Navigation – Plan du site
Articles

La construction d’un espace patrimonial partagé dans le Web de données ouvert

Entre interopérabilité et stratégies institutionnelles
Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel

Résumés

L’interopérabilité est ici analysée dans ses dimensions conceptuelle, technique et culturelle. Les auteurs examinent, dans le domaine patrimonial, les politiques et les pratiques institutionnelles de numérisation et de mise à disposition de leurs ressources culturelles dans un format numérique en posant la question de ses formes d’interopérabilité possibles. Ils font ensuite apparaître ces formes et les enjeux de visibilité et de diffusion posés par cette mise à disposition en analysant les choix stratégiques, éditoriaux et techniques des modèles du Linked Open Data (LOD) retenus par une sélection d’institutions culturelles françaises.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Interpretation est le terme anglais utilisé dans la littérature scientifique américaine comme étant (...)

1Au cours des 15 dernières années, les institutions patrimoniales ont développé de manière continue des politiques de numérisation et de mise à disposition de leurs ressources culturelles dans un format numérique (Davallon, 1999 : 195-219). Inscrites dans les projets d’établissement, ces politiques se sont déployées selon deux dimensions rendues indissociables par les systèmes informatisés. La première tient à la gestion documentaire numérique du patrimoine artistique, culturel ou scientifique que les institutions ont pour mission de préserver et de développer (Westeel, 2009 : 28-31 ; Honeysett, 2012 : 49-53). La seconde, réalisée pour partie dans les environnements numériques, concerne la mission de diffusion et de partage des collections et des connaissances auprès des publics. Cette dernière mission a été le sujet de nombreuses recherches sur la « médiation culturelle » en France (Bordeaux et Caillet, 2013 : 147-155) et sur l’interpretation1 dans les musées nord-américains (EdCom, 2005 : 11). Les notions de médiation et d’interpretation sont rattachées à un projet commun de démocratisation de la culture. Afin de faciliter la circulation sociale de leur patrimoine, les établissements ont utilisé les artefacts électroniques et les médias numériques correspondant aux habitudes médiatiques et communicationnelles de leurs publics. Ces évolutions se sont d’abord appuyées sur des installations locales limitées à l’intérieur des murs et ont été ensuite étendues aux technologies issues du Web, aux outils et aux dispositifs de communication mobile. L’accès aux sites des musées et des bibliothèques par le Web a été associé à l’accès en ligne, de manière croissante, aux bases de données des reproductions numérisées d’œuvres et à leurs informations associées ; celles-ci combinent les données d’indexation documentaire avec des ressources de nature scientifique, pédagogique ou de vulgarisation.

2Dans l’évolution du Web statique au Web sémantique, le déploiement progressif des politiques et des technologies du Web de données ouvert (Linked Open Data, LOD) fait partie des orientations récentes mises en œuvre par les musées (Johnson, Becker et Freeman, 2015 : 6-7 ; Juanals et Minel, 2015). Dans ce contexte socio-technique en mutation, le présent article analyse, dans le domaine patrimonial, les politiques institutionnelles et les pratiques de mise en œuvre du Web de données ouvert en posant la question de ses formes d’interopérabilité possibles. Ces objets d’étude (des politiques, des pratiques, des dispositifs, des technologies…) sont envisagés comme des « complexes » qui « allient des composants et des processus de nature hétérogène » (Davallon, 2004 : 34). La construction d’un « point de vue communicationnel » amène à les étudier en tant qu’ils sont matérialisés, institutionnalisés et opérationnalisés dans la société (ibid. : 35).

3L’interopérabilité est analysée ici dans ses dimensions conceptuelle, technique et culturelle. La finalité est de montrer de quelle manière les spécificités organisationnelles, professionnelles et nationales des institutions culturelles, en interaction avec leurs projets d’établissement et leurs collections, contribuent à déterminer les formes de la redocumentarisation (Pédauque, 2006 : 4-5) dans l’écosystème du Web de données. Le concept de « cadre socio-technique » (Flichy, 1995 : 130) permet de penser l’interaction entre les aspects techniques et sociaux. Dans cette perspective, nous envisageons la dimension socioculturelle comme une problématique transversale à la mise en œuvre du Web de données ouvert. L’expression d’« interopérabilité culturelle » en constitue la formulation conceptualisée dans le cadre des systèmes d’information. Ceux-ci sont porteurs d’un modèle de décomposition de schémas, de description et de rationalisation empreint de la culture logiciste qui leur est caractéristique. Dans ces environnements, la culture est l’objet d’une modélisation, d’une décomposition et d’un découpage en segments interopérables.

4Par ailleurs, dans le paradigme de l’innovation et la théorie de la traduction, ces systèmes d’information sont des médiateurs au sens de Bruno Latour. L’artefact est un « médiateur, un acteur social, un agent, un actif qui fait partie d’un programme d’action composé de relations sociales, de relations de pouvoir, de lois, de morale... » (Latour, 1996 : 44-45). En suivant les travaux de la sociologie de l’innovation qui considèrent les artefacts comme des « relations sociales continuées par d’autres moyens » (ibid.), notre projet sera également de mettre à jour la dimension stratégique, sociale et politique des innovations techniques du Web de données ouvert dans le domaine patrimonial.

5Notre questionnement porte sur la mise en relation des politiques et des pratiques éditoriales mises en œuvre par des institutions culturelles avec les manières dont elles ont abordé les différentes formes d’interopérabilité. Il s’appuie sur un socle empirique inscrit dans l’actualité des évolutions technologiques et professionnelles du Web de données ouvert en cours de déploiement. Les premières expériences de mise en œuvre du LOD dans des établissements culturels français, anglais et nord-américains sont étudiées dans leurs choix stratégiques, éditoriaux et techniques. Elles sont relatées dans des articles scientifiques émanant des professionnels de ces établissements et publiés dans des revues ou des actes de colloque.

  • 2 Labex « Les passés dans le présent », [En ligne]. http://www.passes-present.eu/. Page consultée le (...)
  • 3 Le spectre des disciplines couvertes comprend l’anthropologie, l’archéologie, l’assyriologie, l’eth (...)

6Dans ce cadre, nous avons mené depuis 2012 des études qualitatives au sein du projet de recherche-action « Modèles, référentiels et culture numérique » (ModRef) rattaché au Labex « Les passés dans le présent »2. Ce projet interdisciplinaire3 réunit une vingtaine de conservateurs de musées, de gestionnaires de centres de documentation ou de bibliothèques, d’enseignants-chercheurs, de chercheurs et d’ingénieurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Dans le but de construire un système interopérable d’accès aux collections et aux données de la recherche des institutions fondatrices du Labex, il constitue un laboratoire expérimental visant à tester les solutions conceptuelles, technologiques et organisationnelles des modes d’inscription des données culturelles et scientifiques au sein de l’écosystème du Web de données ouvert. Nos observations ont été consignées sous la forme d’un journal de bord, dont certains éléments sont exploités ici.

  • 4 La liste des professionnels est fournie en annexe.

7Nous avons également pris en compte des expérimentations et des réalisations, notamment nord-américaines, conduites dans le domaine patrimonial. À cette fin, des entretiens semi-directifs ont été réalisés de 2012 à 2014 auprès de 15 professionnels de bibliothèques et de musées4 nord-américains ; de manière préalable, nous avions étudié, dans la construction des systèmes d’accès à leurs collections, leurs choix en matière d’interopérabilité conceptuelle, sémantique et technique. Une grille d’entretien composée d’une dizaine de questions couvrant les choix stratégiques, techniques, pédagogiques de l’institution dans le contexte du LOD a servi de canevas à ces entretiens d’une durée moyenne de deux heures. Leur analyse nous a parfois amenés à solliciter ultérieurement les professionnels concernés afin qu’ils précisent leur positionnement.

8Enfin, nous avons centré l’attention sur trois expérimentations majeures (une britannique et deux nord-américaines). Au cours de ces trois dernières années, trois institutions ont décidé de porter leur collection ou leur thésaurus dans le Web de données ouvert ; il s’agit du Smithsonian Museum of American Art, du Getty Research Institute et du British Museum. Cette étude, réalisée en 2013 et en 2014, repose sur l’analyse des publications scientifiques de ces institutions patrimoniales et sur la conduite d’entretiens.

9L’article sera organisé en quatre sections. D’abord, nous poserons spécifiquement la question de l’interopérabilité culturelle dans ses aspects conceptuels et dans les problèmes de réalisation qu’elle soulève. Nous ferons ensuite apparaître, dans le domaine patrimonial, les formes et les enjeux de visibilité et de diffusion des objets culturels posés par la mise en œuvre du Web de données ouvert dans ses aspects d’interopérabilité conceptuelle et technique. Dans les deux dernières sections, nous analyserons les modes d’articulation entre des politiques institutionnelles et la construction des modèles conceptuels et techniques du LOD. Nous définirons les caractéristiques d’un espace numérique en cours d’émergence, commun à plusieurs organisations ; nous le nommerons « espace numérique interpatrimonial ».

L’interopérabilité culturelle : la complexité d’une notion intersectorielle et interdisciplinaire

10La mise en œuvre de l’interopérabilité dans les systèmes d’information soulève de nombreuses difficultés. Au-delà des questions techniques, les problèmes liés à communication entre des cultures différentes sont évoqués de manière récurrente. À ce sujet, les difficultés sont de diverses natures, tenant à des problèmes aussi bien organisationnels, juridiques ou relationnels que linguistiques ou cognitifs. Elles ont été notamment étudiées par l’armée (au sujet de sa doctrine militaire et des liens avec les populations) (Winslow, 2011 : 59), par les institutions publiques et par les organisations.

  • 5 Ensemble conflictuel de cultures organisationnelles et de pratiques en augmentation [traduction des (...)
  • 6 L’interopérabilité culturelle peut être interprétée comme le niveau d’ancrage, dans un modèle unifi (...)

11Une étude menée sur l’administration en ligne hollandaise (Bekkers, 2005 : 13-15) décrit sept types de difficultés liées à l’interopérabilité (« types of interoperability problems ») ; l’interopérabilité culturelle en fait partie. Elle y est définie comme un ensemble conflictuel de « cultures organisationnelles » et de « pratiques en augmentation » : « Conflicting organizational cultures and grown practices »5. Cette question est également abordée dans une recherche récente centrée sur l’interopérabilité interne et externe des entreprises : Koussouris et al. ont proposé six aires d’étude (2011 : 2), l’une d’entre elles étant l’interopérabilité culturelle. Celle-ci postule l’existence d’un modèle unifié de signification qui traverse les cultures : « Cultural Interoperability is the degree to which knowledge and information is anchored to a unified model of meaning across cultures »6 (ibid. : 4).

12Plus proche de notre recherche, une étude a rendu compte des problèmes posés par un projet de bibliothèque numérique mondiale regroupant 15 institutions implantées dans 15 pays et recouvrant 4 aires culturelles ainsi qu’une dizaine de langues (Fox et Marchioni, 1998). Ce travail a déterminé trois niveaux d’interopérabilité : technique, informationnel et social. L’interopérabilité sociale y est abordée sous l’angle des relations sociales impliquant des droits et des responsabilités pour l’individu et pour l’organisation. Selon les auteurs, la principale difficulté de l’interopérabilité sociale est le besoin, pour des individus et des groupes porteurs d’intérêts propres, de parvenir à comprendre l’ensemble des points de vue en présence et de se mettre ensuite d’accord pour engager une coopération. La multiplicité des langues est également considérée comme un problème d’interopérabilité culturelle.

  • 7 Dans cet article, le terme ontologie est utilisé selon la signification proposée par la communauté (...)
  • 8 La sémantique, les ontologies, ou toutes autres approches, peuvent-elles contribuer à résoudre le p (...)

13Au-delà des divergences dans les différentes subdivisions de l’interopérabilité, la définition qui met l’accent sur la notion de modèle unifié (Koussouris et al., op. cit. : 4) concerne spécifiquement le secteur des musées. La majorité des études (Fox et Marchioni, op. cit. ; Gill et Miller, 2002 ; Wimmer, Codagnone et Marijn, 2008) semblent s’accorder sur la solution d’un modèle conceptuel commun ou, pour reprendre la terminologie en cours dans le Web de données, d’une ontologie7, en réponse aux problèmes soulevés par l’interopérabilité culturelle : « How might semantics, ontologies, or other approaches address and resolve challenges in cultural interoperability? How can information systems be modeled and designed, which embody semantic and cultural interoperability? »8 (Wimmer, Codagnone et Marijn, op. cit. : 6).

14L’élaboration du modèle CIDOC CRM (CIDOC Conceptual Reference Model)9 constitue l’une des réponses apportées à cette question. Publié pour la première fois en 199810 par le Comité international pour la documentation (CIDOC) du Conseil international des musées (ICOM)11, il constitue, à l’origine, une référence centrale dans le domaine muséographique. En 1999, le CIDOC a constitué un groupe d’intérêts (SIG-CRM) chargé de soumettre un modèle conceptuel à l’ISO. En 2006, le CIDOC CRM a donné lieu à la production d’une norme internationale publiée par l’ISO (ISO 21127:2006). Au fil des ans, ce modèle est devenu une ontologie du patrimoine culturel qui décrit, au moyen d’un langage formel, les concepts explicites et implicites de ce domaine avec leurs relations pertinentes. Quatre-vingt-treize classes (ou entités) et 161 propriétés sont ainsi définies12. Dans le secteur muséal et du patrimoine culturel, le modèle CIDOC CRM est qualifié de modèle sémantique par ses concepteurs. Il joue un rôle central dans la médiation de l’information en permettant d’unifier de manière cohérente des sources d’informations locales : « The primary role of the CIDOC CRM is to serve as a basis for mediation of cultural heritage information and thereby provide the semantic “glue” needed to transform today’s disparate, localized information sources into a coherent and valuable global resource »13.

15De notre point de vue, ce choix postule l’existence d’universaux ou de primitives sémantiques aptes à modéliser des descriptions d’objets culturels (tels qu’une peinture, une sculpture ou un manuscrit) et des instruments de classification (par exemple des taxonomies ou des thésaurus) en dépassant les particularismes culturels. Or, les recherches en sciences du langage (Goddard et Wierzbicka, 2002), notamment les projets non aboutis de la traduction automatique fondés sur le concept de langage pivot universel, témoignent des controverses suscitées par ces postulats (Rastier, 2004 : 38). La possibilité de concevoir un langage universel dégagé de toute spécificité locale est vivement contestée :

C’est un tel postulat (d’universalité) qui sous-tend aussi bien en traduction automatique la recherche d’un langage pivot, qui se veut uniquement sémantique, c’est-à-dire, dans cette perspective, universel, car dégagé de toute spécificité morpho-syntaxique particulière à une langue donnée, que l’élaboration de structures profondes en grammaire générative. […] Les études faites dans cette perspective sont à peu près inutilisables : elles ne présentent pas de résultats opératoires et ne permettent pas d’expliquer et de prévoir les fonctionnements linguistiques inter-reliés (Fuchs et al., 1979 : 11).

16La notion d’interopérabilité culturelle apparaît comme un construit conceptuel et social en débat dans différentes communautés professionnelles et scientifiques. Dans les environnements institutionnels et militaires comme dans les entreprises, elle regroupe un ensemble hétérogène composé de relations sociales, de pratiques de communication et de management. Le secteur de l’information documentaire dans les bibliothèques et les musées aborde plus particulièrement des problèmes documentaires et scientifiques afférents aux modèles conceptuels et aux modèles d’organisation des connaissances, ainsi qu’au multilinguisme et aux interfaces de navigation. Dans tous ces domaines, la construction d’un référentiel universel, quelle que soit sa nature, reste une question complexe sujette à controverses.

Les enjeux culturels et industriels de l’interopérabilité technique et conceptuelle du Web sémantique dans le domaine patrimonial

17L’engagement dans le Web sémantique pose les questions de l’ouverture et de l’interopérabilité des données dans un espace de publication commun ; de ce fait, il invite à une réflexion sur la redocumentarisation.

Le numérique, par nature, implique une re-documentarisation. Dans un premier temps, il s’agit de traiter à nouveau des documents traditionnels qui ont été transposés sur un support numérique en utilisant les fonctionnalités de ce dernier. […] Dans le Web 2.0, dans la construction du Web sémantique ou tout simplement sur les sites dynamiques, la stabilité du document classique s’estompe et la redocumentarisation prend une tout autre dimension. Il s’agit alors d’apporter toutes les métadonnées indispensables à la reconstruction à la volée de documents et toute la traçabilité de son cycle. Les documents traditionnels eux-mêmes, dans leur transposition numérique, acquièrent la plasticité des documents nativement numérique et peuvent profiter des possibilités de cette nouvelle dimension (Salaün, 2007 : 3).

18Ainsi, sur le plan technique, la redocumentarisation implique l’adoption des concepts fondateurs du Web sémantique et des contraintes inhérentes aux formalismes des technologies et des langages de description qui y sont associés. Toutefois, pour les institutions patrimoniales, il est essentiel de souligner que cette reconfiguration technique est indissociable d’une réorganisation interne et d’une ouverture de leurs ressources au sein du Web de données ouvert.

19En effet, l’écosystème du Web de données ouvert incite l’institution à sortir d’une réflexion locale centrée sur ses ressources, ses thésaurus et son organisation propres en vue d’intégrer une dimension interinstitutionnelle. Il implique la création d’un espace culturel numérique ouvert partagé par les institutions culturelles possédant des ressources sur des domaines et des objets qu’elles ont en commun. Ces évolutions manifestent les possibilités d’interconnexion de ressources patrimoniales mises en libre accès par les institutions qui les détiennent et leur réutilisation (parfois dans de grandes quantités) par d’autres acteurs institutionnels ou privés. Selon cette perspective, le Web de données ouvert pourrait participer de l’idée d’un musée « hors les murs », « global », dans lequel des institutions différentes et pas nécessairement patrimoniales relieraient leurs données culturelles entre elles. Il s’accompagne des promesses, issues du domaine politique, de « libération des données » (Chignard, 2012 : 33) associées aux données ouvertes et à leur format technique de mise à disposition.

20Cette redocumentarisation s’appuie sur l’interopérabilité technique et conceptuelle qui est la caractéristique du Web sémantique. Pour y parvenir, les établissements se voient contraints de quitter un modèle d’organisation de l’information sous la forme de bases de données locales, fondées sur des modèles conceptuels majoritairement adossés à des systèmes d’information de type relationnel et accessibles par des interfaces propriétaires et fermées (par exemple le système propriétaire TMS [Transport Management System] largement utilisé dans le domaine patrimonial). La mise en œuvre de l’interopérabilité implique la migration de ces bases de données locales vers des systèmes d’information ouverts. Ceux-ci sont fondés sur les langages de description standardisés du Web sémantique14. Les données sont rendues accessibles par l’intermédiaire d’un langage de requête également standardisé15. Ces langages de description permettent la formulation de différents modèles conceptuels de représentation de l’information et des objets d’une collection. Certains d’entre eux sont largement utilisés, tels que la norme ISO CIDOC CRM du domaine patrimonial, la norme ISO FRBR16 de l’International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA) centrée sur la bibliographie, le standard EDM d’Europeana17 dans le secteur des bibliothèques, ou encore le standard proposé par la Bibliothèque nationale de France18 centré sur l’œuvre — au sens documentaire du terme.

21En France, le modèle HADOC (Harmonisation de la production des données culturelles) est promu depuis 2008 par le ministère de la Culture et de la Communication.

Contrairement à d’autres initiatives du champ patrimonial ou culturel, le Modèle harmonisé pour la production des données culturelles ne constitue pas strictement un modèle d’échange [… mais] vise à en faire également un modèle d’implémentation pour les applications informatiques, adaptable aux contextes métier et aux contraintes locales. Toutefois, la compatibilité sémantique avec ces initiatives a constamment été recherchée, de manière à proposer dès la phase de production une structuration de l’information interopérable avec les modèles d’échange et de diffusion que constituent par exemple, dans le champ patrimonial, le Modèle conceptuel de référence du CIDOC (ou CIDOCCRM)19.

  • 20 Il s’agit des modèles SKOS et SKOS-XL (recommandations publiées le 18 août 2009).
  • 21 Il s’agit des modèles FRBR, FRAD et FRSAD. De manière synthétique, le modèle FRBR propose une modél (...)

22L’utilisation de ces modèles est une décision documentaire qui a des conséquences sur le classement à l’information et l’accès à celle-ci. Elle constitue une prise de position scientifique et culturelle qui implique l’adhésion aux systèmes de classification, aux systèmes conceptuels qui les constituent et aux normes qui les sous-tendent. Les normes internationales afférentes à des modèles conceptuels constituent un ensemble de possibilités et de contraintes en matière d’identification, de classification et de mise en commun de ressources culturelles. Dans le domaine patrimonial, le standard CIDOC CRM (CIDOC Conceptual Reference Model), déjà cité, est le modèle de référence ; il est organisé autour de la notion d’événement, centrale pour le suivi des objets dans les musées. Dans le domaine documentaire des thésaurus, le World Wide Web Consortium (W3C) a édité deux modèles majeurs20. Ils sont l’expression des savoirs métiers des experts en science de l’information qui souhaitent offrir les outils conceptuels nécessaires à la publication de thésaurus dans le LOD. Dans le domaine bibliographique, l’IFLA a conçu une famille de trois modèles élaborés et approuvés en 1997, 2009 et 201021. Ces modèles sont organisés autour de la notion d’œuvre, centrale dans l’univers des bibliothèques ; ils couvrent respectivement les données bibliographiques et d’exemplaires, les données d’autorité et la relation de sujet.

23La présentation de ces différentes normes met en évidence le rôle majeur que joue le processus de normalisation technique dans la diffusion de modèles conceptuels et de langages d’indexation. Les normes et les standards sont édités dans le cadre de groupes de travail d’organisations professionnelles et d’agences de normalisation à une échelle nationale et internationale. Les associations professionnelles et les acteurs institutionnels ou privés d’un secteur d’activité participent à ce travail d’édition afin de promouvoir les langages de description et les modèles conceptuels qu’ils ont conçus à une échelle nationale et internationale. Les normes ISO permettent notamment à des acteurs influents sur la scène internationale de contribuer à homogénéiser les pratiques en promouvant leur modèle conceptuel en général issu de leur culture nationale et de leur culture métier (Juanals et Minel, 2013). Il en résulte que les principaux standards de classification et de gestion des documents et des collections proposent une modélisation conceptuelle ancrée dans les logiques d’organisation professionnelle ou nationale des acteurs rattachés aux secteurs d’activité des musées et des bibliothèques. Les prises de position locales, les pratiques professionnelles liées à des secteurs d’activité (dans la classification de données culturelles, de données bibliographique ou dans la conception de thésaurus) et les points de vue des ordres professionnels prévalent. C’est pourquoi le principe d’une modélisation conceptuelle universelle dégagée de ces influences n’est pas compatible avec les modes d’édition des textes normatifs. L’un des effets du processus de normalisation internationale, du fait qu’il contribue à une diffusion internationale de ces modèles conceptuels, est au contraire d’accroître leur potentiel d’influence.

24Dans ce contexte industriel, le principe d’adoption des normes internationales entre en contradiction avec les pratiques fréquemment rencontrées de création locale et disciplinaire de thésaurus par les institutions patrimoniales que sont les musées. Cette situation tient à l’unicité des objets conservés dans les collections d’un musée ou aux choix documentaires, scientifiques et culturels des professionnels responsables de leur gestion. Il existe bien des thésaurus élaborés et exploités par des musées, mais ceux-ci sont le plus souvent des créations locales. De ce fait, dans les musées, la mise en place du Web de données ouvert déstabilise l’administration centralisée des thésaurus et les modèles économiques de licences. La situation est différente pour les bibliothèques. Ces établissements ont depuis longtemps adopté des systèmes de classification spécifiques, caractérisés par la place centrale occupée par la notion d’œuvre ou de discipline. Ils constituent des modèles documentaires internationaux, notamment la classification décimale de Dewey (Dewey, 1876), la Classification décimale universelle (CDU, 1895) ou les modèles s’appuyant sur les travaux d’Otlet (2015) et de Ranganathan (1933).

25Pour les musées, les problèmes posés par l’utilisation des instruments d’indexation sont de plusieurs ordres. Il convient tout d’abord de constater qu’il existe des thésaurus internationaux, fruit du travail continu d’une communauté d’experts. Dans le domaine de l’histoire de l’art, le Getty Research Institute (GRI) propose quatre thésaurus internationaux de référence (AAT, TGN, ULAN, CONA22). En France, dans le domaine iconographique, le ministère de la Culture propose le thésaurus Garnier. Dans le domaine de l’archéologie, le consortium Frantic23 propose les thésaurus PACTOLS (l’acronyme de « Peuples, anthroponymes, chronologie, toponymes, œuvres, lieux et sujets »). Toutefois, plusieurs facteurs freinent l’appropriation de ces instruments de classification et d’indexation par les professionnels. Le premier facteur est d’ordre financier ; jusqu’en 2013, l’utilisation des thésaurus du GRI nécessitait l’achat d’une licence. Le deuxième facteur est d’ordre linguistique ; à l’exception notable des thésaurus du GRI, les thésaurus sont principalement monolingues. Le troisième facteur, qui a un effet sur l’indépendance documentaire et éditoriale des musées, réside dans les pratiques d’administration centralisée d’un thésaurus. Pour des raisons de bonne gestion, jusqu’à la fin des années 2010, toute modification (d’ajout ou de modification d’un descripteur) dans un thésaurus devait être placée sous la responsabilité d’une autorité centralisée (par exemple une institution ou un consortium). Cette délégation d’autorité est perçue par les musées comme étant susceptible de présenter des risques d’hégémonie scientifique et culturelle. Enfin, les thésaurus existants sont souvent trop génériques pour correspondre aux besoins spécifiques d’indexation d’une collection. Le mode d’indexation de la collection du département d’anthropologie de l’American Museum of Natural History (AMNH) en est un exemple : la plupart des thésaurus existants dans le domaine de l’art et des objets anthropologiques n’étaient plus maintenus à jour ou n’étaient pas adaptés à la collection de l’AMNH. Bien que le thésaurus du GRI, le Art & Architecture Thesaurus (AAT), puisse être utilisé comme un modèle théorique suffisamment orienté vers la spécificité anthropologique et comme un vocabulaire de description et de catalogage, le haut niveau de spécificité requis pour décrire la collection anthropologique de l’AMNH lui faisait néanmoins défaut. Sur les 10 000 termes qui forment le thésaurus anthropologique de l’AMNH, 1 000 d’entre eux seulement correspondent aux termes de haut niveau de l’AAT ; les 9 000 termes restants représentent les termes de niveau inférieur liés aux archives des objets individuels des collections (Devorsey et al., 2006).

  • 24 Il s’agit des modèles XML-EAD, INTERMARC, UNIMARC, XML-TEI, Dublin Core et XML-EAC.

26L’exemple des projets développés dans le groupe ModRef est une illustration de ces pratiques. Les institutions partenaires ont le projet d’inscrire leurs collections dans l’écosystème du LOD et d’échanger leurs données. Toutefois, comme le montre la figure 1, l’état des lieux des langages de description des données et des thésaurus fait apparaître une grande hétérogénéité. Cette situation est due à leur domaine de spécialité à l’intérieur d’une discipline scientifique et au type d’établissement considéré (musée, bibliothèque, laboratoire de recherche). Ainsi, pour les six institutions partenaires (indiquées dans la cartouche en bas à gauche de la figure), huit modèles sont actuellement utilisés, dont six modèles standards24 et deux modèles propriétaires (portant le libellé « non identifié » sur la figure). On remarque également qu’une même institution peut utiliser plusieurs modèles ; la Maison René Ginouvés utilise trois modèles différents par exemple.

Figure 1. Les modèles conceptuels du projet « Modèles, référentiels et culture numérique » (ModRef) du Labex « Les passés dans le présent »

Figure 1. Les modèles conceptuels du projet « Modèles, référentiels et culture numérique » (ModRef) du Labex « Les passés dans le présent »

27De même, dans les musées nord-américains, les conservateurs responsables de l’indexation des collections font état de pratiques similaires. Lors des entretiens, ils arguent notamment de l’incomplétude des instruments de classification proposés à la communauté. Cette situation les a amenés à concevoir leurs propres thésaurus afin que le système d’indexation utilisé soit adapté aux singularités et aux domaines de spécialité de leurs collections. De ce point de vue, la diversité des modèles et des thésaurus regroupés et proposés en accès ouvert sur la plateforme communautaire LOV25 témoigne du besoin culturel d’adaptation des modèles conceptuels aux contextes professionnels, nationaux ou locaux des organisations. Elle montre également que les difficultés actuelles de mise en œuvre du LOD ne sont pas dues à des obstacles techniques, mais à des visions culturelles différentes dans l’écosystème du Web sémantique. Ces modèles et ces thésaurus sont le témoignage de conceptions hétérogènes de modèles de connaissances ; ancrées dans des spécificités culturelles, scientifiques ou professionnelles, ces conceptions perdurent au-delà de l’étape de redocumentarisation.

Les stratégies institutionnelles des établissements patrimoniaux : des prises de position techniques, scientifiques et culturelles

  • 26 L’URI (Uniform Resource Identifier) fait référence à l’identifiant d’une ressource (nommée « chose  (...)

28Les professionnels consultés lors des entretiens et les membres du groupe ModRef restent attentifs aux modes d’engagement des établissements patrimoniaux dans le Web de données ouvert. Les institutions patrimoniales qui prennent la décision d’exposer leurs collections dans le LOD doivent résoudre trois problèmes majeurs afférents à l’interopérabilité technique et sémantique. Ces problèmes sont inhérents au processus de redocumentarisation qui associe les concepts fondateurs du LOD (le triplet RDF, l’URI26 et l’alignement) aux technologies et aux langages de description afférents à celles-ci. Les stratégies institutionnelles se matérialisent dans les choix éditoriaux, conceptuels et techniques du LOD. Ces choix déterminent les possibilités de mise en relation de ressources rattachées à des établissements différents (par l’alignement des URI préconisé par l’ICOM) et les possibilités de mise en commun de thésaurus ainsi que de partage de vocabulaires. Il en résulte en fin de compte la mise en relation de ressources partagées dans un espace interpatrimonial commun. Ce sont les choix d’interopérabilité et d’alignement des données qui rendent possible cette mise en relation.

  • 27 Cf. note 12.
  • 28 Une liste d’autorité est une liste des termes normalisés, soit des mots matières, soit des noms pro (...)

29L’interopérabilité technique est assurée par le W3C au moyen de l’utilisation des langages de description et de requête standardisés du Web sémantique27. Ces langages offrent un socle technologique stable et reconnu internationalement. En revanche, l’interopérabilité sémantique est au cœur des problèmes de l’interopérabilité culturelle. Dans ce domaine, les institutions patrimoniales font face à deux difficultés principales. Il s’agit en premier lieu de l’élaboration d’un modèle conceptuel (ou d’une ontologie) qui puisse offrir les outils nécessaires pour modéliser de manière exhaustive et suffisamment fine la description de leurs collections. Nous avons analysé dans la section précédente les problèmes professionnels et culturels posés par ces modèles. En second lieu, les établissements doivent décider d’une politique d’indexation de leurs collections en s’appuyant sur des listes d’autorité28 ou des thésaurus modélisés à l’aide des langages proposés par le Web sémantique. Ces décisions engagent les institutions patrimoniales dans des communautés linguistiques, scientifiques, professionnelles et nationales. Par exemple, le choix du modèle data.bnf de la Bibliothèque nationale de France aura tendance à favoriser l’inscription d’une institution culturelle dans un espace interculturel et linguistique francophone. Dans le projet ModRef, deux exemples illustrent cette orientation consistant à rester dans des environnements professionnels et scientifiques proches : le projet « Affiches européennes » de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine prévoit d’aligner ses URI avec ceux du projet « Ethnomusicologie » de la Maison René Ginouvès ; le projet « Objets archéologiques » de la Maison René Ginouvès alignera ses URI avec ceux du projet « Archives des fouilles » de l’UMR Archéologie et Sciences de l’Antiquité.

30Le choix d’une politique d’alignement des ressources (impliquant des choix dans le mode d’utilisation des URI) est également aussi bien technique que stratégique pour les établissements. Deux types d’alignement sont possibles. Un premier type d’alignement correspond au cas où un URI désigne une référence physique (telle qu’une peinture, un artiste, un lieu géographique). Cet alignement peut être qualifié de « référentiel » au sens de la sémantique référentielle ; il porte sur la mise en correspondance de noms d’artistes ou de lieux géographiques. Un deuxième type d’alignement peut être qualifié de « thématique » ou de « conceptuel » (par exemple lors de l’alignement de deux thésaurus). Les difficultés à résoudre lors de l’alignement des URI désignant un même référent physique sont de nature linguistique et culturelle. Elles sont liées à des variations morphologiques, à des graphies différentes utilisées dans la désignation d’un même personnage ou à des problèmes de traduction dans différentes langues. En particulier, les choix toponymiques et anthroponymiques sont des sources de conflits idéologiques et culturels ; « nommer le territoire est un acte politique fondateur » et « le renommer est tout aussi politique » (Giraut, Houssay-Holzchuch et Guyot, 2008 : 97). Sur le plan opératoire, la détermination du caractère identique de deux référents nécessite le calcul d’un score de similarité réalisé manuellement ou automatiquement à partir des différentes propriétés qui qualifient le référent (par exemple les dates de naissance et de mort pour un artiste, son lieu de résidence).

  • 29 Ministère de la Culture et de la Communication, « Présentation des bases Architecture et Patrimoine (...)

31L’alignement des URI entre différents thésaurus ou plus simplement l’usage, pour l’indexation des objets, d’un thésaurus externe au musée se heurtent à des questions complexes qui ont été l’objet de travaux en informatique documentaire (Mili et Rada., 1988 ; Doerr, 2001). Lors des réunions du groupe ModRef, les conservateurs et les chercheurs ont insisté sur les différentes significations possibles des termes, lesquelles relèvent d’un processus d’interprétation à la fois sémantique et culturel. De plus, les relations entre ces termes peuvent, dans certains cas, rendre l’alignement impossible ou trop coûteux à réaliser. À cet égard, une étude réalisée sur l’alignement du thésaurus de la base du patrimoine architectural MERIMEE29 avec le thésaurus AAT du Getty Research Institute apporte des résultats éclairants (Doerr, 2001). Il en ressort que 59 % des descripteurs du thésaurus MERIMEE ont un équivalent dans l’AAT. De plus, l’étude démontre qu’une équation booléenne entre plusieurs descripteurs ne suffit pas à réaliser l’équivalence entre les descripteurs des deux thésaurus. Par exemple, le descripteur « Établissement conventuel » dans MERIMEE a comme équivalent partiel l’expression booléenne « Christian & religious communities » entre les descripteurs de l’AAT. Cette difficulté conceptuelle illustre le problème des classifications et des niveaux de spécificité hétérogènes. Le LOD reconduit l’usage de thésaurus hétérogènes dans la mesure où il offre la possibilité de distribuer de manière décentralisée l’administration de ces instruments. Cette situation pourrait susciter, de la part d’une instance centralisatrice publique (par exemple l’initiative française HADOC) ou privée (par exemple les thésaurus du Getty Research Institute), la volonté de favoriser l’émergence d’un référentiel, d’une sorte de hub terminologique et conceptuel qui détiendrait le pouvoir de nommage et d’indexation. Ce risque, évoqué lors des entretiens avec les conservateurs des musées nord-américains, a suscité le déploiement de plusieurs initiatives.

32En dépit des difficultés conceptuelles et techniques, plusieurs institutions patrimoniales se sont récemment engagées dans des pratiques de diffusion ouverte de leurs collections et de leurs vocabulaires dans le LOD. Les responsables de cette redocumentarisation présentent leurs politiques éditoriales comme porteuses d’évolutions favorisant une circulation accrue des contenus culturels au sein d’un espace numérique partagé et ouvert à tous. En France, l’expérimentation « JocondeLab » (2012), issue du partenariat entre le ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) du Centre Pompidou et l’association Wikimédia France, illustre l’interaction entre des langages, des techniques et le choix politique de ressources en libre accès. Parmi les grands établissements européens, le Musée du Quai Branly (Faure, à paraître), le British Museum (Oldman, Mhmud et Alexiev, 2013) ou encore le Rijksmuseum (Oomen et Baltussen, 2012) se sont engagés dans le Web de données selon des principes d’accès ouvert et d’interconnexion de leurs ressources patrimoniales et culturelles. Il en est de même aux États-Unis, dans des contextes socioculturels et selon des modalités de mise en œuvre différents, pour le Getty Research Institute avec le « Getty Vocabularies Program » (Harping, 2013) et pour les collections du Smithsonian Museum of American Art (Szekely et al., 2013). En revanche, à l’heure actuelle, le Centre Pompidou (Bermès, 2013) et la Bibliothèque nationale de France (Wenz et Simon, 2012) ont mis en œuvre un modèle interne qui limite l’interconnexion des ressources à leurs établissements respectifs.

33Nous analysons ci-après les choix emblématiques effectués par trois grands acteurs culturels qui ont réalisé la migration de leurs collections ou de leurs thésaurus dans le Web de données ouvert : le British Museum (Oldman, Mhmud et Alexiev, 2013), le Getty Research Institute (GRI) avec le « Getty Vocabularies Program » (Harping, 2013) et le Smithsonian Museum of American Art (SAAM) (Szekely et al., 2013). Nous avons mis au jour trois stratégies institutionnelles possibles en nous appuyant sur trois critères centraux de la mise en œuvre Web de données dans le domaine patrimonial : le choix du modèle ontologique de référence, la politique d’alignement des URI et la mise en commun des modes de description (par les thésaurus).

34La première stratégie vise à créer un espace communautaire spécialisé. Elle est illustrée par les choix éditoriaux du SAAM. Le SAAM a initialement développé son propre modèle conceptuel composé de 407 classes et de 334 propriétés, arguant que le modèle du CIDOC CRM était trop complexe à mettre en œuvre (Szekely et al., 2013). Il a fait porter son effort sur une politique d’alignement systématique des URI avec deux acteurs du domaine culturel, le Getty Research Institute (2 110 URI alignés) et le Rijksmuseum (551 URI alignés). Deux acteurs extérieurs au domaine patrimonial ont été ajoutés, le New York Times (70 URI alignés) et DBpedia (2 194 URI alignés). Cette stratégie a permis la mise en place d’un espace numérique communautaire, interopérable sur le plan technique et en partie interopérable sur le plan culturel. Toutefois, en septembre 2014, le SAAM a infléchi sa position en rejoignant le consortium American Art Collaborative, financé par la fondation Andrew W. Mellon. Créé en 2014, ce consortium regroupe actuellement 14 musées américains ; il cherche à établir une masse critique de données ouvertes dans le format du Web sémantique. En son sein, la politique du SAAM vise désormais à faire émerger de manière consensuelle des pratiques discutées et communes (good practices) à un groupe de musées nord-américains spécialisés dans l’art américain30. Dans ce nouveau contexte, le modèle CIDOC CRM est retenu comme modèle conceptuel du fait qu’il est soutenu par l’ICOM et qu’il est une norme internationale. Le projet « American Art Collaborative » se caractérise par sa focalisation sur un domaine culturel délimité, l’art américain, qui constitue l’élément fédérateur d’un groupe de musées et par le choix de la norme CIDOC CRM comme modèle conceptuel.

35La deuxième stratégie consiste à créer un espace largement partagé et interopérable sur le plan technique. Elle est illustrée par les choix du British Museum (BM). Pour ce faire, le musée s’appuie sur le modèle CIDOC CRM en soulignant sa motivation d’une mise en commun des ressources culturelles :

  • 31 La décision d’exposer les données du British Museum dans le format du CRM trouve son origine dans l (...)

The publication of British Museum data in the CRM format comes from a concern that many Semantic Web / Linked Data implementations will not provide adequate support for a next generation of collaborative data centric humanities projects. They may not support the types of tools necessary for examining, modelling and discovering relationships between knowledge owned by different organisations at a level currently limited to more controlled and localized data-sets. Indeed, the proliferation of different uncoordinated linked data schemas may create a confusing and complex environment of mappings between data stores and thereby limit the overall effectiveness of semantic technology and produce outputs that don’t push digital publications much beyond those achieved using existing database technology31 (Oldman, Mhmud et Alexiev, 2013, p.3).

  • 32 W3C, « Property reification RDF vocabulary » [En ligne]. http://www.w3.org/wiki/PropertyReification (...)
  • 33 Traduction du terme anglais « Design Pattern »
  • 34 The Andrew W. Mellon Foundation, « Research space. Creating the cultural heritage knowledge graph » (...)

36Toutefois, le BM, tout en étant l’institution la plus déterminée à s’appuyer sur un modèle conceptuel standard, en l’occurrence la norme ISO CIDOC CRM, s’est trouvé contraint de recourir à des extensions de ce modèle pour être en mesure d’exprimer des propriétés décrivant de manière fine les objets de sa collection. Afin d’éviter la multiplication de propriétés nécessaires à la qualification des relations spécifiques aux descriptions des objets du BM, les concepteurs ont choisi d’utiliser la technique de réification proposée par le W3C32. Sans entrer dans le détail technique de ce procédé, il convient de préciser que cette pratique permet d’étendre une ontologie tout en s’assurant de conserver une interopérabilité sémantique. En adoptant systématiquement les patrons de conception33 de typage et de réification (W3C, 2014), le BM cherche à mettre en place un espace partagé à l’échelle internationale. Le BM n’a pas développé de politique systématique d’alignement des URI avec les URI d’autres musées ou d’autres acteurs dans le domaine culturel. De même, il n’a pas utilisé les listes d’autorité ou les thésaurus externes (tels que ceux du Getty Research Institute) pour l’indexation de ses objets. Notons toutefois que ses listes d’autorité sont modélisées à l’aide du langage standardisé SKOS. On peut qualifier cette stratégie d’espace partagé, interopérable sur les plans technique et conceptuel. Concernant l’alignement de ses données et le développement d’interfaces, qui sont essentiels à la création d’un espace partagé, le BM s’oriente vers une délégation des développements à des acteurs externes au travers du projet « ResearchSpace »34 qui associe plusieurs universités. Ce projet repose sur le postulat que la mise en relation de données, déposées dans différents entrepôts RDF et de ce fait identifiées par des URI différents, est dépendante des usages et, par conséquent, doit être réalisée par des acteurs externes.

37La troisième stratégie, que l’on peut qualifier de centralisatrice, est illustrée par le Getty Research Institute (GRI). Le GRI a annoncé, en septembre 2013, la migration de ses quatre thésaurus (Art and Architecture Thesaurus, Getty Thesaurus of Geographic Names, Union List of Artist Names, Cultural Objects Name Authority) dans le Web de données. Les objets partagés dans le LOD sont des thésaurus qui permettent d’indexer des types et des noms d’objets, des noms d’artistes ainsi que des noms de lieux géographiques. Il s’agit de ressources terminologiques anglophones proposant des équivalents dans de nombreuses langues — et non des descriptions d’objets de collections, comme dans les deux cas précédents. Dans la construction de ses quatre thésaurus, le GRI a fait le choix de s’appuyer sur son propre modèle conceptuel et de ne pas utiliser les propositions du langage standardisé SKOS. La politique d’alignement du GRI est singulière dans sa décision de ne pas réaliser d’alignement (Harping, 2013). Le projet s’oriente vers une sorte de hub culturel dans lequel un acteur (tel que le GRI) ou un consortium d’acteurs serait en mesure d’imposer un modèle conceptuel, des vocabulaires de représentation et une catégorisation des ressources. Il est certain que les moteurs de recherche, par leurs algorithmes d’indexation, participent à la mise en visibilité de ces acteurs et de ce type de stratégie dans les résultats de recherche.

  • 35 Ces entrepôts, nommés « triplestores », contiennent des données exprimées dans le langage RDF et in (...)
  • 36 Il s’agit de Rameau pour la Bibliothèque nationale de France et d’un thésaurus propriétaire pour le (...)

38Les problèmes sémantiques, linguistiques et culturels rencontrés dans la classification et l’indexation des collections se retrouvent dans l’impossibilité d’aborder les usages des publics de manière systémique et globale. De ce fait, la problématique de l’interopérabilité culturelle apparaît également dans les interfaces de consultation et dans les usages sociaux envisagés par les acteurs culturels. On en arrive toujours à un usager porteur d’une langue et d’une culture singulières, ce qui pose la question des interfaces, des modes de recherche et en fin de compte des modes d’appropriation de ces espaces créés par les musées et ouverts aux publics. Dans l’écosystème informationnel du Web de données, plusieurs directions sont explorées par les institutions patrimoniales. Elles proposent des points d’accès à des entrepôts de données propres au LOD35, mais ces outils s’adressent à des professionnels de l’information documentaire et non aux publics. Le constat est que les institutions nord-américaines étudiées (y compris celles qui ont une dimension internationale telles que le Getty Research Institute, le Museum of Modern Art, le Smithsonian Museum of American Art, l’Art Institute of Chicago) proposent, sur leur site Web institutionnel, une interface d’interrogation limitée à la langue anglaise. Le centre de ressources du Centre Pompidou et la Bibliothèque nationale de France (BNF) offrent une interface de requête et de résultats en trois langues (français, anglais, espagnol) mais dans le cadre de thésaurus français36. Ainsi, l’accès aux sites Web et aux bases de données des collections est international, mais les modèles d’interrogation et de classification des établissements portent une conception de la représentation des données et une organisation des connaissances qui relèvent majoritairement de la langue et de la culture d’une institution nationale singulière.

39Cette question a été évoquée auprès des professionnels en informatique documentaire, responsables de la gestion des bases de données et du LOD, avec qui nous avons conduit des entretiens. Ils sont rattachés aux établissements participant au projet ModRef (en particulier, le Centre Pompidou et la Bibliothèque nationale de France) et aux établissements nord-américains (cf. supra). Tous s’accordent à penser que la couche culturelle faisant le lien avec les usagers sera inventée, non par eux-mêmes en tant que représentants d’institutions, mais par des spécialistes ou des amateurs-experts (des geeks) porteurs de compétences graphiques, informatiques ou documentaires. À cet égard, les personnes rattachées au Getty Research Institute, au Museum of Modern Art, au Smithsonian Museum of American Art et à l’Art Institute of Chicago évoquent spontanément des hackatons au cours desquels des mash-ups pourraient être développés par des équipes externes aux musées. Selon ces professionnels, ils permettraient de faire émerger des usages sociaux et des modes de résolution locaux et contextuels adaptés aux besoins de collectifs spécifiques que les institutions patrimoniales ne sont pas en mesure d’anticiper. Cette posture, selon laquelle les usagers sont considérés comme des co-concepteurs et des acteurs centraux de l’innovation, rappelle l’innovation horizontale d’Eric Von Hippel (2005) et l’innovation par l’usage de Dominique Cardon (2005). Elle favorise, au moyen de dispositifs mis en place par les institutions (les hackatons pour les musées étudiés ou le ResearchSpace financé par le British Museum), un processus d’innovation ascendante dans lequel certains usagers informaticiens s’engagent, en utilisant les technologies disponibles, dans le bricolage et l’adaptation de produits et de services à leurs besoins.

Conclusion

40L’écosystème du Web de données ouvert en cours de construction dans le domaine patrimonial constitue un espace éditorial complexe qui intègre les collections et les thésaurus des musées exprimés dans les modèles conceptuels et les technologies du Web de données ouvert. L’interopérabilité conceptuelle, technique et culturelle y est définie et mise en œuvre en fonction des politiques d’établissement et des stratégies des diverses catégories d’acteurs qui s’y engagent. L’idéologie du Web de données, selon laquelle il est possible atteindre une forme d’universalité dans les représentations des objets et dans les modes d’accès afférents à ceux-ci, s’avère irréalisable sur le plan culturel.

41Nos études ont mis en lumière ces différents aspects tout en faisant apparaître la diversité des politiques institutionnelles des établissements et des pratiques de diffusion des ressources qui accompagnent ces évolutions. Des tensions apparaissent entre des conceptions divergentes d’un espace interpatrimonial partagé du Web de données ouvert. Face à l’incomplétude ou à la grande généricité des modèles, plusieurs pistes de développement sont choisies par les concepteurs. Les trois stratégies institutionnelles du British Museum, du Smithsonian Museum of American Art et du Getty Research Institute illustrent des politiques éditoriales appuyées sur des choix conceptuels et techniques différents. Il apparaît que les décisions prises s’inscrivent dans la politique institutionnelle et les missions initiales des établissements. Le choix d’une politique de diffusion culturelle ouverte et partagée s’appuie sur l’interopérabilité technique ou sémantique ; l’espace culturel du LOD peut ainsi être un lieu de partage. Cet espace est matérialisé par la mise en relation des ressources (l’alignement des URI), par la mise en commun de modes de description (par les thésaurus et le partage de vocabulaires) et, en fin de compte, par la mise en relation de ressources partagées (l’interopérabilité et l’alignement des données). Dans une perspective plus restreinte, cet espace peut être composé de l’agrégation d’espaces communautaires. Toutefois, l’espace culturel du LOD peut également devenir un espace balkanisé tout en étant standardisé, au sein duquel les institutions patrimoniales conservent leurs thésaurus locaux et leurs vocabulaires sans volonté de mise en commun (d’alignement) de leurs collections. Enfin, selon une stratégie différente, un acteur dominant peut s’orienter vers une politique qui privilégie sa terminologie locale tout en la promouvant à l’échelle internationale.

Haut de page

Bibliographie

ALLEMANG, Dean et James HENDLER (2011), Semantic Web for the Working Ontologist: Effective Modeling in RDFS and OWL, Morgan Kaufmann.

BEKKERS, Victor (2005), « The governance of back office integration in e-government: Some Dutch experiences », 4th International Conference, EGOV 2005, Lecture Notes in Computer Science, 3591 : 12-25.

BERMÈS, Emmanuelle (2013), « Des parcours de sens dans le Centre Pompidou virtuel », bbf, 58(5) : 52-57.

BORDEAUX, Marie-Christine et Elizabeth CAILLET (2013), « La médiation culturelle : pratiques et enjeux théoriques », dans Hana GOTTESDIENER et Jean DAVALLON (dir.), « La muséologie : 20 ans de recherche », Culture &Musées, 20 : 139-161.

CAILLET, Élizabeth et Évelyne LEHALLE (1995), A l'approche du musée, la médiation culturelle, Lyon, PUL.

CARDON, Dominique (2005), « Innovation par l’usage », dans Alain AMBROSI, Valérie PEUGEOT et Daniel PIMIENTA, Enjeux de mots, C&F Éditions, p. 309-330.

CAUNE, Jean (2000), « La médiation culturelle : une construction du lien social », Les enjeux de l’information et de la communication. [En ligne]. http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2000/Caune/index.php. Page consultée le 27 septembre 2015.

CHIGNARD, Simon (2012), Open data, Paris, FYP.

DAVALLON, Jean (1999), L’exposition à l’œuvre, Paris, L’Harmattan.

DAVALLON, Jean (2004), « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès, 1 (38) : 30-37.

DEVORSEY, Kevin L., Christina ELSON, Nina P. GREGOREV et John HANSEND (2006), « The development of a local thesaurus to improve access to the anthropological collections of the American Museum of Natural History », D-Lib Magazine, 12(4). [En ligne]. http://www.dlib.org/dlib/april06/devorsey/04devorsey.html#1. Page consultée le 27 septembre 2015.

DOERR, Martin (2001), « Semantic problems of Thesaurus mapping», Journal of Digital Information, 1(8).

EDCOM, Task force on professional standards, standing professional committee on education (2005), Excellence in Practice: Museum Education Principles and Standards, American Association of Museums. [En ligne]. https://drive.google.com/file/d/0Bz_5mDyp81VsT1l4c1BtWFFLT1k/edit. Page consultée le 27 septembre 2015.

FAURE, Anne (à paraitre), « Quelle diffusion du patrimoine numérique dans un établissement culturel muséal à l'ère du web de données ? » dans Jean-Luc MINEL (dir.), Quels enjeux numériques pour les médiations scientifiques et culturelles ?, Paris, PUF.

FLICHY, Patrice (1995), L’innovation technique. Récents développements en sciences sociales : vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris : La Découverte.

FOX, Edward et Gary MARCHIONINI (1998), « Toward a worldwide digital library », Communications of the ACM, 41(4) : 29-32.

FUCHS, Catherine, Anne-Marie LÉONARD (1979), Vers une théorie des aspects : les systèmes du français et de l’anglais, Paris, Mouton.

GILL, Tony et Paul MILLER (2002), « Re-inventing the wheel? Standards, interoperability and digital cultural content », D-Lib Magazine, 8(1).

GIRAUT, Fréderic, Myriam HOUSSAY-HOLZCHUCH et Sylvain GUYOT (2008), « Au nom des territoires ! », L’Espace géographique, 37 : 97-105.

GODDARD, Cliff et Anna WIERZBICKA (dir.) (2002), Meaning and Universal Grammar. Theory and Empirical Findings, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins.

HARPING, Patricia (2013), « Getty vocabularies and linked data », Getty.edu. [En ligne]. http://www.getty.edu/research/tools/vocabularies/Linked_Data_Getty_Vocabularies.pdf. Page consultée le 27 septembre 2015.

HONEYSETT, Nik (Getty) (2012), « The future of museum scholarly catalogues », The Bulletin of the ASIST, 38 (3, février-mars 2012). [En ligne]. http://www.asis.org/Bulletin/Feb-12/index.html. Page consultée le 27 septembre 2015.

JOHNSON, Larry, Samantha ESTRADA, Adams BECKER et A. V. FREEMAN (2015), The NMC Horizon Report: 2015, Museum Edition, Austin (TX), The New Media Consortium. [En ligne]. http://cdn.nmc.org/media/2015-nmc-horizon-report-museum-EN.pdf. Page consultée le 28 septembre 2015.

JUANALS, Brigitte et Jean-Luc MINEL (2013), « Construction d'une approche interdisciplinaire et expérimentale pour l'analyse de la communication d'influence », ESSACHESS Journal for Communication Studies, 6 (1) : 187-200.

JUANALS, Brigitte et Jean-Luc MINEL (2015), « Towards open museums: The interconnection of digital and physical spaces in open environments », Museums and the Web, Chicago.

KOUSSOURIS, Sotirios, Fenareti LAMPATHAKI, Spiros MOUZAKITIS, Yannis CHARALABIDIS et John PSARRAS (2011), « Digging into the real-life enterprise interoperability areas definition and overview of the main research areas », Proceedings of CENT, 19-22. [En ligne]. http://www.iiis.org/CDs2011/CD2011SCI/CENT_2011/PapersPdf/ZB589UA.pdf. Page consultée le 27 septembre 2015.

LATOUR, Bruno (1996/1993), « La clé de Berlin », Petites leçons en sociologie des sciences, Paris, Le Seuil, Coll. « Points sciences », p. 43-44.

MILI, Hafedh et Roy RADA (1988), « Merging thesauri: Principles and evaluation », IEEE Transactions on Pattern Analysis and Machine Intelligence, 10(2) : 204-220.

OLDMAN, Dominic, Joshan MHMUD et Vladimir ALEXIEV (2013), « The conceptual reference model revealed », Technical Report, Londres, British Museum.

OOMEN, Johan et Lotte Belice BALTUSSEN (2012), « Sharing cultural heritage the linked open data way: why you should sign up », Museums and the Web, San Diego, MW2012.

OTLET, Paul (2015/1934), Le livre sur le livre, Paris, les Impressions Nouvelles, Coll. « Réflexions faites ».

PÉDAUQUE, Roger T. (2006), « Document et modernités », version finale dite « Pédauque 3, 2006 ». [En ligne]. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001741. Page consultée le 28 septembre 2015.

RASTIER, François (2004), « Ontologie(s) », Revue des sciences et technologies de l’information, série : Revue d’Intelligence artificielle, 18(1) : 15-40.

RANGANATHAN, Shiyali Ramamrita (1933), Colon Classification, Londres, Edward Goldston.

SALAÜN, Jean-Michel (2007), « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication, 30 : 13-23.

SZEKELY, Pedro, Craig A. KNOBLOCK, Fengyu YANG, Xuming ZHU, Eleanor FINK, Rachel ALLEN et Georgina GOODLANDER (2013), « Connecting the Smithsonian Art Museum to the linked data », 10th International Conference, ESWC 2013.

VON HIPPEL, Eric (2005), Democratizing Innovation, Cambridge, The MIT Press.

WENZ, Romain et Agnès SIMON (2012), « Des outils automatiques pour le signalement en bibliothèque : Expérimentations autour du projet DATA.BNF.FR », bbf, 57 (5).

WESTEEL, Isabelle (2009), « Le patrimoine passe au numérique », Bulletin des Bibliothèques de France, 1 : 28-35. [En ligne]. http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-01-0028-003. Page consultée le 27 septembre 2015.

WIMMER, Maria, Cristiano CODAGNONE et Janssen MARIJN (2008), « Future e-government research: 13 research themes identified in the eGovRTD2020 project », Proceedings of the 41st Hawaii International Conference on System Sciences, p. 1-11.

WINSLOW, Donna (2011), « Strange bedfellows: NGOs and the military in humanitarian », dans Walter E. FEICHTINGER, Ernst M. FELBERBAUER et Erwin A. SCHMIDL (dir.), International crisis management: squaring the circle, Vienne et Genève, National Defence Academy and Austrian Ministry of Defence and Sports, Geneva Centre for Security Policy, p. 55-80.

W3C (2014), « Property reification vocabulary », W3C Working Group Note 24, juin 2014. [En ligne]. http://www.w3.org/wiki/PropertyReificationVocabulary. Page consultée le 27 septembre 2015.

Haut de page

Annexe


Liste des experts interviewés au cours de la période 2013-2015

  1. Rachel M. Allen, Deputy Director, Smithsonian American Art Museum, Washington.

  2. Allegra Burnett, Web and Social Media Content Manager, Museum of Modern Art, New York.

  3. Joan Cobb, Software Architect, Getty Vocabulary Program, Getty Research Institute, Los Angeles.

  4. Eleanor Fink, Art and Technology Consultant, Information Sciences Institute, Washington.

  5. Georgina Goodlander, Web and Social Media Content Manager, Smithsonian American Art Museum, Washington.

  6. Cathryn Goodwin, Manager of Collections Information, Princeton University Art Museum, Princeton.

  7. Fairlight Guttierez, Digital Marketing/Content Strategy, Editor, Denver Art Museum, Denver.

  8. Patricia Harpring, , Managing Editor, Getty Vocabulary Program, Getty Research Institute, Los Angeles.

  9. Lindsey Housel, Manager of Digital Initiatives, Denver Art Museum, Denver.

  10. Liz Nelly, Museum Computer Network, Art Institute of Chicago, Chicago.

  11. Peter Samis, Associate Curator, Interpretive Media, San Francisco Museum of Modern Art, San Francisco.

  12. Stanley Smith, Head of Collection Information and Access, J. Paul Getty Museum, Los Angeles.

  13. Sara Snyder, , Webmaster at the Archives of American Art, Smithsonian American Art Museum, Washington.

  14. Janet M. Strohl-Morgan, Associate Director for Information and Technology, Princeton University Art Museum, Princeton.

  15. Pedro Szekely, Research Associate Professor, University of Southern California, Marina de Rey.

Haut de page

Notes

1 Interpretation est le terme anglais utilisé dans la littérature scientifique américaine comme étant une traduction proche du terme français médiation culturelle.

2 Labex « Les passés dans le présent », [En ligne]. http://www.passes-present.eu/. Page consultée le 19 avril 2015. Ce labex associe sept unités de recherche et quatre institutions patrimoniales : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) ; Bibliothèque nationale de France (BnF) ; Musée d’archéologie nationale (MAN), à Saint-Germain-en-Laye ; Musée du Quai Branly (MQB). En 2015, trois autres unités de recherche et le Musée du Louvre se sont joints au Labex dans le cadre de nouveaux projets.

3 Le spectre des disciplines couvertes comprend l’anthropologie, l’archéologie, l’assyriologie, l’ethnologie et l’ethnomusicologie, l’ingénierie des connaissances, les sciences de l’Antiquité, les sciences de l’information et de la communication, le traitement automatique des langues.

4 La liste des professionnels est fournie en annexe.

5 Ensemble conflictuel de cultures organisationnelles et de pratiques en augmentation [traduction des auteurs]. 

6 L’interopérabilité culturelle peut être interprétée comme le niveau d’ancrage, dans un modèle unifié de significations, de la connaissance et de l’information que partagent différentes cultures [traduction des auteurs].

7 Dans cet article, le terme ontologie est utilisé selon la signification proposée par la communauté du Web de données (Allemang et Hendler, 2011), c’est-à-dire comme une spécification formelle d’un domaine de connaissance exprimée dans les langages RDF, RDFS et OWL. Le terme modèle conceptuel est parfois utilisé comme synonyme.

8 La sémantique, les ontologies, ou toutes autres approches, peuvent-elles contribuer à résoudre le problème de l’interopérabilité culturelle ? Comment concevoir des systèmes d’information pour qu’ils incarnent le sens et l’interopérabilité culturelle ? [traduction des auteurs].

9 CIDOC CRM [En ligne]. http://www.cidoc-crm.org/. Page consultée le 19 avril 2015.

10 Bibliothèque nationale de France, « Modèle CIDOC CRM », [En ligne]. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/modelisation_ontologies/a.modele_cidoc_crm.html. Page consulté le 19 avril 2015.

11 ICOM [En ligne]. http://icom.museum/L/2/. Page consultée le 19 avril 2015.

12 CIDOC CRM [En ligne]. http://www.cidoc-crm.org/docs/cidoc_crm_version_5.1.2.pdf. Page consultée le 19 avril 2015.

13 Le principal rôle du CIDOC CRM est de servir de socle pour la médiation de l’information sur le patrimoine culturel et de ce fait de fournir la « colle » sémantique nécessaire pour transformer des sources d’informations locales et disparates en une ressource cohérente globale [traduction des auteurs]. CIDOC CRM [En ligne]. http://www.cidoc-crm.org/. Page consultée le 19 avril 2015

14 Il s’agit des langages RDF, RDFS, SKOS et OWL. RDF (Ressource Description Framework) est le langage formel de représentation proposé par le W3C. Toute description est réalisée sous la forme d’un triplet composé d’un sujet, d’un prédicat (appelé aussi propriété) et d’un objet. Chaque élément du triplet est désigné par un URI (Uniform Resource Identifier) [En ligne]. http://www.w3.org/RDF/. Page consultée le 19 avril 2015. RDFS (RDF Schema) est une extension de RDF. Il permet essentiellement de créer des classes pour caractériser les éléments d’un triplet RDF [En ligne]. http://www.w3.org/TR/rdf-schema/. Page consultée le 19 avril 2015. SKOS (Simple Knowledge Organization System) est un modèle de représentation de thésaurus qui s’appuie sur RDF et RDFS [En ligne]. http://www.w3.org/2004/02/skos/. Page consultée le 19 avril 2015. OWL (Web Ontology Langage) permet de construire des ontologies en s’appuyant sur les langages RDF et RDFS. Il fournit notamment les moyens d’exprimer des propriétés qui seront utilisés pour réaliser des inférences à partir d’un ensemble de triplets.

15 Il s’agit du langage SPARQL (Protocol and RDF Query Language) [En ligne]. http://www.w3.org/TR/sparql11-query/. Page consultée le 19 avril 2015.

16 Bibliothèque nationale de France, « Modèle FRBR » [En ligne]. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/modelisation_ontologies/a.modele_FRBR.html. Page consultée le 19 avril 2015.

17 Europeana Data Model Documentation (EDM) [En ligne]. http://www.europeana.eu/portal/. Page consultée le 19 avril 2015.

18 Projet data.bnf.fr [En ligne]. http://data.bnf.fr/. Page consultée le 19 avril 2015.

19 Harmonisation des données culturelles (HADOC) [En ligne]. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ressources/Harmonisation-des-donnees-culturelles. Page consultée le 19 avril 2015.

20 Il s’agit des modèles SKOS et SKOS-XL (recommandations publiées le 18 août 2009).

21 Il s’agit des modèles FRBR, FRAD et FRSAD. De manière synthétique, le modèle FRBR propose une modélisation des notices bibliographiques et des parties d’exemplaires, le modèle FRAD (Functional Requirements for Authority Data) modélise le contenu des notices d’autorité et le modèle FRSAD (Functional Requirements for Subject Authority Data) modélise les relations entre données bibliographiques et fichier d’autorité matière.

22 Getty Vocabularies: Art & Architecture Thesaurus (AAT), Getty Thesaurus of Geographic Names (TGN), Union List of Artist Names (ULAN), Cultural Objects Name Authority (CONA) [En ligne]. http://www.getty.edu/research/tools/vocabularies/index.html. Page consultée le 19 avril 2015.

23 Frantic [En ligne]. http://www.frantiq.fr/reseau/groupes-travail/groupe-thesaurus-indexation. Page consultée le 19 avril 2015.

24 Il s’agit des modèles XML-EAD, INTERMARC, UNIMARC, XML-TEI, Dublin Core et XML-EAC.

25 Linked Open Vocabularies (LOV) [En ligne]. http://lov.okfn.org/dataset/lov/. Page consultée le 19 avril 2015. Cette plateforme regroupe, en accès ouvert, des modèles et des thésaurus exprimés dans le langage RDF.

26 L’URI (Uniform Resource Identifier) fait référence à l’identifiant d’une ressource (nommée « chose »). L’URI est utilisé pour désigner une notion, un concept, un objet, un lieu, une personne, etc. Les trois composants d’un triplet RDF, c’est-à-dire le sujet, le prédicat et l’objet, sont des URI.

27 Cf. note 12.

28 Une liste d’autorité est une liste des termes normalisés, soit des mots matières, soit des noms propres, qui doivent être obligatoirement et nécessairement utilisés dans l’étape d’indexation. Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS) [En ligne]. http://www.adbs.fr/liste-d-autorite-17636.htm?RH=OUTILS_VOC#sthash.1i142WyQ.dpuf. Page consultée le 4 août 2015.

29 Ministère de la Culture et de la Communication, « Présentation des bases Architecture et Patrimoine » [En ligne]. http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/. Page consultée le 19 avril 2015.

30 American Art Collaborative [En ligne]. http://americanartcollaborative.org/. Page consultée le 19 avril 2015.

31 La décision d’exposer les données du British Museum dans le format du CRM trouve son origine dans le constat qu’un grand nombre de réalisations dans le Web de données (Linked Data) ne fourniront pas les moyens adéquats pour la prochaine génération de projets collaboratifs dans les humanités numériques. Ces systèmes ne proposeront pas aux institutions les outils nécessaires au passage d’un contrôle restreint des données qu’elles gèrent à un contrôle plus large et mieux localisé en ce qui concerne l’analyse, la modélisation et la découverte de relations entre des connaissances qui leur appartiennent. En effet, la prolifération de différents modèles, créés sans coordination, peut engendrer un environnement confus et complexe en ce qui concerne l’alignement entre les entrepôts de données et de ce fait limiter la puissance de la technologie du Web de données et ainsi produire des résultats qui ne soient pas supérieurs, en matière d’exposition des données, à ceux qui sont fournis par les systèmes existants.

32 W3C, « Property reification RDF vocabulary » [En ligne]. http://www.w3.org/wiki/PropertyReificationVocabulary. Page consultée le 19 avril 2015.

33 Traduction du terme anglais « Design Pattern »

34 The Andrew W. Mellon Foundation, « Research space. Creating the cultural heritage knowledge graph » [En ligne]. http://www.researchspace.org/. Page consultée le 19 avril 2015.

35 Ces entrepôts, nommés « triplestores », contiennent des données exprimées dans le langage RDF et interrogeables avec le langage SPARQL.

36 Il s’agit de Rameau pour la Bibliothèque nationale de France et d’un thésaurus propriétaire pour le Centre Pompidou.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les modèles conceptuels du projet « Modèles, référentiels et culture numérique » (ModRef) du Labex « Les passés dans le présent »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6650/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel, « La construction d’un espace patrimonial partagé dans le Web de données ouvert », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 17 août 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6650 ; DOI : 10.4000/communication.6650

Haut de page

Auteurs

Brigitte Juanals

Brigitte Juanals est professeure à l’Université Aix-Marseille et membre de l’Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (IRSIC).Courriel : brigitte.juanals@orange.fr

Jean-Luc Minel

Jean-Luc Minel est professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre du Laboratoire Modèles, Dynamiques, Corpus (MoDyCo). Courriel : jean-luc.minel@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org