’ai envers eux est intacte, mais l’image que j’ai d’eux… » Malgré ces découvertes, l’ami n’est pas retiré du réseau. Les publications seront simplement cachées ou ignorées par le participant, ce qui lui permettra de ne pas « perdre la face » (Goffman, 1974) lors d’une rencontre future possible. Certains traits de caractère ou certains champs d’intérêt font surface et deviennent visibles sur la plateforme. C’est ainsi que le dispositif peut autant rapprocher que freiner, mais encore une fois, ce frein semble agir uniquement dans le cas de liens faibles, car les participants font rarement des découvertes sur la personnalité de leur ami proche par Facebook.

Les itérations entre les mondes « hors ligne » et « en ligne »

9Nous avons découvert ce que nous appelons des « va-et-vient », c’est-à-dire des éléments qui voyagent de la vie hors ligne à la plateforme numérique et inversement. Ces va-et-vient prennent des formes multiples. Il est possible que ce soit des conversations hors ligne lancées par des articles ou des informations lus préalablement sur la plateforme. Comme l’explique Luc (54 ans), « on a tous vu les mêmes affaires, donc on a un sujet de conversation » ; ou Emma (23 ans) : « [Facebook] permet d’alimenter encore plus nos discussions à l’extérieur, quand on se voit : <Tu as vu ce qu’elle a posté ?>, <Qu’est-ce que t’as mis sur son mur ?>. » Les va-et-vient prennent aussi la forme d’un remerciement sur le mur d’un ami à la suite d’un geste posé dans la vie hors ligne :

Dernièrement il s’est passé quelque chose de vraiment intense avec Cécile. Elle était dans une mauvaise passe. […] Je l’ai confrontée dans la vraie vie. […] Après elle est allée poster un truc sur mon wall pour me remercier. Puis elle est venue me parler en privé pour me remercier. (Pierre, 26 ans)

10Dans ce genre de situations, la plateforme se transforme en outil de communication pour diffuser le remerciement ou la présence de l’ami. Elle a aussi une fonction pragmatique liée à l’organisation de la vie quotidienne entre amis. La prise de contact et l’organisation pour la rencontre hors ligne commencent sur la plateforme Facebook : « Un ami qui est venu souper, on s’est contacté par Facebook. J’ai un ami qui organise un party pour six, ça passe aussi par Facebook » (Luc, 54 ans). Les exemples de va-et-vient sont variés et parfois même appréhendés par les usagers. Par exemple, Pierre (26 ans) sait d’avance qu’une amie lui ayant posté un article lui en reparlera en face à face : « Je sais que cette personne-là, je vais la voir dans la vraie vie et qu’elle va me parler de son article de licorne. » Cet exemple est aussi révélateur d’un phénomène récurrent dans le discours des participants : leurs représentations d’une opposition entre le virtuel et le réel. Les participants utilisent le terme vrai pour distinguer leur vie hors ligne : la « vraie vie », les « vraies relations », les « vrais amis », les « vraies discussions », comme Alex (27 ans) qui dit : « si c’est des vrais amis dans la vraie vie […] », ou William (50 ans) qui, à la question « Comment définiriez-vous une ou un ami ? », répond : « Quel sens tu veux, parce que sur Facebook c’est pas comme dans la vraie vie. » Cette représentation d’une séparation entre le « monde réel » et le « monde virtuel » ne semble toutefois concerner que le registre linguistique, car en ce qui a trait aux expériences vécues des participants, le monde « hors ligne » et le monde « en ligne » ne sont pas perçus comme deux mondes distincts. Ce qui se déroule dans l’univers numérique est ressenti par les participants comme « très réel ».

La (re)production de normes relationnelles plus ou moins implicites

11L’amitié est régie par des règles souvent non écrites qui coordonnent les interactions. Ces « règles de convenance » sont des « règles implicites élaborées par les partenaires, et propres à chaque relation d’amitié pour une période donnée » (Bidart, 1997 : 311). Lorsque ces règles sont enfreintes, l’individu « perd la face ». Il se sent mal à l’aise en raison des sanctions sociales négatives émises par les autres acteurs en présence, lors de l’interaction. Plusieurs de ces règles de convenance sont observées dans les relations amicales hors ligne de nos participants : le maintien de la confiance par le non-jugement, le soutien, la réciprocité, le respect des moments strictement passés à deux, etc. Nous nous sommes interrogés pour savoir si ces normes sont (re)produites dans l’univers numérique. Et si tel était le cas, pouvons-nous définir de quelles manières ces normes se manifestent sur la plateforme ?

12Selon certains de nos participants, il existe une « éthique » (Pierre, 26 ans) et des « normes implicites » (William, 50 ans) à respecter dans l’espace numérique comme dans la vie hors ligne. Ces normes sont non écrites et font partie du « bon sens » (Pierre, 26 ans) pour les participants : « Ce sont des choses que tu ne peux pas faire dans ta vraie relation. Jamais j’irais écrire de la merde sur le wall d’un ami » (Pierre, 26 ans). Emma (23 ans) développe aussi cet aspect en indiquant qu’elle n’ira pas « souiller leur mur ». Marie (23 ans) est aussi de cet avis : « Les règles de vie se transposent à Facebook assez facilement. » Elle s’assure d’ailleurs lorsqu’elle publie ou commente quelque chose sur le mur d’un ami que « cela ne le mettra pas dans l’embarras ». Les règles du hors ligne s’appliquent aisément à la plateforme, car les comportements des usagers sont, selon leurs dires, les mêmes que dans le hors ligne. Ce qu’explique Marie (23 ans) : « J’agis comme j’agirais dans la vie. » Pour William (50 ans) aussi, les mêmes règles s’appliquent, car son « Facebook est un peu le reflet de [ce qu’il est] dans la vie ». Ces règles s’inscrivent dans ce que Erving Goffman appelle le « guide de conduite », c’est-à-dire « un guide pour l’action, recommandé non parce qu’il serait agréable, facile ou efficace, mais parce qu’il est convenable ou juste » (1974 : 44). Les exemples mentionnés plus haut semblent se rattacher davantage à des règles de civilité telles que le respect de l’autre (tous propos racistes ou discriminatoires sont ainsi condamnés) ou l’éthique des personnes du réseau (ne mettre personne dans des situations délicates en évitant par exemple de divulguer des photos ou des vidéos inappropriées). Cette perspective concerne aussi aux règles spécifiques entre amis intimes. Cependant, certaines normes s’appliquent uniquement à l’intérieur d’une relation donnée et à un moment donné. Les règles d’une dyade amicale ne sont pas fixées d’avance, car elles se façonnent au fur et à mesure des moments passés ensemble (Bidart, 1997). Lorsque des erreurs sont commises, des réajustements sont alors effectués. Cela s’observe aussi sur la plateforme Facebook, comme le montre l’exemple d’Emma (23 ans) qui, sans s’en rendre compte, publie une information déplacée sur le mur d’une amie. S’ensuit alors un réajustement par le retrait de ladite information :

Cela m’est déjà arrivé de poster une vidéo sur le mur d’une amie qui fumait, qui a quand même 24 ans, mais ses parents ne le savaient pas. […] Ce n’était même pas une vidéo concernant la cigarette en elle-même, mais on y voyait quelqu’un qui fumait. Puis elle, je sais pas, elle a dû faire l’amalgame avec celle qui fumait. […] Et elle m’a dit « ah non, mais ne poste pas ça ma famille ne sait pas que je fume ». « OK, OK je le supprime de suite ». (Emma, 23 ans)

13Les règles de conduite touchent l’individu de deux façons : d’une part, par les obligations, qui sont les contraintes morales l’obligeant à se comporter de telle manière, d’autre part, par les attentes, plus indirectes, qui sont ce que les autres sont tenus de faire pour lui. Habituellement, l’obligation de l’un se trouve être l’attente de l’autre (Goffman, 1974). Deux cas significatifs d’obligations/attentes apparaissent régulièrement dans le discours et le profil des participants : la nécessité de répondre à l’ami et celle de lui souhaiter son anniversaire.

14Lorsqu’une personne s’attarde à envoyer un message ou à publier sur le mur, il est de règle d’y répondre, comme les exemples suivants le montrent : « Si tu postes sur le wall de quelqu’un, c’est comme s’il fallait nécessairement que t’ailles le liker » (Pierre, 26 ans) ; « Je vais peut-être avoir l’obligation de liker ou de commenter s’il vient poster sur mon mur pour au moins montrer que je l’ai vu » (Maxime, 23 ans). Emmanuelle (51 ans) fournit un exemple concret : 

Yvonne et Joseph se sont mariés. Ils sont partis en voyage. Ils nous ont envoyé des photos du mariage, je trouve ça normal de les regarder et de mettre « C’est bien, c’est beau » ou « Belles photos ! ».

15Ces obligations/attentes sont mutuelles et réciproques. Elles s’insèrent et se manifestent à l’intérieur d’un binôme. Marie (23 ans) explique très bien la symétrie de ces attentes au sein du réseau : « [Les amis] s’attendent à ce que je réponde vite. […] Je pense qu’ils attendent une réaction et je pense que j’attends aussi une réaction. » La plateforme numérique Facebook n’est pas exempte de toute responsabilité dans l’obligation de répondre rapidement, comme le montrent les interrogations d’un participant : 

Dans les messages privés, le « vu ». « Vu » telle heure. OK, mais peut-être que je l’ai vu, mais je suis en train de fermer l’affaire. Après tu te fais dire « hey là t’as vu mon commentaire alors réponds moi », mais pourquoi on est obligé de forcer l’interaction à ce point-là ? […] C’est comme s’il fallait obligatoirement que tu répondes là. (Pierre, 26 ans)

16Ce sentiment d’obligation de réponse nous a amenés à nous interroger sur la manière dont les participants percevaient un post sur leur mur. Était-ce si important à leurs yeux qu’ils se sentaient dans l’obligation d’une réponse ? Était-ce un enjeu social ou plutôt un enjeu entre deux bons amis ? Le post (publication de statuts, photos ou vidéos) d’un ami sur le mur est considéré comme une « attention » (Emma, 23 ans et Pierre, 26 ans) de la part de l’ami, comme le soutient Bernard (71 ans) : « Tu te dis qu’il y a quelqu’un qui a pris deux minutes pour penser à toi. » Pour saisir plus profondément la perception des participants par rapport à cette « petite attention », nous avons couplé ces réponses avec celles que nous avons recueillies à la question : « Qu’est-ce qui vous amène à partager un contenu sur le mur d’un ami ? » Alex (27 ans) décrit une connexion directe entre l’envie de partager avec ses amis hors ligne et celle qui se produit en ligne : « La même envie que t’as de partager des choses avec les vraies gens. Si tu prends du plaisir à faire découvrir quelque chose à quelqu’un, et bien c’est [la même chose sur Facebook]. » Le post est toujours envoyé pour faire plaisir à l’ami soit sur un ton humoristique, soit avec des sujets plus sérieux qui font partie de leurs centres d’intérêt personnels. L’aspect ludique occupe une place importante dans le réseau, comme l’exprime William (50 ans) qui publie sur le mur de ses amis parce qu’il sait que cela va les faire rire ou comme l’explique Maxime (23 ans) : « S’[il] sen[t] que c’est quelque chose qui va le faire rire, [ou] qui va l’intéresser. » L’obligation et l’attente de réponse, abordées précédemment, peuvent être expliquées comme un signe de réciprocité dans la relation amicale. Je réponds à mon ami qui a pensé à moi et je lui renvoie à mon tour l’attention qu’il m’a portée. Cet acte marque aussi la déférence des individus les uns pour les autres, c’est-à-dire « le comportement symbolique de l’activité humaine dont la fonction est d’exprimer dans les règles à un bénéficiaire l’appréciation portée sur lui ou sur quelque chose dont il est le symbole, l’extension ou l’agent » (Goffman, 1974 : 50-51). Dans une relation donnée, on s’attend de moi à ce que j’agisse de telle ou telle manière. Sur Facebook, les amis anticipent certains types de comportements comme l’attente d’une réponse lorsque l’interaction est lancée.

17Nos entretiens montrent également l’importance morale du souhait de bon anniversaire à un ami, mais aussi toutes les normes entourant cette pratique. S’il est de règle de souhaiter sa fête à un ami (la plateforme le rappelle fréquemment), cette pratique ne s’effectue pas de n’importe quelle manière ni auprès de n’importe quel public. Souhaiter sa fête à un ami demande une réflexion sur l’intensité des liens existants avec cette personne, comme le dévoile l’interrogation de Maxime (23 ans) avant de rédiger un message de fête : « Oh, est-ce que je le connais assez pour lui dire bonne fête ? » Le souhait se formule à des personnes intimes ou avec lesquelles les interactions sont régulières : « Aux gens que je connais : la famille ou les amis proches ou les gens avec qui j’ai beaucoup d’interactions » (Christine, 50 ans). Si les liens sont trop faibles ou si les liens ne sont pas activés depuis un moment, l’échange créera un questionnement, voire un malaise, comme l’explique un participant :

[Je le souhaite] seulement auprès des gens que je fréquente. C’est pas parce que je vois son anniversaire en haut [que je vais le souhaiter]. Ça fait un an que je lui ai pas parlé, je ne vais pas lui souhaiter sa fête. C’est des affaires de convenances. […] Mettons quelqu’un à qui je n’ai pas parlé depuis longtemps puis qu’il me souhaite « joyeux anniversaire » (hésitation) qu’est-ce que cela veut dire ? (William, 50 ans)

18Emma (23 ans) abonde en ce sens : « Quelqu’un que je n’ai pas vu depuis trois ans, qui ne prend pas de mes nouvelles et qui me dit <Joyeux anniversaire>. […] Ce n’est pas méchant, mais je ne vois pas l’intérêt. » Ces dires se sont vérifiés lors des observations en présence. Lorsque nous demandons aux participants de nous décrire leur utilisation de Facebook et de nous la montrer en direct sur l’ordinateur, le souhait de l’anniversaire de l’ami est revenu de manière récurrente. La mise en évidence des anniversaires par la plateforme susciterait ce type d’interactions. Emma (23 ans) revient sur cet exemple en nous présentant son usage : « Puis le deuxième truc [que je réalise sur la plateforme] je regarde les anniversaires. […] [Dans ce cas] je n’ai pas envie de souhaiter parce que ce sont des gens que je ne connais pas depuis longtemps. » Maxime (23 ans) en discute aussi lorsqu’il nous présente son profil Facebook en présence : « Sinon après, je regarde les anniversaires. Comme là mettons ces deux-là, je les connais pas assez pour leur souhaiter leur fête. » Les manières de souhaiter bon anniversaire varient en fonction de l’intensité et de la qualité du lien noué avec l’ami. La fête sera souhaitée différemment si c’est un ami intime ou une simple connaissance du quotidien. Pour les personnes plus intimes, ce sont les outils plus personnels (et non publicisés sur le réseau) qui seront choisis, par exemple le message privé ou le téléphone, ce que soulignent les deux participants suivants : « Je vais souvent écrire un message inbox si c’est un super bon ami » (Marie, 23 ans) ; « Pour les amis les plus proches je vais prendre le téléphone » (Luc, 54 ans). Emma (23 ans) l’explique en ces termes : « Quand ce sont mes amis proches, j’ai du mal à laisser quelque chose sur le mur parce que je me dis, c’est vraiment <poche> de faire ça comme tout le monde. […] Je préfère appeler les gens. » Les pratiques du souhait d’anniversaire de l’ami montrent explicitement les normes et la déférence qui s’appliquent en fonction de la qualité de la relation initiale. Plus la qualité du lien interpersonnel est grande, plus le rituel d’interaction sera personnalisé et réalisé dans un espace intime.

19Certaines normes se reproduisent et s’échangent entre le monde « hors ligne » et le monde « en ligne ». Contrairement à l’amitié hors ligne, certaines de ces normes à l’intérieur d’une dyade ou d’un groupe d’amis prennent naissance sur la plateforme numérique. À l’écoute des différentes pratiques, la plateforme rappelle et encourage certaines dynamiques d’interactions comme l’indication omniprésente des anniversaires et le « vu » dans les messages privés. D’autres manifestations témoignent des choix (souvent binaires) proposés par le site (Livingstone, 2008) et soulignent l’absence de neutralité de la plateforme numérique. Le choix proposé par la plateforme lorsqu’une demande d’amitié est reçue se réduit soit à confirmer et donc à accepter la demande, soit à la remettre à plus tard. Il y a encore quelques années, le refus d’une demande était possible. Depuis, Facebook a modifié son paramétrage pour laisser les demandes en attente et ne plus permettre aux usagers de refuser une demande d’amitié, action qui, selon Thomas Stenger et Alexandre Coutant (2010), permet à l’utilisateur de ne pas perdre la face. C’est effectivement un trait présent chez nos participants : le refus d’une amitié semble provoquer un malaise, ce que montrent les deux exemples suivants : « Quand quelqu’un fait une invitation je me sens comme vraiment mal de faire decline surtout quand on s’est rencontré. Si on s’est parlé longuement, moi je ne suis pas du genre à décliner » (Pierre, 26 ans) ; « Dans certains cas, comme les gens qui travaillaient avec moi, s’ils me demandent pour être ami, c’est difficile de dire non. […] Je dis oui, mais il y en a avec qui je ne vais jamais communiquer » (Bernard, 71 ans). L’acceptation de l’amitié se fait pour ne pas froisser l’autre, car l’usager sait d’avance que les interactions seront inexistantes. Les propos d’Emmanuelle (51 ans) illustrent, d’une part, la différence dans l’acte d’amitié par la question : « Veux-tu être mon ami ? », question peu probable dans la vie hors ligne et, d’autre part, la difficulté de refuser l’amitié, car pour elle, l’absence de réponse signifie une réponse négative :

Systématiquement quand on demande l’autre en ami, on devrait dire oui. […] Admettons on est en relation toutes les deux. […] Et là tu vas me dire « Est-ce que t’es mon ami ? » […] Je n’irais pas dire « non t’es pas mon ami ». Alors que là, quand la personne te demande en ami, si tu ne réponds pas ça veut dire que tu n’es pas [s]on ami. C’est délicat.

20La qualité du lien noué à l’extérieur du réseau semble jouer un rôle dans l’acceptation de l’invitation, car dans les cas cités (Pierre et Bernard), il est toujours question de personnes avec qui l’individu a partagé une intimité minimale, soit pour une longue discussion, soit pour avoir travaillé dans la même entreprise. La relation étant déjà engagée dans le hors ligne, l’individu ne peut rompre ce lien en refusant la demande d’amitié. Facebook a intégré cette subtilité, car lorsque l’usager répond « plus tard » à la demande d’amis, la plateforme lui demande alors : « Connaissez-vous cette personne en dehors de Facebook ? Oui-non. » Si l’usager répond négativement, Facebook le remercie et lui indique que « cette personne ne pourra plus envoyer d’invitations ». Une autre fonctionnalité disparue est le célèbre bouton dislike, qui proposait aux utilisateurs le choix de ne pas aimer les publications des membres du réseau. Dorénavant, l’usager n’a de choix que de liker ou de commenter pour apporter plus de subtilité au contenu de son message. La suppression de la fonctionnalité dislike retire à l’usager un moyen d’exprimer publiquement son désaccord. Autrement dit, l’ami aime ou s’abstient, autre manifestation concrète du concept goffmanien de « garder la face ».

  • 2 Nom masculin propre au langage populaire québécois, désignant l’amant, l’amoureux, le concubin, le (...)

21Par ailleurs, tous les participants indiquent ne pas comprendre les publications qu’ils estiment futiles comme celles qui présentent les éléments de la vie quotidienne de leurs connaissances. Voici quelques exemples assez ironiques donnés par les participants : « Oh my god j’ai mal au pied » (Pierre, 26 ans), « des posts à la <Je me brosse les dents> » (Marie, 23 ans), « Oh à midi j’ai mangé ça » (Emma, 23 ans), « Oh hier soir j’ai regardé ça comme film » (Emma, 23 ans). Les plus de 50 ans vont dans le même sens. Christine (50 ans) déclare : « Ce n’est pas moi qui vais mettre un statut : <Je me suis cassé un ongle>. » William (50 ans) ironise d’ailleurs à ce sujet en proposant un nouveau bouton à côté du traditionnel « j’aime », indiquant « so what ? » afin de faire comprendre aux personnes du réseau que certaines informations sont à dévoiler et d’autres, non. Un autre type d’informations est très mal reçu par les participants : les informations intimes diffusées aux yeux de tous. Comme l’indique Pierre (26 ans) : « Je trouve que ça ne se fait pas de parler de ses sentiments personnels sur son mur. Comme <Oh il m’a laissé hier> ou <Je suis en pleine dépression, aidez-moi.> Ça non. Les épanchements émotionnels, non. » Ou encore Marion (25 ans) qui explique : « Il y a des filles que je vois venir parler de leur <si ça continue comme ça je vais me séparer.> Jamais je n’irais écrire ça sur Facebook, je vais commencer à en parler à mon chum2. Je trouve ça vraiment spécial. » William (50 ans), quant à lui, avance : « Je n’ai pas besoin de partager que ma mère est à l’hôpital ou que je suis à l’hôpital. Mes états d’âme <Je suis découragé ce soir>. Non là. […] Si tu es en détresse, envoie-moi un message, puis je vais t’appeler. » Bien que ce type de publications ne réponde pas aux règles de nos participants, aucun d’entre eux n’intervient auprès de leurs connaissances pour communiquer leurs impressions. Comme l’explique Emma (23 ans) : « C’est délicat. Chacun gère son Facebook comme il l’entend. » Cette retenue s’explique aussi par la bonne conduite à adopter pour l’usager afin de ne pas rompre l’ordre social. Si l’usager tente de commenter une publication de manière négative, il pourrait mettre l’ami dans l’embarras, et risquerait par cet acte de discréditer sa propre représentation au sein du réseau. Les normes suivies sont souvent idéalisées et toutes actions incompatibles avec celles-ci sont omises ou cachées (Goffman, 1973).

Un outil de gestion de l’amitié ?

22Les espaces intimes sont eux aussi parfois transposés dans les espaces privés de la plateforme : le clavardage (le chat) et les messages privés. Dévoiler publiquement des éléments intimes de sa vie personnelle (sur le mur) n’est pas un comportement socialement acceptable, car ce type d’informations appartient au domaine privé et doit, par conséquent, rester dans une sphère à l’abri des regards externes. Lorsque les usagers souhaitent discuter de leur vie intime, ils passent le plus souvent par le chat ou les messages privés. Ce constat est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit des relations intimes hors ligne. Marion (26 ans) le précise : « Ça va être plus en privé que je vais écrire à mes amis. » En ce qui concerne les relations avec les amis intimes hors ligne, les participants indiquent que sur la plateforme, les interactions sont soit inexistantes (car l’ami n’est pas ou peu présent en ligne), soit développées essentiellement dans les espaces privés, comme le montre notre échange avec Alex (27 ans) :

Q : Est-ce que tu peux me dire ce que tu partages avec Sylvain [un des deux bons amis hors ligne] sur Facebook, ce que tu fais ?
R : C’est beaucoup de l’échange de musique.

Q : Sur le mur ?
R : Non. Rien sur le mur, en fait. On s’écrit beaucoup en messages privés et on a des vraies discussions.

Q : Des vraies discussions ?
R : […] des choses plus personnelles.

23Emma (23 ans) va également dans ce sens lorsqu’elle explique sa relation avec l’un de ses très bons amis hors ligne : « Chat. Je ne poste rien sur son mur. Il ne poste rien sur le mien. […] On s’écrit, mais pas de manière visible. En ce moment, il ne va pas bien donc quand il m’écrit, ce sont des choses personnelles. » La relation avec l’ami, au sens traditionnel du terme, se manifeste par une proximité interindividuelle dans des moments de confidence. La transposition de la relation amicale dans l’univers numérique suppose aussi une appropriation de la plateforme pour poursuivre la dynamique interpersonnelle et ainsi reproduire une zone d’intimité où des confidences pourront être formulées en toute discrétion. L’utilisation de la plateforme constitue un outil supplémentaire pour ces communications plus intimes s’effectuant d’habitude par téléphone : « Si c’est personnel, j’irai le contacter par message privé ou par téléphone » (Pierre, 26 ans). La plateforme est parfois l’endroit privilégié dans une dyade amicale pour discuter en toute discrétion. Emmanuelle (51 ans) raconte : « On discute au téléphone souvent. Mais des fois (hésitation). Il est marié alors des fois il a envie de me raconter des trucs qu’il n’a pas envie de raconter à sa femme, donc il me parle sur Facebook. »

24Le dispositif Facebook est souvent perçu par certains participants comme un outil adéquat pour entretenir des liens faibles ou pour discuter avec les amis plus intimes dans des espaces particuliers. Cependant, Stenger et Coutant (2012) déconstruisent cette affirmation : l’usage du dispositif technique n’engendrerait-il pas une forme de paresse dans l’entretien des relations hors ligne ? La question est plus qu’intéressante, car plusieurs remarques de nos participants vont dans ce sens. Selon Marie (23 ans), l’utilisation de l’outil est une forme de fainéantise pour l’entretien des liens sociaux : « C’est quand même un outil de paresse. C’est beaucoup plus facile de faire <Hey salut comment tu vas, j’aimerais ça avoir de tes nouvelles ?> à quelqu’un, que de l’appeler ou de lui envoyer un message [par téléphone]. » Bernard (71 ans), quant à lui, voit l’aspect pratique de la plateforme qui ne demande que peu d’effort pour l’entretien du lien social :

Je ne prendrais pas le téléphone pour dire « bonjour Charlène ». Qu’est-ce que je pourrais leur conter ? […] Tandis qu’avec ça, tu peux écrire 3-4 mots. […] Tu n’es pas obligé d’élaborer une grande conversation. En écrivant quelques mots, je garde le contact.

25Ce type de commentaires nous laisse entrevoir une fonction de la plateforme en tant qu’outil de gestion de l’amitié : utile pour garder le contact, pour connaître les activités des amis, pour se rappeler leur date d’anniversaire… Enfin, pour suivre « l’actualité » complète de ses amis. Cet outil permet également de prendre des nouvelles de l’ami rapidement, et en toute simplicité, sans être dans l’obligation de téléphoner et de maintenir une conversation, comme nous le montre l’exemple de Marion (25 ans) : « Cela va être l’occasion de juste dire <Est-ce que ça va ? >. Souvent mes conversations Facebook vont être de ce type : <Est-ce que ça va ? Oui. Est-ce qu’on se voit bientôt ? Oui.> » Pour Marie (23 ans), c’est aussi un outil technique permettant de maintenir des liens qui auraient de bonnes chances de disparaître : « J’ai beaucoup d’amis qui vivent à l’étranger. Si Facebook n’existait pas, ce serait dire quasiment adieu à quelques amitiés. Je n’aurais pas le temps d’appeler ou de skyper ou de faire tout ça avec mes amis. » La plateforme devient l’agenda amical en rappelant la présence de l’ami dans son réseau : « Ça nous fait penser à l’autre puis on s’arrange puis on va s’organiser dans la vie réelle pour se voir » (Marion, 26 ans).

26À la différence des 18 à 30 ans, les personnes de plus de 50 ans laissent entrevoir dans leur discours une certaine nostalgie à l’égard des anciens moyens de communication — et, plus particulièrement, du téléphone. Emmanuelle (51 ans) livre ses impressions lorsqu’elle discute par clavardage : « Par contre, ce que je trouve dommage dans ces cas-là c’est qu’on ne prenne pas le téléphone et qu’on ne se parle pas. » Jacqueline (67 ans), quant à elle, n’accepte tout bonnement pas l’idée que les conversations intimes s’effectuent par ordinateur : 

Moi une personne qui habite Montréal et qui peut prendre le téléphone pour me parler, m’envoie un [message privé sur Facebook] pour savoir comment je vais, je réponds « si tu veux savoir, téléphone-moi ». Ça ne me rentre pas dans la tête qu’on doive s’écrire pour se parler maintenant. […] Je n’accepte pas ça.

27Certains se questionnent également sur l’aspect désocialisant de l’emploi de l’outil, comme le dit Christine (50 ans) : « C’est sûr que tout le temps que je suis sur Facebook, je ne suis pas avec mes amis dans la <vraie vie>. » Jacqueline (67 ans) s’interroge sur la relation entre l’hyperconnectivité et l’amélioration du lien social : « Il y a un paradoxe entre le fait qu’on soit de plus en plus accessible, 24 h par jour, mais on est pas nécessairement plus près les uns des autres. »

L’intériorisation des néologismes proposés par la plateforme

  • 3 Ce constat s’est fait particulièrement à la fin des entrevues, lors de l’observation en présence de (...)

28Lors des entretiens, nous avons remarqué une véritable appropriation linguistique par les participants de la terminologie proposée par la plateforme Facebook : wall, like, newsfeed, inbox, add, friend, unfriend, etc. Cette terminologie spécifique est utilisée tantôt en anglais, tantôt en français, bien que nos participants soient tous francophones et que, pour la majorité, la langue de leur plateforme Facebook soit le français3. Les termes anglais s’utilisent comme verbe, comme nom ou encore comme adjectif. Quelques exemples : « Je ne suis pas à liker tout ce qui se passe » (Alex, 27 ans) ; « Là, je vais le mettre sur le wall, peut-être pas en inbox parce que je sais que ça pourrait intéresser d’autres personnes » (Maxime, 23 ans) ;

  • 4 Le terme unfriend signifie tant l’action de supprimer un ami que celle de se faire supprimer.

R : Non, mais tu vois qui te unfriend dans la dernière semaine.
Q : 
Unfriend, je veux être sûre de bien comprendre, ça veut dire ?
R : Qui s’enlève de tes amis Facebook
4. (Marie, 23 ans)

29Selon Anne Dalsuet (2013), ces néologismes permettraient aux individus qui les emploient de se distinguer et de se souder en communauté. L’intériorisation de la terminologie de Facebook ne s’observe que chez les participants de 18 à 30 ans. Les participants de 50 ans ou plus (mise à part une personne travaillant dans le domaine informatique) n’utilisent pas le vocabulaire en usage sur Facebook. En conséquence, les termes sont modifiés. Le « mur de l’ami » est remplacé par le terme site comme dans l’exemple de Bernard (71 ans) : « J’ai souhaité [son anniversaire] et j’ai été sur son site », ou encore par le terme page : « Quand je vais le mettre sur sa page » (Emmanuelle, 51 ans). Le terme poke (ou salutations) est employé comme des « baisers » pour Emmanuelle (51 ans). L’intériorisation des néologismes de la plateforme semble liée au niveau d’appropriation du dispositif technique. Autrement dit, plus l’outil est maîtrisé, plus la terminologie de Facebook est connue et utilisée. Bien que les 50 ans ou plus soient des usagers actifs de Facebook, l’appropriation de l’outil ne va pas toujours de soi. Ce fait est souligné par les participants eux-mêmes, comme le dévoilent les réponses de Jacqueline (67 ans) : « C’est que je suis pas pire en informatique, mais je ne suis pas plus habile qu’il faut », et de Bernard (71 ans) :

R : Comment souhaitez-vous généralement l’anniversaire sur Facebook ?
Q : Sur le mur. Là, j’ai souhaité et j’ai été sur son site. Je ne suis pas bin bin habile. Si on souhaite bonne fête sur le mur de la personne, est-ce qu’on voit sur le fil d’actualité après ?

Conclusion

30Le dispositif Facebook : un espace social fortement normé. Les relations et les « actes d’amitié » s’intègrent à un espace fortement normé qu’il est de mise de respecter, particulièrement auprès des amis intimes et des connaissances hors ligne. Le fait, par exemple, de ne pas accepter l’invitation d’une personne avec laquelle une relation hors ligne a été amorcée suscite un profond malaise chez les usagers. Les normes implicites entre deux personnes montrent la singularité du lien social qui les unit. Comme dans le hors ligne, la relation est révélée grâce au regard de l’ami et des gestes de l’amitié (Dalsuet, 2013). Or, le dispositif technique, par ses like, ses commentaires, ses souhaits d’anniversaire — et, plus généralement, par l’architecture de la plateforme —, uniformise et formalise les manières de faire usage de l’outil. Toutefois, malgré les contraintes de l’architecture technique, nous avons observé des gestes de réappropriation de l’espace et de ses fonctionnalités par les participants. Comme il a été montré, la qualité du lien hors ligne agit sur la manière d’interagir dans l’espace numérisé, les zones intimes étant privilégiées pour les bons amis. L’aspect ludique, fortement développé sur la plateforme, est moins contrôlé et s’affiche plus facilement sur les pages personnelles des membres du réseau. Bien que ces activités puissent paraître de prime abord moins significatives qu’un geste amical comme la demande pour devenir le garçon d’honneur hors ligne, elles n’en restent pas moins un lien. Selon Bernard Lahire (cité par Stenger et Coutant, 2011), le sens de ces « activités prétextes » ne se trouve pas dans ce qu’elles sont (souvent assez futiles), mais plutôt dans l’occasion pour les usagers de se retrouver ensemble.

  • 5 Voir notre cartographie des usages de la catégorie du « virtuel » en philosophie et en sciences hum (...)

31L’illusion d’une séparation entre un « monde réel » et un « monde virtuel ». L’utilisation du terme vrai pour qualifier l’univers hors ligne renvoie à l’opposition classique, dans le registre du sens commun, entre un « monde réel » et un « monde virtuel » et, par conséquent, à l’a priori d’une sociabilité vécue hors ligne qui serait indépendante de la sociabilité en ligne. Plusieurs auteurs témoignent de cette opposition5. Dalsuet (2013) indique que la tendance à croire que le corps et les liens sociaux disparaissent d’un espace à l’autre est encore bien présente dans la société, alors qu’en réalité ces deux entités se modifient et se déplacent. Cette opposition masque en réalité l’ancrage du monde en ligne dans la vie hors ligne d’une majorité des individus des sociétés contemporaines (Proulx, 2012). Autrement dit, l’identité et les relations sociales hors ligne se prolongent sur la plateforme Facebook. Antonio A. Casilli (2010) soutient que l’opinion persiste selon laquelle les ordinateurs remplaceraient les communications en face à face. Or, selon ce chercheur, « les communications numériques devraient être mises sur le même plan que les appels téléphoniques et les lettres — des techniques […] qui articulent et complètent la communication en face à face » (2010 : 244). Nos différentes observations le montrent également : l’univers numérique s’imbrique dans l’univers hors ligne impliquant intrinsèquement les sociabilités vécues. « Les deux univers sociaux sont alors dans un continuum » (Wellman, cité par Casilli, 2010 : 245). Le participant Pierre (26 ans) l’exprime fortement : « C’est comme si c’était le prolongement des relations qu’on entretenait dans la vraie vie. […] On dirait que c’est juste un autre lieu de discussion et de rencontre. » Relayé comme une plateforme où l’identité des utilisateurs s’affirme par l’expression de leurs préférences culturelles et de leurs centres d’intérêt (Allard et Blondeau, 2007 ; Cardon, 2008 ; Coutant et Stenger, 2010 ; Liu, 2007 ; Stenger et Coutant, 2012), le dispositif devient alors un lieu propice à la découverte de centres d’intérêt communs avec des personnes jusque-là peu intimes. Dans ce cas de figure, la plateforme enclenche et accélère le processus de socialisation.

32Accélération ou décélération du processus de socialisation ? D’un côté, l’aspect créatif du dispositif sociotechnique permet à l’utilisateur de créer de nouveaux liens ou de rendre plus « amicaux » des liens déjà existants ; de garder contact avec des relations antérieures ou éloignées ; de maintenir des liens avec les intimes en publiant de petites « attentions » sur le mur ou dans les espaces privés. Mais, d’un autre côté, le temps passé à faire usage de l’outil peut être considéré comme un temps occulté pour les interactions en présence et les contacts en face à face. Sherry Turkle (2013) s’interroge sur l’incidence des nouvelles technologies sur la nature des futures sociabilités. Elle craint même que l’usage de ces outils sociotechniques fasse s’évanouir nos conversations en face à face. Une étude réalisée par Norman H. Nie, Sunshine Hillygus et Lutz Erbing (citée par Casilli, 2010) pose la question de savoir si l’utilisation d’Internet a un effet socialisant (ou non) pour ses usagers. À l’aide de journaux d’emploi du temps, les enquêtés indiquent leurs usages d’Internet (date et endroit de connexion). Il appert que les personnes se connectant de leur travail n’occultent pas le temps de socialisation passé avec leurs amis. Inversement, les personnes utilisant Internet depuis leur domicile (ou durant la fin de semaine) voient moins leurs amis et leur famille. Comme l’indique Casilli, l’effet sociabilisant ou désocialisant ne tient pas tellement de la personnalité de l’individu, mais davantage du lieu et du moment de la journée où le Web est utilisé. Le chercheur met en parallèle une analyse d’échanges conversationnels d’étudiants sur Facebook. Cette étude montre que « l’usage [du Web et de Facebook] suit les rythmes de rencontres de face à face […] et n’empêche pas les rencontres entre amis » (2010 : 248). L’affluence des messages et de l’activité sur Facebook est même en chute libre durant la fin de semaine. Dans le cas étudié, l’activité sur Facebook s’effectue en présence d’autrui ou pendant les temps morts de la journée (comme nous l’indiquait d’ailleurs l’un de nos participants). Autrement dit, l’utilisation du Web ou de la plateforme Facebook n’isole pas l’individu, mais l’accompagne dans ses différentes sphères de sociabilité. Ces activités communicationnelles complètent ses interactions quotidiennes, comme le font les usages du courriel et du téléphone. Les itérations fréquentes entre les mondes « hors ligne » et « en ligne », constatées tout au long de notre enquête, tendent à le prouver.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD, Laurence et Olivier BLONDEAU (2007), « 2.0 ? Culture numérique, cultures expressives », Médiamorphoses, Vol. 21. [En ligne]. http://griom.lautre.net/express/mmdef.pdf. Page consultée le 16 décembre 2013.

BIDART, Claire (1997), L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

BONNEVILLE, Luc, Sylvie GROSJEAN et Martine LAGACÉ (2007), Introduction aux méthodes de recherche en communication, Québec, Éditions de la Chenelière inc.

CARDON, Dominique (2008), « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du Web 2.0 », Réseaux, 152 : 93-137.

CASILLI, Antonio A. (2010), Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil.

COUTANT, Alexandre et Thomas STENGER (2010), « Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques », Les enjeux de l’information et de la communication, vol. 2010 (1) : 45-64 [En ligne]. http://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2010-1-page-45.htm. Page consultée le 18 décembre 2013.

DALSUET, Anne (2013), T’es sur Facebook? Qu’est-ce que les réseaux sociaux changent à l’amitié ?, Paris, Flammarion.

GOFFMAN, Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, t. 1 : Présentation de soi, Paris, Minuit.

GOFFMAN, Erving (1974), Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

HINE, Christine (2008), « Virtual ethnography: Modes, varieties, affordances », The SAGE Handbook of Online Research Methods. [En ligne]. http://dx.doi.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/10.4135/9780857020055. Page consultée le 15 novembre 2013.

LIVINGSTONE, Sonia (2008), « Taking risky opportunities in youthful content creation: Teenagers’ use of social networking sites for intimacy, privacy and self-expression », New Media & Society, 10(3) : 393-411.

LIU, Huan (2007), « Social network profiles as taste performances », Journal of Computer-Mediated Communication, 13(1) : 252-275.

MUKAMURERA, Joséphine, Francine LACOURSE et Yves COUTURIER (2006), « Des avancées en analyse qualitative : pour une transparence et une systématisation des pratiques », Recherches qualitatives, 26(1) : 110-138.

PROULX, Serge (2012), « L’irruption des médias sociaux : enjeux éthiques et politiques », dans Serge PROULX, Mélanie MILLETTE et Lorna HEATON (dir.), Médias sociaux : enjeux pour la communication, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 9-31.

PROULX, Serge et Guillaume LATZKO-TOTH (2000), « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l’usage de la notion de communauté virtuelle », Sociologie et sociétés, XXXII(2) : 99-122.

STENGER, Thomas et Alexandre COUTANT (2010), Des amis sur les réseaux socionumériques. Types et formes de relations, Journées d’études, dispositifs techniques de communication humaine : transformation du lien et nouveaux liens sociaux, Namur (Belgique). [En ligne]. http://www.unamur.be/eco/schu/aislf2010/actes/Amis_reseaux_socionumeriques_Stenger_Coutant.pdf. Page consultée le 20 novembre 2013.

STENGER, Thomas et Alexandre COUTANT (2011), « Introduction aux réseaux socionumériques », Hermès, 59 : 99-104.

STENGER, Thomas et Alexandre COUTANT (2012), « Un monde d’amis? Une ébauche de typologie sur les réseaux socionumériques » dans Serge PROULX et Annabelle KLEIN (dir.), Connexions. Communication numérique et lien social, Namur (Belgique), Presses universitaires de Namur, p. 213-235.

TURKLE, Sherry (2013), Alone Together: Why We Expect More from Technology and Less from Each Other, New York, Basic Books First Trade Paper Edition.

Haut de page

Notes

1 Tous les noms sont fictifs, mais les âges sont ceux des participants cités.

2 Nom masculin propre au langage populaire québécois, désignant l’amant, l’amoureux, le concubin, le petit ami.

3 Ce constat s’est fait particulièrement à la fin des entrevues, lors de l’observation en présence de l’usage de leur plateforme.

4 Le terme unfriend signifie tant l’action de supprimer un ami que celle de se faire supprimer.

5 Voir notre cartographie des usages de la catégorie du « virtuel » en philosophie et en sciences humaines et sociales (Proulx et Latzko-Toth, 2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kelly Cadec et Serge Proulx, « Les représentations de l’amitié sur Facebook », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5755 ; DOI : 10.4000/communication.5755

Haut de page

Auteurs

Kelly Cadec

Kelly Cadec est membre du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO), Université du Québec à Montréal. Courriel : k.cadec@gmail.com

Serge Proulx

Serge Proulx est membre du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO), Université du Québec à Montréal/CIRST/Télécom ParisTech (Paris). Courriel : proulx.serge@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org